la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Banshee » 10 Jan 2016, 17:50

Laisse tomber altersocial. Il n'y a plus rien à faire pour sauver le NPA, peut-être le suicide assisté pour abréger les souffrances...
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 11:44

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Ian » 10 Jan 2016, 21:22

altersocial a écrit:Ouais ouais daech c'est vachement anti-impérialiste
Où est-ce que tu as vu quelqu'un écrire une telle connerie?

Tu crois que les guerres impérialistes ne créent que des mouvement anti-impérialistes? Qu'elles ne créent pas le chaos, la destruction, ... et des mouvements ultra-réactionnaires comme Daesh?

altersocial a écrit:Sinon tu peux me dire ce qui est "choc des civilisations" dans le communiqué de No Pasaran ?
Je ne répondais pas au communiqué de No Pasaran, mais à ton message, dans lequel tu faisais mine de ne pas comprendre que les bombardements impérialistes ne font qu'alimenter le terrorisme et non l'inverse. Et d'accuser de tous les noms ceux qui dénoncent la responsabilité des bombardements impérialistes dans l'émergences de mouvement ultra-réactionnaires.

Pourtant, bientôt 15 ans après le 11 septembre et la "guerre contre le terrorisme" décrété par George Bush, le terrorisme ne s'est jamais autant développé qu'aujourd'hui. Donc on peut continuer à utiliser les mêmes méthodes si tu veux. Accepte que les militants révolutionnaires aient une autre vision de la manière de combattre le terrorisme et la réaction.
Avatar de l’utilisateur-trice
Ian
 
Messages: 389
Enregistré le: 13 Déc 2009, 14:43

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede altersocial » 17 Jan 2016, 16:31

Ian a écrit:
altersocial a écrit:Ouais ouais daech c'est vachement anti-impérialiste
Où est-ce que tu as vu quelqu'un écrire une telle connerie?
.


npa a écrit:Pour mettre fin au terrorisme, il faut mettre fin aux guerres impérialistes qui visent à perpétuer le pillage des richesses des peuples dominés par les multinationales

La barbarie impérialiste et la barbarie islamiste se nourrissent mutuellement.


A / B / C

A = impérialisme
B= terrorisme
Si A produit B en réaction c'est que B est contre-A. :lol:
Je peux utiliser le terme "contre-impérialisme" si tu préfères Ian :wink:
"En-réaction-à-l'impérialisme" c'est un peu long :lol: Ou comment apprendre que daech n'est pas lui-même un impérialisme ... :roll:

Même d'un point de vue chronologique le communiqué du nPA ne tient pas la route.

Banshee a écrit:Laisse tomber altersocial. Il n'y a plus rien à faire pour sauver le NPA, peut-être le suicide assisté pour abréger les souffrances...


Je comprends ton argument mais le npa étant la principale organisation d'EG, ses pets foireux atteignent alors ensuite l'ensemble de l'EG. Enfin bon tu me diras : qui lit encore les communiqués du NPA ? Peu de monde mais comme ils ont donné le bâton pour se faire battre par la presse bourgeoise ça a quand même fait du bruit sur ce coup là :wink:
Il fallait donc réagir face à l'analyse du npa qui voit la violence de daech : anachroniquement comme une réaction aux bombardements français, utopiquement comme une réaction à cet impérialisme donc (un anti-impérialisme-qui-se-trompe ?), le tout avec une interprétation qui est une rationalisation idéologique et absolument pas un matérialisme dialectique.
Que des idéologues bureaucrates au sommet soient à côté de la plaque je comprends, mais que des militants honnêtes et sincères à la base comme Ian cautionne là je ne comprends plus ... :confus:

L'idéologie bureaucratique militante

On renforce le capitalisme lorsqu'on ne critique pas ses manifestations négatives comme le produit de son essence même. La violence publicitaire intrinsèque à la multinationale "Etat islamique" a déjà été analysée sous ses différents aspects ici même. La prétendue exportation [1] du conflit dans les quartiers parisiens aura eu comme effet d'inonder les espaces d'expressions journalistiques ou militants d'une flopée de textes au mieux insipides au pire indigestes. Ce n'est pas notre objectif ici de débattre des événements paramilitaires de l' "Etat islamique", ce qui nous intéresse c'est la façon dont les sphères militantes ont abordé le sujet dans un état d'hystérie ou chacun "tenait" le coupable selon la marotte de sa sainte-chapelle, pour les néo-léninistes fatigués l' "impérialisme", et pour les anarchisants asthmatiques on nous a refait le coup du "fanatisme religieux" ... Devant tant de lucidité la critique marxiste n'a plus qu'à rendre les armes, ou à mourir de rire.
La palme revient bien entendu aux bureaucrates de la principale organisation d'extrême gauche française qui sont les auteurs du texte le plus abject jamais écrit sur la question. On y reviendra.
>>> lire la suite
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Fred1 » 18 Jan 2016, 07:17

Ian a écrit:Pourtant, bientôt 15 ans après le 11 septembre et la "guerre contre le terrorisme" décrété par George Bush, le terrorisme ne s'est jamais autant développé qu'aujourd'hui. Donc on peut continuer à utiliser les mêmes méthodes si tu veux.


Ça fait 25 ans (la premier guerre du golf 1990) et pas 15 ans a partir du 11 septembre, que l'Irak survie entre deux inverse de bombe. Cette région est convoité a cause de son pétrole, du coups les manœuvre pour mettre la main sur cette manne un coups de fiole vide exposé au monde, et présenté comme une preuve que l'Irak détient des arme chimique (se qui est pas tout a fait faut étant donnée qu'ils l'on employé contre l'Iran, et que c'est en parti les Américain qui les a fourni).

Le terreau du terrorisme c'est cette miser qui fait loi dans cette région riche en pétrole, mais qui au final ne profite pas aux peuple. Se rajoute a ça un des plus grand bidon ville au monde, (la Palestine).
Et j'aimerait bien savoir les amélioration apporté a l’Afghanistan ?

En faite c'est croisade son a mon avis un terreau ou pousse des terrorisme que DAECH cultive, mais la fabrique a longtemps était subventionnées par l’occident.

valls a déclaré que nous avons une tradition chrétienne dans ont est pas couché, rajouté a cela les provocation Islamophobe pour le port de la kippa, et contre le port du simple voile musulmans, Cette croisade justifie les propos du NPA, pas besoin de faire un dessin Valls en parlant de culture chrétienne, valide ceux qui pense que c'est une croisade, ou alors on a pas les même versions d'Histoire des croisade.

Ont fait comme si le passé coloniale des Européen n'existait plus, que les Américain n'était pas une colonie alors que l'histoire elle est différente, génocidaire, jusque dans les couverture contaminer par la grippe.

C'est pas la première foi que des anarchiste sont confronté a des massacre perpétué par des "indigène", Grande révolte kanak de 1878.

Louise Michel, déportée sur la presqu'île Ducos à la suite de la Commune au moment des faits, évoque ainsi la mort d'Ataï dans ses célèbres Mémoires :

« Ataï lui-même fut frappé par un traître. Que partout les traîtres soient maudits ! Suivant la loi canaque, un chef ne peut être frappé que par un chef ou par procuration. Nondo, chef vendu aux blancs, donna sa procuration à Segou, en lui remettant les armes qui devaient frapper Ataï. Entre les cases nègres et Amboa, Ataï, avec quelques-uns des siens, regagnait son campement, quand, se détachant des colonnes des blancs, Segou indiqua le grand chef, reconnaissable à la blancheur de neige de ses cheveux. Sa fronde roulée autour de sa tête, tenant de la main droite un sabre de gendarmerie, de la gauche un tomahawk, ayant autour de lui ses trois fils et le barde Andja, qui se servait d'une sagaie comme d'une lance, Ataï fit face à la colonne des blancs. Il aperçut Segou. Ah ! dit-il, te voilà ! Le traître chancela un instant sous le regard du vieux chef ; mais, voulant en finir, il lui lance une sagaie qui lui traverse le bras droit. Ataï, alors, lève le tomahawk qu’il tenait du bras gauche ; ses fils tombent, l'un mort, les autres blessés ; Andja s'élance, criant : tango ! tango ! (maudit ! maudit !) et tombe frappé à mort. Alors, à coups de hache, comme on abat un arbre, Segou frappe Ataï ; il porte la main à sa tête à demi détachée et ce n'est qu’après plusieurs coups encore qu'Ataï est mort. Le cri de mort fut alors poussé par les Canaques, allant comme un écho par les montagnes. […] Que sur leur mémoire tombe ce chant d'Andja : Le Takata, dans la forêt, a cueilli l'adouéke, l'herbe bouclier, au clair de lune, l'adouéke, l'herbe de guerre, la plante des spectres. Les guerriers se partagent l'adouéke qui rend terrible et charme les blessures. Les esprits soufflent la tempête, les esprits des pères ; ils attendent les braves ; amis ou ennemis, les braves sont les bienvenus par delà [sic] la vie. Que ceux qui veulent vivre s’en aillent. Voilà la guerre ; le sang va couler comme l’eau sur la terre ; il faut que l'adouéke soit aussi de sang. »


Je pense qu'il faudrait prendre du recule face a c'est événement d'une barbarie absolue, analysé les cause, le terreau qui a crée l’événement du 11 et du 13, nous somme les victime pas les coupable n'en déplaise a se pouvoir qui gouverne comme des porc, on aurait très bien pu se trouver a une terrasse de caffé, ou au bataclan et prendre une rafale .
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 154
Enregistré le: 14 Déc 2015, 17:04

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Pïérô » 26 Sep 2017, 00:48

Affaire Chazerans : un dossier qui manque d'épaisseur

Le professeur du lycée Victor-Hugo de Poitiers, accusé d’apologie du terrorisme, conteste sa mutation disciplinaire dans les Deux-Sèvres.

L'affaire avait fait les gros titres y compris de la presse nationale : au lendemain de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo survenue le 7 janvier 2015 (17 morts), un professeur de philosophie poitevin, connu pour ses engagements dans des mouvements revendicatifs comme le Droit au Logement, aurait tenu devant ses élèves de terminale des propos faisant l'apologie du terrorisme.

Suspendu pour quatre mois dans un premier temps, Jean-François Chazerans, enseignant au lycée Victor-Hugo de Poitiers, avait été ensuite muté disciplinairement dans les Deux-Sèvres, où il exerce encore aujourd'hui au lycée Ernest-Pérochon de Parthenay.
Ayant bénéficié très rapidement d'un classement sans suite prononcé par le Procureur de la République, qui a considéré qu'aucune infraction pénale ne pouvait être reprochée au professeur, Jean-François Chazerans s'est retourné contre le rectorat d'académie pour tenter d'obtenir l'annulation de la sanction et son retour à Victor-Hugo.
Le procès a eu lieu mercredi matin devant le tribunal administratif et force est de constater que le dossier à charge contre Jean-François Chazerans s'est passablement dégonflé. A tel point que son avocat, Me Amaury Auzou, n'a pas hésité à se demander : « Voulait-on se débarrasser de M. Chazerans ? Je ne sais pas. La question se pose… » Une chose est sûre : les engagements spectaculaires du prof de philo ont de quoi agacer sa hiérarchie, tout comme ses sorties iconoclastes, parfois à caractère sexuel, devant ses élèves.

... http://www.lanouvellerepublique.fr/Vien ... ur-3232761
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Pïérô » 05 Oct 2017, 14:10

Poitiers. Affaire Chazerans : sanction confirmée

Le tribunal administratif a confirmé la mutation disciplinaire en Deux-Sèvres du professeur de philosophie poitevin qui, en classe, avait traité de "crapules" les journalistes de Charlie Hebdo au lendemain de l'attentat du 7 janvier 2015.

Le tribunal administratif de Poitiers a statué ce matin sur les requêtes déposées par Jean-François Chazerans contre des décisions de suspension puis de mutation disciplinaire prises à son encontre par le recteur d'académie début 2015, après l'attentat islamiste commis contre la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

Les juges ont suivi en tous points, comme c'est très souvent le cas, les conclusions formulées par le rapporteur public lors de l'audience qui s'était tenue le 20 septembre dernier. Ils ont considéré que les propos tenus en classe par le professeur de philosophie du lycée Victor-Hugo de Poitiers, aujourd'hui à Parthenay, constituaient bien un "manquement au devoir de réserve et à l'obligation de neutralité de nature à compromettre la bonne marche du service public de l'éducation."

(...)

Aussitôt après avoir pris connaissance du jugement ce matin, Jean-François Chazerans a fait part de son intention de faire appel devant la Cour administrative de Bordeaux.

https://www.lanouvellerepublique.fr/a-l ... 52008b4567
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Pïérô » 07 Nov 2017, 14:50

Accusé à tort d’apologie du terrorisme

Le morceau "accusé à tort d’apologie du terrorisme" a été enregistré et mixé au DIG Studio à Paris. Le clip a été tourné à Hénin-Beaumont (pour rappeler aussi à l’extrême-droite que nous sommes partout chez nous !), en présence de syndicalistes de SUD industries 59-62 et de SUD industrie national et d’amis de Karim venu de Douai et de la région « Haut de France » .



Nous tenons à préciser que nous ne comptons pas commercialiser ce morceau, ni faire de monétisation des vues du clip. Nous ne souhaitons pas faire le commerce sur les évènements tragiques de « Charlie Hebdo ». Cette chanson et le clip sont gratuits et ce projet musical n’a été fait que dans le but de rétablir la vérité sur l’injustice terrible dont fut victime Karim, rien d’autre.

Karim notre délégué syndical SUD a été accusé à tort « d’apologie du terrorisme » par la direction de Bombardier (constructeur de trains) à Crespin. En instrumentalisant un contexte politique tragique, la direction de cette grande entreprise a voulu se débarrasser du secrétaire de CHSCT de l’époque, sous le coup d’une procédure de licenciement en 2015. Le CE , qui avait voté majoritairement contre (5 voix des élus Sud contre et 3 pour , dont l’élu CGT, CFE-CGC et CFDT). Nous tenons à préciser qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre ces 3 syndicalistes et leurs organisations syndicales : mais ces élus ont joué un rôle d’assistant de la direction dans une opération de répression anti-syndicale.
L’inspection du travail a refusé ce licenciement, sans qu’il n’y ait de recours ou appel de cette décision par la direction, et Karim est toujours présent dans l’entreprise.

L’inspection du travail avait conclu dans son enquête que Karim n’avait jamais « justifié ni approuvé les actes terroriste » mais qu’il avait juste émis une opinion lors d’une discussion entre collègues pour refuser l’amalgame entre son origine, sa religion supposée et des courants intégristes totalitaires. La direction de son site qui a choisi de fermer les yeux sur l’amalgame et le racisme d’une petite minorité de collègues avec qui karim avait eu une « altercation » et qui ont eu « des propos racistes » et notamment mettant en doute sa nationalité ». C’est d’ailleurs ce qu’avait conclu l’enquête de l’inspection du travail, sans aucune réaction de sa direction. Pourquoi le racisme n’est pas condamné par ces responsables ?

Karim est de nationalité Française et l’arrière-petit-fils d’un décoré de la légion d’honneur qui a fait la résistance.

Un employeur a-t-il le droit de tout dans notre pays, alors que le gouvernement actuel rajoute encore une couche avec des ordonnances qui vont contre le code du travail et la protection des salarié(e)s contre de telle agissement ?

Car la quasi-totalité des médias à l’époque ont repris le discours de l’entreprise en diffamant gravement l’action syndicale de SUD-Solidaires industrie mais aussi et surtout en diffamant publiquement Karim. Il s’est retrouvé dans une tempête médiatique injuste et injustifiée, sans que ces organes de presse n’assument leurs responsabilités sur les propos qu’ils ont publié, alors que l’innocence fut prouvée. Il est d’autant plus regrettable que tous les médias ont été contactés par courrier recommandée. Il n’y a rien de pire que quand l’innocence est connue et confirmée, de refuser d’effectuer tout correctif et de laisser des articles diffamatoires toujours en ligne qui attaquent la dignité d’une personne. Nous n’avons pas eu d’autre solution, que d’exercer cette liberté d’expression à travers l’art de Karim et le HIP HOP, avec le soutien des camarades de SUD industrie 59-62 et de SUD industrie national. Puisque les médias nous censurent.

Le financement de ce projet a été assuré par le Cercle d’Entraide & de Développement de l’Union syndicale SUD-Industrie. Tous les dons sont les bienvenus, car notre syndicat a engagé les recours juridiques nécessaires dans cette affaire . Ces dons peuvent être adressés au CED-USSI, 10 avenue Rachel, 75018 Paris ou par contact mail : ced@ussi.fr

A travers ce projet nous prouvons que chez Sud Solidaires industrie
« un coup contre l’un d’entre nous est un coup contre nous tous ».

Contact presse ou autres : accuseatort@ussi.fr

http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1777
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede Pïérô » 16 Fév 2018, 13:22

Enseignant.e.s en Seine-Saint-Denis, nos inquiétudes face à « l'esprit Charlie »

Sonia Taleb et Ramzi Kebaili mettent en garde dans cette tribune contre ce qui se constitue en véritable « combat » intérieur contre toute une partie de la population, enfants compris.

D'après un sondage de l'Ifop, de plus en plus de Français.es, toutes classes et catégories confondues déclarent ne pas se sentir « Charlie », et nous serions mêmes majoritaires dans notre tranche d'âge 25-34 ans. Mais la parole ne nous est jamais donnée pour expliquer sereinement notre position. Aujourd'hui, c'est moins pour revendiquer publiquement notre opposition à « l'esprit Charlie » que pour partager nos craintes d'enseignant.e.s que nous souhaitons nous exprimer.

Au début des années 2000, bien avant l'odieux attentat de janvier 2015, nous étions déjà en opposition politique avec la ligne éditoriale de Charlie Hebdo. Non pas que nous ayons un quelconque problème avec le fait de caricaturer et de moquer les religions mais nous estimions, et nous estimons toujours, que les caricatures liées à l'« islam » étaient souvent mises au service d'un projet géopolitique visant à justifier des guerres impérialistes contre des pays arabo-musulmans. Les plus emblématiques furent menées par le président néoconservateur George W. Bush contre l'Afghanistan en 2001 et l'Irak en 2003 ou par son allié israélien contre la Palestine, toutes soutenues par Philippe Val dans ses éditoriaux d'alors. Ainsi, même si les opinions étaient diverses au sein de la rédaction, la ligne éditoriale de Charlie Hebdo sous Philippe Val, qui persista malheureusement après lui, en faisait moins selon nous un journal « satirique » que politiquement situé dans le camp néoconservateur. Nous fûmes néanmoins profondément choqués par l'odieux attentat de 2015 : la liberté d'expression est un droit qui doit s'appliquer y compris et surtout lorsqu'on est en désaccord avec le propos défendu. Raison pour laquelle, à la suite des attentats, nous pensions préférable de taire nos critiques politiques à l'égard de Charlie Hebdo.

« L'esprit Charlie », qui devint le temps d'un jour « esprit du 11 janvier », prit pourtant une tournure de plus en plus inquiétante. Nos dirigeants politiques (et notamment le Premier ministre de l'époque, Manuel Valls) ne tardèrent pas à instrumentaliser le drame des attentats pour restreindre drastiquement la liberté d'expression puis, quelques mois plus tard, les libertés publiques avec l'instauration de l'état d'urgence. Comme l'explique Élisabeth Badinter, aujourd'hui tout le monde « doit » être Charlie, toute pensée discordante étant suspecte a priori. Sommes-nous visés, comme 39 % des Français ? Probablement. Mais, en tant qu'enseignant.e.s, nous ne pouvons ignorer que les principales cibles de cette campagne d'injonction autoritaire restent nos propres élèves.

Une parole bénéfique n'est pas une parole forcée

En effet, dès janvier 2015, le ministère de l’Éducation nationale nous a pour ainsi dire ordonné d'organiser des discussions avec nos élèves au sujet de l'attentat. Une telle entreprise pouvait paraître psychologiquement hasardeuse : une parole bénéfique n'est pas une parole forcée, a fortiori quand on a face à soi des enfants ou des adolescents. Nous avons pourtant mené à bien ces discussions. En laissant les élèves exprimer ce qu'ils avaient compris des attentats et ce qu'ils souhaitaient confier de leurs peurs. En les laissant également dire ce que leur inspirait « Charlie Hebdo ». Une fois les paroles librement exprimées, nous avons joué notre rôle en expliquant qu'aucun désaccord ne pouvait justifier un meurtre. Les élèves, dans leur pluralité, ceux qui exprimaient un point de vue critique sur les opinions politiques de Charlie Hebdo ou qui ne connaissaient pas ce journal, les quelques-uns qui estimaient que certains propos devraient être condamnés par la justice ou les rares qui appréciaient le journal, tous ces élèves se rejoignaient sur ce constat : rien ne justifiait l'action des assassins ayant ensanglanté la rédaction de Charlie Hebdo. Les discussions s'étaient – et se sont depuis trois ans – très bien déroulées.

Quelle ne fut pas notre surprise de voir très vite les médias évoquer des « centaines » d' « incidents » qui auraient été dénoncés à leur hiérarchie par des enseignants, en braquant au fil des mois les projecteurs sur notre département. Les paroles d'élèves qui n'épousaient pas la ligne idéologique de Charlie Hebdo étaient-elles traitées comme justifiant, d'une manière ou d'une autre, les attentats ? Des élèves avaient-ils été renvoyés à leur appartenance religieuse réelle ou supposée dès lors qu'ils semblaient exprimer une opposition parfois bancale – une opposition d'enfants ! – au contenu d'un journal ? Quelques semaines après les attentats, nous apprenions que des écoliers avaient été traînés au commissariat pour « apologie du terrorisme », sur délation de leur établissement scolaire.

Nous ne contestons pas que des enseignants aient pu rencontrer des difficultés avec leurs élèves. Encore faudrait-il savoir comment s'est déroulé leur cours. Si quelques-uns ont engagé leurs élèves à « être Charlie » en éludant les interrogations légitimes sur la signification confuse d'une telle formule, voire en coupant court à toute parole critique sur le positionnement idéologique du journal, ne peut-on pas considérer que les difficultés viennent du fait d'avoir rompu une neutralité qu'en tant qu'enseignants, nous nous devons de respecter ? On se demande ce qu'ont pu vivre et ressentir les élèves de cette enseignante s'exprimant régulièrement dans les médias, qui proclamait il y a un an « Soyez Charlie ou quittez la France ».

Dérive belliciste

Loin de nous l'idée de généraliser, simplement nous savons que, depuis des années, une poignée d'acteurs du système éducatif et de relais institutionnels mal intentionnés n'ont de cesse de dresser un portrait monstrueux des jeunes « de banlieue », « arabes » ou « musulmans » qui seraient soumis à des pulsions « ethno-culturelles » antisémites, sexistes et homophobes. Ces clichés sont notamment véhiculés par l'ouvrage très controversé Les Territoires perdus de la République paru en 2002 [1], préfacé et dirigé Georges Bensoussan qui n'a pas hésité à affirmer publiquement que « dans les familles arabes, en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l'antisémitisme, on le tète avec le lait de la mère ». Peut-on imaginer le traumatisme subi par des enfants régulièrement confrontés à des propos racistes du même acabit [2] tenus à leur sujet ?

« L'esprit Charlie » semble ainsi constituer un véritable « combat » intérieur contre toute une partie de la population, enfants compris. Si l'on peut certes se contenter de ne pas lire les éditoriaux de plus en plus délirants de Riss – accusant par exemple les femmes portant le voile ou les boulangers musulmans de soutenir le terrorisme [3] – on ne peut en revanche ignorer que des personnalités politiques ou intellectuelles reprennent publiquement ce type de discours effrayants.

Cette dérive belliciste s'est une nouvelle fois illustrée lors du meeting politique « Toujours Charlie : de la mémoire au combat » organisé samedi 6 janvier en présence de figures politiques, associatives et de journalistes, lors duquel notre département et ses habitants ont été une fois de plus pointés du doigt. Aucune parole contradictoire n'a pu s'exprimer face à ces défenseurs autoproclamés de la « liberté d'expression ». La propagande déversée par le Printemps républicain et ses alliés, qui partagent un même déni de l'islamophobie, a plusieurs fois fustigé les élèves et les étudiants de la République en instrumentalisant ad nauseam la laïcité et les « valeurs de la République », dont la transmission semblait se résumer à un slogan, bien éloigné de tout esprit républicain : on « DOIT être Charlie ».

Or l'une des associations organisatrices de ce meeting, la Licra, est liée par un partenariatau ministère de l’Éducation nationale et mène, à ce titre, des actions auprès des élèves et des enseignants sur la prévention du racisme, sur la laïcité ou encore sur l'exercice de la citoyenneté. Cette association, qui se complaît manifestement dans son rôle de pompier pyromane, peut-elle décemment jouer ce rôle au sein de l'école de la République, auprès de nos élèves ? Une telle situation devient décidément de plus en plus préoccupante pour nos enfants.


[1] Cet ouvrage a d'ailleurs fait l'objet d'un documentaire opportunément sorti après les attentats contre Charlie Hebdo, dont on peut trouver une analyse critique ici http://aggiornamento.hypotheses.org/3036.

[2] Par exemple Caroline Fourest évoqua sur un plateau de télévision « les familles musulmanes [qui] demandent à ce qu'on n'enseigne pas la Shoah » en citant comme source… l'ouvrage de Bensoussan.

[3] Voir à ce sujet cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=ZybfqFmMDYg.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la redaction de CHARLIE HEBDO decimée, et suites

Messagede bipbip » 07 Avr 2018, 16:54

Quand la parole dérange

Il y a trois ans, au moment des attentats de janvier 2015 en France, les établissements scolaires ont été confrontés à une situation terriblement complexe : gérer les réactions des jeunes face aux attentats et à leur traitement médiatique. Il y a eu les établissements où la minute de silence et les échanges avec les élèves se sont bien déroulés. Il y a eu ceux où la situation était plus tendue, moins consensuelle, avec des jeunes qui avaient besoin d’exprimer leur incompréhension et même leur contestation d’une parole si lissée par l’Institution. Et dans ce cas de figure, il y a eu les établissements, comme le mien - hélas ! - qui ont choisi de sanctionner, par le conseil de discipline notamment, les paroles dissonantes (« je ne suis pas Charlie » ou « ils l’ont cherché, ils ont provoqué avec leur caricature »), paroles perçues comme insupportables en ce temps de recueillement national.
Dix mois plus tard, comme tant de collègues, nous avons eu à gérer l’arrivée des élèves le lundi 16 novembre 2015 au matin : il nous a fallu encaisser le choc, mettre le surplus d’émotions de côté pour être capables de recevoir celles des jeunes et de les accompagner dans leur fragile appréhension des événements. Cette fois, nous avons eu la possibilité d’échanger par mail avec les collègues durant le week-end, chacun.e livrant ses interrogations, ses craintes mais aussi ses suggestions pour prendre en charge les élèves. Nous nous sommes donc retrouvé.e.s plus tôt le lundi, avec des documents pouvant servir de base pour discuter avec les élèves, avec l’idée aussi d’accompagner nos collègues qui se sentaient mal à l’aise seul.es avec leurs élèves. Plusieurs d’entre nous avaient choisi de passer par l’écrit pour permettre aux élèves d’exprimer leurs pensées et ressentis : dessins, textes, poèmes, simples mots posés dans le désordre ont été livrés par les élèves ce lundi-là, et conservés par les enseignant.e.s.

Et après ? Quel travail avec les paroles de nos élèves ?

Quelques jours plus tard, j’ai éprouvé le besoin de relancer mes collègues par mail, avec un fil de discussion devenu « Et après ? ». Effectivement, et après ? Que faire de tout ça, de tous ces mots écrits ou prononcés par nos élèves ? Des mots qu’ils ont voulu exprimer face à nous, enseignant.e.s ? Des mots qui interrogent, qui disent le besoin de savoir, de déconstruire des idées fausses, d’analyser les discours des médias, mais aussi des mots qui dérangent, qui effraient les adultes par ce qu’ils peuvent comporter de révolte et non-adhésion aux valeurs qui pourraient pourtant paraître logiques et évidentes à nos yeux : pourquoi faire une minute de silence ? / Charlie, ils l’avaient cherché. / C’est la faute des immigrés, il faut tous les renvoyer chez eux. / C’est quoi Daech ? / Au fait, nous on est sunnites ou chiites ?
Les échanges avec les collègues se sont donc poursuivis, des idées ont été lancées : travail sur les caricatures, la théorie du complot, le vivre-ensemble, reprise des mots utilisés par les élèves (tolérance, terrorisme, stigmatisation, état d’urgence…). Nous avions globalement envie de revenir sur les propos des élèves et de les amener à prendre de la distance et à faire preuve d’esprit critique face à ce qu’ils avaient vu et entendu. Mais peu à peu, je n’ai pu que constater, avec déception, le délitement dans l’équipe : beaucoup lisaient les échanges de mails, lançaient un message de soutien de temps en temps, mais très peu se sont ressaisis des paroles des élèves, de ce qu’ils et elles nous avaient renvoyé au lendemain des attentats. D’une trentaine de personnes, nous nous sommes retrouvé.e.s 6 ou 7 à travailler sur les scénarios pédagogiques, puis au final, deux à aller au bout de la démarche, à construire et à mener deux séances – intenses et difficiles, je l’admets – où les élèves étaient partie prenante des échanges et des questionnements. Côté collègues, chacun.e est retombé.e dans ses préoccupations quotidiennes, « urgentes » : celles du programme, celles imposées par l’Institution, avec des séances sur les complots ou sur les fameuses « valeurs de la république » plus rassurantes et familières, balisées, qui ne mettent pas en péril parce qu’elles sont majoritairement menées par les enseignant.e.s, mais qui restent souvent bien décalées par rapport à ce que nous ont renvoyé les jeunes, en classe, dans les couloirs, sur les réseaux sociaux.

Seul.e.s avec leurs interrogations…

J’ai été très déçue qu’on laisse finalement les élèves seul.e.s avec leurs interrogations, mais je n’en veux évidemment à personne. Entre la volonté d’agir, la réflexion pour monter un projet, des séances de travail, et le véritable passage à l’acte, trop de facteurs entrent en jeu et peuvent empêcher chacun.e d’agir : l’avancée dans le programme, une direction frileuse à l’idée de donner la parole aux élèves, l’inconfort de chacun.e face à des paroles provocatrices, les émotions encore trop vives, le manque d’expérience/d’habitude à laisser les élèves libres de donner leur avis…
Il n’empêche que je suis convaincue que, même si nous avons fait de notre mieux, avec les moyens du bord et selon nos limites personnelles sur un sujet si sensible, nous avons loupé quelque chose à ce moment-là. Que les doutes et les jugements irréfléchis demeurent chez nos élèves et les travaillent régulièrement.
Juste avant les vacances de février, par exemple, mes 3ème ont de nouveau évoqué les caricatures de Charlie Hebdo, comme ça, cinq minutes avant la sonnerie parce qu’ils et elles avaient un peu de temps pour discuter. Pourquoi ce sujet est-il revenu sur la table ? Je suis incapable de le dire car la discussion était menée entre élèves et ils ne m’ont interpellée qu’après. Mais j’ai eu la – désagréable – sensation de revenir quelques années en arrière et d’entendre les mêmes commentaires, sans filtre, sans prise de distance, passionnés de nouveau, dans lesquels la nécessité de limiter, contrôler, censurer la presse (et des caricatures) était évidente pour ces élèves. Or, ils et elles étaient en 5ème au moment des attentats, ils et elles étaient dans nos classes et ont été formé.e.s dans notre établissement. Régulièrement aussi, j’entends des collègues scandalisé.e.s parler d’un.e élève qui aurait parlé avec légèreté de daech, de kalachnikov, qui aurait crié dans les couloirs « Allahou akbar », et du conseil de discipline qu’il faudrait convoquer pour de tels faits.

Tout cela questionne, inévitablement. La parole des élèves, sur ce sujet au moins, dérange toujours, oui. Mais quand la prenons-nous en charge par autre chose que la sanction ou l’indignation ? Comment pouvons-nous en tenir compte dans notre travail en classe et dans l’établissement, avec et pour les élèves ? Créer des ressources communes, s’inspirer de l’existant, oser sortir du cadre et donner la parole aux élèves et leur offrir la possibilité de construire et déconstruire eux-mêmes leurs connaissances et leurs préjugés, plutôt que d’imposer notre savoir, nos valeurs, nos jugements (1) ; en parler entre collègues pour partager nos expériences et améliorer nos pratiques… autant de démarches à portée de main et d’une aide précieuse au quotidien.

(1) Voir le travail de Servanne Marzin du collectif Aggiornamento hist-géo sur les théories du complot https://aggiornamento.hypotheses.org/3182


https://www.questionsdeclasses.org/?Qua ... le-derange
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités