Un quinquennat Macron-MEDEF

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede Pïérô » 19 Oct 2017, 08:45

Taxation forfaitaire des revenus financiers : qui veut gagner des dizaines de milliers d’euros ?

Le nouveau « prélèvement forfaitaire unique » sur les revenus financiers va faire gagner des dizaines de milliers d’euros aux plus aisés, selon notre évaluation. Une mesure lourde de sens politique. L’analyse de Noam Leandri et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.

... https://www.inegalites.fr/prelevement-f ... ire-unique
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 21 Oct 2017, 13:59

Dossier: Impôt des riches : Bruno Le Maire et la Chambre des secrets – Vidéo
Ce gouvernement comme tous ceux qui l’ont précédé veulent dissimuler les rouages fiscaux – il y en a d’autres- de la perpétuation des inégalités, s’affliger de la pauvreté tout en s’accommodant des causes, c’est la règle… La doxa libérale répète à satiété deux fadaises: Le ruissellement de la fortune des plus riches tirent les plus pauvres vers le haut et réduit ainsi les inégalités alors qu’on assiste justement à un creusement des écarts entre riches et pauvres. Les avantages fiscaux et de toutes natures concédés aux plus riches leur permettent d’investir et la croissance qui en découle constitue la base d’un ascenseur social. Les bénéfices laissés à la jouissance des capitalistes, permettrait les investissements de demain et les emplois d’après demain. Ce « théorème », énoncé par le chancelier ouest-allemand Helmut Schmidt le 3 novembre 1974 mais non démontré par les faits observés les 40 années suivantes. Jamais les diverses formes de rémunération du capital, n’ont été aussi élevées, jamais les investissements n’ont été aussi massifs, au prix d’un endettement généralisé colossal, et jamais le taux de chômage n’a été aussi important avec ses conséquences désastreuses. Cela n’empêche pas nos économistes médiatiques, tels de « derviches tourneurs » de tourner en boucle ce raisonnement pourtant invalidé par les faits. Pourtant ceux-ci ne vont pas tarder à devoir mettre un terme à leur phénomène de transe.
... http://www.anti-k.org/2017/10/19/dossie ... ets-video/


Politique budgétaire 2018: le bonheur des riches peut-il faire celui des pauvres ?
Pour le collectif des économistes atterrés : "Réduire les dépenses publiques et sociales pour diminuer les impôts sur les riches et augmenter les profits des entreprises, telle est l’obsession des classes dominantes en Europe, de la technocratie et de la Commission européenne." Lire la note "2018 : Un budget de classe" https://www.humanite.fr/sites/default/f ... t_2018.pdf
... https://www.humanite.fr/politique-budge ... res-644079
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 23 Oct 2017, 11:09

Application des ordonnances

Décret sur la fusion des instances de représentation du personnel : les syndicats plus attaqués que jamais

Un mois après l’adoption des ordonnances en conseil des ministres, les décrets d’applications continuent d’être publiés. Le projet de décret concernant la fusion des instances représentatives du personnel vient d’être transmise aux syndicats, qui découvrent la façon dont les représentants des salariés vont être attaqués.

Pour affaiblir la capacité des syndicats à résister aux attaques des patrons et empêcher certaines instances, comme le CHSCT, de défendre les salariés et leurs conditions de travail, les ordonnances adoptées fin septembre avaient décidé de fusionner « au moins trois » des quatre instances de représentation des salariés (IRP) (comité d’entreprise, CHSCT, délégués du personnel et délégués syndicaux). La loi Rebsamen d’août 2015 avait déjà préparé le terrain, permettant aux entreprises de moins de 300 salariés de mettre en place une délégation unique du personnel (DUP), regroupant les trois instances représentatives, sur simple initiative de la direction. Dans les groupes de plus de 300 salariés, il fallait encore un accord majoritaire. C’est le verrou qu’a fait sauter le gouvernement Philippe.

Une des principales conséquence de la fusion des IRP, cela va être avant tout la baisse du nombre de représentants du personnel, et ce, de manière importante dans les grandes entreprises. Ainsi, un groupe de 3000 salariés perdrait 3 élus sur 25, un groupe de 5250 en perdrait 10 sur 39, une entrepris de 8500 salariés en perdrait 20 sur 53, et une grande entreprise de 10 000 salariés va perdre 26 élus sur 61. Cette baisse drastique, qui concerne surtout les grandes entreprises du CAC40, va donc permettre aux entreprises comme Renault, PSA ou encore Airbus d’affaiblir encore un peu plus des syndicats qu’ils ne souhaitent pas voir dans leurs pattes.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Decr ... taques-que
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 23 Oct 2017, 19:37

Macron, Castaner, Gattaz et leurs sbires…

Le mépris, la suffisance et l’arrogance sont dans leur ADN !


Ils n’hésitent devant rien, pour satisfaire leur soif de libéralisme sans précédent et leur faim de casse des protections, comme dans le principe des vases communicants.
Ce dont ils rêvent c’est de revenir au temps de la place de grève où ils pourraient venir tâter les muscles et regarder les dents avant de t’embaucher pour une journée de 14 ou 15 H pour 10 euros et une platée de féculents aux cailloux.
Le Gattaz, lui, aimerait bien un contrôle quotidien des chômeurs, vas-y pépère lâches toi un peu, fais pas ton timide, exiges carrément, directement qu’on implante une puce dans le cerveau de ces chômeurs.
Allez Pierrot va au bout, si il y en a vraiment trop, proposes que l’on fasse de l’engrais avec ce qui dépasse.
Une des promesses de campagne, vous savez un ces arguments de : « c’était dans le programme » est en train de prendre une drôle de tournure, celle d’indemniser les « démissionnaires » au chômage.
Ce qu’ils n’ont certainement pas mesurés ces beaux messieurs, ce sont les effets d’une précarité qu’ils ne cessent de renforcer, d’une loi travail qui fait voler en éclats toutes les protections et les moyens de défense d’un nombre considérable de salariés, les conditions de travail et de revenus qui ne cessent de se dégrader.
Le résultat direct c’est que beaucoup de salariés veulent démissionner. Alors ils pérorent sur les chômeurs, les vacances, les profiteurs, ils donnent des leçons...Rien de nouveau sous le soleil, ils ont en commun avec Laurent Wauquiez de culpabiliser les victimes.
Ce qu’ils connaissent du monde du travail doit se limiter aux emplois liés aux grandes écoles de commerces et aux patrons de banques ou de start-up, à la finance, pour eux tout le reste n’est que valetaille, celles et ceux qui produisent réellement les richesses sont méprisés, insultés, stigmatisés, ponctionnés.
Déclarer que des chômeurs vont partir en vacances c’est ignorer le montant des indemnisations, quand indemnisation il y a. Encore une preuve si nécessaire que l’on n’aurait ni les mêmes droits ni les mêmes besoins.
Pour l’instant les seules promesses tenues sont celles qui tapent et prennent sur les plus pauvres, les plus fragiles et les plus précaires pour satisfaire les plus riches, les actionnaires et les grands patrons.
Les mesures sociales, ils en parlent à peu près en ces termes, « ça sera… » « Enfin faudra voir… » « Bien sur si… » « C’est prévu… », que de la poudre de perlimpinpin,
ce sont des faiseurs, des illusionnistes et les promesses n’engagent finalement que celles et ceux qui y croient.
Les victimes des ouragans sont traités pire que rien, les promesses de Macron aux Antilles sont bien malmenées, aucune n’est tenue, il ne s’agit que des effets d’annonces, ça coûte pas bien cher les déclarations.
Leur politique pour les salariés, les retraités, les étudiants, les chômeurs, les écoliers, ce n’est que de la communication et le pire c’est que la majorité des observateurs, journalistes et éditorialistes, quand Macron fait de solennelles déclarations, parlent de droit dans ses bottes, mais ses bottes ne touchent pas le sol, en tout les cas pas le même que nous.
Participez à la 15e manifestation contre le chômage et les précarités, le samedi 2 décembre à partir de 14 H, Place de la Bataille de Stalingrad dans le 19e.

Un emploi c’est un droit !
Un revenu c’est un du !

Philippe Villechalane
Porte parole de l’APEIS
Villejuif le 20/10/2017

APEIS : 8 rue de Verdun 94800 VILLEJUIF

http://www.apeis.org/Macron-Castaner-Ga ... leurs.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 24 Oct 2017, 08:25

Baisse de la taxe d’habitation : cherchez l’erreur !

La taxe d’habitation va être supprimée pour 80 % des ménages en compensation de la hausse de la CSG et se fera par tiers. Elle sera valable dès novembre 2018, au moment du paiement de cet impôt, pour les célibataires dont le revenu annuel ne dépasse pas 30 000 euros, soit 27 000 euros de revenu fiscal de référence (en prenant en compte l’abattement fiscal de 10 %), 43 000 euros pour un couple et 49 000 euros pour un couple avec un enfant. Tous les ménages dont le revenu fiscal de référence est inférieur à ces plafonds, auront leur taxe d’habitation réduite de 30 % en 2018, puis de 65 % en 2019, pour être porté à 0 euro en 2020.

Une réforme en trompe l’œil

Mais cette mesure ne sera pas suffisamment redistributive pour réduire significativement les inégalités. Tout d’abord elle ne bénéficiera pas aux ménages les plus pauvres dont 20 % sont déjà exonérés de cette taxe (22 % des foyers fiscaux bénéficient, quant à eux, d’allègements). La suppression de la taxe d’habitation cible donc les ménages situés entre le 3e et le 7e décile, c’est-à-dire les classes moyennes supérieures. Cela s’explique par le fait que, même si elle ne dépend pas directement du niveau de revenu, la taxe d’habitation croît avec celui-ci du fait du lien positif qui existe entre le revenu et la valeur locative du logement. Enfin la réforme ne prévoit pas la révision des bases cadastrales à partir desquelles est calculée la taxe d’habitation, ce qui entraîne d’importantes disparités géographiques. À rebours du discours officiel, cette réduction partielle de la taxe d’habitation ne va pas réduire les inégalités, bien au contraire !

... https://france.attac.org/se-mobiliser/l ... z-l-erreur
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 27 Oct 2017, 19:26

CSG, PPCR : En marche vers... le hold-up sur 5,5 millions d’agents publics !

Image

https://www.solidaires.org/CSG-PPCR-En- ... ts-publics
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 28 Oct 2017, 18:35

Le gouvernement supprime la taxe sur les activités polluantes et les installations classées
Les députés ont adopté, samedi 21 octobre, un amendement gouvernemental au projet de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) qui supprime les deux composantes de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). L’une est recouvrée au moment de la délivrance de l’autorisation, l’autre, chaque année, au titre de l’exploitation de l’installation.
Le gouvernement met en avant plusieurs arguments pour justifier cette suppression. D’abord, le rendement faible (19 miilions d’€ en 2016) de la taxe et sa baisse (la recette était de 25 M€ en 2014) en raison du passage d’un nombre important d’installations du régime d’autorisation à celui d’enregistrement, qui est non taxé. Ensuite, son caractère non incitatif. Les deux composantes se fondent « d’une part, sur les projets et, d’autre part, sur l’existence de l’installation et non sur les niveaux de pollution des installations soumises aux prélèvements », justifie l’exécutif. Ce dernier omet toutefois de préciser que des coefficients multiplicateurs sont censés prendre en compte les différents degrés de nuisances des installations pour la composante « exploitation » de la taxe. Celle-ci représente la majeure partie de son produit (17 M€).
... https://reporterre.net/Le-gouvernement- ... tes-et-les


Budget de la solidarité internationale : asphyxiées, les ONG disent stop aux coupes !
Communiqué interassociatif de Coordination Sud
Les ONG dénoncent la coupe brutale de 16 millions d’euros qui ampute de 20 % le budget 2017 de l’AFD, l’agence française dédiée au financement des projets de terrains des ONG.
Une centaine de représentants d’ONG de solidarité internationale manifestENT à l’appel de Coordination SUD devant le siège de l’Agence française de développement à l’occasion de la tenue de son Conseil d’administration. C’est ici que siègent le ministère des Finances ainsi que le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères..
En 23 années d’existence c’est du jamais vu. Pour la première fois, Coordination SUD, plateforme nationale des ONG françaises de solidarité internationale qui rassemble aujourd’hui 162 ONG, manifeste.
... http://www.anti-k.org/2017/10/28/budget ... ux-coupes/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 30 Oct 2017, 20:38

« Premiers de cordée » ? Les riches sont un fardeau pour la collectivité
L’omniprésident Emmanuel Macron défend le principe selon lequel la richesse des « premiers de cordée » peut sortir la société de la crise. Mais pour l’auteur de cette tribune, la recherche de la richesse économique ne fait en rien le bien commun.
... https://reporterre.net/Premiers-de-cord ... llectivite


La révolution fiscale selon Macron : une « grande machine à redistribuer à l’envers »
Les mesures fiscales se succèdent en rythme à l’Assemblée nationale, de la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune à l’augmentation de la CSG. Prises ensembles, toutes ces mesures dessinent une inquiétante politique fiscale qui met gravement en danger les missions d’intérêt général et de solidarité assumées par l’État, les collectivités locales et la Sécurité sociale. Les ressources publiques seront ponctionnées de plus de 53 milliards d’euros en faveur des grandes fortunes, des investisseurs ou des entreprises ! Un gigantesque déplacement de richesses vers le haut.
... https://www.bastamag.net/La-revolution- ... a-l-envers
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 01 Nov 2017, 15:55

Derrière la hausse du prix du tabac, une nouvelle mesure antisociale

La loi de financement de la Sécurité Sociale a décidé d’une nouvelle hausse du prix du tabac, toutes catégories confondues. Avec cette hausse, de plus d’un euro d’ici cinq mois, ce seront surtout les classes populaires qui seront touchées.

La loi de financement de la Sécurité Sociale a acté une énième hausse du prix du tabac. En effet, le prix moyen (aujourd’hui 6,80€) va passer à 8,10€ dès mars 2018. C’est donc une augmentation de 20 % qui va toucher les fumeurs, et notamment les plus pauvres d’entre eux, pour lesquels chaque euro est important. La hausse continuera pour atteindre 10€ en 2020 : en avril et novembre 2019, le paquet augmentera de 50 centimes à chaque fois, puis à nouveau de 50 centimes en avril 2020 et de 40 centimes en novembre de la même année.

Cette politique d’augmentation des prix va toucher non seulement les paquets normaux à hauteur de 20 %, mais aussi le tabac à rouler et les cigarillos, pour éviter que les fumeurs ne se rabattent sur le tabac le moins cher. Une belle manière de rappeler que le but c’est avant tout de faire payer plus, plutôt que de renforcer une prévention déjà peu efficace.

Une mesure qui creuse les inégalités sociales

Les prix du tabac ont connu des hausses successives depuis les années 1990. Au cours des dix dernières années, le prix d’un paquet de cigarettes a ainsi augmenté de 40 %. Et si les ventes de tabac ont considérablement diminué depuis les années 2000, cette baisse de la consommation n’est pas répartie de façon égale dans la population. Entre 2010 et 2016, l’usage du tabac a même connu une augmentation chez les personnes à faibles revenus, passant de 35,2% à 37,5%, tandis qu’il a diminué chez celles à haut niveau de revenus (de 23,5% à 20,9%). Les hausses de prix du tabac impactent donc particulièrement les populations les plus démunies. Pire, selon plusieurs études de l’Inserm, ces augmentations des tarifs tendent à paupériser encore plus les personnes les plus fragiles financièrement contribuant à creuser d’autant plus les inégalités sociales. En effet, les fumeurs les plus pauvres consacrent de plus en plus de leur budget à l’achat de cigarettes tandis que la proportion budgétaire accordée au tabac par les fumeurs plus aisés reste relativement stable.

L’argument sanitaire ou le machiavélisme bourgeois

Pour expliquer l’écart de consommation de tabac entre les différents niveaux de revenus, l’agence Santé Publique France avance plusieurs raisons, parmi lesquelles « l’utilisation de la cigarette pour gérer le stress, la difficulté à se projeter dans l’avenir, la méfiance à l’égard des messages de prévention, le déni du risque, une dépendance nicotinique plus importante, une norme sociale en faveur du tabagisme ou des événements difficiles pendant l’enfance ». L’usage du tabac corrèle donc plus avec une précarisation financière et sociale qu’avec le prix du paquet de cigarettes malgré ce que veut nous faire croire Agnès Buzyn. Dès lors, la volonté affichée du gouvernement de placer la prévention sanitaire au cœur de sa stratégie politique n’est rien d’autre qu’une vaste fumisterie. D’autant plus que quand, en parallèle, ce même gouvernement s’acharne à détruire les services publics et le système de santé.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Derr ... ntisociale
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede Pïérô » 02 Nov 2017, 01:35

Aux prud’hommes de Lorient, plus de la moitié des conseillers sur le départ

Dans le Morbihan, comme dans tous les conseils de France, l’instauration des barèmes, en septembre, est perçue comme « la fin de l’indépendance de la justice prud’homale ».

Derrière la vitre de l’accueil, à côté d’un écriteau promettant « la justice pour tous », la secrétaire a gardé sa parka militaire. « Pas étonnant, vu comme tout le monde leur tire dessus en ce moment », chuchote à son voisin un petit homme à moustache qui patiente dans le hall grisâtre du conseil des prud’hommes de Lorient (Morbihan), comme on attendrait chez le médecin. Fier de son bon mot, il replonge dans sa lecture d’un magazine Service public de septembre 1994.

A l’étage, dans les bureaux de ce cube de béton sis au milieu d’une ruelle résidentielle de la cité portuaire bretonne, c’est « une guerre sans précédent » qu’a aussi le sentiment de mener la présidente du conseil, Léonne Mahoïc. Celle contre « la mise à mort programmée des prud’hommes ».

... http://www.lemonde.fr/emploi/article/20 ... CtkXsrH.99
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede Pïérô » 03 Nov 2017, 12:25

Le simulateur d'indemnités de licenciement abusif choque les syndicats

Mis en ligne sur le site officiel Servicepublic.fr, le simulateur permettant de calculer les indemnités en cas de lincenciement abusif indigne les syndicats de salariés.

« Totalement scandaleux ! » tonne Eric Scherrer, le président du Seci-Unsa, le syndicat des employés du commerce et de l'industrie. « Voilà la porte ouverte à tous les abus », s'étouffe de son côté Philippe Nackaerts, secrétaire général du Comité CGT-Chômeurs. Depuis quelques jours, un nouvel outil mis en ligne sur Servicepublic.fr, le site officiel de l'administration, à la suite de la publication au « Journal officiel », fin septembre, des ordonnances réformant le Code du travail, déclenche une salve de réactions outrées tant dans les rangs syndicaux que sur les réseaux sociaux.

En cause ? Le « simulateur des indemnités en cas de licenciement abusif » à destination des chefs d'entreprise et des salariés qui indique le montant minimal et maximal susceptible d'être fixé par les juges des prud'hommes en cas de licenciement abusif, c'est-à-dire sans cause réelle ni sérieuse.

... http://www.leparisien.fr/economie/le-si ... 369938.php
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 04 Nov 2017, 20:26

Fin des CHSCT : « l’employeur a désormais les mains libres »

Dans le cadre des ordonnances réformant le Code du travail, les Comités d’hygiène et sécurité et des conditions de travail (CHSCT), les Comités d’entreprise et les délégués du personnel doivent disparaître au profit d’une nouvelle instance unique : le Comité social d’entreprise (CSE). Complexes, mal connues et parfois considérées comme lointaines par les salariés, la suppression de ces instances représentatives du personnel (IRP) inquiète syndicalistes et professionnels du droit du travail. Retour sur un entretien avec Pascal D*, expert agréé auprès des CHSCT et des CE qui a choisi de garder l’anonymat.

« La situation est inquiétante, l’employeur a désormais les mains libres ». C’est en ces termes que Pascal D., expert auprès des instances représentatives du personnel, analyse la mise en œuvre des ordonnances Macron. Une opinion qui semble partagée par certaines organisations syndicales. Une tribune dénonçant la fin des CHSCT, signée entre autres par des membres de Solidaires, de la FSU et de la CGT a été publiée sur Mediapart le 19 octobre. Force ouvrière vient, à son tour, de faire paraître un communiqué de presse au titre évocateur : « Moyens du comité social et économique (CSE) : le compte n’y est pas ! ».

La création du CSE au niveau des entreprises est l’une des grandes nouveautés des ordonnances voulues par Emmanuel Macron. Dans les faits, il s’agit essentiellement de fusionner les instances représentatives au sein d’une délégation unique du personnel. Concrètement, les mandats du CE et du CHSCT y seront réunis. Cette disposition a été amorcée par la loi Rebsamen en août 2015, mais uniquement pour les entreprises de moins de 300 salariés. De prime abord, la concentration des mandats autour d’une délégation unique apparaît comme un moyen simple de réduire les coûts. En baissant tout d’abord drastiquement le nombre d’élus, mais aussi en dotant le CSE d’une seule personnalité morale et d’un seul budget, à l’image des CE. Désormais, en cas de recours à une expertise, 20 % de la dépense seront ponctionnés sur le budget du CSE. Jusqu’alors, cette charge incombait uniquement à l’entreprise.

... https://rapportsdeforce.fr/classes-en-l ... s-10301039
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 06 Nov 2017, 20:23

Les députés LREM votent une baisse de 9,8% du budget du logement
Le vote de la partie logement du budget, du ministère de la Cohésion des territoires est intervenu la nuit dernière. Après avoir rejeté tous les amendements, une majorité de députés « godillots » de La république en marche (LREM) a voté une baisse de 9,8% du budget du logement pour 2018 et promet de faire pire encore pour 2019 et 2020 en s’attaquant toujours à l’aide personnalisée au logement dont bénéficient près de 6 millions de locataires en France.
... https://www.humanite.fr/les-deputes-lre ... ent-644911


France. Coût réel de la «flat tax»
C’est une tribune qui a fait l’effet d’une bombe au milieu des discussions budgétaires actuelles. Mercredi 25 octobre, Gabriel Zucman, économiste à l’université de Berkeley, publie un texte dans Le Monde intitulé : « La “flat tax” est une bombe à retardement pour les finances publiques ». Il y met en garde contre un effet pervers du prélèvement forfaitaire unique (PFU) sur les revenus du capital, inclus dans le projet de loi de finances 2018, qui n’avait pas été mis en lumière pour l’instant: l’arbitrage entre les deux fiscalités du capital et du travail et ses conséquences pour les finances publiques.
Gabriel Zucman souligne en effet qu’avec l’instauration du PFU, la différence entre le taux marginal d’imposition du travail et celui du capital atteindra un niveau « inédit ». En ajoutant au PFU l’impôt sur les sociétés abaissé à 25 % (qui est l’objectif du gouvernement pour 2022), le taux d’imposition des dividendes atteint 50,5 % alors que le taux marginal d’imposition des salaires atteint lui 65,8 % (en incluant les cotisations déplafonnées, la CSG et l’impôt sur le revenu). Une différence de 15,3 points qui est considérable et qui, selon l’économiste, ne peut qu’inciter les personnes concernées à modifier le mode de perception de leurs revenus. Et à basculer une partie de ceux-ci de la forme salariale à la forme capitalistique par la perception de dividendes.
... http://www.anti-k.org/2017/11/04/france ... -flat-tax/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 09 Nov 2017, 16:23

Hulot et Macron reculent sur le nucléaire

À la sortie du conseil des ministres, le 7 novembre, Nicolas Hulot a annoncé qu’il serait « difficile de tenir le calendrier » prévu par la loi de réduire la part du nucléaire à 50 % d’ici 2025. Pour justifier ce recul, il s’est appuyé sur un scénario de RTE - dont le détail n’est pas public - et pointe un risque d’augmentation des émissions de CO2. L’argument n’est pas valable, jugent des experts et des associations.

... https://reporterre.net/Hulot-et-Macron- ... -nucleaire
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 12 Nov 2017, 21:55

Rénovation des passoires énergétiques : Macron promettait, le gouvernement recule

Le candidat Macron avait promis la rénovation d’un million de logements mal isolés pendant son quinquennat. Les choix politiques faits jusqu’à présent indiquent, selon l’auteur de cette tribune, que le gouvernement ne se donne pas les moyens d’atteindre cet objectif.

Danyel Dubreuil est coordinateur de l’initiative Rénovons pour le Cler-Réseau pour la transition. Il s’exprime au nom des membres de l’initiative Rénovons.

Pendant sa campagne, Emmanuel Macron s’était engagé sur un objectif ambitieux de rénovation d’un million de passoires énergétiques appartenant à des ménages modestes sur les cinq années de son mandat, soit 200.000 rénovations par an. Alors que le gouvernement d’Édouard Philippe livre les plans qui doivent permettre d’atteindre ces résultats, force est de constater que les investissements promis ne sont pas au rendez-vous. Plus inquiétant encore, les mesures d’accompagnement des ménages modestes vers la rénovation de leur logement sont fragilisées.

Dès le mois de juillet, les discours de politique générale du Premier ministre ainsi que le plan climat présenté par Nicolas Hulot prévoyaient « de faire disparaître en 10 ans les passoires thermiques » dans l’objectif de réduire durablement la précarité énergétique. 7 millions de passoires énergétiques seraient rénovées… des annonces qui concordaient presque parfaitement avec les objectifs de l’initiative Rénovons, animée par le Cler-Réseau pour la transition énergétique !

À l’issue d’un été laborieux dans les cabinets ministériels, le gouvernement a présenté un premier ensemble de documents qui mentionnent cette priorité. Le plan logement du ministère de la Cohésion des territoires rappelle « que pour le parc privé, l’appui à la rénovation énergétique sera renforcé pour viser 150.000 rénovations par an de passoires thermiques occupées par des ménages en précarité énergétique ». Les engagements présidentiels ont donc été revus à la baisse, et contrairement aux autres engagements du plan, cet objectif n’est accompagné d’aucune proposition concrète pour y parvenir et renvoie la balle au plan climat qui ne comprenait lui-même rien de concret. Première alerte sérieuse…

... https://reporterre.net/Renovation-des-p ... ent-recule
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités