Des transports en commun gratuits

Des transports en commun gratuits

Messagede Pïérô » 21 Aoû 2014, 01:59

A Gaillac, bientôt des transports en commun gratuits

Pourquoi ça marcherait pas partout ?
En tout cas c'est encore une info utile pour faire valoir ce point de vue...

A Gaillac, bientôt des transports en commun gratuits

C’était une promesse électorale du maire, la ville de Gaillac dans le Tarn (13.629 habitants) passera à la gratuité des transports en commun le 13 septembre prochain. Gaillac sera alors la 26ème ville française à passer à la gratuité des transports en commun.

Le 11 juin dernier, les élus du conseil municipal de Gaillac ont été particulièrement attentifs lors du rapport d’activité du réseau “Bougenbus”, composé de six lignes de bus.

Avec près de 84 000 voyages enregistrés de septembre 2012 à août 2013, le trafic est en hausse de +150% en un an. Le réseau de 6 lignes emploie 114 personnes, dont 64 à temps complet. Financé par trois actionnaires, le conseil général (1000 actions), la ville de Gaillac (150 actions) et Tarn et Dadou (150 actions), l’exercice financier laisse apparaître un léger déficit de 2.600 €.

Tout le monde attendait le maire Patrice Gausserand (UDI) au tournant par rapport à sa promesse de campagne sur la gratuité. “A partir du 13 septembre, jour de la fête des associations, Bougenbus changera de nom et sera gratuit“, a annoncé le maire.

Cette gratuité incitera la population à utiliser ces bus. Nous travaillons sur l’amélioration du rendement et du remplissage des bus.“

Cette décision a été diversement accueillie par les élus de l’opposition. En effet, Thomas Domenech (“Gaillac à gauche”) se dit satisfait. “Le transport doit être public et gratuit“, a-t-il indiqué.

Mais Michèle Rieux (PS, ancienne maire de Gaillac) s’est déclarée défavorable à une telle mesure. “Nous ne sommes pas pour la gratuité“, a-t-elle souligné. “Nous pensons que les usagers doivent payer un peu. Le billet est à 50 centimes, c’est très peu. Et la perte d’exploitation entraînera d’autres pertes.”

Sur la perte d’exploitation, estimée à 50.000 euros (20.000 euros de billetterie et 30.000 euros de TVA), le maire Patrice Gausserand a confié qu’il y aura “des solutions pour récupérer cette somme“.

Sources:
http://www.gaillacinfo.fr/2014/06/12/la ... rt-urbain/
http://www.ladepeche.fr/article/2014/06 ... atuit.html

http://danactu-resistance.over-blog.com ... tuits.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 05 Mar 2016, 14:26

Fin de la gratuité dans les transports à Nimes

Le 7 décembre 2015, le comité de l’agglomération nîmoise en charge des transports, a entériné la fin de la gratuité des transports pour ceux et celles qui pouvaient en bénéficier.

Des milliers de jeunes et de retraité-e-s seront touché-e-s par cette décision qui ferme une parenthèse dans l’organisation des transports de l’agglomération, qui étaient, pour une fois, un véritable service public. Il reste encore de nombreuses villes qui ont tenté l’expérience de la gratuité dans les transports pour le plus grand bénéfice de chacun et chacune, prouvant que loin d’être une utopie ce système est tout à fait viable.

Solidaires 30

http://www.alternativelibertaire.org/?F ... e-dans-les
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede Pïérô » 29 Aoû 2016, 01:24

Niort, gratuité des transports publics pour 2017

Les élus de la communauté d'agglomération de Niort (CAN) ont voté, le 26 octobre 2015, la mise en place de la gratuité totale du réseau de transport public à partir de 2017. Ce passage à la gratuité se fera en même temps que le changement d'opérateur du réseau.

C'était une promesse de campagne de Jérôme Baloge (Parti radical), élu maire de Niort en 2014 et président de la Communauté d'agglomération du Niortais. Au premier janvier 2017, l'ensemble des transports publics de cette agglomération de 45 communes et plus de 100 000 habitants seront gratuits. Il s'agira de la plus grande agglomération de France a adopter la gratuité avant la concrétisation en septembre 2018 du projet de Dunkerque.

Dans une interview à France Bleue Poitou le 28 octobre 2015, Jérôme Baloge explique que cette décision a été prise parce que "les bus ne tournent pas à plein et que les recettes ne couvrent que 10%" du coût total du réseau. Et l'élu de souligner que le transport est "une vraie réponse sociale" aux besoins des niortais : "Les demandes de tarification sociale explosent avec +12 à +15% cette année". Autre raison mise en avant, la lutte pour l'environnement : "On est à l'heure de la Cop 21. Dans toutes les grandes villes, dès qu'il y a un pic de pollution, les transports publics sont gratuits. La gratuité est une réponse claire aux problèmes environnementaux."

Cette mesure sera mise en place en 2017 pour une période expérimentale d'un an, mais visiblement pour le maire elle devrait perdurer : "A Vitré, un des pionniers de la gratuité en 2001, le passage à la gratuité avait été contesté, mais un an plus tard c'était l'unanimité pour la garder."

... http://www.mobilicites.com/011-4302-Les ... -2017.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede Pïérô » 15 Oct 2016, 19:08

Tours
Des transports publics bientôt gratuits ?

Ne plus payer de ticket de bus ou de tram, plusieurs y pensent sérieusement. Les syndicats disent oui, mais. Tour(s)plus dit non et qualifie l’idée d’utopiste.

Sera-t-il bientôt possible de prendre le tram et le bus sans ticket ? C'est au Tours du peuple, association fondée après les municipales de 2014, a lancé le débat lors d'une réunion publique le 27 septembre. « C'est un choix de société, la gratuité est souhaitable pour tous », estime Claude Bourdin, co-responsable de l'association.

Les arguments de la gratuité ? Réduction du budget transport des familles, moins de pollution atmosphérique grâce à la diminution des voitures, développement économique et culturel de la ville…

... http://www.lanouvellerepublique.fr/Indr ... ts-2871186
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede Pïérô » 03 Sep 2017, 02:58

Bus à Niort : " La gratuité n'a pas été gagnée au détriment du service "

Comment va évoluer le nouveau réseau désormais gratuit des transports publics de l’agglomération ? Jérôme Baloge et Alain Lecointe répondent à la NR.

Il y a six mois l'entreprise Transdev se voyait attribuer pour six ans la délégation du service public des transports de la CAN. Il y a deux mois, un nouveau réseau de bus urbains et de lignes interurbaines entrait en service. Ce vendredi, la gratuité d'accès à ce réseau qui va progressivement devenir multimodal (bus, vélos, train, autos) est de mise, en application de la promesse de campagne électorale (pour les municipales) de Jérôme Baloge. A cette occasion, Jérôme Baloge, et l'élu communautaire en charge des transports, Alain Lecointe, nous rappellent les raisons qui permettent désormais de prendre les transports en commun sans ticket, et les évolutions qui vont marquer cet avènement du bus gratuit (lire aussi " Niort devient la plus grosse agglomération à proposer la gratuité des transports en commun", dans Le Monde de ce 1er septembre 2017).

... http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux ... ce-3210004
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 10 Fév 2018, 22:35

Gratuité des transports : Une réalité dans certaines villes

Certaines villes comme Dunkerque, Niort ou Tallinn (Estonie) ont libéré leurs transports en commun. Ce nouvel usage permet à chacun de se déplacer sans discrimination, favorisant les liens sociaux, l’environnement urbain et les centre-villes.

Depuis près de 40 ans, de nombreux collectifs se sont succédé en France pour revendiquer le libre usage des transports publics. Aujourd’hui c’est plus de 22 communes ou communautés d’agglomérations qui expérimentent ou ont mis en place des mesures de gratuité dont Dunkerque, Chateauroux, Niort pour les plus grandes, mais aussi Colomiers (Haute-Garonne), Compiègne (Oise), Vitré (Ille-et-Vilaine), Issoudun (Indre), Mayenne (Mayenne), Gap (Hautes-Alpes), Bar-le-Duc (Meuse), Castres (Tarn), Cluses (Haute-Savoie), Libourne (Gironde), etc.

La gratuité des transports peut être vue comme un outil d’équité sociale, de report du trafic des automobiles individuelles et de stimulation de la fréquentation du transport public mais aussi comme un outil d’aide au dynamisme économique. D’une manière globale, la fréquentation des usagers a augmenté, la mixité sociale s’est nettement améliorée, permettant à toutes et à tous d’avoir accès au transport public sans discrimination.

À Dunkerque, il a été observé un double public dans les transports gratuit du week-end  : des familles évitant la contrainte du stationnement et des précaires qui n’auraient pas pris les transports sans cette mesure  [1].

Cependant ce n’est pas gratuit pour tout le monde. Le coût du transport en commun est financé en partie par les impôts locaux, et en partie par les entreprises via une taxe calculée par rapport à la masse salariale. À Tallinn, en Estonie, la gratuité a été instaurée en 2013. L’opération est rentable dans cette capitale européenne, où le financement des transports urbains est assuré par l’impôt municipal. Fort de cette première expérience, la gratuité des transports est envisagé pour l’ensemble du territoire.

Des exemples prometteurs

À Châteauroux et à Niort, la fréquentation a été doublée. Les centres-villes ont vu un regain d’activité économique grâce à cette nouvelle fréquentation. La typologie des usagé.es montre aussi que ce sont des automobilistes mais aussi des piétons et des cyclistes. Depuis 2015, la communauté d’agglomération de Dunkerque expérimente la gratuité des transports le week-end. Le résultat constaté est une hausse de la fréquentation du service public de 30 % le samedi et de 80 % le dimanche. Suite à cette expérimentation, l’agglomération envisage d’étendre la gratuité en semaine à partir du 1er septembre 2018  [2], ce qui sera une première en France pour une agglomération de plus de 200 000 habitants.

Pour le moment, les agglomérations ayant opté pour le libre usage des transports en commun ont un réseau essentiellement constitué de lignes de bus et de navettes. Les essais n’ont pas été mis en place dans les villes possédant des lignes de tramway et de métro. Ce manque d’étude ne doit pas freiner les collectifs de militants dans leurs revendications pour des transports gratuits dans les villes de tailles importantes !

À quand l’usage libre des transports en commun pour les grandes villes  ?

Julien I. (AL Lyon)


[1] Charlotte Belaich, « La gratuité des transports en commun  : un modèle efficace  ? » Libération, le 6 septembre 2017.

[2] D’après le journal télévisé de France 3 du 20 novembre 2017


Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 28 Fév 2018, 00:23

En Allemagne, de grandes villes vont tester la gratuité des transports en commun. En France, une quinzaine d’agglomérations s’y sont mises. À Lyon, il n’en est pas question...

Élu du Sytral, Pierre Hémon ne voit pas « pourquoi les transports en commun seraient plus gratuits que le pain ou l’eau »

En Allemagne, de grandes villes vont tester la gratuité des transports en commun. En France, une quinzaine d’agglomérations s’y sont mises. À Lyon, il n’en est pas question : la politique tarifaire élitiste a de beaux jours devant elle et les élus continuent de répandre leur mépris des pauvres.

Alors que les tarifs des transports en commun lyonnais n’en finissent plus de flamber et que les TCL font la chasse aux usager·es qui donnent leur ticket, d’autres grandes villes françaises et européennes basculent vers la gratuité. C’est le cas de Dunkerque (200 000 habitant·es) comme de Bonn et Essen en Allemagne (respectivement 300 000 et 600 000 âmes).

Médiacités s’est penché sur cet enjeu et le coût des transports en commun. On apprend dans l’article qu’à Lyon, la vente de billet et d’abonnements ne constitue que 27,2% du financement du réseau. En cas de passage à la gratuité le manque à gagner serait donc d’environ un quart du budget total des TCL. Globalement, le taux de couverture des dépenses d’exploitation du réseau par les recettes commerciales (ce que les spécialistes appellent « R/D ») est de 58% dans l’agglomération de Lyon.

Les journalistes de Médicaités précisent aussi que « le R/D ne prend pas du tout en compte les dépenses d’investissements nécessaires à l’entretien et au développement des réseaux. (…) Pour le Sytral lyonnais, le plan de mandat 2015-2020 prévoit plus d’un milliard d’euros d’investissements. Une somme impossible à financer avec les seules recettes commerciales, alors qu’elles ne couvrent qu’un tiers des coûts de fonctionnement. »

Si la gratuité des transports en commun est un enjeu économique, elle est avant tout affaire de choix politique. En la matière, eu égard à leur opposition de longue date à la gratuité, il eut été étonnant que les responsables du Sytral se positionnent désormais en sa faveur. On n’est donc pas surpris·e que Médiacités n’ait pas réussi à trouver un·e conseiller·e favorable à la mesure. L’un d’eux, Pierre Hémon, semble même s’être fixé pour objectif de s’opposer à la gratuité des TCL de la plus grossière des manières.

Qu’en est-il du côté des élus ? Aucun, dans l’agglomération lyonnaise, n’a enfourché le cheval de bataille de la gratuité. « Je ne vois pas pourquoi les transports seraient plus gratuits que le pain ou l’eau », coupe Pierre Hémon, conseiller (EELV) de la Métropole de Lyon et élu du Sytral, l’autorité organisatrice des transports.

Par ses propos dégueulasses, Pierre Hémon montre qu’il adhère à la vision néolibérale qui voudrait nous faire croire que la marchandisation des besoins élémentaires serait le seul moyen de leur donner de la valeur. Rien de bien étonnant, le conseiller « écolo » suit en cela la logique anti-pauvres que les TCL mettent en œuvre avec un zèle remarquable. Sans doute participe-t-il tout simplement au concours de propos stupides que les élus du syndicat mixte des transports en communs lyonnais semblent se livrer. Pour l’instant, c’est encore Bernard Rivalta, l’ex-président du Sytral, qui mène la danse avec son « La gratuité, c’est ce qui a conduit à la chute de l’URSS » mais Pïerre Hémon marque assurément des points.

Il est possible que nous fassions ici un bien mauvais procès au conseiller de la Métropole. Sur le fond on est peut-être d’accord si il voulait dire que ce serait bien que les transports, le pain et l’eau soient gratuits. Sans certitude, rappelons qu’il existe deux moyens faciles de militer pour la gratuité : frauder ou donner son ticket. Dans les deux cas, gare aux contrôles.

Des usager·es des transports en communs lyonnais


https://rebellyon.info/Elu-du-Sytral-Pi ... -pas-18745
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 22 Mar 2018, 19:07

Anne Hidalgo lance la réflexion sur la gratuité des transports en commun à Paris

La maire socialiste a annoncé qu’elle allait lancer « une étude sur la gratuité des transports en commun » pour les Parisiens.

La capitale française rejoindra-t-elle la liste des villes qui ont rendu leurs transports en commun gratuits ? La maire socialiste de Paris souhaite, en tout cas, y réfléchir. Anne Hidalgo a annoncé, lundi 19 mars, qu’elle avait chargé trois de ses adjoints de conduire « une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers ».

Mme Hidalgo avait auparavant affirmé, dans un entretien aux Echos, que la « question de la gratuité des transports est une des clés de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n’est plus centrale ».

... http://www.lemonde.fr/economie-francais ... 78CTdbT.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 31 Juil 2018, 18:55

L'Estonie devient le premier pays européen à proposer des transports en commun gratuits sur tout son territoire

Pour limiter l'exode rural, tout en réduisant la consommation de combustibles fossiles, l'Estonie propose désormais des lignes de bus gratuits, partou

... https://www.francetvinfo.fr/economie/tr ... 67975.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 03 Aoû 2018, 19:30

« Mobilité propre » : la grande absence de la gratuité des transports collectifs

Hulot multiplie les effets d’annonce. En ce mois de juillet, à nouveau marqué par un « pic de pollution » à l’ozone, il choisit, au côté de la ministre des Transports, de communiquer sur « la mobilité durable » en présentant « les engagements de l’État en faveur de la mobilité propre et de la qualité de l’air ». Ces mesures devraient préfigurer la future loi d’Orientation sur les Mobilités, annoncée au printemps 2018 et reportée au début 2019.

Comme à son habitude, il claironne : « Face à la pollution de l’air nous voulons changer de paradigme et faire la démonstration que la voiture individuelle peut être remplacée par les mobilités douces comme le vélo, le covoiturage et bien sur les transports en commun ».

La pollution de l’air est bel et bien là

Les émissions de gaz à effets de serre sont reparties à la hausse en 2017, principalement à cause du trafic routier. La concentration d’ozone à Paris a augmenté de 90% entre 1995 et 2017. Ce phénomène est dû à la conjonction des fortes chaleurs et de la production accrue de dioxyde d’azote et de composé organiques volatiles (COV) par le trafic routier et l’activité industrielle (sous l’effet de la chaleur l’oxyde d’azote se transforme en ozone avec l’aide des COV). La France a été renvoyée devant la Cour de justice de l’Union européenne pour non-respect des niveaux de pollution aux dioxydes d’azote le 17 mai 2018.

Un plan qui se résume à des mesurettes

Ce qui est présenté comme la mesure phare est la multiplication des zones à faible émission (ZFE). Il en existe deux : l’une à Paris, l’autre à Grenoble. IL s’agit d’interdire la circulation aux véhicules les plus polluants en cas de pic de pollution. Mais l’objectif est surtout de multiplier la vente de voitures électriques par cinq d’ici 2022. Les plus pauvres demeurent les premières victimes du malus pour les véhicules fortement émetteurs en CO2, malus qui devrait être durci en 2019 alors que l’industrie automobile est la grande bénéficiaire de la prime à la conversion. Et on ajoute une pincée de covoiturage pour faire passer le tout !

Le « plan Vélo », pourtant annoncé depuis des mois, est toujours bloqué alors que le ministère lui-même reconnait que « la part modale du vélo est passée de 10% en 1970 à seulement 2,7% aujourd’hui ».

Hulot a beau déclarer que « depuis des décennies, on a développé un mode de vie centré autour de la voiture individuelle. Nous devons amener une forme d’introspection sur ce sujet » (!!!), rien n’est fait pour favoriser les transports collectifs, leur développement et leur gratuité, On sait pourtant qu’ils sont les moyens les plus efficaces et les plus égalitaires pour faire reculer le tout-auto.

Le transport routier, qui représente 90% du transport de marchandises, reste intouchable et les grands projets autoroutiers sont toujours à l’ordre-du-jour.Rien sur le fret ferroviaire, pourtant mis à mal par la réforme de Macron…

Avec une telle politique, le climat n’a pas fini de se réchauffer et la pollution aux particules fines n’a pas fini de faire des dizaines de morts chaque année.

Commission nationale écologie


https://npa2009.org/actualite/ecologie/ ... collectifs
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 13 Aoû 2018, 14:00

1ères Rencontres des Villes du Transport gratuit

03 et 04 septembre 2018 à Dunkerque

Image

programme : http://www.rencontrestransportgratuit.com/programme

infos : http://www.rencontrestransportgratuit.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 17:11

Dunkerque : la gratuité totale des bus (qui démarre ce week-end) en 5 questions

Dunkerque est la première ville du Nord à passer à la gratuité des transports. Forte de 200 000 habitants, elle offrira le plus grand réseau de transport gratuit de France en septembre. Pour le maire, la gratuité doit agir comme un "choc psychologique et social" dans sa ville.

C’est bientôt l'heure du grand changement, pour les transports en commun de l’agglomération de Dunkerque. Tout le réseau devient gratuit
pour tous dès ce samedi, en plus d’un renouvellement des lignes et équipements.

Depuis septembre 2015, les bus de l’agglomération dunkerquoise sont gratuits le week-end. A partir de ce week-end, ils le seront tout le temps, et pour tout le monde. C’était l’une des promesses qui a permis, contre toute attente, à Patrice Vergriete de l’emporter aux élections municipales, en 2014, avec 30 points d’avance sur le maire socialiste sortant.

Pour cet ancien directeur d’agence d’urbanisme, la gratuité des transports publics "ne devait plus être un tabou", mais une manière"de faire de la politique autrement, concrètement". Mais pourquoi ce choix, et comment est-ce possible ? On va essayer de vous éclairer.

1. Pourquoi les transports sont désormais gratuits à Dunkerque ?

C'est pour le maire Divers Gauche de Dunkerque, un "véritable choix politique" nourri par plusieurs arguments. Écologique d'abord, car il permet aux usagers de privilégier des modes de transports autres que la voiture. Économique, ensuite. "Généralement, on fait baisser les impôts locaux quand on veut aider le pouvoir d'achat, et ce sont les plus riches qui en profitent", détaille le maire.

Cet élu de 48 ans voit cette mesure comme un " choc psychologique et social ", dans une agglomération où les bus n’étaient utilisés que pour 4,7 % des déplacements. Il estime qu'il fallait "changer l'image d'une ville marquée par la pauvreté et incapable de se projeter dans l'avenir", également président de cette communauté urbaine de dix-sept communes et 200 000 habitants, il souhaite redonner vie à la mobilité dans ces communes.

... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 32170.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 13 Sep 2018, 20:33

Transports. Avec la gratuité, en route vers un droit universel à la mobilité

Une petite minorité de villes pionnières l’a d’ores et déjà adoptée : la gratuité des transports urbains fait son chemin. Avec, pour l’y aider, une proposition de loi déposée la semaine dernière par le député (PCF) André Chassaigne.

La gratuité des transports publics fait son coming out. Dans quelque 38 villes et agglomérations françaises, le plus souvent de taille moyenne – seules Aubagne, Niort et Dunkerque dépassent 100 000 habitants – on se déplace aujourd’hui sans payer. Mais certains poids lourds, comme Paris et Clermont-Ferrand, ont mis la chose à l’étude et pourraient bientôt basculer. C’est dans ce contexte que se sont tenues les premières Rencontres des villes du transport gratuit, les 3 et 4 septembre à Dunkerque – elle-même passée à la gratuité totale le 1er de ce mois, après trois ans d’expérimentation sur les week-ends.
«  L’enjeu est de sortir le transport collectif de l’approche marchande»

C’est aussi ce moment qu’a choisi le groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR) à l’Assemblée nationale pour déposer une proposition de loi « visant à encourager la gratuité des transports collectifs urbains et périurbains ». André Chassaigne, lui-même député du Puy-de-Dôme, porte ce texte : « Il y a une extrême urgence climatique, explique-t-il. Le transport est responsable de 29 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Or, les expériences de gratuité des transports collectifs montrent que cela fait baisser les déplacements en voiture. » Mais le président du groupe GDR voit plus loin : « L’enjeu est de sortir le transport collectif de l’approche marchande, de la recherche de profits. » La gratuité « permet de l’inscrire comme un droit universel ».

Un droit qui, là où il est d’ores et déjà effectif, fait litière des doutes et des oppositions. « Quand la gratuité est là, ne comptez pas revenir dessus ! » avertissait ainsi, à Dunkerque, Gil Avérous, l’actuel maire (LR) de Châteauroux, ville pionnière de la gratuité depuis 2001. De fait, la gratuité entraîne logiquement une hausse de la fréquentation : elle a triplé à Châteauroux comme à Aubagne… Dans cette dernière agglomération, il s’agit à 35 % de report modal, soit 5 000 autos et motos de moins par jour. La baisse du trafic réduit la pollution, mais aussi les coûts de voirie. Surtout, elle permet de commencer à repenser la place de la voiture dans la ville : élargissement des trottoirs, réduction des places de stationnement, pistes cyclables, verdissement…

... https://www.humanite.fr/transports-avec ... ite-660447
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des transports en commun gratuits

Messagede bipbip » 08 Oct 2018, 14:28

La gratuité des Transports en commun, c’est non seulement possible mais nécessaire en Ile de France

Le jour même où parait dans la presse nationale un "appel pour une civilisation de la gratuité", la droite parisienne et les technocrates s’insurgent contre toute idée de gratuité.

Que Valérie Pécresse prenne position contre la gratuité des transports en commun dans la région Ile de France n’est une surprise pour personne.

Que le Syndicat des transports en île de France publie, également, un rapport commandité par Valérie Pécresse contre la gratuité est dans l’ordre des choses.

Ce comité, mené par Jacques Rapoport, ex-patron de SNCF Réseau et ancien dirigeant de La Poste, considère que « la gratuité totale des transports collectifs aujourd’hui se traduirait par la perte directe de 3,3 milliards d’euros de recettes tarifaires versées directement par les usagers ». Ce technocrate n’a pas laissé de bons souvenirs aux usagers des TC, lorsqu’il était directeur général de Kéolis Lyon, opérateur du réseau des transports publics de l’agglomération lyonnaise (TCL). On connaît bien ce mépris pour la gratuité des TC qui n’est que le faux nez d’un mépris pour les gens ordinaires et pour les TC eux-mêmes. Ainsi Margaret Thatcher déclarait : « Un homme qui prend encore les transports en commun à 40 ans est un homme qui a raté sa vie » . Ainsi Bernard Rivalta, alors Président du syndicat des TC du Rhône, élu « socialiste » proche de Gérard Collomb, proche également de Jacques Rapoport, dénonçait avec hargne les fraudeurs pauvres et les incitait à ne se déplacer qu’en cas d’extrême nécessité : « Quand ils n’ont pas beaucoup de moyens, il faut qu’ils se déplacent que dans la mesure où ils en ont besoin et non pas uniquement parce qu’ils en ont envie » .

L’ouvrage "Gratuité vs capitalisme" apporte les preuves que la gratuité des TC urbains et périurbains, c’est bon socialement et écologiquement.

La gratuité des transports en commun engendrerait un coût bien moindre que celui de la seule pollution, estimé à 101,3 milliards par an pour la France (en dépenses de santé, en absentéisme, en baisse des rendements agricoles). Le coût de la gratuité s’avère plus faible que celui des seuls embouteillages, chiffré à 17 milliards d’euros par an soit plus que le trou de la sécurité sociale (12,5 milliards). Le fournisseur d’informations routières INRIX estime que ce coût des embouteillages atteindra même 22 milliards en 2030 (+ 30 %). Le seul coût des embouteillages représente donc 934 euros par personne et par an, soit bien davantage que celui que créerait la gratuité des transports en commun.

La gratuité se justifie au nom de l’équité puisque l’usager des transports en commun est le seul à payer en tant qu’usager et pas en tant que contribuable. L’automobiliste ne paie pas l’utilisation de la route (contrairement aux autoroutes), le cycliste celle des voies cyclables et le piéton celle des trottoirs. La voiture constitue pourtant un mode de déplacement beaucoup plus coûteux pour la collectivité puisqu’elle mobilise 80 à 90 %des budgets consacrés aux déplacements, contre 10 % seulement pour les transports en commun. Le coût pour la collectivité de la voiture est de 7,3 milliards par an, sans tenir compte des infrastructures dont 1,1 pour le bruit, 1,4 pour la pollution, 0,3 pour l’effet de serre, 2,3 pour les accidents et 2,2 pour les bouchons…. Si on ajoute les deux roues motorisées, les utilitaires légers et les poids lourds le coût dépasse 11,5 milliards . Un basculement sur les TC d’une partie des crédits affectés à l’automobile suffirait à financer la gratuité et à augmenter et améliorer l’offre !

Le dernier argument est de bon sens : pourquoi maintenir la tarification alors que les recettes commerciales ne représentent qu’une faible part du financement, 15 % en moyenne dans les petites agglomérations, 23 % ailleurs ? Le financement est déjà assuré entre 77 % et 85 % par les contribuables et les entreprises (qui ont l’obligation de rembourser au moins la moitié des abonnements, mais beaucoup vont au-delà dans le cadre des Plan de déplacement). Les recettes des billetteries s’avèrent parfois inférieures aux frais de perception, si on tient compte du coût du matériel et du personnel. On fait souvent payer les usagers pour pouvoir vérifier qu’ils paient !

La gratuité c’est possible aussi dans les (très) grandes villes comme Paris. Contrairement aux mensonges rebattus par les édiles, la gratuité n’est pas réservée aux seules petites et moyennes villes. Ainsi, Tallinn (capitale de l’Estonie) est la première capitale au monde à avoir instauré, depuis 2013, la gratuité, après que les trois quart de ses 420000 habitants s’y soient déclarés favorables. Les recettes représentaient 17 millions d’euros pour un budget de 53 millions. Les effets sont heureux : réduction de 45000 tonnes par an d’émissions de CO2, atténuation du bruit, diminution des embouteillages, densification de la ville (plus de 10000 habitants) et, finalement, gain financier puisque la ville perçoit un million d’euros supplémentaires de recettes fiscales par tranche de mille nouvelles domiciliations attirées par les conditions de vie. Calculette en mains, les élus de Tallinn estiment que si les subventions dépassent 50 % du coût des transports la gratuité s’avère déjà rentable. Vilnius (capitale de la Lituanie) et Riga (capitale de Lettonie) envisagent d’imiter Tallinn. La ville chinoise de Chengdu (entre 9 et 14 millions d’habitants) teste la gratuité combinée à des limitations de la circulation dans le centre-ville. Une trentaine de villes en France ont choisi la gratuité des TC dont Châteauroux, Compiègne, Vitré, Colomiers, Gap, Aubagne-l’Etoile, Castres, Dunkerque, etc.

Rendre gratuits les transports en commun urbains ne consiste pas simplement à supprimer la billetterie mais à prendre au sérieux le « droit à la ville », donc à améliorer le réseau, à transformer le comportement des usagers et des salariés, à faire, en un mot, des bus de véritables lieux de vie.

Pour aller plus loin : Paul Ariès, Gratuité vs capitalisme (Larousse, 2018)


http://vivelagratuite.canalblog.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités