R.I.P.

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 02 Oct 2017, 11:18

1977 : Edmond Maire, c’était aussi la chasse aux sorcières dans la CFDT

Edmond Maire vient de disparaître à 86 ans. Il fut le secrétaire général de la CFDT « de la grande époque » combative et autogestionnaire. Il fut aussi un de ses fossoyeurs, comme le rappelle l’affaire de l’exclusion des postiers CFDT de Lyon-Gare, en 1977.

La CFDT est aujourd’hui une organisation syndicale de collaboration de classes, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Pour parvenir à ce « recentrage », sa direction confédérale, avec Edmond Maire (1931-2017) à sa tête, a dû exclure progressivement les syndicalistes de lutte. C’est-à-dire celles et ceux qui, bien souvent, avaient rejoint la CFDT dans les années post-68, attiré.es par les positions radicales de la centrale cédétiste, son projet d’autogestion socialiste et une démocratie interne que n’offrait alors pas la CGT.

... http://www.alternativelibertaire.org/?E ... ieres-cfdt
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 21:11

Hommage à Anne Guérin

Anne Guérin nous a quitté-e-s vendredi 29 septembre. Anne Guérin s’est éteinte à l’âge de 81 ans et c’est avec une certaine émotion que nous avons appris sa disparition. Journaliste, sociologue, traductrice, c’était aussi une femme engagée.

En 1960, elle signe le Manifeste des 121 qui appelle les soldats français à s’insoumettre pendant la guerre d’Algérie et se prononce en faveur de l’indépendance de cette colonie française. Elle rejoint Act up Paris dans les années 90 et la lutte menée avec les malades du sida. Elle s’implique dans le combat contre le système carcéral et pendant plusieurs années elle coanime la commission prison d’Act up Paris. Elle est également membre de l’Observatoire international des prisons. C’est aussi sur cette question qu’elle a édité chez Agone, Prisonniers en révolte, Quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980) en 2013 dont nous avions rendu compte dans notre presse. Elle a également cosigné plusieurs appels notamment des textes de solidarité et de mobilisation contre la répression.

Ses parents ont joué un rôle non négligeable dans sa prise de conscience et ses engagements. Sa mère, Marie, était une militante communiste autrichienne. En France elle a milité dans l’Organisation révolutionnaire anarchiste qui a constitué l’organisation libertaire la plus importante dans la première moitié des années 70. Alors que ses rapports avec son père, Daniel Guérin, militant et écrivain libertaire (membre de l’ORA et de L’UTCL) étaient difficiles, elle participe au Cercle Daniel Guérin qui durant 3 années (1989-1991) s’est efforcé de pousser à la réédition et aux traductions de ces œuvres et a aussi agi pour favoriser le rapprochement entre militant-e-s révolutionnaires. On la retrouve lors du colloque international de Loughborough (Grande-Bretagne) de 2004 consacré entièrement aux écrits et combats de son père. Elle participe également à deux documentaires. Le premier, Daniel Guérin, est réalisé par Pierre-André Boutang et Annie Chevallay pour l’émission Océaniques sur France 3 et le second, Daniel Guérin, combats dans le siècle est l’oeuvre de Patrice Spadoni et Laurent Mulheisen et tourne dans les réseaux militants à partir de 1998 à l’occasion des 10 ans de la mort de Daniel Guérin.

Nous l’avons sollicitée plusieurs fois pour des initiatives ou des campagnes de solidarité et elle a toujours répondu positivement. Cela a été le cas lorsque nous avons impulsé une campagne pour la libération de notre camarade Antoine, arrêté et emprisonné plusieurs semaines au printemps 2016 pour son activité syndicale et politique contre la loi travail.

Nous gardons d’elle le souvenir d’une femme engagée et capable de défendre avec humour et générosité ses convictions, et nous adressons nos condoléances à sa famille.

Alternative libertaire, le 4 octobre 2017

http://alternativelibertaire.org/?Hommage-a-Anne-Guerin
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede digger » 29 Oct 2017, 20:03

digger
 
Messages: 2063
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 12 Nov 2017, 22:50

On perd un électron libre

C’est avec tristesse que nous postons un petit message d’au revoir à notre ami cher et camarade Pierre-Jean Bourdon, qui s’est éteint dans la nuit du dimanche 05 novembre 2017.

Il y a bien 10 ans, nous avions rencontré le camarade bordiguiste (c’est ainsi qu’il s’était alors présenté), clope au bec, boucle d’oreille et baluchon kaki à l’épaule. Il s’était pointé, comme nous, à un meeting d’Arlette au Palais des Congrès. Je ne sais plus trop ce que l’on était venu-e-s y faire, mais toujours est-il que l’on a sympathisé et que depuis ce jour, Pierre-Jean a fait partie du petit réseau militant angevin. Il est d’abord entré à l’Étincelle, puis s’est impliqué à fond dans le collectif de soutien aux sans-papiers, puis dans la vie de son quartier. Il s’est aussi retrouvé à faire des allers-retours au Mali, et ce malgré des soucis de santé qui nous inquiétaient de plus en plus tant nous craignions ne jamais le voir revenir.

Réfractaire à peu près tout et ramenant sans cesse la conversation à la dictature du prolétariat, c’était pourtant le type de Dur-à-cuire sur qui l’on pouvait toujours compter, le cœur sur la main. Je me souviens de cette fois où il s’était mis en quatre pour nous faire des frites chez lui et où il avait réellement foutu de l’huile plein sa gazinière…

Rebaptisé rapidement « PJ quatre-neuf » par la clique militante locale, il était de toutes les manifs et de toutes les actions, au risque de se voir conduire de force aux urgences pour une belle entaille au crâne à cause d’un coup de tonfa… C’est qu’il avait la tête dure l’Électron libre!

Lorsqu’on le voyait débarquer aux Assemblées Générales de l’Etincelle, on savait que ça allait « déménager ». Pour peu qu’il arrive contrarié ou qu’il comprenne un mot de travers à cause de ses oreilles qui entendait de plus en plus haut, cela finissait souvent par une bonne engueulade où il claquait la porte en nous gratifiant de jolis noms d’oiseaux les jours où il était en forme. Il était vraiment champion pour foutre tout le monde en colère en un rien de temps. Et puis, quand ça le saoulait, il débranchait tout simplement son sonotone.

C’est vrai que ça n’était pas si facile de militer avec Pierre-Jean, pourtant, cette tête de mule a beaucoup fait pour les collectifs dans lesquels il s’est impliqué, donnant tout son temps et toute son énergie 24/24. Et c’est aussi pour cela, entre autres, qu’il va nous manquer. Et puis, au fond, pas si tête de mule que cela, puisque l’année dernière, il avait commencé à féminiser ses textes, lui qui ne voulait même pas en entendre parler il y a quelques années, comme quoi.

Et quand il ne battait pas le pavé ou qu’il n’envoyait pas des pamphlets de quinze pages à 5 heures du matin à des élu-e-s, il pouvait parfois s’accompagner à la guitare sur de vieux refrains révolutionnaires qu’il entonnait tout en mâchouillant sa vieille roulée éteinte. C’était lors de ces moments où l’on discutait d’autres choses que de la Lutte ou des recours au Tribunal Administratif, que l’on pouvait un peu parler de nous, de lui, de sa vie. C’était lors de ces moments où on avait un peu envie d’avoir un tonton comme lui, avec l’odeur du tabac dégueu en moins…

L’autre jour à l’hôpital, il avait l’air content de savoir que l’aventure Étincelle allait pouvoir continuer, dans d’autres murs, d’autres lieux. Et, même si on sait qu’il nous aurait encore rouspété-e-s pour les travaux qui n’auraient pas été faits à son goût, nous aurions aimé qu’il puisse encore en faire partie, et lui aussi, sans aucun doute.

Krrr


https://etincelleangers.wordpress.com/2 ... ron-libre/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 14 Nov 2017, 21:54

Pascal Dauvel

Salut Pascalou

Notre ami Pascal Dauvel, militant syndicaliste et libertaire nous a quitté vendredi 10 novembre suite à un cancer.

Dès son entrée à la SNCF comme contrôleur à l’ECT de Rouen, Pascal a milité pour un monde meilleur, sans sectarisme mais avec des convictions fortes Militant tout d’abord à la CFDT, c’est en octobre 1983 lors d’un congrès, qu’avec quelques copains et copines, ils prirent l‘animation du syndicat de Rouen. Parce qu’il a toujours préféré le collectif à l’individualisme, il a toujours milité en donnant le meilleur de lui-même pour les exclu.es, les sans-papiers, les sans-emplois , les sans-logis , les discriminé.es, les oublié.es…

Lors des grèves, et il en fit de nombreuses, il était de toutes les actions : piquets de grève à 4h00, barbecue, AG, distribution de tracts aux portes des diverses usines de l’agglomération rouennaise, blocage du métro voire de la ville … Il avait l’habitude de me dire « je travaille davantage lors des grèves que quand je suis sur un train ».

Suite à la grande grève de 86/87, il créa avec quelques copains un collectif Alternative Libertaire sur Rouen, c’était pour lui la suite logique de son engagement pour une société meilleure.

Après celle de 95, avec plusieurs copains et copines c’est tout naturellement qu’il créa SUD Rail-Normandie et s’investi dans le Solidaires Haute Normandie où il sera membre du bureau plusieurs années.

Au quotidien il était gentil et disponible avec ses ami.es, il apaisait les tensions pour réunir et agir, mais était intraitable avec la direction et plus largement avec tous les libéraux et fachos.

Homme de conviction, combatif, sincère, sensible et révolté tel était Pascal.

Albert Camus disait : « qu’est ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non ». Pascal a toujours su dire NON.

On ne t’oubliera pas.

Salut mon p’tit Pascal.

Jacquot.


http://leraildechaine.org/post/16749061 ... t-pascalou
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede Lila » 19 Nov 2017, 21:04

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 26 Déc 2017, 16:15

Disparition. Noël Favrelière, le déserteur s’en est allé

L’ancien appelé d’Algérie, qui avait déserté en 1956 et s’était engagé pour la reconnaissance de la torture, est décédé à l’âge de 83 ans.

Jeune rappelé dans un régiment parachutiste durant la guerre d’Algérie, il avait été condamné à mort par deux fois pour avoir refusé de participer aux barbaries en cours. Après une vie d’engagement, c’est à l’âge de 83 ans, que Noël Favrelière s’en est allé le 11 novembre dernier, a annoncé sa famille mardi.

C’est en août 1956 que s’était scellé son destin. Une nuit de cet été-là, il décide de ne pas abandonner à son sort un prisonnier promis à « la corvée de bois », soit à être exécuté d’une balle dans le dos. Âgé de 22 ans, il avait déjà été témoin d’atrocités. Il choisit de déserter avec le jeune Algérien. « J’en avais plus qu’assez étant déjà contre (cette guerre – NDLR) avant de partir. (…) Là, ça a été la goutte d’eau, je ne voulais pas que ce jeune gars blessé soit tout simplement assassiné », raconte-t-il encore des années plus tard. Après une semaine de fuite dans le désert, il rejoint l’Armée de libération nationale (ALN), avant de partir pour Tunis, puis les États-Unis.

Noël Favrelière ne peut rentrer en France sans être inquiété qu’en 1966, une fois ses deux condamnations à mort levées, malgré quelques incursions dans la clandestinité. « Je ne regretterai pas ce que j’ai fait, car je ne me suis jamais senti aussi en paix avec moi-même et aussi libre », confie-t-il à son père, un ancien résistant, dans une lettre. Mais Noël Favrelière entend témoigner, révéler la réalité de la guerre d’Algérie. Il rédige un récit autobiographique, le Désert à l’aube, publié en 1960… aussitôt saisi et censuré. Son histoire inspire également le cinéaste René Vautier pour son film, sorti en 1972, et basé sur les auditions de plus de 600 appelés, Avoir vingt ans dans les Aurès.

... https://humanite.fr/disparition-noel-fa ... lle-647736
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede Pïérô » 18 Fév 2018, 16:03

Kendal Breizh, combattant breton des YPG, est tombé à Afrin

Le commandement des Unités de Défense du Peuple (YPG?) a annoncé ce jour le décès au combat de Kendal Breizh, le 10 février dans la région d’Afrin, sur le front de Cindiresê, victime d’un bombardement aérien mené par les forces du dictateur turc Erdogan.

Image

Kendal Breizh était le nom de guerre du volontaire international Olivier L., militant libertaire et révolutionnaire breton parti rejoindre à l’été 2017 les forces kurdes au Rojava, pour lutter contre l’Etat islamique à Raqqah et Deir-ez-Zor. Après avoir participé à la libération de Raqqah et de la vallée du Bas-Euphrate, Kendal Breizh s’est porté volontaire le 20 janvier, avec d’autres internationalistes, pour la défense du canton d’Afrin attaqué par les forces turques et ses supplétifs islamo-fascistes (al-Qaeda, groupuscules jihadistes et militants de l’Etat islamique). Ils sont arrivés sur place le 7 février, les derniers contacts précédant leur transfert de Deir-ez-Zor à Afrin datant du 5 février.

Il est tombé avec un autre volontaire, Baran Galicia, originaire de Galice.

Kendal Breizh avait 40 ans.

Les Amitiés kurdes de Bretagne et la communauté kurde de Bretagne s’associent à la douleur des proches de Kendal Breizh et font part de leurs condoléances à sa famille, ses amis et ses camarades de lutte, ici et là-bas.

Ses camarades ont fait paraître le communiqué qui suit :

notre ami Olivier est parti en tant que volontaire breton pour aider à la défense et au développement de la révolution au Rojava.

Il y est décédé le 9 février suite à un bombardement opéré par les forces turques de Recep Tayip Erdogan.

Ses idéaux libertaires et révolutionnaires l’avaient conduit à s’intéresser à l’expérience politique du Rojava, puis à s’engager aux côtés des forces kurdes et de leurs alliés (arabes, yézhidis…). Il partageait avec elles des idées anti-impérialistes, anti-fascistes, anti-sexistes, écologiques et pour un municipalisme libertaire, respectant le droit de tous les peuples à maitriser leur destin.

Après s’être formé auprès des YPG (Unités de Protection du peuple), il a rejoint le bataillon international avec lequel il a combattu l’organisation terroriste Daesh d’abord à Raqqa puis dans la région de Deir-Ezzor.

Alors que la lutte contre l’ « Etat islamique » touchait à sa fin, une autre organisation de terreur, étatique cette fois, à savoir la Turquie d’Erdogan, a lâchement attaqué un des rares cantons de Syrie encore épargné par la guerre, que ce soit celle d’Assad contre son propre peuple ou celle de Daesh contre le monde. Cette région servait de refuge à une partie de la population syrienne.

Notre ami s’est alors immédiatement porté volontaire pour combattre cette nouvelle menace, alors qu’il commençait à penser à son retour parmi les siens.

L’absence de réactivité – voire la complicité – des grandes puissances face à la tentative turque de génocide à Afrin montre clairement que ce n’est pas à elles qu’on peut faire confiance pour lutter contre les dérives fascistes. La Russie, les Etats-Unis et l’Europe n’ont en vue que les intérêts de leurs classes dirigeantes. Au contraire, seule la solidarité entre les peuples contre les états impérialistes permet de faire avancer une réelle démocratie.

Même si tous ses amis ne partageaient pas la radicalité de son engagement, et l’appréciaient principalement pour son caractère enjoué et sa générosité, nous sommes convaincus qu’Olivier est mort pour une cause juste : celle d’une société libertaire, égalitaire et écologique.

Un rassemblement pour lui rendre hommage sera organisé prochainement.


Nous publierons en temps voulu toutes les informations sur la date, le lieu et l’heure de cet hommage qui sera organisé conformément aux volontés exprimées par Kendal Breizh.

Nous nous associons à la demande faite par les camarades de Kendal Breizh aux journalistes de ne pas prendre contact avec la famille, à la demande expresse de celle-ci. Pour toute information, veuillez utiliser notre page de contact ou écrire aux camarades de Kendal Breizh via cette adresse.

AKB

Traduction en français du communiqué des YPG : https://rojinfo.com/3520-2/

http://www.akb.bzh/spip.php?article1285
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: R.I.P.

Messagede Pïérô » 19 Fév 2018, 01:12

Retrouvez les interviews de Kendal Breizh :

. à France Bleu Breizh Izel le 10 juillet 2017 par téléphone depuis le Rojava (en breton) https://www.francebleu.fr/infos/faits-d ... 1499438629

. au Télégramme le 20 janvier 2018 http://www.letelegramme.fr/monde/syrie- ... 843753.php

http://www.akb.bzh/spip.php?article1285


Image

Syrie : mort du Français Kendal Breizh, parti se battre aux côtés des Kurdes
Le combattant français engagé aux côtés des forces kurdes en Syrie qui se faisait appeler Kendal Breizh a été tué le 10 février lors d'affrontements dans la région d'Afrin, au nord-ouest de la Syrie a annoncé dimanche le parti syrien kurde PYD, sur son site internet.
... https://www.francetvinfo.fr/monde/proch ... 17128.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 20 Fév 2018, 02:30

Mort de Kendal Breizh : “Il est tombé pour défendre les valeurs auxquelles il croyait”
Les témoignages se multiplient après la mort ce 10 février d'Olivier Le Clainche, alias "Kendal Breizh", tué en Syrie alors qu'il combattait au sein des Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde. Tous soulignent l'engagement du Breton, parti se battre pour ses valeurs idéologiques.
Pour Ronan Le Louarn, trésorier de l'association Amitiés kurdes de Bretagne, Kendal Breizh "Comme le disent les YPG, ça ne sert à rien de comprendre sans agir. Ce principe, Kendal Breizh a fait le choix de le mettre en application et combattant ici pour un certain nombre de valeurs, de partir là-bas pour les mêmes valeurs, là où elles sont beaucoup plus gravement menacées que n'importe où dans le monde."
Et ces valeurs qui faisaient avancer Kendal Breizh, selon Ronan Le Louarn, sont partagées par de nombreux combattants venus du monde entier pour rejoindre les YPG et combattre le groupe État islamique. Une idéologique basée sur l'anti-fascisme, sur la liberté, sur l'égalité femme-homme, l'écologie, les droits sociaux; un idéal auquel peut s'ajouter une dimension indépendantiste pour ceux qui viennent soutenir les Kurdes.
... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 26745.html


Image

Nous avons perdu un camarade de lutte du pays de Lorient et de Pontivy. Certains d’entre nous ont connu Olivier comme militant politique et syndicaliste (à la CNT* notamment). Il n’a pas été tué lorsqu’il combattait Daesh à Raqqa. Olivier a été tué par un État allié de l’UE et financé par celle-ci, pour retenir des milliers de réfugié.e.s de guerre aux frontières de l’Europe. Il a été tué car il ne souhaitait pas seulement combattre contre le fascisme incarné par Daesh, figure facile de l’ennemi commun. Il a aussi voulu défendre un projet de société novateur, à certains accents libertaires, porté dans le nord de la Syrie par les Kurdes et les autres peuples de la région.

Vu d’ici, le silence se fait souvent sentir à propos des exactions des islamo-fascistes qui dirigent l’État turc, menés par Erdogan. Que ce soit en Turquie, en Syrie ou autre part dans le monde, la situation crie d’injustice envers celles et ceux qui se retrouvent confronté.e.s à cet État, tantôt allié à Daesh tantôt à Al-Qaïda, mais toujours sous couvert d’accords de sécurité et d’intérêts économiques avec l’UE et les USA. La bataille d'Afrin en est une sombre illustration de plus : Cette ville est assiégée et bombardée en ce moment par les forces turques, sous les yeux des militaires de la coalition internationale** et de la Russie. L’assaillant s’est pour l’occasion allié à diverses milices en mal de chef, dont certaines affiliées à Al-Qaïda.

Ne laissons pas Olivier et toutes les personnes, tué.e.s ou combattant encore à Afrin et ailleurs, sombrer dans l’oubli et l’abandon. C’est pourtant ce qui semble se profiler pour les combattant.e.s FDS, YPG/YPJ, de l’IFB*** et autres internationaux solidaires, aux yeux de la presse internationale, de l’opinion publique et des États. Si nous ne rendons pas visibles ces luttes, c’est pourtant ce qui pourrait bien arriver.

Alors, en Bretagne, au Kurdistan et ailleurs, partageons les informations, parlons-en, revendiquons, posons des questions (même gênantes), crions, rassemblons-nous et battons-nous !

Le Collectif Alternative Libertaire Lorient se joindra à toutes les initiatives organisées pour lui rendre hommage. Nous relayerons les appels en ce sens.


* Confédération Nationale du Travail

** La coalition internationale, principalement composée de militaires de l’UE et des USA, a combattu et combat encore Daesh avec les forces kurdo-syriennes.

** Les FDS (Forces Démocratiques Syriennes) sont majoritairement sous commandement YPG/YPJ (Unités de défense du peuple/des femmes) et appuyées par des combattants et combattantes internationales, notamment rassemblé.e.s dans l’IFB (International Freedom Battalion).

Le CAL Lorient


https://www.facebook.com/alternativelib ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 15:15

Salut Bibi

Image

Un camarade lyonnais est décédé mercredi.

Bibi était libertaire dans l’âme depuis toujours, vous l’aviez certainement croisé à de nombreuses occasions. Pilier de Tiens bon la pente et de ses repas de quartier, animateur du Kaf’ton, le café de la CNT rue Burdeau où il militait, il était aussi de toutes les manifs. Christophe Despras, que tout le monde appelait Bibi, est décédé mercredi soir devant le Cedrats des suites d’un cancer.

Professeur en lycée technique après avoir été plâtrier-peintre, il allait avoir 39 ans. Il laisse derrière lui Libera et leurs deux jeunes enfants, Gioia et Lucio, de nombreux ami-es et des dizaines de camarades.

Tous regrettent sa bonne humeur légendaire, son goût de la fête et sa camaraderie sans faille. Un pot aura lieu prochainement pour rassembler tous ceux et celles qui ont eu la chance de le croiser. La cérémonie funéraire se déroulera la semaine prochaine.

Ses amis

https://rebellyon.info/Salut-a-Bibi-18767
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 15:58

Karaez (Carhaix) : succès pour l’hommage politique à Kendal Breiz

Les amis et les camarades de Kendal Breizh peuvent être satisfaits de la participation à la journée d’hommage à ce combattant indépendantiste breton mort en tant qu’officier YPG à Afrin au Kurdistan de Syrie.

Ce samedi 10 mars, plus de 600 personnes avaient fait le déplacement pour saluer sa mémoire, celles de tous les militants et militantes Kurdes YPG/YPJ, des Forces Démocratiques de Syrie, celles de tous les internationalistes qui les ont rejoint dans ce combat contre la barbarie de DAESH et l’état Turc.

... http://www.rennes-info.org/Karaez-succes-pour-l-hommage
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede Pïérô » 15 Mar 2018, 15:18

Eduardo Colombo est mort

Cérémonie lundi 16 h au Crématorium du Père Lachaise

Eduardo Colombo

Né en 1929 en Argentine il milite à la FORA et est rédacteur du journal La Protesta. La federacion obrera regional argentina développe une position originale au sein du mouvement anarchiste international consistant à ne pas séparer le "politique" (la finalité anarchiste communiste) du "syndical" revendicatif. Elle s’oppose ainsi au syndicalisme révolutionnaire qui veut devenir la colonne vertébral de la société future.

"La FORA ne voit dans le syndicalisme autre chose que ce qu’il peut être : un moyen qui, parce qu’il est aux mains des déshérités, se positionne face au régime d’iniquité actuel, mais un moyen qui, en dernier examen, est en quelque sorte un enfant de ce même régime. Créé dans les entrailles de la société bourgeoise, dans l’autoritarisme du monde ambiant, le syndicalisme est une arme, et, justement, parce qu’il est une arme, il peut servir autant la cause du bien que celle du mal (et nous sommes avertis que les armes se prêtent plus facilement au mal qu’au bien !)."

En 1970 Eduardo, sa compagne Héloisa et leurs deux enfants s’exilent à Paris. Nous sommes dans l’après 68 et ils rejoignent le groupe Information correspondance ouvrière ICO. A la dissolution de la revue il participe à la création de la revue la Lanterne noire (1974-1978) avec des anarchistes issus du mouvement du 22 mars et de la revue Noir et Rouge qui avaient, eux aussi, rejoint ICO après 68. Dans les années 80 il s’intègre à la revue édité en Italie, Volonta (1982-1996), puis actuellement encore à Réfraction (revue de recherches et d’expressions anarchistes). Adhérent de la CNT, il s’occupe aussi pour un temps des éditions CNT-RP avant de s’en éloigner.

Eduardo Colombo était aussi médecin (en Argentine) et psychanaliste (profession qu’il exerce depuis son arrivée en France) d’orientation résolument freudienne et opposée à Lacan. C’est d’ailleurs du lien qu’il opère entre psychanalyse, anarchisme et révolution qu’il tire une opposition déterminée aux visions « post- » (modernes, anarchistes, structuralistes..) qui postulent un inévitable assujettissement du sujet et donc l’abandon de tout projet révolutionnaire. Il leur oppose une vision de la liberté où l’humain s’empare de la possibilité de changer le monde.

Il est l’auteur de : La volonté du peuple - Démocratie et anarchie, Paris, Éditions Libertaires, 2007 ; L’espace politique de l’anarchie, ACL, 2007 ; Une controverse des temps modernes, la postmodernité, 2014, éditions Acratie ; Contre la représentation politique - Trois essais sur la liberté et l’Etat, 2015, Acratie, ainsi que de très nombreux articles concernant le pouvoir, l’imaginaire, l’Etat, la révolution, la sexualité, dont on peut trouver la liste sur http://www.quatrieme-groupe.org/publica ... 00012COLOM

Image

http://www.oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2047
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: R.I.P.

Messagede bipbip » 17 Mar 2018, 00:03

Eduardo Colombo est mort mardi soir

Eduardo Colombo, théoricien anarchiste et militant libertaire depuis toujours est mort la nuit dernière. Il avait 88 ans.

La cérémonie aura lieu lundi 19 mars à 16 heures au crématorium du Père Lachaise.

Né en 1929 en Argentine, il milite à la FORA et est rédacteur du journal La Protesta. La Federacion Obrera Regional Argentina (FORA) développe une position originale au sein du mouvement anarchiste international consistant à ne pas séparer le "politique" (la finalité anarchiste communiste) du "syndical" revendicatif.
Elle s’oppose ainsi au syndicalisme révolutionnaire qui veut devenir la colonne vertébral de la société future.

« La FORA ne voit dans le syndicalisme autre chose que ce qu’il peut être : un moyen qui, parce qu’il est aux mains des déshérités, se positionne face au régime d’iniquité actuel, mais un moyen qui, en dernier examen, est en quelque sorte un enfant de ce même régime.
Créé dans les entrailles de la société bourgeoise, dans l’autoritarisme du monde ambiant, le syndicalisme est une arme, et, justement, parce qu’il est une arme, il peut servir autant la cause du bien que celle du mal (et nous sommes avertis que les armes se prêtent plus facilement au mal qu’au bien !)."

En 1970, Eduardo, sa compagne Héloisa et leurs deux enfant s’exilent à Paris.
Nous sommes dans l’après 68 et ils rejoignent le groupe Information correspondance ouvrière ICO. A la dissolution de la revue, il participe à la création de la revue la Lanterne noire (1974-1978) avec des anarchistes issus du mouvement du 22 mars et de la revue Noir et Rouge qui avaient, eux aussi, rejoint ICO après 68.
Dans les années 80, il s’intègre à la revue éditée en Italie, Volontà (1982-1996), puis actuellement encore à Réfraction (revue de recherches et d’expressions anarchistes).
Adhérent de la CNT, il s’occupe aussi pour un temps des éditions CNT-RP avant de s’en éloigner.

Eduardo Colombo est aussi médecin (en Argentine) et psychanaliste (profession qu’il exerce depuis son arrivée en France) d’orientation résolument freudienne et opposée à Lacan. C’est d’ailleurs du lien qu’il opère entre psychanalyse, anarchisme et révolution qu’il tire une opposition déterminée aux visions « post- » (modernes, anarchistes, structuralistes..) qui postulent un inévitable assujettissement du sujet et donc l’abandon de tout projet révolutionnaire. Il leur oppose une vision de la liberté où l’humain s’empare de la possibilité de changer le monde.

Il est l’auteur de : La volonté du peuple - Démocratie et anarchie, Paris, Éditions Libertaires, 2007 ; L’espace politique de l’anarchie, ACL, 2007 ; Une controverse des temps modernes, la postmodernité, 2014, éditions Acratie ; Contre la représentation politique - Trois essais sur la liberté et l’État, 2015, Acratie, ainsi que de très nombreux articles concernant le pouvoir, l’imaginaire, l’État, la révolution, la sexualité, dont on peut trouver la liste ici http://www.quatrieme-groupe.org/publica ... 00012COLOM.


https://paris-luttes.info/eduardo-colom ... -soir-9717

Eduardo Colombo 1929-2018

Aujourd’hui, mardi 13 mars, la triste nouvelle de la mort d’Eduardo Colombo nous frappe douloureusement. Avec Eduardo non seulement disparaît un compagnon attachant et fraternel, mais aussi un penseur de tout premier plan et un militant anarchiste de convictions inébranlables.
C’est pendant les années quarante que le jeune étudiant Eduardo Colombo s’impliqua intensément dans le mouvement anarchiste de son Argentine natale, participant aux luttes anarcho-syndicalistes de la FORA (Fédération des Travailleurs de la Région Argentine), en collaborant et en assumant des responsabilités de gestion dans son journal renommé, La Protesta . Depuis lors, une longue période de plus de soixante-dix ans s’est écoulée au cours de laquelle Eduardo Colombo n’abandonna pas une seule minute son engagement précoce et intense pour « l’idée » et pour la cause de cette révolution sociale pour laquelle il a combattu toute sa vie avec un enthousiasme inépuisable. Médecin et psychanalyste, il était également professeur de psychologie sociale à l’Université de Buenos Aires jusqu’à ce que le coup d’État militaire de 1966 l’expulse de ses fonctions d’enseignant et le force quelques années plus tard à demander l’asile à Paris, où il est arrivé avec sa compagne Heloisa Castellanos en 1970. Là, malgré les difficultés à se réinsérer professionnellement et socialement, il n’a pas hésité
à s’impliquer immédiatement dans les activités du mouvement anarchiste en France, tout en renforçant les liens avec la lutte anti-franquiste de l’exil libertaire.

Sa volonté de lier de façon permanente la pensée et l’action l’a conduit à se positionner comme l’un des théoriciens les plus importants de l’anarchisme contemporain, tout en participant à des dizaines d’événements au niveau international. Pour donner un seul exemple de son infatigable activité internationale, mentionnons sa participation en tant que conférencier aux journées libertaires de Barcelone en 1977, sa contribution à l’organisation de l’extraordinaire rencontre internationale anarchiste de Venise en 1984, ou ses interventions à la rencontre anarchiste internationale de Saint-Imier en 2012.

Ses nombreux livres et articles ont contribué à ce qu’il soit constamment invité à des conférences, surtout en Italie, en Grèce, en Espagne, en Argentine et dans différents pays d’Amérique latine ; il fut également l’un des fondateurs en 1997 du magazine anarchiste francophone Réfractions et l’un de ses principaux animateurs pour deux décennies.

Il sera temps d’évoquer plus en détail ce personnage inoubliable et ses précieuses contributions intellectuelles, qui vont bien au-delà du cadre proprement anarchiste et qui couvrent également le domaine de la psychanalyse et de la philosophie. Mais nous ne pouvons terminer ce bref résumé fait dans l’urgence sans insister sur le fait que celui qui nous a quitté aujourd’hui était un militant anarchiste d’une intégrité et d’une valeur incomparables, en plus d’être une personne belle et attachante.

Tomás Ibáñez

Barcelone 13 mars 201


http://www.autrefutur.net/Eduardo-Colombo-1929-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32957
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: R.I.P.

Messagede Pïérô » 06 Avr 2018, 22:53

Jacques Higelin Droit Devant !!

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités