Des patrons dans la toute puissance

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 05 Déc 2017, 23:59

Une étudiante témoigne des conditions de travail dans les sociétés du nettoyage

Alors que les salarié d'Onet de la gare du Nord sont en grève depuis presque un mois, nous avons rencontré Nathalie (le prénom a été changé) une étudiante qui travaille l'été pour une société de nettoyage afin de payer ses études. Témoignage d'une jeunesse confronté très tôt à la précarité du travail.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Une- ... -nettoyage
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 22:13

Contre l’intérêt général

Hold-up social : comment le droit du travail a été démantelé en Europe, sans aucun bénéfice sur l’emploi et les gens

L’Allemagne, la Grèce, l’Italie, la Roumanie, ou encore l’Espagne... Et maintenant la France. Ces dix dernières années, la plupart des pays de l’Union européenne ont subi de profondes réformes du droit du travail. Officiellement, au nom de la lutte contre le chômage. Mais les études réalisées depuis, y compris par les institutions les plus libérales, sont unanimes : leur impact sur l’emploi a été minime. En revanche, ces politiques se sont traduites par une explosion de la précarité et une baisse des rémunérations pour les salariés. Basta !, en collaboration avec les journalistes d’Investigate Europe, vous propose une enquête grand format sur le hold-up des « réformes structurelles ».

... https://www.bastamag.net/Hold-up-social ... sans-aucun
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 19:48

#LicenciéPour3FoisRien

Licencié par Mc Donald’s « pour un sandwich à 2 euros »

Licencié pour trois fois rien. Moustapha Debza a été « viré pour un sandwich à 2 euros » par Mac Donald’s. L’homme travaillait depuis près de 10 ans dans le restaurant franchisé situé au centre de Nice. Agé de 42 ans, il était travailleur en situation de handicap.

Une information Nice Matin. Les faits se sont déroulés le 9 novembre 2017. Ce jour-là Moustapha Debza commence son service à 10h30. « Il était aux alentours de 10h10. Je m’étais déjà mis en tenue ». Pendant ce temps, il décide d’en profiter pour combler un petit creux. Il demande à sa collègue de lui encaisser un egg-cheese. Prix public 2 euros 30. « Mais on a droit à une réduction de 30% en tant qu’employé », explique Moustapha qui concède s’être servi directement et explique avoir « posé une pièce de 2 euros à côté de la caisse ».

Cependant, la transaction n’a jamais été enregistrée. « Ma collègue m’a dit qu’elle n’avait tout simplement pas entendu ce que je lui avais dit », explique Moustapha. La pièce a glissé sous la caisse et « ils l’ont retrouvé après, assure l’ex-employé de Mc Do, mais c’était trop tard ». La direction locale du restaurant franchisé l’a mis à pied sur le champ. La direction a confirmé « le licenciement de cet employé » sans toutefois souhaiter en « commenter la justification ». Moustapha a reçu par lettre recommandée cette notification.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Lice ... -a-2-euros
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 26 Déc 2017, 16:36

Macron : Des licenciements simples comme bonjour

Pimkie : Avec la rupture conventionnelle « collective » de Macron, la direction licencie en masse

La chaîne de prêt-à-porter féminin du groupe Mulliez présentera le 8 janvier aux salariés un projet de suppressions de postes. Selon certaines sources, cela pourrait concerner 200 personnes. Un projet de licenciement en masse qui va être permis par la mise en place de la « rupture conventionnelle collective » instaurée par les ordonnances.

C’est le cadeau de Noël de la direction de Pimkie à ses 1700 employés. Celle-ci a annoncé vouloir présenter d’ici le 8 janvier un plan de suppressions de poste, qui pourrait concerner 200 personnes selon des sources officieuses. Or, cette restructuration va se faire selon une nouvelle disposition, la rupture conventionnelle collective, introduite par le gouvernement dans le code du travail avec ses ordonnances début septembre. Il s’agira donc de la première application de cette mesure depuis la réforme du code du travail.

La rupture conventionnelle était entrée en vigueur depuis 2008. Censée permettre de mettre fin à un CDI à l’amiable sur la base de l’accord des deux parties, celle-ci a fréquemment été utilisée pour camoufler des licenciements. Dans le cas de sa modalité dite « collective », dont rêvait le MEDEF depuis des années et introduite par les ordonnances, l’opération est encore plus explicite. Il s’agit de simplifier les procédures de licenciement, jusqu’à les rendre simples comme bonjour.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Pimk ... cencier-en
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 28 Déc 2017, 17:30

Loi Travail: PSA envisage de supprimer des emplois grâce à la rupture conventionnelle collective

Le décret d’application des ordonnances de la loi Travail est paru au journal officiel le 22 décembre et t le groupe PSA​ n’aura pas attendu bien longtemps pour s’en saisir. Le Parisien rapporte en effet ce jeudi que le groupe automobile PSA a proposé à ses syndicats un projet de suppressions de postes via la procédure dite de « rupture conventionnelle collective ».

Comme le rappelle le quotidien « la rupture conventionnelle collective permet à l’employeur de se séparer de salariés mais sans passer par la case démission ou licenciement et en dehors du cadre contraint d’un plan social ». Elle doit cependant faire l’objet d’un « accord majoritaire avec les syndicats ».

Le projet doit néanmoins être validé par 50 % des syndicats

Deux séances de négociation sont prévues le matin et l’après-midi du 9 janvier avant que le projet, s’il est validé par au moins 50 % des syndicats, ne fasse l’objet d’une consultation lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire, selon des sources syndicales.

... http://www.20minutes.fr/politique/21941 ... collective
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 04 Jan 2018, 17:06

La factrice, mordue par un chien… est convoquée pour une sanction !

Nous relayons l'histoire hallucinante dévoilée par la CGT Fapt 24 d'une factrice s'étant faite convoquer par sa direction car un chien errant s'est introduit dans sa voiture de fonction.

Histoire à peine croyable ! Le 26 septembre dernier, informe la CGT Fapt 24, Nathalie, une factrice du bureau de Sourzac et militante à la CGT, a eu la drôle de surprise de découvrir qu’un chien errant s’était introduit dans son véhicule, alors qu’elle en était sortie pour distribuer le courrier.
Ce faisant, elle est allée à la mairie pour savoir s’il existait un propriétaire à ce chien errant, afin de le lui restituer. La mairie a confirmé qu’il s’agissait bien d’un chien errant, sans propriétaire connu.
Ne sachant à qui le rendre, la factrice a alors tenté de le faire sortir du véhicule, et s’est fait mordre. Avec le concours d’un employé de la mairie, elle a réussi, in fine, à s’en débarrasser.
L’histoire aurait pu en rester là, si la factrice n’avait reçu un courrier recommandé avec accusé de réception : la direction de la poste la convoquait pour un entretien préalable à sanction.
Motif : sa direction lui reproche d’avoir fait monter dans le véhicule de fonction, un tiers, en l’occurrence le chien errant qui s’est introduit dans sa voiture sans sa permission et qui de surcroît l’a mordu jusqu’au sang ! « Alors que la poste use et abuse de l’image positive des postiers pour faire passer ses choix stratégiques basés sur la marchandisation des services, elle n’hésite pas à menacer une factrice d’une sanction disciplinaire plutôt que de la soutenir et de l’accompagner dans ses démarches médicales et administratives », s’exclame la FAPT 24. Au-delà de l’absurdité de cette histoire, la FAPT Dordogne invite les citoyens de Dordogne et plus particulièrement les habitants de la commune de Douzillac « à signer massivement la pétition qui sera lancée prochainement ». La première audience se tiendra le 9 janvier prochain. Une pétition départementale, à l’intention des facteurs, circule actuellement, jusqu’au 7 janvier. Les usagers ont eux la possibilité de signer une pétition en mairie les 2 et 4 janvier prochains.


http://www.revolutionpermanente.fr/La-f ... e-sanction
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 11 Jan 2018, 21:33

Pointer au chômage plutôt qu’au travail : les combines des multinationales pour couler définitivement leurs usines

Lorsqu’elles décident de fermer un site, les multinationales ne lésinent pas sur les moyens. Quitte, dans les cas extrêmes, à saboter les machines. La « loi Florange » de 2014 leur impose la recherche d’un repreneur, mais sans obligation de résultat. Comme les directions n’ont souvent aucune envie de voir s’implanter un concurrent – ou, pire, de laisser les clés aux salariés qui auront créé leur société coopérative – elles usent de tous les stratagèmes disponibles pour empêcher une reprise. Combien de sites industriels rentables ferment ainsi chaque année ?

A Docelles, un village niché au creux des Vosges, la nouvelle a semé la consternation cet automne. La direction du groupe forestier finlandais UPM aurait envoyé une équipe pour saboter son ancienne papeterie, à l’arrêt depuis 2014 et dont les équipements devaient être vendus aux enchères quelques jours plus tard. Objectif : empêcher des concurrents de racheter les pièces pour les remettre en service ailleurs. Les saboteurs n’ont pas hésité à percer des machines neuves, dont certaines valent jusqu’à 700 000 euros pièce.

« La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, et des journalistes de tout le pays sont venus faire des reportages, raconte le maire, Christian Tarantola [1]. Tout le monde est écœuré. Des habitants sont venus me trouver pour tenter de comprendre. » Ancien représentant CFE-CGC, Nicolas Prévot a travaillé 17 ans dans l’usine : « En l’apprenant cela dans la presse, j’ai eu, comme les autres, un sentiment d’immense gâchis. Dans toute cette affaire, nous n’avons jamais eu notre mot à dire. UPM nous a menti depuis l’annonce de la fermeture, en prétendant qu’ils avaient l’intention de vendre. »

Fermer des usines pour faire monter les prix

Lorsque le DRH apprend aux salariés, un matin de 2013, que le groupe a l’intention de fermer le site six mois plus tard, c’est le début d’une course contre la montre. Plusieurs projets de rachat émergent, dont un plan de reprise en société coopérative et participative (Scop) porté par les 85 salariés de l’usine (lire ici). L’usine attire aussi des industriels du papier, comme Pocheco, basé dans le Nord [2]. Son dirigeant, Emmanuel Druon, bataille pour racheter le site. Sans succès.

« Quand l’annonce de mise en vente a été publiée, nous avons sauté sur l’occasion, explique-t-il. La papeterie de Docelles est une entreprise ancienne mais polyvalente et moderne, capable de produire des papiers de grande qualité. Notre idée était de nous implanter sur des marchés de niche, afin de ne pas se frotter aux grands groupes. » Pourtant, Emmanuel Druon se heurte à un mur : « Les émissaires du groupe m’ont fait comprendre qu’ils se fichaient de notre projet. Leur préoccupation était de fermer des usines en série pour réduire l’offre de papier sur le marché européen, et faire remonter les prix, cela afin d’augmenter leurs marges. J’ai appris par la suite que les coûts de fermeture du site devaient être amortis en cinq ans par UPM, grâce aux seuls gains représentés par les hausses de taux de marge. »

Au nom de la « liberté d’entreprendre »

UPM n’aura donc pas hésité à saboter l’usine avant de partir. Son dirigeant français avoue, au détour d’un article, que le procédé a été utilisé dans d’autres pays européens, accréditant la théorie d’Emmanuel Druon. Si ces sabotages choquent par leur brutalité, ce qu’ils révèlent n’a rien d’inédit. Bien souvent, les grands groupes rechignent à céder une usine destinée à être fermée. C’est précisément pour leur forcer la main qu’une loi est entrée en application en 2014, après des mois de polémique – et une promesse un peu hâtive formulée par le candidat François Hollande sur le toit d’une camionnette. Surnommé « Loi Florange », le texte oblige les entreprises de plus de 1000 salariés à chercher un repreneur lorsqu’elles envisagent la fermeture d’une usine impliquant des licenciements.

A l’époque, le Medef était monté au créneau, dénonçant sans originalité une atteinte à la liberté d’entreprendre. Les partisans du texte n’avaient pourtant rien de dangereux révolutionnaires, à l’instar du très modéré François Brottes, ex-député PS : « Nous vivons dans un système de libre-échange, c’est exact, déclarait-il alors. Mais si une entreprise travaille à créer un désert autour d’elle, en empêchant que les activités qu’elle arrête soient reprises par les salariés ou par d’autres concurrents, joue-t-elle le jeu du libre échange ? »

... https://www.bastamag.net/Pointer-au-cho ... nales-pour
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 31 Jan 2018, 09:20

Intérim. Les boîtes bafouent systématiquement la loi

Les ordonnances Macron ont renvoyé à la négociation de branche la durée maximale de recours à l’intérim, la fixation du délai de carence et le nombre maximal de renouvellements de contrats. Cela fait longtemps que les entreprises d’intérim et utilisatrices avaient « assoupli » la loi à leur manière.

Le 1er décembre 2016, la société de construction Spie Batignolles rejoignait Sanofi et Cordon Electronics dans le club fermé des entreprises condamnées pour leur recours abusif à l’intérim. Si le tribunal de grande instance lyonnais avait sanctionné le « non-respect du délai de carence » dans le recours à ses intérimaires, elle avait de son côté estimé que le « recours à des intérimaires pour pourvoir des postes permanents » n’était pas assez caractérisé. Si les procès de ce type sont rares, les infractions au Code du travail dans le recours à l’intérim sont, elles, malheureusement banales.

... https://humanite.fr/interim-les-boites- ... loi-649206
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 21:10

Jean-Pierre Canet et Nicolas Vescovacci : “Vincent Bolloré, c'est l'impunité totale”

Les deux auteurs de “Vincent tout puissant” reviennent sur la génèse de ce livre révélation, qui met à nue les pratiques du patron de Canal+.

En mai 2015, Jean-Pierre Canet et Nicolas Vescovacci travaillaient pour Canal+. Leur documentaire sur le Crédit Mutuel-CIC avait été déprogrammé par Vincent Bolloré, à la demande du pdg de la banque – il avait finalement été diffusé sur France 3 quelques mois plus tard. Les deux journalistes d’investigation racontent leur mésaventure dans un livre-enquête sur l’homme d’affaires breton qui paraît ce 31 janvier, Vincent tout-puissant, dont Télérama publie des extraits en exclusivité.

... http://www.telerama.fr/medias/jean-pier ... 460336.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede Pïérô » 09 Fév 2018, 13:21

Des ordonnances Macron au plan social de Gemalto

Gemalto, premier fabricant au monde de cartes SIM, a engagé un plan de suppressions d’emploi en France, tout en affichant des bénéfices au niveau mondial. Cette firme française - qui a déplacé son siège aux Pays-Bas et dont le premier actionnaire n’est autre que l’État à travers Bpifrance - serait ainsi selon les syndicats l’une des premières à bénéficier des nouvelles dispositions des ordonnances sur le droit du travail.

... http://multinationales.org/Des-ordonnan ... de-Gemalto
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 10 Fév 2018, 23:10

L’Assemblée nationale rejette l’amendement pour contraindre Lactalis à publier ses comptes

L’Assemblée n’a pas adopté l’amendement pour sanctionner plus sévèrement les groupes agroalimentaires, comme le géant du lait Lactalis, qui ne publient pas leurs comptes annuels, la majorité renvoyant le débat au prochain projet de loi sur l’agriculture.

L’amendement proposait de durcir les sanctions, prévues par la loi Sapin II, pour « les sociétés transformant des produits agricoles ou commercialisant des produits alimentaires manquant à leurs obligations en matière de dépôt de leurs comptes ».

... http://www.nouvelobs.com/en-direct/a-ch ... ement.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 18 Fév 2018, 00:59

Michelin, exemplaire pour Emmanuel Macron, suspend les contreparties de son plan de départs volontaires

Les 970 départs volontaires chez Michelin, d’ici 2021, sont toujours à l’ordre du jour. Par contre, les contreparties ayant présidé à la signature d’un accord par trois syndicats du constructeur de pneumatique ont été suspendues par la direction du groupe début février.

« Michelin, c’est un exemple parfait de ces entreprises qui ont à la fois une très grande productivité » et qui « a toujours été attachée dans le même temps au dialogue social et à la formation ». À la fois et en même temps. Emmanuel Macron a placé les éléments de langage faisant sa marque de fabrique, lors de son déplacement en Auvergne sur le site Michelin du centre technologique de Ladoux. C’était le 25 janvier dernier, au lendemain de sa prestation remarquée lors du sommet de Davos. Pourtant l’entreprise au Bibendum est engagée dans un nouveau plan de départ volontaire portant sur 970 postes d’ici 2021.

... https://rapportsdeforce.fr/classes-en-l ... s-02161605
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 24 Fév 2018, 17:32

Montluçon : Dunlop envisage une rupture conventionnelle collective pour supprimer 90 emplois

Mardi 20 février, la direction de Dunlop et les syndicats ont échangé lors d’une deuxième réunion de négociation. Début janvier, le groupe avait annoncé la suppression de 90 emplois sur le site de Montluçon, dans l’Allier.

Un mois après l’annonce de restructuration des effectifs, la nouvelle ne passe toujours pas pour les syndicats du site Dunlop, situé à Montluçon dans l’Allier. La direction du groupe Goodyear souhaiterait mettre en place un plan de départ volontaire, en s’appuyant sur la rupture conventionnelle collective. Il s’agit d’une mesure phare des ordonnances Macron qui permet de négocier la fin d’un contrat de travail sans que l’une des parties ne s’impose à l’autre. 90 CDI seraient ainsi amenés à être supprimés, de même qu’une équipe planifiée le week-end.

... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 27339.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 24 Fév 2018, 22:33

Management

Comment faire en sorte que des salariés se licencient eux-mêmes : la méthode Pimkie

Les salariés de chez Pimkie, enseigne de prêt-à-porter appartenant à la famille Mulliez (groupe Auchan, 4ème fortune française avec 30 milliards d’euros [1]), ont appris début janvier que 208 postes seront supprimés – soit 10% des effectifs en France – et 37 magasins fermés. Selon la direction, la proposition émane pourtant des salariés eux-mêmes ! Elle est le résultat de « groupes de travail » mis en place en décembre par la direction avec les salariés. Objectif : réfléchir de manière « participative » à l’amélioration de la santé économique de l’entreprise Comment ces salariés en sont-ils arrivés à décider de ces suppressions d’emplois ?

« La direction peut se dédouaner, et dire que ce sont les salariés qui sont à l’origine des licenciements », tempête Séverine Salperwyck, déléguée syndicale de Force ouvrière (FO). La méthode « participative » a été initiée à l’automne et orchestrée par le cabinet Prospheres, spécialisé « dans la transformation et le retournement d’entreprises ». Elle s’est ouverte par une grande assemblée générale où une « IRM » de l’entreprise – son état de santé économique et financière – a été présentée aux salariés. « Ils nous ont bien répété que nous n’étions pas rentable, que nous perdions de l’argent tous les jours », se souvient Severine Salperwyck.

... https://www.bastamag.net/Comme-faire-en ... ode-Pimkie
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des patrons dans la toute puissance

Messagede bipbip » 27 Fév 2018, 23:29

Natixis publie des résultats exceptionnels. Laurent Mignon – le directeur général – décrète la fin des augmentations collectives !

Natixis n’a jamais publié d’aussi bons résultats !
•2 651 millions d’euros de résultats avant impôts;
•1 669 millions d’euros de résultat net part du groupe.

Et Laurent Mignon décrète qu’il n’y aura pas d’augmentations collectives en 2018, et pas plus pour les années futures !

Son objectif c’est « 30% de coûts variables » d’ici trois ans.

Ce qui est demandé aux managers – futurs « leaders managers » (enfin pour ceux qui seront choisis pour occuper ces fonctions) c’est de répartir une bien maigre enveloppe globale réservée aux augmentations individuelles, équivalente à 1,5 % de la masse salariale, entre les salariés de leurs équipes.

Le résultat est connu d’avance.

Un grand nombre de salariés verront leurs rémunérations fixes stagner, et leurs rémunérations variables diminuer, alors que la valeur de leur force de travail (qualification, expérience professionnelle) aura augmentée !

Bien entendu, pour les cadres dirigeants, c’est une autre histoire ! Nous attendons avec impatience de connaître les informations sur les différents éléments de rémunérations et autres avantages qui leur sont attribués par le conseil d’administration.

... http://natixis.reference-syndicale.fr/2 ... llectives/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités