Service utile au public à l’agonie

Re: Service utile au public à l’agonie

Messagede bipbip » 13 Déc 2018, 14:17

MSAP : la privatisation de l’accueil

Pour lutter contre la désertification des services publics en milieu rural, aider les gens désemparés face au numérique, ou tout simplement assurer un accueil qui n’existe plus dans de nombreuses administrations, les Maisons de services au public (MSAP) se sont développées à grande vitesse. Mais cette privatisation de l’accueil ne résout pas les inégalités de la population face à l’accès aux services publics, d’autant que les moyens alloués sont limités.

... http://www.lutopik.com/article/msap-pri ... -l-accueil
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Service utile au public à l’agonie

Messagede bipbip » 23 Déc 2018, 22:51

L’Etat veut casser l’AFPA - Agence nationale de formation professionnelle des adultes !

Motion adoptée par le Bureau national Solidaires du 13 décembre 2018
Le Bureau national de l’Union syndicale SOLIDAIRES, réunie le 13 décembre 2018, a pris connaissance du projet de licenciements dits économiques fomenté par le gouvernement néolibéral contre l’AFPA.

Depuis sa création en 1949, l’AFPA, Agence nationale de formation professionnelle des adultes, est l’outil national de formation qualifiante des demandeur-euses d’emploi, sur l’ensemble du territoire. Un-e actif-ve sur huit en France est formé-e par l’AFPA, qui forme près de 150 000 personnes par an, avec un taux de réussite supérieur à 80% aux titres professionnels et un taux d’accès à l’emploi de 66% dans les 6 mois qui suivent la formation.

Le projet de l’Etat est de le casser en fermant un quart de ses centres de formation (40 sur 160) et en supprimant 1 500 emplois permanents sur 6 000, pour répondre aux injonctions patronales de ne plus financer sur fonds publics la formation qualifiante.

Ces choix gouvernementaux ne sont dictés que par des considérations idéologiques, dans le contexte d’une marchandisation galopante de la formation professionnelle, et non par des considérations économiques, comme on veut le présenter.

Ainsi, ce ne sont pas des licenciements économiques, mais politiques.

Les 4 OS représentatives de l’AFPA (CGT, CFDT, FO et SUD FPA Solidaires) ne s’y sont pas trompées et ont créé un front intersyndical de refus de toute négociation de ce prétendu PSE ; intersyndicale dont le mot d’ordre est « 0 licenciement – 0 fermeture de centre ».

Le personnel de l’AFPA, fortement mobilisé pour la préservation de son outil de travail et de formations qualifiantes de haut niveau pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire, s’est mis en grève le 6 décembre et a manifesté dans Paris pour faire entendre ses revendications. Avec 2 000 manifestant-es et 35% de grévistes, c’est une réussite.

Le Bureau national de SOLIDAIRES apporte tout son soutien aux actions de défense de l’AFPA engagées par son personnel, partout où elles se mettent en place dans les territoires et au plan national.
Il demande à toutes les structures nationales de l’Union syndicale SOLIDAIRES et aux SOLIDAIRES locaux de soutenir les actions de terrain des salarié-es de l’AFPA.

Il réaffirme son attachement à la mission nationale de service public de l’AFPA.

Il appelle à signer et faire signer la pétition nationale de l’intersyndicale* pour la défense et la promotion d’une AFPA forte dans le service public de l’emploi et de la formation professionnelle (pétition signée à ce jour par plus de 10 000 personnes)

Paris, le 13 décembre 2018

* https://www.change.org/p/intersyndicale ... e_petition


https://solidaires.org/L-Etat-veut-cass ... nnelle-des
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Service utile au public à l’agonie

Messagede bipbip » 03 Jan 2019, 01:23

Transports urbains – Rennes : la colère gronde

La dégradation des services de bus de Rennes Métropole, assurés par Kéolis, filiale du groupe SNCF, suscite le mécontentement des usagers et du personnel.

Tous les jours aux heures de pointe, les usagers doivent attendre leur bus bien plus longtemps que prévu, et lorsqu’il arrive, il n’est pas rare de ne pouvoir y monter tant il est déjà bondé, au point que parfois il ne fait pas halte à l’arrêt. Dans ces conditions, les tensions entre voyageurs et les altercations avec les conducteurs se multiplient. S’y ajoutent, pour les chauffeurs, les pressions de l’encadrement qui exige d’eux que les bus respectent le cadencement prévu alors qu’il est souvent impossible de le faire.

Depuis la mi-novembre, les conducteurs protestent contre ces conditions indignes de transport et de travail. Les syndicats les ont appelés à se retrouver régulièrement en assemblée et plus de la moitié des 650 conducteurs se sont joints à cette mobilisation, sous forme de débrayages programmés aux heures de pointe, les mardis, jeudis et samedis. La direction de Kéolis fait des économies à tout crin sur les effectifs. Le manque de conducteurs, au moins 60, est d’autant plus criant qu’en plus d’avoir des conditions de travail dégradées, ceux-ci se voient ainsi refuser leurs demandes de congés.

Rennes Métropole, propriétaire des bus, est tout autant responsable de ce manque de moyens. Par rapport à la programmation, c’est chaque jour vingt tournées qui ne sont pas tenues, faute de matériel roulant en quantité suffisante, ce qui explique aussi les bus supprimés et la surcharge de ceux qui circulent.

Pour l’instant, la direction de Kéolis et les responsables de Rennes Métropole choisissent de faire le dos rond, expliquant à tous, et dans la presse locale, qu’il suffit d’être patient, que des conducteurs vont être formés dans les mois qui viennent, qu’il va y avoir des bus supplémentaires, etc.

Mais la patience, tant chez les usagers que chez les travailleurs de Kéolis, a ses limites…


https://journal.lutte-ouvriere.org/2019 ... 16073.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Service utile au public à l’agonie

Messagede bipbip » 21 Jan 2019, 19:04

Martine Orange de Mediapart: Autoroutes: les dessous des relations entre l’Etat et les concessionnaires

En pleine révolte des « gilets jaunes », la ministre des transports s’active pour déminer la bombe des nouvelles hausses de tarifs des autoroutes au 1er février. Mediapart révèle l’intégralité de l’accord de 2015 signé par Emmanuel Macron, alors à Bercy, et Ségolène Royal, ministre de l’écologie, avec les sociétés concessionnaires des autoroutes. Une capitulation volontaire de l’État, abandonnant tout intérêt public.

C’est la privatisation qui ne passe pas. Et plus le temps s’écoule, plus l’indignation de l’opinion publique grandit : jamais l’État n’aurait dû privatiser les autoroutes, selon une grande majorité des citoyens. Avec le mouvement des « gilets jaunes », le dossier est devenu hautement explosif. Depuis le début du mouvement, les péages des autoroutes sont la cible régulière des manifestants. Dans de nombreux cahiers de doléances, le retour au contrôle public de l’État ou, en tout cas, le reversement aux finances publiques de l’essentiel des recettes apportées par les autoroutes figurent parmi les premières mesures demandées.

... https://www.anti-k.org/2019/01/15/marti ... ionnaires/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Service utile au public à l’agonie

Messagede bipbip » 21 Mar 2019, 18:24

Les députés valident en commission la privatisation des aéroports franciliens

Point très controversé du projet de loi Pacte, la privatisation du groupe ADP qui gère les aéroports de Roissy et d'Orly, a été longuement discutée en commission en deuxième lecture. Les dispositions supprimées par les sénateurs ont été rétablies par la majorité. L'opposition de droite comme celle de gauche ont tenté de faire barrage.

... http://www.lcp.fr/actualites/les-depute ... EMR1mhd9Z0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités