Un quinquennat Macron-MEDEF

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 18 Mar 2018, 21:15

Retraités : « Comment la CSG massacre notre pouvoir d’achat »

Depuis le 1er janvier, le taux de cet impôt a augmenté de 1,7 point. Raison invoquée par le gouvernement : la nécessité de revaloriser le revenu des actifs, touchés aussi par la hausse de la CSG, mais qui bénéficieront en échange d’un gain plus important de pouvoir d’achat grâce à la diminution des cotisations chômage et maladie. Du moins cela vaut-il pour les salariés du privé, car les fonctionnaires, non concernés par ces cotisations, devront se contenter d’une simple compensation sur leur fiche de paie. Les retraités sont les grands perdants de la mesure. C’est à eux que le pouvoir réclame le reste de la facture. Les employeurs, de leur côté, se frottent les mains, puisqu’ils pourront arguer de ce transfert de revenus entre générations pour refuser d’augmenter les salaires.

Pouvoir d’achat. Les retraités refusent d’être les vaches à lait du macronisme

... https://www.humanite.fr/pouvoir-dachat- ... sme-652099
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede Lila » 18 Mar 2018, 23:02

Impact des mesures d’austérité sur les femmes en France

Des politiques d’austérité sont appliquées dans de nombreux pays en Europe au nom de la réduction des déficits publics et des dettes souveraines. Leurs effets récessifs sont aujourd’hui de plus en plus reconnus, y compris, depuis 2012, par les institutions qui en sont les instigatrices, comme le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne. Plus récemment, un rapport du département du Budget du FMI1 estime que les plans d’économies budgétaires ont contribué à creuser des inégalités sociales au détriment des plus défavorisés, et il préconise une augmentation des dépenses sociales. Ce rapport constitue une première de la part du FMI, bien qu’il ne fasse, au fond, qu’acter des conséquences déjà établies par ailleurs2.

Les plans d’austérité ont des effets très négatifs sur les couches populaires, et plus particulièrement sur les populations les plus précaires, du fait des baisses des dépenses publiques à visée sociale. Or les femmes sont majoritaires dans la précarité, de manière structurelle : leur taux de sous-emploi (dont le temps partiel subi) est très supérieur à celui des hommes ; leur part dans les emplois à bas salaires3 est disproportionnée (près de 80% en France).

Ce texte se propose d’étudier par quels mécanismes les mesures d’austérité ont un impact genré. Certaines de ces mesures ne font en réalité que poursuivre et amplifier des mesures engagées avant la crise de 2008, déjà dans un objectif de réduction des dépenses publiques, par exemple la diminution du nombre de fonctionnaires initiée en 2007. De même, les réformes des retraites et la restructuration des hôpitaux répondent à l’objectif de réduction des déficits des caisses de sécurité sociale par la baisse des dépenses de protection sociale. Ce texte traite des conséquences sur les femmes des mesures structurelles et conjoncturelles qui entrent dans le cadre de la baisse des dépenses publiques.

à lire : https://entreleslignesentrelesmots.word ... en-france/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 21:29

Bruno Le Maire confirme des «privatisations importantes» à venir

Le ministre de l’Economie et des Finances a confirmé dimanche ces mesures sans préciser les entreprises concernées.

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé dimanche des «privatisations importantes» à venir en France, dont le produit servira à investir dans des «technologies de rupture» comme «l’intelligence artificielle». «Nous voulons que l’Etat dégage des moyens financiers pour investir sur les technologies de rupture sur lesquelles nous sommes en train de prendre du retard», a déclaré le ministre au micro de l’émission Questions Politiques, interrogé par des journalistes de France Télévision, le Monde et France Inter.

... http://www.liberation.fr/france/2018/03 ... e=Facebook
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede Pïérô » 20 Mar 2018, 16:21

Venue de Macron à Tours : la police protège la com’ du président

Le mercredi 14 mars, tout a été mis en œuvre par les forces de police pour maintenir à distance les opposant-es et donner l’image d’un accueil enthousiaste du président de la République.

Des dizaines de CRS pour empêcher un départ en manifestation, du gaz lacrymogène pour éloigner des étudiant-es qui se contentaient de chanter des slogans contre la loi Vidal, et enfin des policiers en civil pour exfiltrer sans ménagement les derniers opposants chantant « la loi Vidal c’est de la merde » au moment où Macron serrait des mains, devant la mairie de Tours. Un énorme dispositif aura été nécessaire pour donner l’illusion d’un accueil enthousiaste du président en Touraine.

... https://larotative.info/venue-de-macron ... -2694.html


300 à 400 manifestant-e-s contre Macron et son monde.
A l’occasion de la venue de Macron à Tours, ce 14 mars 2018.
Bon, dispositif policier grandiose, on a juste pu faire 50m tout droit et 25m sur la route à gauche.
http://www.solidaires37.org/spip.php?article1226 et Photos : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1838
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 22 Mar 2018, 21:52

Quand le pouvoir continue de se moquer des retraités

Édouard Philippe a promis des compensations à 100 000 retraités en 2019 alors qu’ils sont, dès cette année, des millions à être taxés injustement via l’augmentation de la CSG.

Au moins 60% de retraités voient leur pension amputée depuis le début de l’année 2018 alors que le net à percevoir n’avait pratiquement pas progressé entre 2013 et 2017. En Indre-et-Loire récemment, une vidéo généreusement distribuée aux médias audiovisuels par le service de communication de l’Elysée montrait Emmanuel Macron tentant de convaincre une retraitée qui l’avait poliment interpellé, que le locataire de l’Elysée demandait cet effort à ceux et celles qui ne sont plus dans la vie active afin d’améliorer de quelques euros par mois la feuille de paie des ouvriers et des employés.

Curieux langage chez un chef d’Etat dont l’une des premières décisions fut de supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) pour les plus riches patrons dont Bernard Arnault patron du groupe LVMH, première fortune de France et quatrième fortune mondiale. Devant l’ampleur des manifestations de retraités dans tout le pays le 15 mars, les télés, les radios et la presse écrite ont évoqué le sujet. Ces médias ont ponctuellement donné la parole aux retraités, surtout à ceux et celles dont la pension dépasse 2 000€ par mois à la pension mensuelle moyenne des retraités dépasse à peine 1 300€.

Un vol au regard des droits acquis

Souvent, « l’angle de traitement du sujet » par les journalistes s’est limité aux conséquences que pourrait avoir cette décision injuste sur la popularité du chef de l’Etat et de son Premier ministre mesurée par les sondages. Mais rares sont les journalistes qui ont pris la peine décrypter la décision gouvernementale pour ce qu’elle est. Or, il s’agit d’une injuste amputation des droits à pension acquis par une vie de travail en cotisant à des caisses de retraite. Cela s’apparente à un vol au regard des droits acquis. Qui plus est, dès lors qu’il s’agit de supprimer la cotisation chômage du bulletin de salaire des actifs susceptibles d’en bénéficier en cas de perte d’emploi. Transférer cette charge sur les retraités via l’augmentation de la CSG de 1,7% sur la pension brute est d’autant plus injustifiable que les retraités, du fait qu’ils sont précisément retraités, ne peuvent bénéficier du chômage.

... https://humanite.fr/quand-le-pouvoir-co ... tes-652284
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 22 Mar 2018, 22:00

Annonces gouvernementales sur le renforcement du contrôle des chômeur-euses

Image

https://www.solidaires.org/Annonces-gou ... meur-euses
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 24 Mar 2018, 20:35

La loi Elan, une menace sur le logement public 

Habitat. Christine Leconte revient sur les raisons de l’opposition des architectes au projet de loi logement du gouvernement.

Vous reprochez au projet de loi Elan de menacer la qualité du futur bâti. Pourquoi ?

Christine Leconte Parce qu’il va faciliter un retour à des erreurs passées : préfabrication à outrance, standardisation, manque de transparence de l’utilisation de l’argent public. Un des points d’alerte est la sortie des bailleurs sociaux de la loi MOP (relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée) et donc l’affranchissement de l’obligation d’organiser des concours d’architecture pour la conception de leurs bâtiments et le suivi du chantier. Il ne s’agit pas de corporatisme. La loi MOP garantit la qualité du bâti dans la commande publique. Le risque est de voir le secteur public perdre en qualité, comme on l’a observé dans le privé. Là, les promoteurs font souvent des plans types de plus en plus standardisés, qu’ils nous imposent. La différence se fait sur l’image de synthèse des façades vendue aux clients. Les usages, l’espace, la lumière naturelle et tout ce qui fait le confort des habitants sont laissés de côté. Est-ce cela que nous voulons pour la production de logement social en France ?

... https://www.humanite.fr/habitat-la-loi- ... xtor=RSS-1
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 28 Mar 2018, 02:12

Un Hold up » sur 200 milliards: Épargne retraite : les pistes du gouvernement pour réorienter les placements

Question d’importance : Comment piquer la majeure partie de la cagnotte des « placements retraites et/ou assurances-vie », 200 milliards pour les premiers, 1632 milliards pour les seconds, qui étaientt le plus souvent placés dans des emprunts garantis, « de bons pères de famille » dans des « obligations » d’Etat, pour la transférer sur les marchés financiers au profit des entreprises, avec une promesse de plus de rémunérations avec plus de risques, de « volatilité » comme ils disent gentiement. Cette manoeuvre est ourdie depuis des années, avec des arguments particulièrement pervers comme ceux qui aboutissent à mettre en doute la solvabilité des assureurs, qui le prennent mal. Nous sommes face au « casse du siècle » aux multiples implications…

... http://www.anti-k.org/2018/03/27/un-hol ... lacements/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 28 Mar 2018, 03:02

L’offensive générale

Un ancien ministre de l’économie socialiste qui, plus tard, créera un parti libéral à son image a un jour détaillé l’art et la manière d’enfanter une société de marché : « N’essayez pas d’avancer pas à pas. Définissez clairement vos objectifs et approchez-vous en par bonds en avant qualitatifs afin que les intérêts catégoriels n’aient pas le temps de se mobiliser et de vous embourber. La vitesse est essentielle, vous n’irez jamais trop vite. Une fois que l’application du programme de réformes commence, ne vous arrêtez plus avant qu’il soit terminé : le feu de vos adversaires perd en précision quand il doit viser une cible qui bouge sans arrêt. » M. Emmanuel Macron ? Non, M. Roger Douglas, en novembre 1989, en Nouvelle-Zélande. Il livrait alors les recettes de la contre-révolution libérale que son pays venait d’expérimenter (1).

Près de trente ans plus tard, le président français reprend toutes les vieilles ficelles de cette « stratégie du choc ». SNCF, fonction publique, hôpital, école, droit du travail, fiscalité du capital, immigration, audiovisuel public (« la honte de la République ») : où regarder et comment résister quand, au prétexte de la catastrophe qui vient ou de la dette qui explose, l’engrenage des « réformes » tourne à plein régime ?

Les chemins de fer ? Un rapport confié à un compère dépoussière l’inventaire des prières libérales jusque-là inexaucées (fin du statut des cheminots, transformation de l’entreprise en société anonyme, fermeture des lignes déficitaires). Cinq jours après sa publication, une « négociation » s’engage déjà pour maquiller le diktat qu’on veut imposer aux syndicats. Il convient en effet de profiter sans tarder du climat de démobilisation politique, de division syndicale, d’exaspération des usagers devant les retards, les accidents, la vétusté des lignes, la cherté des billets. Car l’« urgence à agir » qu’invoque la ministre des transports, elle est là. Quand l’occasion se présente, « vous n’irez jamais trop vite », insistait déjà M. Douglas.

Le gouvernement français compte également sur les fake news des grands médias pour disséminer des « éléments de langage » favorables à ses projets. L’idée — vite lancée, aussitôt reprise — que « la SNCF coûte 1 000 euros à chaque Français, même ceux qui ne prennent pas le train », rappelle d’ailleurs à s’y méprendre le fameux « chaque Français paierait 735 euros pour l’effacement de la dette grecque », qui, en 2015, a contribué à l’étouffement financier d’Athènes.

Parfois, la vérité éclate, mais trop tard. Plusieurs « réformes » des retraites ont été justifiées par l’allongement général de l’espérance de vie. Une étude officielle vient cependant de conclure que, « pour les générations 1951 et suivantes », c’est-à-dire 80 % de la population française, « la durée moyenne espérée passée à la retraite devrait baisser un peu par rapport à la génération 1950 » (2). Autant dire qu’un progrès historique venait tout juste de s’inverser. Ce genre d’information n’a pas martyrisé nos tympans. Et M. Macron ne semble pas penser qu’il y aurait « urgence à agir » sur ce front…

Serge Halimi


(1) Cf. Le Grand Bond en arrière. Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde, Agone, Marseille, 2012 (1re éd. : 2004).

(2) « L’âge moyen de départ à la retraite a augmenté de 1 an et 4 mois depuis 2010 » (PDF), Études et Résultats, no 1052, direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), ministère de la santé, Paris, février 2018.


https://www.monde-diplomatique.fr/2018/03/HALIMI/58473
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 30 Mar 2018, 22:23

Une attaque de plus

Macron entend imposer une réforme libérale du système des retraites par ordonnances

Alors que les retraités ont massivement manifesté les 15 et 22 mars dernier, Macron répond par une nouvelle attaque ! En effet, avec sa réforme du système des retraites, le « président des riches » entend ouvrir la porte à un financement par le biais des marchés financiers.

Dans son édition du 27 janvier, Le Parisien a dévoilé les dessous de la nouvelle réforme des retraites, inscrite dans le cadre de la loi PACTE. La réforme viserait à réorienter l’épargne des retraités vers des placements plus risqués dans les entreprises pour « rebooster l’économie ».

L’essence même de cette réforme vise à privilégier la perception des retraites sous forme de capitaux plutôt que sous la forme d’une rente, c’est à dire par un versement mensuel. Cela viserait à orienter l’épargne vers des placements directs des retraites sur les marchés et à remettre en cause in fine la retraite par répartition. En d’autres termes, si les libéraux mettent en avant la possibilité de « gagner plus », c’est surtout les risques « de tout perdre » qui guettent les retraités, notamment les plus modestes.

L’autre idée explorée par le gouvernement pour cette réforme concerne la fusion des produits d’épargne. Ainsi, PERCO (dispositif d’épargne salariale par accord d’entreprise et ouvert à tous les salariés) pourrait se voir fusionner avec PERE, Madelin et PERP. La aussi, il s’agit d’une attaque contre les plus modestes, car fusionnant les dispositifs des plus précaires avec ceux des cadres par exemple, entraînant des risques au moins aussi forts, pour des « bénéfices » moins élevés.

La logique de cette nouvelle réforme du système de retraite tend à ouvrir grand la porte à une libéralisation totale. Comme à son habitude, le gouvernement entend passer en force, en imposant cette réforme par ordonnance. Cette libéralisation du système de retraite est attendue de longue date par les classes dominantes, et s’inspire ouvertement des libéralisations ayant déjà eu lieu ailleurs dans le monde, avec des résultats plus que désastreux. Aux États-Unis par exemple, le modèle libéral du système des retraites a creusé le déficit, qui augmente année après année et qui a atteint 3400 milliards de dollars. Qu’on se le dise, c’est bien ce modèle qui sert de boussole à Macron, entraînant la mort programmée d’un système de retraite socialisé.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Macr ... rdonnances
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 31 Mar 2018, 23:22

Des intérêts bien gardés

Loi sur le « secret des affaires » validée par l’Assemblée : énième cadeau au patronat, en procédure accélérée

Mercredi 28 mars, l’Assemblée Nationale adoptait, par une procédure accélérée, la proposition de loi de LREM concernant le secret des affaires, à 46 pour et 20 contre. Le Sénat devrait en débattre le 18 avril. Après la loi sur ISF, le président des riches continue donc dans sa lancée en permettant aux patrons d’être toujours plus opaques quant à leurs pratiques, et protégés pour cela par la loi.

Loi travail XXL, casse des statuts et des services publics, tout ça par ordonnances et procédures accélérées… Le renforcement du pouvoir de la bourgeoisie avance à grands pas avec Macron, dont les députés prévoient de faire appliquer le plus rapidement possible cette nouvelle loi sur le secret des affaires, qui suit un vote du Parlement européen en 2016. L’introduction de cette directive européenne dans la législation française avait alors soulevé une levée de boucliers qui avait fait reculer temporairement le gouvernement, repoussant sa date limite d’application jusqu’en juin 2018.

LREM veut maintenant la faire passer une bonne fois pour toutes, par une procédure accélérée qui supprime les navettes entre les deux Chambres. Sous couvert de protéger les secrets industriels d’un espionnage économique et industriel, cette loi sur le secret des affaires prévoit surtout de laisser une marge de manœuvre encore plus grande qu’elle ne l’est déjà aux entreprises pour passer outre les normes environnementales, économiques, de santé publique, fiscales, etc. Un énorme cadeau pour les entreprises qui auront encore plus les mains libres pour leurs petits arrangements industriels et commerciaux, en dissuadant quiconque voudrait dénoncer leurs pratiques.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Loi- ... -procedure
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 16:40

Réforme du bac, du lycée : le ministère s’entête

Le ministère vient de communiquer les projets de textes concernant la réforme des enseignements du lycée. Après le rejet en CSE du 21 mars du décret sur la mise en œuvre du nouveau baccalauréat, le gouvernement persiste et dévoile des projets de textes toujours aussi flous sur les horaires, leurs répartitions et les disciplines qui constitueront les enseignements au lycée et en particulier ceux de spécialités qui sont la nouveauté et l’inconnu de cette réforme.

Un ministère inconséquent

La fédération Sud éducation n’a pas siégé le 4 avril aux commissions spécialisées d’examen de ces textes. Nous avons demandé le report de la séance sans succès, en raison d’une mobilisation interprofessionnelle d’ampleur les 3 et 4 avril dans le secteur des transports nous empêchant de nous y rendre.

Des informations floues

Dans ces textes, le ministère arrête la répartition des horaires des enseignements au lycée mais sans préciser ce que contiendront ces enseignements et notamment ceux de spécialités dont les intitulés révèlent des disciplines qui pour l’heure n’existent pas, ou des associations disciplinaires dont l’organisation et les répartitions horaires demeurent inconnues.

Le ministère maintient le flou et à dessein, car ces nouvelles spécialités et disciplines impacteront les postes, les horaires et conditions de travail des enseignant⋅e⋅s.

... http://www.sudeducation.org/Reforme-du- ... ee-le.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 17:43

A qui bénéficie la réforme de la formation professionnelle ?

Image

à télécharger : https://www.solidaires.org/IMG/pdf/arti ... f565e5cbcd

https://www.solidaires.org/A-qui-benefi ... ssionnelle
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 22:16

Ils ne savent pas supprimer le chômage alors ils suppriment les chômeurs !

Bien joué le tour de passe passe idéologique de Macron et Pénicaud, afin de dédouaner les responsables, voire les coupables du chômage, ils stigmatisent les victimes.

Pour satisfaire les actionnaires et augmenter sans cesse et sans limite leurs profits, les grands patrons ne cessent de licencier, délocaliser, précariser et les profiteurs et même les fraudeurs seraient ces salariés que l’on prive d’emploi et très vite de revenu décent.

Mais également de place, de rôle, d’utilité sociale. On les infantilise, les convoquent, les contrôlent, les radient.

Ils ne sont pas seuls ces pauvres patrons, Macron travaille, lui, pour faire baisser le prix du travail et dans le même temps casser toutes les solidarités ; loi travail, baisse des droits et pression sur les chômeurs, les étudiants, les salariés, les retraités et bien évidemment comme toujours sur les plus fragiles.

Cela va se traduire par un renforcement de ces contrôles et même d’un carnet de bord, un peu comme les « tricards » du siècle dernier…

Mais de qui se moque-t-on ? Il y à près de 6 millions de chômeurs et au maximum 300.000 emplois réellement disponibles. Et s’il est vrai que certains sont découragés à force de non-réponses, de refus, de portes fermées, ce n’est pas de contrôle et de sanctions dont nous avons besoin mais de réel accompagnement, de véritable formation.

En revanche rien de vraiment concret pour les vrais fraudeurs de l’évasion et des optimisations fiscales, pour les milliards de non paiement de cotisations sociales.

Remplacer la cotisation sociale, salaire différé, qui permet une certaine cohésion de la société au travers le service public, par la C.S.G. donc par l’impôt c’est pouvoir le jour voulu, et ils le voudront, dire, qu’il s’agit d’une allocation de solidarité, et qu’elle elle va donc devenir une allocation différentielle. Qui prend en compte les revenus du ménage dans les calculs et pas seulement le revenu individuel.

Nous revendiquons l’indemnisation de toutes les formes de chômage et de précarité.

Que les droits ouverts soient individuels.

Que nous soyons consultés sur les questions qui nous concernent.

L’arrêt des radiations autres que pour retour à l’emploi et un véritable droit de recours.

Philippe Villechalane
Porte parole de l’Apeis


http://www.apeis.org/Ils-ne-savent-pas- ... er-le.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 22:33

Macron: « pas d’argent magique » pour les hôpitaux (vidéo)
Emmanuel Macron a connu un face à face tendu avec plusieurs membres du CHU de Rouen lors de sa visite de jeudi. Face à une aide-soignante qui demandait plus de moyens pour les hôpitaux, il a répondu qu’il n’y avait pas « d’argent magique », phrase qui n’a pas été appréciée.
... https://www.anti-k.org/2018/04/06/macro ... aux-video/

Agnès Buzyn accusée de "mépris de classe" après sa réaction face aux infirmières
La ministre de la santé visitait jeudi le CHU de Rouen en compagnie du chef de l'État.
POLITIQUE - Cette séquence laisse visiblement des séquelles. Jeudi 5 avril, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, accompagnée par Emmanuel Macron, était en visite au CHU de Rouen dans le cadre du plan pour l'autisme préparé par le gouvernement. Un déplacement sur fond de contestations au cours duquel le chef de l'État a eu un face-à-face tendu avec le personnel soignant.
Si l'argumentaire du président de la République a fait l'objet de commentaires pour sa ressemblance avec celui du candidat Fillon, une autre partie de cet échange fait également réagir: la réaction de la ministre de la Santé aux propos d'une infirmière (vidéo ci-dessous).
... https://www.huffingtonpost.fr/2018/04/0 ... _23404603/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités