Un quinquennat Macron-MEDEF

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 27 Sep 2018, 16:03

Budget 2019 : voici comment les pauvres vont payer à la place des riches

En présentant son budget 2019 ce lundi, le gouvernement veut faire croire aux Français qu’une faible baisse des impôts doit permettre d’augmenter leur pouvoir d’achat l’an prochain. Mais il a déjà programmé une baisse du pouvoir d’achat pour plus de 20 millions de ménages sur un total de 32,5 millions en 2019. Il s’agit des retraités, des bénéficiaires de l’Aide personnalisée au logement (APL) et des foyers percevant des allocations familiales. Selon l’annonce faite par le Premier ministre le 26 août dernier, ces prestations ne seront augmentée que de 0,3% en 2019 et en 2020, soit quatre à cinq fois moins que l’augmentation prévisibles des prix deux années de suite. Les ménages aux plus faibles revenus perdront sur deux tableaux : la retraite et l’APL pour les uns, l’APL et les allocations familiales pour les autres.

... https://www.humanite.fr/budget-2019-voi ... hes-661100


Chocolat

Les riches ont déjà été servis, avec la suppression de l’ISF et la taxe forfaitaire sur les revenus du capital. Ce serait au tour des autres.

On entend déjà les commentateurs avisés évoquer une inflexion à gauche avec ce chiffre de six milliards de baisses d’impôts. Suppression des cotisations salariales chômage et maladie, baisse d’un deuxième tiers de la taxe d’habitation… Mais hausse des taxes carburant, gel des allocations familiales, des retraites, après la baisse des APL et la hausse de la CSG pour les retraités… Le ministre du budget est arrivé hier à la commission des Finances avec des chocolats. Ce sont les plus modestes qui vont être chocolat.

Sans doute va-t-on nous parler de contraintes. D’une croissance plus faible que prévu. De la nécessité de rester sous les 3 % de déficit. Le budget serait un numéro d’équilibre. La réalité, c’est que ce numéro est le reflet de la politique menée et que cette politique n’a produit aucun résultat positif en termes d’emplois et de relance économique.

Donc le président et son gouvernement vont continuer. En réalité, les grandes bénéficiaires de cette politique sont les entreprises. Non seulement elles vont toucher les sommes qui leur sont dues pour 2018 au titre du Cice, mais elles vont aussi bénéficier des baisses de cotisations prévues pour le remplacer. Coût de l’opération, 40 milliards d’euros. On connaît l’argument. Il s’agit de doper la compétitivité, les investissements et l’embauche. Mais, et c’est là le fond du problème, cette politique dite de l’offre est une politique du court terme, du service des actionnaires et en aucune manière une politique au service de l’intérêt général ni même de l’emploi. Dans cette logique, les entreprises vont là où il y a du profit et non des besoins. Elle est incapable de répondre aux défis sociaux et environnementaux d’aujourd’hui. La grande promesse macronienne d’un nouveau monde, c’était pour le capital. Ça commence à se voir.

Par Maurice Ulrich


https://www.humanite.fr/chocolat-661125
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 29 Sep 2018, 23:06

8 retraités sur 10 perdront du pouvoir d’achat, selon une étude

Huit retraités sur dix vont perdre du pouvoir d’achat d’ici à 2020, selon une étude du think-tank OFCE, notamment en raison du quasi-gel des pensions. Le gouvernement réfute ces chiffres et met en avant des mesures favorables aux pensionnés.

(Boursier.com) — Près de 80% des retraités verront leur pouvoir d’achat amputé à l’horizon 2020 du fait des mesures du gouvernement, avec une perte moyenne de 400 euros par an au global par ménage, selon une étude de l’OFCE publiée jeudi sur le site internet des ‘Echos’. Seuls les retraités les plus modestes devraient être épargnés, selon cette étude…

Si Emmanuel Macron a déclaré récemment qu’il fallait « arrêter d’emmerder les retraités », cette étude semble donc confirmer que cette catégorie de Français sera mise à contribution ces deux prochaines années…

... https://www.anti-k.org/2018/09/28/8-ret ... une-etude/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 03 Oct 2018, 18:57

Une nouvelle tentative de reprendre la main

Macron se la joue comme Sarko et tente de placer ses pions au sein du pouvoir judiciaire

Dans un contexte d'affaiblissement et de tensions avec « l'État profond », Macron retente, par divers moyens, de reprendre la main et de remettre de l'ordre. A la manière d'un Sarkozy, ce dernier tente de placer ses pions au sein du pouvoir judiciaire en choisissant le nouveau procureur de Paris. Un poste clé, qui a notamment la charge des dossiers économiques et politiques sensibles, à l'instar de l'affaire Benalla, Nyssen, Kohler, et toutes les autres casseroles de l'exécutif et de son entourage. De quoi ravir les syndicats de magistrature !

Alors que François Molins, l’actuel procureur de Paris, doit quitter son poste début novembre pour la Cour de cassation, l’exécutif tente de placer ses pions à ce poste clef et stratégique ! Ce dernier cumule en effet les affaires de terrorisme, de santé publique, de crimes contre l’humanité mais aussi les dossiers politiques et économiques sensibles : « La nature même de la ville de Paris fait que les dossiers les plus sensibles, qui peuvent impliquer des personnalités de la majorité, de l’opposition ou des proches du pouvoir, sont pour la quasi-totalité traités à Paris. Ce n’est pas le magistrat le plus puissant, mais le poste le plus sensible de France », déclare en effet Jacky Coulon, secrétaire national de l’USM, l’union syndicale des magistrats.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Macr ... judiciaire


Pensions de retraite : finalement pas de hausse de la revalorisation pour les plus modestes

Contrairement à ce qui avait été évoqué fin aout par les députés En marche, il n'y aura finalement pas de hausse de la revalorisation des pensions pour les retraités les plus modestes. En plus de l'augmentation de la CSG, les retraités les plus modestes feront donc aux aussi face à un quasi-gel de leurs pensions de retraite. Au total, la baisse du pouvoir d’achat des retraités devrait atteindre 200€ en 2019 puis 400€ par an d’ici 2020.
Effrayés par la colère des retraités, un socle important de l’électorat macroniste, certains députés En marche avaient évoqué l’idée de revoir à la hausse la revalorisation des pensions des retraités des plus modestes.

Une façon de calmer la fronde naissante parmi les retraités.

Mais finalement l’idée a été définitivement abandonnée par les députés, annonce le journal Les Echos. Un nouveau revirement du gouvernement qui tape dans les portefeuilles des plus modestes pour réaliser des économies. Les retraités les plus modestes feront donc eux aussi face à un quasi-gel de leurs pensions.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Pens ... s-modestes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 11 Oct 2018, 19:34

Budget 2019 : tout pour le capital

Les projets budgétaires du gouvernement sont désormais publiés. Le pouvoir axe sa communication sur les 6 milliards que représenteraient les baisses d’impôts et de cotisations sociales pour les ménages. En fait, il s’agit d’une gigantesque entourloupe pour faire passer les cadeaux aux entreprises et aux riches.

Comment se décomposent ces 6 milliards d’euros ? On y trouve pêle-mêle la deuxième tranche de la baisse de la taxe d’habitation (qui avait été reportée pour financer la baisse de l’impôt sur la fortune alors que la promesse de Macron était la suppression totale au 1er janvier 2018), la suppression des cotisations sociales sur les heures supplémentaires à partir du 1er septembre et l’effet de la baisse des cotisations sociales salariales. Le gouvernement en retranche l’effet des hausses de la fiscalité sur le tabac et le diesel, et obtient ainsi ces 6 milliards d’euros de « gain de pouvoir d’achat ».

De six milliards à presque zéro

Mais dans le calcul gouvernemental, il y a un « petit » oubli : la perte de pouvoir d’achat entraînée par la revalorisation dérisoire des prestations sociales et des pensions de l’an prochain. Celles-ci ne vont en effet augmenter que de 0,3 %, alors que le gouvernement prévoir une hausse des prix de 1,4 % : ces allocations perdront donc une valeur réelle de 1,1 %, soit 3 milliards d’euros. À cela s’ajoute la réforme des allocations logement et leur désindexation, dont l’impact est évalué à plus de 1 milliard d’euros. Enfin, la hausse du taux de cotisation des retraites complémentaires Agirc-Arrco, qui amputera le pouvoir d’achat de 1,8 milliard d’euros. Les 6 milliards mis en avant par le gouvernement s’évaporent largement : l’OFCE – institut indépendant – a quant à lui calculé qu’il n’en resterait que 1,7 milliard d’euros. Ceci sans parler de ce qui n’est pas directement intégrable au calcul : les conséquences des restrictions budgétaires sur les services utiles (éducation, santé, etc.), qui pèseront sur les ménages, et notamment les ménages populaires. Cerise sur le gâteau : les quelque 3,5 milliards d’euros d’économie sur les allocations chômage d’ici à la fin du quinquennat Macron, que le gouvernement donne pour objectif à la négociation Unedic qui va bientôt s’engager.

Pactole pour les entreprises et l’armée

En tout cas, par rapport aux 19 millards environ dont vont bénéficier les entreprises, les gains éventuels des ménages sont microscopiques. Ces 19 milliards correspondent pour l’essentiel au choix du gouvernement de transférer 18,8 milliards d’euros vers les entreprises par l’engagement de baisses de cotisations sociales employeurs, alors même que l’État va s’acquitter de près de 20 milliards au titre du CICE 2018. Le chèque total avoisine donc 40 milliards d’euros. À cela s’ajoutent notamment plus de 2 milliards d’euros liés à la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés.

Pour tenir le déficit global des finances publiques, l’austérité va être de mise du côté des dépenses. Sauf pour la Défense (dont les crédits augmenteront de 4,8 %) !

Pour justifier ses cadeaux aux entreprises, le gouvernement parle de soutien à l’investissement et à l’emploi. Or, après 4 ans de CICE, on est bien en peine (y compris dans les études officielles) de distinguer un impact significatif. Les investissements productifs n’ont pas particulièrement progressé par rapport aux autres pays européens, tandis que la robotisation de l’industrie stagne. Quant aux emplois créés (ou préservés), 100 000 à 200 000 s’ils existent, leur coût est supérieur à celui d’embauches directes par l’État sur des postes socialement utiles.

Même les quelques velléités de députés de la majorité LREM de donner une tonalité plus « sociale » aux mesures prises ont été jusqu’à présent bloquées par un gouvernent agrippé à sa politique en faveur des riches et des entreprises. Comme le déclarait déjà Édouard Philippe en septembre 2017, c’est tout pour le capital, dans l’espérance illusoire qu’il en résultera un mieux : « Je l’assume, notre objectif c’est de faire en sorte que le capital reste en France et même d’attirer des gens, y compris des gens riches, en France ».

Henri Wilno


https://www.anti-k.org/2018/10/10/budge ... e-capital/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 13 Oct 2018, 16:54

Approfondissement de la crise au sein de la macronie

L’interminable séquence de remaniement : Macron peine toujours à trouver la formule

Jamais, sous la Ve République, un remaniement n'aura été aussi long. En effet, cette opération, qui devait être un moyen de trouver un « second souffle » après l'affaire Benalla et les démissions d'Hulot et de Collomb, tourne au fiasco et témoigne de l'approfondissement de la crise du macronisme et des dissensions internes qui émergent au sein de la République En Marche.

... http://www.revolutionpermanente.fr/L-in ... la-formule
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 13 Oct 2018, 20:28

Les réformes gouvernementales bénéficient surtout aux 1% les plus riches

Emmanuel Macron président des riches? Une étude menée par l'Institut des politiques publiques (IPP), un organisme d'évaluation indépendant, confirme ce constat. Des mesures fiscales au détriment des personnes modestes et surtout des retraités. Les très hauts revenus ont bénéficié des mesures fiscales sur le patrimoine, à savoir la suppression de l'Impôt sur la fortune (ISF).

... https://blogs.mediapart.fr/thierry-paul ... lus-riches
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 14 Oct 2018, 17:59

Le recul de la pauvreté contrarié par des mesures fiscales et sociales qui creusent les disparités

Le constat dressé par l’Observatoire des inégalités est conforté par une récente note de l’Insee qui pointe le rôle délétère des politiques, qui accroissent le fossé entre les plus modestes et les plus riches.

Allons-nous enfin assister à une reprise du recul de la pauvreté ? Les chiffres bruts publiés aujourd’hui par l’Observatoire des inégalités pourraient le laisser penser. Après la décennie 2006-2016, qui a marqué un retournement de tendance historique, avec 600 000 personnes supplémentaires en situation de pauvreté (à 50 % du revenu médian, 850 euros par mois) et un creusement des écarts entre plus riches et plus pauvres, les statistiques font apparaître des signes d’amélioration. « Entre 2013 et 2016, le taux de pauvreté s’est stabilisé », souligne Anne Brunner, l’une des rédactrices du rapport. Mais qui précise aussitôt que « cet optimisme doit être mesuré ».
La baisse des APL« pénalise les plus modestes »

Car, pour l’Observatoire, certains signes inquiètent. La diminution du nombre d’allocataires du revenu de solidarité active, constatée depuis fin 2015 (– 90 000 en 2016), s’est arrêtée début 2017. Pis : cet indicateur est même reparti à la hausse depuis janvier 2018. « La suppression de très nombreux contrats aidés à l’automne 2017 n’a pas arrangé les choses », souligne le rapport. Autre problème : l’incertitude autour de la croissance. « La tendance est plutôt à une croissance atone, qui stabilise la pauvreté mais ne permet pas de créer suffisamment d’emplois, note le rapport. Si le taux de pauvreté se stabilise, c’est en partie lié au fait que les revenus des classes moyennes stagnent. »

... https://www.humanite.fr/le-recul-de-la- ... disparites
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 16 Oct 2018, 17:11

Crise autour du remaniement : un retour du clivage gauche-droite en macronie ?

C'est inédit dans l'histoire de la Vème République : jamais un remaniement n'avait autant trainé en longueur. Loin de se réduire à un simple problème de « recrutement », une telle crise en dit long sur l'état de décomposition du projet macroniste. Fort de sa première année de mandat où Macron était parvenu, s’appuyant notamment sur l’effondrement du PS et de la droite traditionnelle, à unifier la grande bourgeoisie autrefois divisée entre la gauche et la droite autour d'un projet commun néolibéral, on assiste aujourd'hui à un retour de flamme du clivage gauche-droite, et ce au sein de la macronie elle-même. Plus qu'une querelle de personnalités, les difficultés qu’exprime ce remaniement sont un reflet des contradictions au sein du bloc bourgeois sur fond de mise à nue des faiblesses structurelles du macronisme.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Cris ... n-macronie
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Un quinquennat Macron-MEDEF

Messagede bipbip » 17 Oct 2018, 21:14

Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture (et du glyphosate ?)
On a rêvé que le successeur de Stéphane Travert joue une carte un peu nouvelle sur les pesticides. Perdu, c’est Didier Guillaume…
"Sur le fond, sincèrement, je ne l’ai jamais entendu formuler des propositions fraîches et innovantes, où qu’il soit." Quand il évoque l'action politique du nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, ce sénateur socialiste anonyme cité par une dépêche de l’AFP est sans aménité. Hélas, il confirme un pressentiment qui nous a traversé lorsqu’on a appris la nomination de cet ancien vallsiste au portefeuille rural : le changement, ce n’est pas pour maintenant.
... https://www.nouvelobs.com/planete/20181 ... osate.html

Remaniement. Emmanuelle Wargon, la lobbyiste du pollueur Danone à la Transition écologique !
Le remaniement de ce mardi voit Emmanuelle Wargon être nommée secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Une lobbyiste de chez Danone au ministère de l’écologie, un choix qui dévoile une Macronie qui a besoin de resserrer ses rangs.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Rema ... ecologique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32839
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité