Des patrons dans la toute puissance

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 14 Juil 2017, 12:16

Management

Pocheco : derrière le modèle écologique et social, d’anciens salariés dépeignent une toute autre réalité

En février, Basta ! publiait un reportage sur l’entreprise Pocheco, basée près de Lille. Cette fabrique d’enveloppes, qui emploie 122 personnes, ambitionne d’incarner un modèle écologique et social : procédures de fabrication sans toxiques et avec moins d’emballages, bâtiments écologiques, hiérarchie allégée… Elle est dirigée par Emmanuel Druon, qui prône « l’écolonomie » – « entreprendre sans détruire ».

Alertée par un mail dénonçant, « preuves à l’appui », l’emploi par Pocheco de travailleurs en prison, payés autour de 1,50 euros de l’heure, le journal local lillois La Brique, dont Basta ! recense régulièrement les productions dans le Portail des médias libres, a enquêté sur les pratiques sociales de la direction et recueilli les témoignages de plusieurs anciens salariés. Dans un article publié mercredi 5 juillet, le journal dépeint un management par l’intimidation bien loin de l’harmonie affichée par les responsables de l’entreprise et les employés rencontrés sur place lors de notre reportage.

« Derrière la vitrine de l’écologie, E. Druon (le patron de Pocheco) fait complètement fi des problématiques sociales », déplore ainsi un ancien cadre de l’entreprise. Les salariés et anciens salariés qu’ils ont rencontrés décrivent un patron « gourou » et « tyran », « qui ne supporte ni la contradiction, ni l’insoumission ». « Un ouvrier de la boîte témoigne : “tout le monde est terrorisé“, rapporte le journal, qui parle aussi de « hurlements », « d’insultes », « d’objets qui volent » lors d’entretiens individuels.

... https://www.bastamag.net/Pocheco-derrie ... depeignent
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 01 Aoû 2017, 23:41

France télévisions. 445 contrats enchaînés en dix ans

Trois journalistes ont porté plainte contre France Télévisions pour « abus de CDD, harcèlement et discrimination ». Contactée par l’Humanité, Wafa Dahman revient sur son calvaire.

... https://www.humanite.fr/france-televisi ... ans-639595
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 17 Aoû 2017, 00:03

DOUAI
Le même jour, l’agence d’intérim signifie à un couple sa mise à pied

Le ciel leur est tombé sur la tête le 26 juin dernier. Deux Douaisiens, mari et femme, embauchés par l’agence Adecco pour le compte de leur client Amazon, ont été licenciés avec perte et fracas. Retenus par une autre agence d’intérim pour retourner travailler là-bas, ils ont été invités à rester devant la porte.

« À Amazon, on nous surnommait les tourtereaux. » Laurent et Sonia (prénoms d’emprunt), mari et femme, roucoulent toujours. Chez eux. Ils ont été licenciés pour faute grave par leur employeur, l’agence d’intérim Adecco outsourcing. Leurs entretiens préalables à sanction disciplinaire ont eu lieu le 7 août, à une heure d’intervalle. Les faits reprochés : des altercations avec ses collègues pour madame, des propos insultants et intimidants à l’égard de collègues, de sa hiérarchie et un refus de travail pour monsieur. Qu’ils contestent en bloc, en accusant Adecco de faire le ménage dans un contingent d’intérimaires trop nombreux au vu de la charge de travail.

« Ce mardi 25 juillet, il est 10 h 30, nous étions en pause, raconte Laurent. Un chef d’équipe est venu nous chercher en nous disant : «C’est urgent». » Un comité d’accueil (Adecco) les reçoit dans un bureau. Un « on se sépare de vous, rendez vos badges ! » résonne à leurs oreilles.

Laurent, qui estime qu’ils n’ont rien à se reprocher - « au bout de trois semaines, nous avons été prolongés jusqu’au mois d’octobre, comme quoi… » –, fait intervenir David Leclercq (1), le directeur d’Adecco (qui a des bureaux à Amazon). « Il nous a rassurés en nous disant que personne ne serait licencié, qu’il n’avait eu que des retours positifs… ». De fait, les deux salariés retournent bosser.

« Je vais te briser, tu vas gicler »

Avant ça, Laurent aurait eu maille à partir avec l’un de ses supérieurs, présent lors de l’entretien. « Il a couru après moi en me disant : « Je vais te briser, tu vas gicler». » Des propos prémonitoires.

... http://www.lavoixdunord.fr/203334/artic ... -mise-pied
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 23 Aoû 2017, 14:37

Dictature patronale

Désormais, les syndicats auront besoin d’une autorisation du patron pour envoyer des mails aux salariés

Après deux ans de procédure dans le cadre du procès opposant le crédit Lyonnais à la CGT, la justice (de classe) a tranché. Désormais, les syndicats ne pourront pas envoyer de mails groupés à l’ensemble des salariés sans un accord préalable avec le patron.

C’est une décision qui fait office de jurisprudence. Et pour cause, le litige qui oppose le Crédit Lyonnais et la CGT était inédit. En effet, le syndicat s’était servi, en 2015, de la boite mail de la banque pour envoyer 3 messages à l’ensemble des salariés. Un tractage 2.0 qui n’a pas été du goût de la direction en général et de la direction des ressources humaines, qui avait dès lors interdit la CGT d’accès à la messagerie. Une forme de répression nouvelle, visant à brimer le droit des syndicats à informer les travailleurs de l’actualité au sein de l’entreprise et de leurs droits en tant que salariés.

Il semble toutefois que la manœuvre ait trouvé des admirateurs du côté des instances judiciaires. Après des passages en première instance, en appel et en cassation, la justice a tranché : sans accord préalable avec l’entreprise, pas de tractage généralisé aux salariés par messagerie électronique. Une décision qui offre une marge de manœuvre non négligeable pour les patrons, qui pourront ainsi avoir un droit de regard sur le contenu des mails et ainsi dispose d’un aval judiciaire pour censuré allégrement les représentant des salariés et les syndicats.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Deso ... -mails-aux
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 23 Sep 2017, 19:20

Le maccarthysme sévit dans les entreprises et s’abat sur les syndicalistes

Il y a comme un air de chasse aux sorcières dans les entreprises de France. Une vague de discrimination et de répression antisyndicale s’abat sur le pays. Trop peu documenté, trop souvent tu dans les médias, ce phénomène, qui n’est pas nouveau, prend de l’ampleur ces derniers temps. De la discrimination à la répression, en passant par l’acharnement judiciaire et la vaste campagne médiatico-politique de diabolisation, jusqu’aux « réformes » atomisant le rôle des syndicats, on assiste au triomphe de l’anti-syndicalisme en France.

Il ne fait vraiment pas bon être aux avant-postes de l’engagement citoyen en France. Les exemples ne manquent pas entre les condamnations révoltantes de Cédric Herrou et de Pierre-Alain Mannoni, le sort réservé aux lanceurs d’alerte comme Stéphanie Gibaud et l’assignation à résidence d’une vingtaine de militants écologistes au nom de l’état d’urgence pendant la COP21. Ou encore l’ambiance de chasse aux rouges qui s’empare des salles de rédaction d’une presse aux mains d’une poignée de patrons du CAC 40, dénoncée par Aude Lancelin et Laurent Mauduit. Sale temps pour les progressistes de tous les horizons … Il est aussi un maccarthysme qui est encore trop souvent passé sous silence dans les médias : celui qui frappe les travailleurs, et plus particulièrement les syndicalistes, dans les entreprises. Un phénomène qui, s’il ne date pas d’hier, s’est accentué ces dernières années.

... http://lvsl.fr/maccarthysme-antisyndicalisme-france
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 14:33

« Boulet », « feignasse »… un fichier « sauvage » des intérimaires d’un Leroy Merlin dénoncé par la CGT

Le syndicat menace de porter plainte contre le fichage illégal, tandis que la direction assure avoir diligenté une enquête sur ces commentaires « inacceptables ».

C’est un fichier qui semble relativement ordinaire, rassemblant les intérimaires ayant travaillé dans une plate-forme logistique de l’enseigne de bricolage Leroy Merlin à Valence, dans la Drôme. Mais une colonne « motif » est parfois étrangement remplie pour les missions entre 2014 et 2016, en étant assortie de commentaires peu flatteurs : « Boulet », « vicieux », « feignasse », « branleur »…

... http://www.lemonde.fr/entreprises/artic ... uSD0wLG.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 14:50

Justice. Ayele : le calvaire après l’injustice

Debout à son poste, cette caissière a perdu, à 33 ans, l’enfant qu’elle portait. Elle s’est battue pendant seize mois pour faire reconnaître son accident du travail.

«C’est un grand soulagement, soupire Ayele. Je ne m’y attendais plus. J’ai failli baisser les bras. » Plus d’un an après avoir perdu au travail l’enfant qu’elle portait, cette caissière de 34 ans peut légèrement souffler : la Sécurité sociale vient enfin d’accepter de prendre en charge son interruption précoce de grossesse comme un accident de travail. Une première victoire dans son parcours de combattante, qui dure depuis seize mois. En juin 2016, debout pour garder la cadence, cette employée avait soulevé une simple pastèque, mais grosse de 10 kg, avant de sentir et de comprendre l’« accident », comme elle le nomme encore. « Quelque chose s’est déclenché dans mon ventre, l’eau s’écoulait, j’avais des contractions. » Une fausse couche à quatre mois et demi de grossesse et un retour difficile chez O’Marché frais, au même poste, à la même caisse, où sa poche des eaux s’était prématurément fissurée. Mais les dirigeants de l’enseigne ne la trouvaient plus assez rapide, plus aussi efficace après le drame. Un mois plus tard, la caissière est remerciée pour des erreurs de caisse. Une rupture brutale de son contrat, à l’image du comportement du magasin, qui jamais n’avait adapté son poste, ses horaires ou ses conditions de travail, comme le demande le Code du travail pour les femmes enceintes.

Ayele n’a jamais cru à sa mauvaise fortune. Mais elle a dû se battre. La gabegie administrative et la mauvaise volonté de l’employeur n’ont fait qu’ajouter des obstacles à une situation injuste. La direction d’O’Marché frais s’est, par exemple, trompée dans son attestation destinée à Pôle emploi, retardant de trois mois le versement de ses indemnités. Dans la déclaration d’accident du travail, le numéro de Sécurité sociale était erroné. Sur la feuille maladie adressée à sa salariée, l’employeur omet de préciser la nature des lésions, mais aussi le numéro de Sécurité sociale. Sans relâche, Ayele a récupéré les documents, renvoyé les feuilles incomplètes à l’employeur, sollicité les services médicaux.

... https://www.humanite.fr/justice-ayele-l ... ice-643136
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 12 Oct 2017, 08:20

Stress, cadences infernales, maladies professionnelles... L'envers du décor d'Amazon

A l'automne 2018, le géant américain de la distribution en ligne va ouvrir un sixième centre de distribution en France, à Brétigny-sur-Orge (Essonne). A la clé : le recrutement de 1 000 personnes en CDI. Pourtant, dans les allées de ses entrepôts, les conditions de travail sont largement dénoncées.

La création de 1 000 emplois en France, c'est toujours une bonne nouvelle, largement relayée. Mais à quel prix pour ses futurs salariés ? Amazon a annoncé, mardi 3 octobre, l'ouverture à l'automne 2018 d'un sixième centre de distribution en France, à Brétigny-sur-Orge (Essonne), et l'embauche de 1 000 CDI à temps plein. Mais entre cadences minutées, troubles musculo-squelettiques et lettres recommandées au moindre fléchissement du salarié, le revers de la médaille est beaucoup moins doré. Franceinfo s'est penché sur les conditions de travail dans les allées du géant de la vente en ligne.

Alain Jeault travaille depuis septembre 2012 sur le site de Sevrey (Saône-et-Loire). Délégué CGT, il ne compte plus le nombre de ses collègues arrêtés pour se faire opérer du poignet, du coude ou de l'épaule. "Des jeunes de 25 ans", souffle-t-il. Selon un rapport de la médecine du travail, auquel franceinfo a eu accès, sur les 121 personnes du site examinées par les médecins en 2015, 75 présentaient des "affections périarticulaires", c'est-à-dire des troubles musculo-squelletiques liés à leur travail et 30, des "affections chroniques du rachis lombaire" en lien avec leur activité de manutention.

... http://www.francetvinfo.fr/internet/ama ... 00982.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 17 Oct 2017, 23:47

Harcèlement syndical : méthode radicale - s’il en est - chez Amazon Châlon

Au nom de la sécurité informatique de l’entreprise, un informaticien d’Amazon s’est emparé de l’ordinateur portable qu’utilisent les syndicalistes élus au CHSCT. Aucun militant ou élu de la CGT Amazon n’a été informé de la saisie de cet ordinateur syndical. Pendant plus de 72 heures, le service informatique de l’entreprise est en possession de l’appareil, contenant des informations confidentielles à usage du syndicat. Jolie méthode !

http://monde-libertaire.fr/?article=Har ... on_Chalon_
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 28 Oct 2017, 18:04

Sur-exploitation

Les conditions de travail déplorables des salariés de Ryanair exposées après une série de témoignages

Cascade de démissions, pilotes sous pression constante, hôtesses et stewards mis en compétition les uns contre les autres, mépris de la part des supérieurs, congés maladie interdits, syndicats inexistants, contestation muselée : à la suite d'une série de témoignages d'ex-salariés de la firme aérienne low-cost Ryanair, les conditions de travail déplorables des salariés de la firme sont mises au jour.

1000 euros par mois, c’est le revenu net des employés de cabine de Ryanair, qui travaillent 40 heures par semaine. Et cette situation n’est qu’un exemple des multiples témoignages qui sont récemment remontés, de la part des salariés de Ryanair, à propos de leurs conditions de travail.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Les- ... e-serie-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 05 Nov 2017, 13:12

HERLIN-LE-SEC

Le nouveau Leclerc met 47 de ses 80 employés à la porte

On savait de longue date que quatre-vingts emplois devaient être créés pour assurer l’activité du supermarché Leclerc à Herlin-le-Sec, dont l’essentiel devait être pourvu par des habitants du territoire. Près de deux mois après son ouverture, quarante-sept des premiers embauchés auraient pris la porte.

« Ça s’arrête pour vous. » Deux jours avant l’ouverture tant attendue du nouveau Leclerc sur la zone d’Herlin-le-Sec, près de Saint-Pol/Ternoise, sa responsable de rayon congédie Laure* qui garde de cette journée de travail un souvenir aussi pénible qu’impérissable. « On m’a raccompagnée à mon vestiaire, j’ai dû rendre les habits de l’enseigne et une fois dehors, on m’a claqué la porte au nez. Je me suis sentie humiliée. » Elle en pleurera deux jours durant.

« On a servi de bouche-trous. »

Pas un cas isolé puisqu’en l’espace de quasiment deux mois, quarante-sept des quatre-vingts salariés qu’emploie le supermarché auraient été remerciés. Des agents d’entretien, des caissières, des employés de rayons, des responsables aussi. Motif officiel invoqué : les recrues, en période d’essai pour deux mois, ne correspondraient pas aux exigences présentes et futures de l’enseigne. « Aberrant » pour Pauline* qui évoque huit années passées dans le commerce et qui a été chef de magasin, ou pour Laëtitia* qui a exercé toute sa carrière en poissonnerie, y compris à Intermarché Saint-Pol. Elle, a pris la porte ce jeudi, « quatre jours avant la fin de ma période d’essai ». Une offre pour son poste aurait été publiée chez Pôle emploi avant qu’elle ne le perde.

... http://www.lavoixdunord.fr/258035/artic ... s-la-porte
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 16 Nov 2017, 19:32

Périgord : laboratoire du licenciement économique à la SNCF

Nouvelle attaque de la direction de la SNCF. Aujourd'hui, la porte est ouverte au licenciement économique pour les cheminots en CDI. En effet, tous ceux qui refusent une modification de leur contrat de travail lié à un reclassement, ceux qui refusent par exemple la mobilité à échelle nationale, seront susceptibles d'être tout simplement licenciés ! Cette question des cheminots n’ayant pas le statut classique est comme on le redoutait une première brèche qu’utilise la direction, qui permettra certainement le licenciement, à terme, de tous les cheminots qu’elle souhaite et d’atteindre les objectifs de casse du service publique qu’elle s'est fixés.

C’est dans une lettre datée du 27 octobre, adressée aux représentants du personnel, que la direction de la SNCF indique qu’elle fait appel à la DIRECCTE (inspection du travail) pour enclencher cette procédure qui sévira pour la première fois sur le Technicentre Industriel Charentes Périgord (ateliers de Périgueux et Saintes). Elle permettra donc le licenciement de cheminots embauchés dans le cadre du RH0254 (anciennement PS 25), qui sont des cheminots en CDI, hors statut, embauchés par la SNCF sous certaines conditions : lorsqu’on a plus de 30 ans ou qu’on n’a pas la nationalité française. Un ensemble de différences fait que ce statut est bien moins avantageux que le statut classique : des salaires plus faibles suivant les postes, mais surtout une affiliation à la sécurité sociale classique et non au régime spécifique des autres cheminots (caisse de prévoyance). Les retraites sont également différentes. Aujourd’hui, les cheminots en CDI, qu’on appelle également "les contractuels", seront donc en plus de cela potentiellement visés par des licenciements s’ils refusent une modification de leur contrat de travail lié à un reclassement – reclassements qui sont de plus en plus fréquents à la SNCF car les restructurations à la baisse (suppressions d’ateliers, de personnels en gare…) sont une politique maintenant assumée de la direction.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Peri ... -a-la-SNCF
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 18 Nov 2017, 19:09

Bernard Arnault sanctionne Le Monde

Paradise papers : quand le capital réprime ses chiens de garde

Le Monde a révélé, dans le cadre de l’affaire dite des « Paradise papers » que le détenteur de la première fortune de France, Bernard Arnault, possédait des comptes offshore placés dans des paradis fiscaux par lesquels il aurait notamment acquis des yatchs et un vaste terrain en Angleterre. Depuis, le patron de LVMH, multinationale dans le secteur du luxe, a décidé de sanctionner le quotidien du soir en lui retirant pour un an les encarts publicitaires que Le Monde lui vendait, sanction évaluée à hauteur de 600 000 euros. Manière de rappeler qu’on ne mord pas la main du maître.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Para ... s-de-garde
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Béatrice » 22 Nov 2017, 18:40

Près de 20% des salariés du privé renoncent à un arrêt maladie pourtant prescrit

" VIE DE BUREAU - Près de 20% des salariés du secteur privé ont renoncé à un arrêt maladie pourtant prescrit par leur médecin traitant en 2016, selon une étude publiée ce mercredi 22 novembre.

Cette étude sur l'absentéisme au travail du leader en assurance santé et prévoyance Malakoff Médéric, précise que 19% des arrêts de travail prescrits au cours des 12 derniers mois précédant l'enquête, réalisée en octobre 2016 par l'Ifop, n'ont pas été respectés, dont 7% "ont été pris mais pas en totalité" et 12% "n'ont pas été pris".

Parmi les 19% de salariés qui n'ont pas respecté leur arrêt maladie, 72% indiquent l'avoir directement refusé et 28% l'avoir accepté dans un premier temps avant d'aller tout de même travailler. "

http://www.huffingtonpost.fr/2017/11/22 ... _23285147/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 13:25

Avec La Poste tout est possible

Sous-traitance abusive : La Poste remise en cause

SUD PTT et la CGT accusent la poste de sous-traitance abusive et portent plainte pour « prêt de main d’œuvre illicite » et délit de marchandage. Le groupe se servirait de la sous-traitance pour effectuer des livraisons sans payer les employés.

SUD PTT a porté plainte le 23 octobre pour relancer une procédure datant de 2012 concernant une agence coliposte parisienne. La CGT a fait de même le 30 octobre pour les mêmes griefs. L’avocat du syndicat, citant plusieurs courriers de l’inspection du travail, dénonce le recours par la poste à des entreprises sous-traitantes dans des agences colis poste d’Ile-de-France en 2016 et 2017.

C’est un système généralisé, les sous -traitants distribuent 80% des colis en région parisienne, ce qui n’ est en soi pas illégal. Ce qui est illicite par contre, c’est le fait que la poste donnent certaines directives à ces salariés alors qu’ils appartiennent à une entreprise indépendante. D’autant plus que cette externalisation permet de réduire les coûts et de s’exonérer de tout respect du droit et des conditions de travail.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Sous ... e-en-cause
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité