Coup de gueule

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 21 Oct 2017, 14:44

Lettre ouverte aux vacanciers et à Castaner

Wamen : « Au nom des gâtés du système, je permets de vous dire que vos propos sont à vomir »


Lundi, sur BFMTV, le porte-parole du gouvernement faisait preuve d’un mépris immense envers les millions de personnes sans emploi, qui d’après lui se disent « je vais bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances. » Dans une lettre ouverte publiée sur son mur Facebook, Mickael Wamen lui répond.

Hier, lors d’une intervention vous avez dit « profiter du chômage pour partir deux ans en vacances… »

Alors, au nom des 6 000 000 autres collègues vacanciers de pôle emploi je me permets de jouer le rôle de premier de cordée…
Et oui, il en faut un qui tire les autres, c’est le principe défendu par votre roi de cœur…
Sachez monsieur, que nous ne sommes pas en vacances, le chômage est une souffrance qui détruit la vie de millions de personnes, alors comment pouvez-vous tenir un tel propos ?
Vous allez encore venir dire que c’est normal de pouvoir dire les choses ou venir dire que c’est une interprétation, une déformation, une utilisation malhonnête des propos…

Et si les 6 000 000 de chômeurs plutôt que de partir en vacances chacun dans leur coin et comme des fainéants qu’ils sont, venaient à planter des tentes et organiser un camping géant devant vos Bureaux à vous les courageux, bosseurs qui avez non pas la chance mais le mérite d’avoir un boulot ?
6.000.000 de personnes ça fait du monde quand même, tout le monde déciderait de partir en vacances au même endroit, un genre de Club Merde pour les riens, les jaloux, les cyniques…

Que pensez-vous également des profiteurs qui tous les mois se gavent avec le RSA, les fumiers qui osent faire leurs courses dans des magasins inventés rien que pour eux ? Vous savez qu’il arrive même que certains osent aller se régaler à la soupe populaire ? Ces gens-là n’ont vraiment aucun scrupule !!!

Monsieur, au nom des miens, les gâtés du système, je me permets de vous dire que vos propos sont à vomir tout simplement.
Jamais, je dis bien jamais, nous n’avons été aussi méprisés, un jour viendra où l’unité se fera, ce jour-là des dizaines de millions de personnes auront un dénominateur commun, VOUS et ce que vous représentez, il faudra certes un peu de temps mais personne ne peut accepter l’inacceptable…

En attendant, je propose que tous les acteurs qui se doivent à la fois de condamner vos propos mais aussi de proposer la riposte nécessaire à une telle insulte de plus, appellent à la mise en place d’un camping géant devant vos bureaux dorés, vous aurez comme cela tout loisir de contempler ces millions de vacanciers !!!
Je pense que lors des rencontres organisées actuellement entre les « partenaires sociaux » cela devrait être défendu et être mème un appel commun.

Tous en vacances au même endroit…
S’UNIR POUR NE PLUS SUBIR !!!

https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... 627&type=3
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 22:10

Johnny vieille canaille…

74 ans et 79 albums plus tard que chacun appréciera ou non, Johnny c’est fini.

Samedi, Macron a versé sa petite larme et fait son discours à un « monument du rock français ». Mais Johnny était aussi à sa manière une rockstar de l’évasion fiscale à la française, même si l’opération de récup’ politique du président Macron n’en a rien dit. Sa première affaire d’impayé d’impôts remonte pourtant à 1975 pour la bagatelle de quelques millions…

Depuis, Johnny a erré fiscalement entre la Belgique, la Suisse, lorgnant sur Monaco et le Luxembourg, pour finir par devenir « résident fiscal » de Californie.

Johnny ou les millions planqués de toute la musique que j’aime !

... http://www.anti-k.org/2017/12/14/vieill ... evolution/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede Pïérô » 24 Déc 2017, 16:08

Un locataire meurt pour un impayé de loyer

Un locataire meurt pour un impayé de loyer,
à Épinay sur Seine (93)
Tour Michelin – Place Oberursel


Droit Au Logement fait part de sa colère après la chute du 30e étage et le décès d’un locataire car il avait un retard de loyer. Selon les faits relatés par la presse, le propriétaire était entré dans le logement par effraction et aurait poursuivi son locataire, âgé de 57 ans.

Peut être que pris panique face à un homme jeune et agressif qui n’a pas hésité à pénétrer dans le logement par effraction, après avoir mis de grands coup de pieds dans la porte, le locataire s’est “jeté par la fenêtre”, du haut des 30 étages … Ou peut-être a-t-il été poussé par ce propriétaire violent … Dans les deux cas le locataire à payé de sa vie pour une dette de loyers.

Droit Au Logement demande des éclaircissement sur cette mort brutale, que justice soit faite et que les articles de loi protégeant les locataires soient appliquées.

En effet, l’article 226-4-2 du code pénal, qui sanctionne le délit d’expulsion illicite n’a donné lieu depuis sa création début 2014 à aucune instruction du garde des Sceaux, laissant la police dans l’ignorance et les locataires sous l’empire de leur marchand de sommeil, ou de leur bailleur indélicat.
Nous demandons au garde des sceaux de publier cette circulaire, prête depuis janvier 2015.

Nous faisons part de notre solidarité et de nos condoléances à la familles de la victime !

Un toit c’est un droit !


https://www.droitaulogement.org/2017/12/tourmichelin/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 28 Déc 2017, 17:36

Millionnaires vs chaumeur.euse.s

Colère !

Ces millionnaires qui vivent grands-trains, grands-avions(grand confort...) et grands-yatch à longueur d'année, qui coûtent un bras à la société à chaque fois qu'ils lêvent leur fourchette pour engoufrer leurs mets si délicats qu'on rêveraient qu'ils et elles s'en étouffent en série, comme les grosses merdes puantes et poluantes qu'illes sont, qui détournent à longueur de mandats des sommes astronomiquent, qui bétonnent, creusent, importent-exportent, humilient, arment, tuent, emprisonnent, divisent, mutilent, abêttissent dés le berceau, poussent à la guerre, nous y envoient, pillent à tout va... ces nuisibles, ces connard.e.s, ces prédateur.trice.s sans coeur ni ceveau, ceux-ci étant remplacés par une calculette à stratégie multiple, continuent du haut de leur pouvoir de nous pourrir encore et encore plus la vie !!! Cette fois, leur nouveau truc, sans doute pour être sûr.e.s qu'on ne s'ennuie pas à les regarder, ces morbides, sempifrer de nos vies, c'est de chercher des poux dans la tête des demandeur.euse.s d'emploi (enfin d'emplois... demandeur.euse.s de sous pour survivre plus exactement... de sous issus de leurs cotisations obligatoires préalables à leur licenciement...), et comme ça, de stimatiser un peu plus des précaires! Quel mépris infini! Quand cela s'arrêtra t'il enfin ? Quand pourrons nous enfin leur enfoncer leur sales petites et grandes gueules pédantes dans leur si délicate merde de riches ? De la leur faire bouffer et rebouffer encore et encore jusqu'à ce qu'il ne reste rien et qu'enfin illes en crèvent ? Leur mépris est-il à la hauteur de notre colère ?


https://nantes.indymedia.org/articles/39555
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede Pïérô » 31 Déc 2017, 13:35

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 06 Jan 2018, 20:11

"Bonne année mes très chers riches", la carte blanche de Pierre Lemaître

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede Pïérô » 16 Jan 2018, 17:24

Condamnation des propos racistes de M. TRUMP

Monsieur Le Président de la République Française,

Comme nous, vous avez eu connaissance des propos du Président des USA, rapportés par le Washington Post : « Pourquoi est-ce que ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? »- -–. Et cela en faisant référence à HAÏTI, au SALVADOR et aux pays Africains.

Vous en conviendrez, ce sont là des propos racistes, xénophobes et haineux. Des condamnations sont venues de gouvernements du monde entier mais pas un mot de la présidence ou du gouvernement français.

Vous le savez sûrement, l’ONU a proclamé cette décennie : décennie internationale des personnes d’ascendance africaine.

Vous le savez sûrement, comme nos frères haïtiens nous sommes des descendants de femmes et d’hommes issues de « ces pays de merde » .

Vous le savez sûrement, nous sommes les descendants de ces FEMMES et de ces HOMMES, violés, assassinés, déportés, réduits en esclavage pour construire la fortune de la France.

Mais vous savez tout ça..........

Pour le LKP

E. DOMOTA


http://ugtg.org/article_2341.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 21:51

Lactalis : les responsabilités d’Emmanuel Besnier (Syndicats)

Communiqué des organisations UFSE-CGT ; CCRF-CGT ; AGRI-CGT ; FNAF-CGT ; FD FINANCES-CGT ; INDECOSA-CGT.

Du fait d’une contamination d’un lait pour bébés de la marque LACTALIS, des nourrissons, dont plusieurs ont été hospitalisés, ont été atteints de la salmonellose.

Ensemble, nos organisations tiennent tout d’abord à exprimer leur soutien et leur solidarité aux familles concernées.

Nos organisations affirment que les responsabilités des salariés de l’entreprise de LACTALIS ne sauraient être engagées, pas plus que celles des agents de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la

Répression des Fraudes et du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Des conditions de travail dégradées, les externalisations et la précarité sous toutes ses formes, la recherche effrénée d’un profit maximal constituent des réalités sociales qui expliquent ce désastre.

De plus, l’entreprise impose aux salariés le lavage des machines en fin de poste alors qu’il devrait être effectué par des équipes dédiées et formées.

Par ailleurs, la question de la réalité et de la qualité des contrôles qui devraient être effectués depuis l’arrivée du lait jusqu’à son conditionnement est posée.

La pratique seule de l’autocontrôle porte toutes les défaillances d’aujourd’hui.

Dans le même temps, force est de constater que les réformes initiées par les pouvoirs publics, plus particulièrement sous les mandats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, que le Gouvernement actuel entend poursuivre et aggraver au titre du chantier « action publique 2022 », ont généré une désorganisation et une perte d’efficacité du service public mise en œuvre par la DGCCRF et le ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

La désorganisation territoriale de ces services publics, l’amputation et l’insuffisance des moyens qui leur sont alloués, les plans pluriannuels de suppressions d’emplois font que le scandale LACTALIS n’a pas été empêché.

Pour ces mêmes raisons, différentes enseignes de la grande distribution ont pu laisser à la vente des produits qu’ils savaient pourtant contaminés avant que l’Etat ne demande, trop tardivement, leur retrait total.

Dans un tel contexte, nos organisations entendent apporter toutes leurs contributions afin que les responsabilités d’Emmanuel BESNIER, Président Directeur Général de Lactalis et de l’Etat soient reconnues officiellement et que des mesures soient prises de réparation, d’une part, et de prévention, d’autre part.

Nos organisations ont pris acte des plaintes d’ores et déjà déposées.

L’association des consommateurs salariés INDECOSA-CGT se constituera partie civile.

Dès à présent, nos organisations demandent à être auditionnées par la commission d’enquête parlementaire mise en place au sujet du scandale LACTALIS.

Elles porteront des propositions sur les solutions qui doivent être apportées.

Cela passe notamment par une autre conception du rôle, de la place, de la reconnaissance et des pouvoirs des salariés dans les entreprises.

Cela passe également par une meilleure organisation et des moyens alloués aux services publics, plus particulièrement ceux chargés des missions de contrôle.

Cela passe par la conception que l’on peut avoir de ce service public, aujourd’hui tiré vers plus de conseils et de services aux entreprises, vers du contrôle de second niveau laissant le quotidien du contrôle à des acteurs privés, plutôt que vers le maintien d’une surveillance neutre et qualitative de la part des pouvoirs publics.

Cela passe enfin par des droits et des moyens alloués aux associations de consommateurs.


https://humanite.fr/lactalis-les-respon ... ats-649715
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 23:02

L’Hôtel Dieu est-il un hôpital ou un parc d’attraction ?

Ils n’ont pas honte ! Le personnel de l’Hôtel Dieu qui s’oppose à la fermeture de l’hôpital depuis plusieurs années n’apprécie pas que leur établissement devienne un parc d’attraction.

« Vraiment, il y a peu d’éthique dans tout cela », lance David Fremiot, secrétaire de la CGT de l'Hôtel Dieu dont le personnel est mobilisé depuis des années contre la fermeture de l’établissement. Il y a quelques jours, il a appris que le centre hospitalier allait accueillir des visiteurs. Pas des malades. Non. Des joueurs. Les participants à deux événements organisés par l’association « Paris face cachée », très soutenue par la ville de Paris et dont la vocation est de faire découvrir des lieux inaccessibles au public voire interdits ou cachés sous forme de jeux ou d’aventures insolites. Il faut dire que la succession des transferts de services depuis 2013, le tout dernier étant l’ophtalmologie, a libéré de l’espace. 50% des locaux, soit 65 000 m2, sont désormais vides. Durant trois jours, le plus ancien hôpital de Paris, au cœur de la capitale dans la très touristique Ile de la Cité, devient le terrain de jeu de l’association. Ainsi, ce vendredi 2 février, après s’être acquittés de 15 euros, les aventuriers sont invités à frissonner sous les premiers rayons de soleil dans les jardins de l’Hôtel Dieu. Pour résumer, à assister au lever du soleil. Et comble d’exotisme «assis au chaud sous des couvertures, en ayant dans les oreilles le dernier album de l’artiste Molécule, -22,7°C. Album électro composé au Groenland et inspiré par les paysages et sons de la banquise », précise la plaquette de présentation de l’association. Samedi et dimanche, se déroulera un « live escape game», littéralement « un jeu d’évasion » dont le but est de s’échapper d’une pièce dans une durée limitée. La version existe en format jeu vidéo Escape the room, sauves toi de la pièce. Là on ne badine pas « c’est en live. En direct… ». Toutes les demi-heures, les participants, après avoir tout de même acquitté 18 euros, se lancent à la recherche « d’une patiente aux symptômes atypiques en train de semer le trouble dans l’hôpital ».

Évacué mercredi à la demande de Martin Hirsch

Pour le moment, ce sont les personnels de l’établissement qui sont troublés par cette incursion. Et d’autant plus qu’en milieu de semaine, mercredi, une centaine de familles et d’enfants sans logis s’étaient réfugiées dans l’une des ailes de l’établissement avant d’être évacuées manu militari peu après à la demande du directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch pour mémoire ancien président de l’association Emmaüs créée par l’Abbé Pierre suite à son cri d’alarme contre le mal-logement en 1954. L’occupation était organisée par l’association Droit au logement pour obtenir la réquisition des locaux vides de l’établissement en cours de démantèlement pour y héberger les familles à la rue.

Sylvie Ducateau


https://humanite.fr/lhotel-dieu-est-il- ... ion-649786
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 10 Fév 2018, 23:07

(SNCF) Les conducteurs seraient coupables des perturbations liées à la neige ?

Image

https://www.solidaires.org/Les-conducte ... a-la-neige
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 18 Fév 2018, 00:23

LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....

Le programme du MEDEF tombe et ça fait mal .....

Le social est dans le couloir de la mort, aujourd’hui les cheminots, demain la fin du SMIC....

Sans une lutte du tous ensemble on va continuer à pleurer et le ROI lul rigole, suite à ce rapport sur le devenir du rail en France qui, rappèlerons le est tout sauf neutre comme tous les rapports remis à l’état, ils vont engagès des " discussions " Avec les " partenaires " pour un dialogue " constructif ".....

Ils vont retirer deux virgules, un point et basta, ce qui ce negocie réellement ce sont les places dans les structures de gestion paritaire, cela fait des années que je donne cette information et que se passe t’l àu niveau du front de lutte... ???

C’est le chacun dans son coin, ( 68 actions rien que pour février ) continuons ainsi dans moins d’un an il n’y a plus de SNCF, changement de nom mais surtout de statut, idem la sécu, fini la retraite par répartition, le salaire minimum ...

La mort du statut social, dans un pays très riche mais ou les cioyennes et citoyens ne croient plus en une victoire contre la finance et ses serviteurs !!!

Et les médias qui ne cessent de désinformer à tous les étages, le chômage est àu plus bas, quelle honte de dire cela, le nombre de radiations explose, le chômage ne baisse pas et en plus la misère explose, Cômme en Allemagne, le ROI va durcir les conditions pour virer de plus en plus de chômeurs pour afficher des résultats qui en rien ne reflètent la triste réalité ....

Il est donc urgent que la confédération, CONFÉDÉRE, quelle tape du poing sur la table et exige l’arrêt immédiat de l’éclatement du mouvement social ....

Les "syndicats" qui eux roulent à donf avec le ROI auront des comptes à rendre c’est une certitude, mais nous, nous devons mettre en place une feuille de route et un objectif et multiplier les appels à un blocage de l’économie ...

L’hécatombe chez les IRP n’est pas une surprise les ordonnances c’est une seule instance, qui peut donc être surpris, cela a été annoncé des le début, le MEDEF exulte comme jamais....

Et hélas cele n’est que l’entrée, le reste du menu va être àu Moins Aussi indigeste, à Moins de stopper le cuisinier qui est àu commnande de la cuisine made in MEDEF....

Sans une stratégie amenant à une généralisation d’un mouvement notre camp va crever ....

La guerre des classes est plus que jamais d’actualité et nous sommes encore à certains niveaux se demander si ce mot " classe" Est encore d’actualité ...et nous le remplaçons pour certains par " PLACE"

Il est grand temps de revenir à ce que nous n’aurions jamais du cesser d’être, nous ne sommes par des partenaires avec ces pourritures, nous sommes des ennemis et rien d’autre, ils veulent notre peau, eux n’ont jamais changé, ils continuent plus que jamais à vouloir coûte que coûte exterminer la classe qui s’oppose .....

S’UNIR POUR NE PLUS SUBIR .

Mickael Wamen

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 24 Fév 2018, 22:26

VIDÉO - PSA Mulhouse : dialogue musclé entre Bruno Le Maire et un syndicaliste

En visite vendredi sur le site de PSA Mulhouse, le ministre Bruno Le Maire a eu un échange tendu avec un syndicaliste CGT. Salah Keltoumi a interpellé le ministre de l'économie sur l'emploi, les embauches et lui a reproché d'être "copain avec les patrons".

En visite sur le site de PSA Mulhouse vendredi 23 février, Bruno Le Maire a été interpellé par des syndicalistes à son arrivée. "Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous êtes venu encore faire des cadeaux aux patrons ? lui lance Salah Keltoumi, l'un des représentants de la CGT du site. Comment se fait-il qu'on supprime des emplois ? (...) Il y a des intérimaires ici qui ne demandent qu'à être embauchés !"

... https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1519387141
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 18:01

L’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration : au mépris des droits

Ce témoignage d’un salarié du secteur de la demande d’asile en Île-de-France fait cas de formes de maltraitance de la part de l’OFII vis-à-vis des demandeurs d’asile. Tous les moyens sont bons pour l’État afin de faire des économies, y compris priver des personnes vulnérables de leurs droits.

Depuis la réforme de l’asile de novembre 2015, c’est l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) qui gère les aides financières des demandeurs d’asile. Lors de leur premier passage au Guichet Unique (service rassemblant des agents de la Préfecture et de l’OFII), les demandeurs d’asile doivent accepter l’offre de prise en charge qui leur est proposée pour pouvoir bénéficier des Conditions Matérielles d’Accueil (CMA) auxquelles ils ont droit. Celles-ci incluent un hébergement (dans les faits il y a bien trop peu de places disponibles malgré un nombre de logements vacants considérable) et une allocation.

Rebaptisée Allocation pour Demandeurs d’Asile (ADA), le montant de cette aide est forfaitaire et dépend du nombre de personnes composant le ménage. Le fait d’être hébergé ou non au sein d’une structure d’accueil fait également varier ce montant. Une personne seule et hébergée bénéficie de 6,80 euros par jour soit 210,80 euros par mois. Une personne seule et à qui aucune place d’hébergement dédiée n’a pu être proposée bénéficie d’un supplément de 5,4 euros par jour ce qui revient à un total de 378,20 euros par mois. Les demandeurs d’asile sont pour la plupart plongés dans une situation matérielle très précaire. Ces montants mensuels, qui permettent à peine de subsister aux besoins les plus élémentaires, sont pour eux d’une importance cruciale.

Aussi constatons-nous, de la part des différents services de l’État, un déni croissant des droits de ces personnes.

Voici une illustration concrète du mépris que peut exercer l’OFII sur des demandeurs d’asile à travers deux exemples particuliers. Nous pourrions les multiplier. Pour un travailleur social, il est monnaie courante de voir les droits d’un demandeur d’asile être bafoués. Ces cas sont bien réels. Par souci de confidentialité les noms de ces personnes, les dates mentionnées ainsi que les numéros de départements sont modifiés ; seuls les écarts entre les différentes dates sont respectés.

***
Fawad a 21 ans, il est Afghan, né dans la Province de Kaboul. Il a fui les menaces des talibans qui n’ont pas hésité à assassiner son père pour avoir porté secours à un militaire blessé. Il est arrivé en France en juillet 2016. Lorsqu’il a entamé les démarches pour demander l’asile, ses empreintes digitales ont été relevées. Le fichier EURODAC, qui répertorie les mouvements migratoires en Europe, a révélé que ses empreintes avaient été prises en Bulgarie. Conformément à l’accord Dublin III, c’est donc cet État qui est responsable de sa demande d’asile. Un arrêté de transfert lui a été remis afin de lui permettre d’y retourner, document assorti d’une information de placement en Centre de Rétention Administrative (une prison pour étrangers). Le tort qui lui vaut d’être privé de liberté ? Avoir été contraint par la police bulgare de déposer ses empreintes digitales. Les autorités de ce pays ne sont pas réputées pour leur tendresse à l’égard de certaines personnes étrangères qui traversent leur pays. Il est donc plus facile (davantage que pour un renvoi vers l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie par exemple) de déposer un recours contre l’arrêté de transfert, en invoquant les maltraitances dont font l’objet ces personnes. Il s’agit d’arguer que les personnes renvoyées peuvent subir de mauvais traitements en cas de retour en Bulgarie. Aussitôt que les autorités bulgares ont répondu favorablement à la demande de transfert, l’ADA que Fawad percevait a été coupée, conformément aux dispositions légales (notons qu’une absence de réponse de la part de l’État responsable vaut accord tacite). Soit.

Un recours a été introduit. À l’issue de l’audience, le Tribunal Administratif a décidé d’annuler le transfert et a ordonné à la Préfecture de lui remettre un dossier afin qu’il puisse demander l’asile en France. La décision souveraine du TA va plus loin : « Il est enjoint à l’OFII de rétablir M. **** Fawad dans ses conditions matérielles d’accueil et de lui verser l’allocation de demandeur d’asile à titre rétroactif à compter du 1er mai 2017, dans un délai de 15 jours à compter de la notification du jugement à intervenir ».

Ce jugement a été notifié à l’OFII début décembre 2017. Il a en effet permis à Fawad de déposer une demande d’asile qui est maintenant en cours de procédure. En revanche, il n’a toujours pas perçu le moindre centime de l’allocation qui avait été coupée (210,80 euros par mois depuis mai 2017). La décision de justice est intervenue il y a plus de deux mois. Fawad n’a reçu aucune information sur ce blocage. Fin janvier, son avocat a pourtant saisi le Tribunal Administratif d’une requête en difficulté d’exécution. Un épais mur de silence et de dédain se dresse face à Fawad. “’il ne meurt pas de faim, c’est uniquement grâce à l’association au sein de laquelle il est hébergé et nourri.

***
Abdallah a 29 ans, il est Érythréen. Il a fui le régime totalitaire tenu d’une main de fer par Isaïas Afwerki depuis 1993. Il a traversé la mer Méditerranée à bord d’une embarcation de fortune et a eu la chance d’arriver sauf sur les côtes européennes. Il est entré en France le 30 juillet 2015.

Sa demande d’asile a pu être enregistrée rapidement, dans le département des Yvelines (78). Il est actuellement en attente de convocation pour une audience à la Cour Nationale du Droit d’Asile, institution qui pourra lui accorder une protection ou bien rejeter définitivement sa demande. Celle-ci étant toujours en cours, il a le droit de recevoir une ADA d’un montant de 210,80 euros par mois.

Abdallah a reçu une orientation en CADA (Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile) au courant de l’été 2016. Alors hébergé par une association, il n’a pas pu honorer ce placement car il était souffrant. Le versement de son ADA a été stoppée. L’équipe éducative qui suivait ses démarches a déposé un recours, expliquant, certificats médicaux à l’appui, qu’il était soigné dans un Centre Médico-psychologique et dans un service de maladie infectieuse. En vain.

Il restait cependant à Abdallah l’espoir de ne pas se voir définitivement radié de l’ADA, les travailleurs sociaux qui l’accompagnaient ayant relancé de nombreuses fois l’OFII afin d’en savoir davantage sur cette suspension. Ce n’est qu’en février 2017 que l’OFII du 78 a notifié à Abdallah un arrêt de versement de l’ADA pour un supposé “refus d’orientation en CADA” datant de l’été précédent. Il aura fallu attendre cinq mois pour que l’OFII communique une décision officielle.

Un nouveau recours gracieux a été effectué, toujours avec des certificats médicaux en appui. De l’autre côté, le même silence a continué. À la suite d’une énième demande d’information, l’OFII du 78 a répondu en avril 2017 par une nouvelle orientation dans un CADA de Seine Maritime (76). Elle se déclare donc désormais incompétente, il faut se tourner vers l’OFII du 76. Abdallah n’a pas perçu d’allocation depuis le mois d’août 2016, soit plus de dix-sept mois.

Cette suspension de droits est profondément injuste. La démonstration en a été faite à plusieurs reprises par des travailleurs sociaux qui ont alerté l’OFII sur cette situation préoccupante. Des dizaines de mails ainsi que des courriers recommandés ont été envoyés, des certificats médicaux attestant de la fragilité de son état de santé ont été versés à ces réclamations. Silence assourdissant des différents services départementaux de l’OFII. Au mieux, celle-ci déclare de manière laconique son incompétence pour des raisons évasives, au pire, elle ne prend même pas la peine de répondre.

En attendant, les droits d’Abdallah sont bafoués en toute impunité alors que sa vulnérabilité est avérée. Normalement, l’OFII aurait dû lui verser depuis août 2016 la somme de 3583,60 euros. Cette somme aurait pu lui permettre d’affronter l’avenir avec plus de sérénité, sa santé psychologique et physique se seraient nettement améliorées. Au final, il est plus fragile et désemparé que jamais. Il ne comprend pas cette injustice dont il est victime, ce qui accentue sa souffrance.

***
L’article L.744-8 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile prévoit pourtant que : « Le bénéfice des conditions matérielles d’accueil peut être : 1° Suspendu si, sans motif légitime, (…) le demandeur d’asile (…) n’a pas respecté l’obligation de se présenter aux autorités (…) / La décision de suspension, de retrait ou de refus des conditions matérielles d’accueil est écrite et motivée. Elle prend en compte la vulnérabilité du demandeur. / La décision est prise après que l’intéressé a été mis en mesure de présenter ses observations écrites dans les délais impartis. / Lorsque le bénéfice des conditions matérielles d’accueil a été suspendu, le demandeur d’asile peut en demander le rétablissement à l’Office français de l’immigration et de l’intégration ».

Les travailleurs sociaux du secteur de l’asile sont confrontés au quotidien à un cynisme étatique sans limites. Très régulièrement, des demandeurs d’asile dont l’état de santé est très alarmant voire des personnes en situation de handicap se voient refuser les Conditions Matérielles d’Accueil pour des raisons infondées. Même lorsque la justice intervient pour rétablir les droits d’une personne lésée, la décision est bien trop souvent non respectée. La « vulnérabilité du demandeur » qui figure pourtant dans les textes de lois est une dimension inexistante dans les critères d’appréciation de l’OFII.

Dans le climat actuel de stigmatisation politique et médiatique des étrangers, il est plus facile pour l’OFII de ne pas respecter les droits des demandeurs d’asile. Ce mépris insidieux et systématique n’est qu’un aspect, parmi d’innombrables, de la violence que l’État exerce sur ces personnes qui comptent parmi les plus vulnérables. Il est profondément ancré dans le fonctionnement routinier des administrations auxquelles les étrangers doivent faire face. Le message est limpide : vous n’êtes pas les bienvenus dans cette Europe qui se façonne progressivement en forteresse.

En tant que travailleurs sociaux, lors de nos dialogues avec les différents services de l’État (OFII et Préfecture), s’il arrive que nous échangions avec des interlocuteurs respectueux et compréhensifs, le plus souvent, nous faisons malheureusement face à un grippage institutionnel, à un verrouillage d’informations, nos mails et courriers restent sans réponses, les appels téléphoniques infructueux. L’indifférence et, pire, la maltraitance croissante de l’État, sont très préoccupantes. Comment ne pas y voir une volonté politique ? Ces abus ne sont pas anodins ou accidentels, ils sont assumés, et d’autant plus facilement qu’aucun responsable ne sera indexé. Au mieux, les différents services de l’État pointeront des dysfonctionnements regrettables ou des pesanteurs administratives, quand il s’agit en fait d’une véritable stratégie de paupérisation et de fragilisation des personnes exilées.


https://paris-luttes.info/l-office-fran ... ation-9634
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 22:32

« J’ai été femme de cheminot »

Dans une tribune au « Monde », Frédérique Couzigou, psychologue et écrivain, dénonce le discours systématique contre les « privilèges des fainéants », antichambre de la croyance dans une élite de « surhommes », étalon de la « réussite ».

Tribune.

J’ai été femme de cheminot. J’ai suivi tous les trois ans, les mutations professionnelles et donc connu à chaque mouvement de poste, le chômage, la précarité dans mon propre parcours professionnel. Être cheminot, c’est accepter une mobilité, c’est dormir dans des foyers plutôt que chez soi , c’est déblayer la voie de chemin de fer sous la neige et dans le froid, c’est vérifier au quotidien la sécurité du matériel, la fonctionnalité des équipements, la sécurité des voyageurs. C’est garder malgré tout, la courtoisie quand assis confortablement et au chaud, on râle après dix minutes de retard.

Au delà de cette actualité navrante sur les soi disant privilèges du cheminot, du retraité, du fonctionnaire qui est aussi une infirmière épuisée, un policier suicidaire, un professeur accablé, un chercheur en précarité, il en va de comment la société, notre communauté prend soin de la fragilité.

Quand on réfléchit à baisser l’âge de la maturité sexuelle des enfants, quand on laisse crever dans leurs excréments nos anciens, quand on retrouve au matin des hommes et des femmes morts de froid, j’ai comme un doute sur notre civilisation, trop d’échos à la barbarie. Dans cette idéologie de la réussite, de l’étalon , du surhomme, du mérite, du héros de cordée...on frôle cette idée de l’homme supérieur de par son rang, son mérite, et pourquoi pas son ADN. On frôle l’idéologie d’une classe supérieure, de par leur rang social, leur capital, leur intelligence...il y a comme une répétition de ce qui a favorisé le chaos et le crime il n’y a pas si longtemps.

Les autres, les fainéants, les assistés, les handicapés, les vieux, les enfants ne valent rien. Être utile à l’idéologie , à la soumission par le travail, par le crédit, par la terreur de finir congelé sur un trottoir limite notre réflexion, notre intelligence, notre lucidité, notre courage à se révolter contre cette concurrence entre nous, contre cette désespérante décadence de l’humanité.

Comment comprendre notre frilosité à dénoncer cette imbécile et puérile théorie qui fait qu’il y a des gagnants et des perdants. Sur quel critère peut-on décréter la valeur d’un homme ? Sans le partage avec l’autre sans la connaissance que j’ai de moi à travers l’autre, je n’existe pas. C’est parce que je me reconnais à travers cet autre que je m’accomplis.

L’autre c’est moi.C’est à travers lui que je me perçois. Roland Gori...... « La vie de l’homme libre requiert la présence d’autrui » Hannah Ahrendt.

Aristote » le fait d’être heureux, digne , libre , nécessite la reconnaissance de ses semblables »Le tyran ne peut être libre, car il n’a pas de semblables qui le reconnaisse, car il est seul »

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coup de gueule

Messagede bipbip » 04 Mar 2018, 20:38

C'est ça la riposte ?

Le gouvernement et la direction SNCF organisent une attaque de très grande ampleur contre les cheminot.es et le service public ferroviaire. Les fédérations syndicales, toutes, renchérissent dans les annonces : “grève d'un mois” pour la CGT, “grève reconductible” pour SUD-Rail", “conflit majeur” pour l'UNSA, “grève illimitée à partir du 14 mars” pour la CFDT…

Mais finalement, après des heures passées en réunions diverses (entre elles, avec les patrons, avec le gouvernement…), aucune fédération ne prend la moindre initiative nouvelle !

De la nouvelle réunion interfédérale tenue le 27 février au soir, il ressort que :

Les fédérations appellent au 22 mars, mais seulement pour une manifestation à Paris, sans grève et elles déposent une Demande de concertation immédiate ; et d'ici là, elles se rendront aux nouvelles réunions organisées par la ministre ou par la direction SNCF. La routine en quelque sorte ! Personne n'appelle à la grève alors qu'il s'agit de la fin du Statut, de la privatisation du trafic voyageurs, de la fermeture de nombreuses lignes, etc. !

Seule décision concrète : se revoir le … 15 mars ! On est vraiment à côté de la plaque, au vu des enjeux !

Nous ne disons pas qu'il faut décréter la grève pour demain matin ; mais il faut l'organiser au lieu de tergiverser. Ne pas fixer une échéance claire, ne pas décider un appel ferme, ne pas mettre en avant des revendications unifiantes, c'est tout faire pour qu'elle n'ait pas lieu !

Prenons nos affaires en mains ! Dans chaque service, discutons des attaques et de la vraie riposte à mener. Utilisons nos outils syndicaux pour préparer et organiser la lutte : heures d'information syndicale, tournées et permanences syndicales doivent être les priorités du moment. Les réunions attendront ! Faisons connaître les réactions des équipes syndicales de base ! Multiplions les initiatives unitaires, partout où c'est possible … et ça l'est dans bien des cas, car à la base les militants et militantes ont conscience que ce qui se joue là ne se règlera pas par de gentilles négociations à froid.


http://leraildechaine.org/post/171374879160/cest-ça-la-riposte
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité