Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Re: Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Messagede Nico37 » 10 Déc 2014, 03:14

La gendarmerie s’appuie sur la fachosphère David Perrotin 04/12

Après la mort de Rémi Fraisse, tué le 26 octobre par une grenade offensive alors qu’il manifestait contre le barrage de Sivens, l’enquête officielle était très attendue. Elle se révèle un peu bancale.

L’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a conclu mardi, après un mois d’investigations, que les gendarmes n’avaient commis « aucune faute professionnelle ».

La source gênante du rapport de l’IGGN

Sauf que si le rapport est très détaillé et régulièrement sourcé, il peine parfois à convaincre. Soit parce que les inspecteurs établissent des conclusions étonnantes à partir de vidéos postées sur Internet (comme l’a relevé le site Numerama). Soit parce qu’ils s’appuient sur des sources très contestables.

Comme l’a remarqué sur Twitter un collaborateur du groupe EELV à l’Assemblée, Pierre Januel, les enquêteurs ont par exemple utilisé une référence plutôt gênante pour une enquête officielle commandée par l’Intérieur.

« Des journalistes très souvent pris à partie »

A la page 6 du rapport [PDF], l’IGGN veut démontrer la « radicalisation progressive des opposants à la retenue d’eau [au barrage de Sivens] », et détaille la stratégie médiatique des activistes. Le rapport conclut :

« Au cours des affrontements les plus violents de fin août, septembre et fin octobre, les journalistes sont contraints pour leur sécurité de rester au sein du dispositif des forces de l’ordre et sont très souvent pris à partie verbalement, en particulier par des activistes cagoulés qui ne veulent pas être filmés.

Après le décès de Rémi Fraisse, les médias classiques ne sont en possession que des seules images émanant des opposants au projet de retenue d’eau. »

Pour justifier ces remarques, le rapport mentionne en bas de page sa source qui n’est autre que TV Libertés, une chaîne d’info sur le Web proche de la « fachosphère ».

La note précise :

« Dans une interview filmée par Liberté TV et insérée sur Youtube le 14 novembre 2014, le journaliste Pierre-Alexandre Bouclay indique avoir réalisé un reportage en infiltration pour contourner les obligations imposées par les zadistes, à savoir de séjourner au plus 2 heures par jour sur le site, de porter un brassard pour être identifié, de ne pas parler aux opposants sans autorisation et de visiter uniquement sous leur contrôle, avec des consignes indiquant ce qui doit être filmé.

Il a observé des confrères journalistes se faire expulser sans ménagement de la ZAD. Il met en évidence deux techniques des opposants : mettre devant le fait accompli les autorités et considérer comme légitimes toutes les violences commises par les zadistes ».

Un identitaire à la tête de TV Libertés

TV Libertés est une chaîne seulement accessible sur le Web et clairement portée sur les thèmes de l’extrême droite. Aux commandes de TV Libertés, on trouve Philippe Milliau (Réseau Identités) et Martial Bild (ancien dirigeant du Front national, cofondateur du Parti de la France). Le présentateur Jean-Yves Le Gallou est un ancien cadre du FN, connu pour avoir théorisé le concept de la « préférence nationale ».

En citant cette télévision, l’inspection veut mettre en avant l’interview du journaliste Pierre-Alexandre Bouclay. Mais elle omet d’indiquer qu’avant de travailler pour l’hebdomadaire Valeurs actuelles (il est l’auteur du dossier nauséabond intitulé « Roms l’overdose »), cet « infiltré de la ZAD » était, selon PressNews, le rédacteur en chef du journal d’extrême droite Minute.

Des conclusions du rapport contestées

Au-delà du choix très particulier de ces références, les conclusions du rapport sont également discutables. Dans ce même paragraphe de la page 6, l’IGGN écrit :

« Un journaliste de BFMTV est molesté, des journalistes de France 3 subissent des violences physiques et la dégradation de leur véhicule. Seule une journaliste de M6 ose porter plainte pour la dégradation de sa voiture le 8 octobre. »

Si France 3 nous confirme des agressions, la chaîne nous précise n’avoir jamais été empêchée de tourner des images dans la ZAD. Nous n’avons pas réussi à joindre M6. Contactée par Rue89, la journaliste de BFMTV Amélie Pateyron, qui a monté de nombreux sujets à Sivens, nous déclare :

« Je suis arrivée à Sivens le 27 octobre et je suis restée une semaine. Nous avons parfois reçu des insultes mais comme dans de nombreuses autres manifestations.

En revanche, je n’ai pas connaissance d’’un journaliste de BFMTV molesté. Et je pense que si cela avait été le cas, nous aurions été avertis. »

Une autre journaliste sur cette même chaîne confirme :

« Nous n’avons jamais été agressés par les manifestants et nous n’avons jamais été empêchés de tourner des images après la mort de Rémi Fraisse. Oui, ils étaient très vigilants et encadraient nos déplacements mais c’est tout. »

Déplacements encadrés certes, plus ou moins selon les médias, mais tout de même beaucoup d’images tournées par les journalistes eux-mêmes, à commencer par celles que nous avons mises en ligne.

« Pour la presse, pas d’explication de texte »

Alors comment expliquer que l’IGGN s’appuie seulement sur les dires de TV Libertés pour dénoncer la « stratégie médiatique des zadistes » ? Joints par Rue89, les inspecteurs refusent de s’expliquer :

« Nous ne répondrons à aucune de vos questions. Le rapport est public, mais avant tout destiné aux parlementaires. Pour la presse, nous ne faisons pas d’explication de texte. »

Nous n’en saurons pas davantage du côté du ministère de l’Intérieur : le cabinet de Bernard Cazeneuve préfère également garder le silence.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Messagede Nico37 » 13 Déc 2014, 00:50

Manifestation devant une armurerie à Pont-de-Buis contre les violences policières Stéphane Grammont 03/12

Entre 200 et 300 manifestants convergent vers l'usine de cartouches Nobel Sport à Pont-de-Buis dans le Finistère. L'entreprise fabrique également des grenades et des flashballs pour l'armée et la police.

L'enquête administrative a conclu que la gendarmerie n'avait "commis aucune faute" dans la mort de Rémi Fraisse lors des manifestations contre le barrage de Sivens. Le rapport de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale confirme également que "la mort de Rémi Fraisse est imputable à l'explosion d'une grenade offensive".

Un collectif finistérien contre les violences policières avait appelé à manifester devant ce lieu symbolique. L'usine Nobel Sport produit des cartouches pour la chasse de loisir mais aussi des armes non létales pour l'armée et la police.

"Nous nous opposons à l'utilisation d'armes qui ont mutilé dans des manifestations, entre autres à Nantes, et qui ont tué un jeune homme" a expliqué Gérard, qui venait de Quimper.

Les manifestants protestent également contre une arrestation arbitraire avant la manifestation du 22 novembre à Nantes.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Messagede Nico37 » 13 Déc 2014, 21:41

Retour sur l'action du 3 décembre à Nobelsport

Environ 200 personnes présentes à la manif, à noter la présence de pas mal de personnes de Rennes et de Notre-dame-des-landes.

Nous nous sommes tout d’abord tous retrouvés au bourg de Pont de buis, avant de partir en cortège avec le camion sono vers le site de nobelsport. Pendant la marche, nous n’avons croisé que deux ou trois personnes de Pont de buis.
Arrivés devant la grande porte, des clôtures du site ont été ouvertes, et un groupe a pu entrer sur un petit périmètre du site. Les gendarmes étaient là, une vingtaine peut être, surtout des jeunes, certainement encore en formation à Châteaulin.
D’autres clôtures ont sauté, laissant plusieurs ouvertures sur le site, et obligeant les gendarmes à se répartir sur les différentes brèches.
Les banderoles ont été installées, des inscriptions peintes.

Puis la cantine s’est installée pour servir à manger aux personnes, réparties entre les ouvertures du site, les différents gendarmes et la cantine. Temps convivial donc, temps de discussion en petits groupes, avec feu et musique.
Vers 14h30-15h, nous nous sommes regroupés pour discuter de l’action, faire un bref retour sur comment la journée avait été organisée, et sur les suites à donner.

Beaucoup d’idées ont été proposées, ce qu’il en ressort je trouve c’est la motivation et la détermination des personnes: un prochain rendez-vous a été fixé au week-end du 9-10 janvier à Brest pour organiser une autre action, et entre temps, une invitation à multiplier ce genre d’actions sur ces cibles.

Lors de l’assemblée générale a été adoptée l’idée de “désécuriser” le site lors de la marche retour vers bourg.
Nous sommes donc repartis en musique et les différents portails du site ont été forcés, et des clôtures ont de nouveau sauté, faisant courir les flics sur le site d’une porte à l’autre.

Retour au bourg vers 17h, sans soucis, et avec beaucoup de sourires aux lèvres.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 14 Mar 2015, 14:39

Sivens, Rémi Fraisse : la justice sur les freins

L’enquête sur la mort de Rémi Fraisse avance péniblement : les magistrats ont refusé une reconstitution des faits ainsi que l’audition du préfet du Tarn, responsable du dispositif de maintien de l’ordre à Sivens la nuit du 25 octobre 2014. D’autres plaintes de zadistes sont en souffrance.

PDF : https://tantquilyauradesbouilles.files. ... iapart.pdf

https://tantquilyauradesbouilles.wordpr ... u-16-mars/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 23 Oct 2015, 17:32

Un an après la mort de Rémi Fraisse, des témoignages contredisent la version officielle

Rémi Fraisse a été tué dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 sur la ZAD de Sivens par une grenade lancée par un gendarme mobile. La première phase de l’enquête, menée par les gendarmes eux-mêmes, semble dédouaner le militaire. Reporterre a recueilli des informations et des témoignages qui contredisent le rapport des forces de l’ordre.

... http://reporterre.net/Un-an-apres-la-mo ... la-version
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Messagede Pïérô » 24 Oct 2015, 14:49

25 octobre : marche en mémoire de Rémi et contre les violences d’Etat.
La lutte à Sivens est loin d’être terminée, la marche du 25 octobre est à la fois une manière de se retrouver et de rappeler nos revendications : mettre fin aux violences d’Etat et enterrer le barrage !
Pour une marche à Sivens le 25 octobre 2015, en mémoire de Rémi, afin que l’espoir revive, et que cessent les violences de l’État et des milices
... http://iaata.info/25-octobre-marche-en- ... t-851.html


Interdiction de la Marche du 25/10 à Sivens
Voici le compte rendu de la réunion de ce matin en préfecture que l’on reçoit ce soir. C’est gratiné et consternant.
» En début de réunion, le préfet a présenté aux parties présentes l’arrêté pris par la maire de Lisle sur Tarn, Mme Lherm, interdisant toutes les manifs prévues sur le site le 25/10. A noter, contrairement à ce que nous disions précédemment, une des manifs était bien portée par la FDSEA et les JA, les autres émanant de 2 autres associations (riverains et pro-barrage). Le préfet a expliqué qu’il ne pouvait revenir sur cette décision. Les « autres » étaient manifestement déjà au courant.
... https://tantquilyauradesbouilles.wordpr ... -a-sivens/


le plan B numéro 1 : hommage à Rémi à Plaisance du Touch, dans un lieu qu’il appréciait particulièrement…
RV est donné à 12h sur les pelouses
au bord du lac Soula pour un pique-nique.
A 13h30, un moment de recueillement sera
suivi d’une courte prise de paroles.
Ce rassemblement commémoratif est autorisé par la Mairie.
France Nature Environnement (FNE), FNE Midi-Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées
et Les Amis de la Terre Midi-Pyrénees se joignent à cet appel.
http://www.collectif-testet.org/actuali ... touch.html
https://tantquilyauradesbouilles.wordpr ... res-infos/


Appel, Voilà pourquoi nous resterons dans le Tarn le 25/10/15
Rendez-vous à Gaillac, zone commerciale de
Piquerouge (à la sortie de Gaillac en direction de Toulouse) :
dimanche 25 octobre
12 h 00 rassemblement et départ de la marche (soyons
ponctuels !)
https://tantquilyauradesbouilles.wordpr ... ens-le-25/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 25 Oct 2015, 13:49

A Rémi Fraisse, notre fils mort il y a un an

Nous avons appris que l’Etat en France pouvait tuer. Rémi, notre fils et notre frère, a été tué par une grenade offensive lancée par un gendarme alors qu’il était venu à Sivens pour faire la fête et pour discuter d’environnement. Il n’a pas réalisé que les affrontements entre les forces de l’ordre et les opposants étaient devenus violents et dangereux. Il s’est approché. Pourquoi ?

Après les débats et les concerts, vers 1 heure du matin, Rémi a été voir ce qui se passait près de la zone de chantier, il a suivi le mouvement qui partait de la métairie. Il était avec Anna, son amie. Près de la zone de chantier, il y avait des jeunes comme lui, des moins jeunes, des militants, des pacifistes, des personnes cagoulées.

Le bruit des grenades assourdissantes, des grenades offensives, les gaz lacrymogènes, tout était sûrement très impressionnant. Des personnes se faisaient tirer dessus, il y avait beaucoup de blessés. Il a dû se dire, avec certains, il faut y aller, il faut leur dire d’arrêter, il faut aller aider les collègues.

Traîné comme un chien

Il s’est approché. C’était le mauvais moment. Plusieurs tirs de grenades à ce moment-là. Rémi tombe au sol. Il est 1 heure 45 du matin. Les gendarmes voient un corps, ils viennent le chercher, ils comprennent que Rémi est mort, ils le traînent comme un chien sur plusieurs dizaines de mètres, sa tête rebondit sur le sol. Les médias parlent d’un corps retrouvé dans la forêt !

Un capitaine de gendarmerie nous appelle au téléphone. Personne ne nous dit rien. On nous pose des questions, on nous demande si nous savons où Rémi se trouve, si nous avons des photos de lui. Nous apprenons son décès. Pendant trois jours, le silence, les doutes, les craintes, le mensonge. Rien sur les causes de sa mort, sur les raisons, les circonstances. Y a-t-il une enquête, un juge est-il saisi ? Pourquoi ?

L’instruction est finalement ouverte, deux juges sont désignées. L’autopsie révèle qu’il est mort à la suite de l’explosion d’une grenade offensive au niveau de son dos. Cette grenade aurait été lancée par un gendarme mobile non pas depuis la zone de chantier, où les forces de l’ordre étaient positionnées en défense, mais en dehors de cette zone, en mouvement sur le côté sud-est, près de lui.

La zone de chantier est située sur un terrain privé déjà entièrement saccagé par les bulldozers du propriétaire, le conseil départemental du Tarn lui-même, sur lequel il n’y a absolument rien à défendre et que l’on a entouré de douves comme au Moyen Age.

Vital Michalon quarante ans plus tôt

Les gendarmes mobiles ont utilisé contre nos enfants de France des armes qui tuent, grenades de guerre inventées pendant la guerre de 1914-1918. Elles avaient pourtant déjà tué le militant écologiste Vital Michalon quarante ans plus tôt. Pourquoi ?

Nous voulons savoir ce qui s’est passé. Nous voulons savoir comment Rémi est mort, pourquoi il est mort. Toutes les victimes de ce soir-là doivent être entendues. Toutes les personnes présentes à côté de lui et qui peuvent nous expliquer comment cela s’est passé, où il était, ce qu’il a dit. Nous leur demandons, en son nom, pour lui, pour que de tels actes ne se reproduisent jamais sur notre sol, de venir courageusement témoigner pour nous aider à faire toute la lumière sur cet événement dramatique pour la nation tout entière. Nous voulons comprendre.

Nous voulons comprendre comment un gendarme peut envoyer une grenade mortelle dans de telles circonstances, comment des commandants de gendarmerie ont pu donner l’ordre d’user de ces armes, alors que leur métier est de circonscrire la violence. Nous voulons savoir qui est responsable. Un non-lieu serait terrible.

Jean-Pierre Fraisse, Véronique Voiturier et Chloé Fraisse sont les parents et la sœur de Rémi Fraisse

http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html



La LDH dénonce « un régime de violences policières » à Sivens

L’enquête a été aussi minutieuse que le rapport final est accablant pour le gouvernement. Vendredi 23 octobre, la Ligue des droits de l’homme (LDH) a présenté les conclusions de la commission d’enquête citoyenne lancée après la mort de Rémi Fraisse, 21 ans, tué par un gendarme dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, en marge de manifestations d’opposants à la construction d’un barrage à Sivens (Tarn). Le rapport dénonce « un régime de violences policières qu’aucun citoyen attaché aux règles démocratiques ne saurait tolérer » et « la légalité douteuse des opérations de maintien de l’ordre menées à Sivens ».

Les auteurs font remonter la dégradation de la situation à la fin août : un nouveau commandant de gendarmerie, un nouveau préfet et, surtout, une déclaration du premier ministre, qui défend la poursuite du projet devant les Jeunes Agriculteurs. Les 22 et 23 août, une nouvelle parcelle est occupée par les « zadistes ». En face, la présence des forces de l’ordre devient massive. Un « climat oppressif permanent » s’installe, la brutalité devient la règle.

... http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... 8AfflgV.99
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Messagede bipbip » 26 Oct 2015, 11:06

25/10/15 : Une journée digne et belle au Testet

Nous nous retrouvons relativement nombreux à Gaillac vers midi (150 environ). Les GMs sont là aussi, discrets, alentours. Une huile de la préfecture débarque pour discuter.
On comprend assez vite que l’on va pouvoir faire quelque chose. Au final, on décide après l’AG improvisée la plus efficace de l’histoire de se rendre en convoi à la Maison de la Forêt, où l’on nous autorise à aller semble-t’il. On remplit les voitures et on décolle.
Le brouillard se dissipe, les hauteurs du Gaillacois luisent sous la lumière automnale, les couleurs sont magiques. Après un pique-nique partagé, nous sommes désormais quelques centaines à descendre vers le lieu où Rémi est tombé. Prises de parole : poèmes, courts témoignages. Certains retrouvent leurs marques sur le lieu, où la vie reprend, d’autres le découvrent. Moments calmes et solennels (à peine troublés par l’hélico de la gendarmerie). Puis, sous le soleil déclinant, nous partons le coeur moins lourd qu’en début de journée.
Nos pensées vont en ce jour à la famille de Rémi et à ses proches. Nous les remercions de leur présence à nos côtés aujourd’hui et saluons leur courage et leur dignité.

https://tantquilyauradesbouilles.wordpr ... au-testet/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 27 Oct 2015, 09:45

Mort de Rémi Fraisse : les arrangements des gendarmes avec la vérité
Reporterre a pu prendre connaissance du retour de la commission rogatoire remise aux deux juges d’instruction en charge de l’enquête sur l’homicide de Rémi Fraisse le 26 octobre 2014. Il apparait que les gendarmes déployés ce soir-là sur la ZAD de Sivens dans le Tarn ont arrangé leurs témoignages pour se couvrir et assurer les arrières de leur hiérarchie.
... http://reporterre.net/Mort-de-Remi-Frai ... -la-verite


Un an après la mort de Rémi Fraisse, les conclusions accablantes de la Commission d’enquête citoyenne
Il y a un an, dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, le militant Rémi Fraisse est tué sur la ZAD de Sivens par une grenade offensive lancée par les gendarmes mobiles. Alors que l’enquête officielle s’enlise, une commission d’enquête citoyenne vient de rendre ses conclusions sur les circonstances de ce décès. Un rapport accablant qui pointe les responsabilités des autorités publiques dans ce drame, mais aussi les procédures bâclées, les conflits d’intérêts, la démission de l’État autour de ce projet de barrage, qui ont préparé le terrain pour qu’un accident se produise : « La survenance d’un drame et la mort d’un homme étaient dans la logique du dispositif mis en place », conclut la Commission d’enquête.
... http://www.bastamag.net/Un-an-apres-la- ... ntes-de-la
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Mort de Rémi Fraisse, violence policière-violence d'Etat

Messagede bipbip » 27 Oct 2015, 10:08

A Sivens, l’émouvant hommage rendu à la mémoire de Rémi Fraisse
Des moments de recueillement ont été organisés dimanche 25 octobre, en hommage à Rémi Fraisse, jeune naturaliste tué par un gendarme voici un an à Sivens. Malgré l’interdiction de se rassembler sur le lieu de sa mort, plusieurs centaines de personnes ont pu se rendre sur l’ex Zad du Testet. Reportage.
... http://reporterre.net/A-Sivens-l-emouva ... mi-Fraisse


Emotion et dignité ont marqué la marche vers Sivens et le rassemblement à Plaisance du Touch en hommage à Rémi Fraisse le 25 octobre (vidéos)
Deux rassemblements ont eu lieu ce dimanche 25 octobre à Sivens, d’une part, à Plaisance du Touch (31) de l’autre pour rendre hommage à Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive lancée par un gendarme dans la nuit du 26 octobre 2014, il y a un an, alors qu’avait lieu une manifestation nationale contre le projet de barrage dans la vallée du Tescou. Chacun a rassemblé plus de 300 personnes. Récit.
... http://www.letarnlibre.com/2015/10/26/3 ... ideos.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 19 Mar 2016, 17:02

lampiste ?

Le gendarme qui a tué Rémi Fraisse a été convoqué par les juges

Le gendarme mis en cause dans la mort de Rémi Fraisse, en octobre 2014, sur la ZAD du Testet, a été entendu vendredi 18 mars par les juges d’instruction. Le voile d’ombre sur cet homicide commence à se lever.

... http://reporterre.net/Le-gendarme-qui-a ... -les-juges
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 21 Mar 2016, 02:19

Meurtre de Rémi Fraisse : un pas de plus vers l’impunité

Le gendarme qui avait assassiné Rémi Fraisse le 25 octobre 2014 à la ZAD du Testet vient d’obtenir le statut de "témoin assisté".

Annoncé la veille publiquement, certainement pour éviter toute contestation devant les lieux de pouvoir, le gendarme était convoqué le vendredi 18 mars devant les juges d’instruction.

A l’issue de ce rendez-vous, il ressort une fois de plus blanchi. Il aurait pu être mis en examen et donc passer devant les juges, mais il obtient le statut intermédiaire de "témoin assisté". De même, l’information judiciaire ouverte fin octobre 2014 pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner" est requalifiée en « homicide involontaire ». Pour la justice, il n’est pas considéré comme responsable direct du meurtre, bref, la vérité est sûrement ailleurs, allons fouiner dans une autre direction !

L’avocate de la défense semble croire que ce changement de statut mènera à une enquête sur les "vrais responsables", à savoir une enquête plus poussée sur la hiérarchie et donc le système policier. Peut-on y croire, à la vue de la longue tradition d’impunité des meurtres policiers, noyés sous des années de procédures ?

Une chose est sûre, face à la police le terrain juridique est encore plus hostile, et il est insuffisant dans son strict cadre légaliste et technique (a-t-on ou pas respecté toutes les consignes de sécurité ? A-t-on ou pas effectué correctement les sommations ? etc). Face à la police, c’est à nous qui subissons leurs attaques de nous organiser pour nous défendre et riposter, dans les manifs, dans la rue, dans les quartiers.

https://iaata.info/Meurtre-de-remi-frai ... -1073.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede Pïérô » 30 Mar 2016, 01:18

Barrage de Sivens : Rémi Fraisse avait les mains en l'air lorsqu'il a reçu une grenade, selon des témoins

Le jeune militant écologiste avait crié "arrêtez" aux gendarmes juste avant d'être tué, selon des éléments du dossier publiés vendredi par Mediapart.

Nouveaux éléments dans l'enquête sur la mort de Rémi Fraisse. Selon des témoins, le jeune militant écologiste levait les mains et criait "arrêtez" aux gendarmes lorsqu'il a été atteint par la grenade qui l'a tué dans la nuit du 25 octobre 2014, sur le site du barrage de Sivens (Tarn). Une information publiée par Mediapart (article payant), vendredi 25 mars, et confirmée à l'Agence France-Presse par une source proche du dossier.

"Les juges d’instruction Anissa Oumohand et Élodie Billot, du tribunal de grande instance de Toulouse, ont recueilli récemment les dépositions importantes de plusieurs témoins directs des derniers instants de Rémi Fraisse", écrit Mediapart. Les parents du jeune homme tué, précise le site internet, avaient lancé un appel à témoins, qui a permis de recueillir des éléments rajoutés au dossier d'instruction.

"Arrêtez de tirer !"

Plusieurs témoins affirment, selon le site d'investigation, que Rémi Fraisse "était là avec les bras levés, il criait [aux forces de l'ordre] : "Arrêtez de tirer !" Le jeune militant de 21 ans, ajoutent-ils, "était pacifiste et n'avait pas jeté de pierres" pendant cette nuit où s'affrontaient zadistes occupant le site depuis un an et forces de l'ordre.

... http://www.francetvinfo.fr/monde/enviro ... 75303.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 05 Juil 2016, 03:32

Rémi Fraisse : il y avait une équipe fantôme

Que s’est-il réellement passé dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, à Sivens (Tarn), lors de la mort de Rémi Fraisse ? À la lumière du dossier d’instruction et de nombreux témoignages, Reporterre révèle les faits. Ils contredisent la version officielle. Une équipe fantôme de gendarmes a agi cette nuit-là. Et n’avait pas pour seul but de défendre la zone.

... https://reporterre.net/Remi-Fraisse-il- ... pe-fantome
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Violence policière - violence d'Etat

Messagede bipbip » 06 Juil 2016, 01:25

Rémi Fraisse : les gendarmes ont tenté de saboter l’enquête. Voici comment

La mort du jeune naturaliste à Sivens, en octobre 2014, est le résultat d’actions toutes différentes de la version officielle jusque-là diffusée, comme nous l’avons montré hier. Et dans les premières semaines de l’enquête, la gendarmerie a multiplié coups tordus et pressions sur les témoins pour tenter de cacher la vérité. Voici les faits.

... https://reporterre.net/Remi-Fraisse-les ... ci-comment
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité