Attentats et « état d’urgence »

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede abel chemoul » 22 Nov 2015, 23:41

Pour ce qui est de tes appréciations sur le mouvement LGBT, je les trouve aussi minables que d'habitude, comme si les luttes LGBT étaient nées à l'université...

Le contenu idéologique actuel de ces luttes vient de l'université oui. Mais on pourra en débattre plus tard, je taffe justement sur un texte sur le post-modernisme, mais ça me prend plus de temps que prévu de me fader la littérature sur le sujet.

La Turquie a donc été colonisée... C'est une thése historique particulièrement originale... ou ridicule, au choix...

désolé d'avoir été peu clair. En ce moment je me lève à 5h du mat' un jour sur deux pour aller taffer alors je suis pas forcément au top quand je rédige.
précision: quand je dis colonialisme, j'entends "l'impérialisme culturel occidental", son hégémonie qui a répandu ses représentations du monde partout en même temps que des bouts de son système économique. Le siècle s'entend jusqu'à aujourd'hui, pas un siècle de colonisation au sens propre.

Sur la définition de modernité, je comprends qu'on n'aboutisse pas aux mêmes conclusions. Perso j'utilise la définition vaguement canonique de science po: la modernité comme mode de pensée politique dans laquelle l'humain se dirige pour et par lui-même et non en se référent aux Dieux ou aux Anciens. Toute théocratie est anti-moderne même si elle prend l'apparence d'une très vague démocratie (Iran par exemple). c'est en ça que pour moi le fascisme est moderne et l'islamisme anti-moderne, il nie l'autonomie de décision de l'humain pour lui-même alors que le fascisme ne prend pas la peine d'opérer ce retour en arrière. cette modernité est à la base issue de l'histoire récente de l'occident.
l'islamisme est alors anti-moderne parce qu'il veut une société théocratique mais aussi parce qu'il est une réponse à la pensée politique occidentale.
A mon avis ta définition de la modernité est trop vague/large. Tout changement y est de fait une marque de modernité. exemple: la Guerre sociale dans la Rome antique est alors moderne, alors que d'un côté comme de l'autre on était dans une pratique non-moderne de politique. A mon avis toujours, il faut pas fondre dans un seul concept modernité politique et modernisme/modernisation/innovation qui peut apparaitre dans une structure sociale.

Donc les catégories politiques ne sauraient être universelles sous prétexte qu'elles ont été utilisées pour la première fois en europe... ?

Si on est matérialiste, on admet que le fascisme est né dans une époque donnée, avec un contexte social, politique particuliers. Tout comme le bolchevisme est apparu dans le contexte particulier de la Russie tsariste par exemple. Ton "fascisme" est une catégorie atemporelle, immatérielle dans laquelle on peut ranger tout système autoritaire de droite. Tu n'es pas loin du structuralisme en fait, ce qui est très peu matérialiste.

Bon sinon, en allant sur le site du ministère des affaires étrangères français, on apprend des choses inéressantes à propos des relations commerciale avec l'arabie saoudite, l'un des principaux soutiens idéologiques et financier du fascisme religieux takfiri. Mais chut, faut pas en parler... Ca placerait sous un jour bien différent les responsabilité de l'Etat dans les derniers massacres...

t'inquiète Berckman, ce point n'est pas passé sous silence, le FN dénonce depuis déjà belle lurette cette alliance entre la France des pays finançant le terrorisme islamique.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 681
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede Denis » 22 Nov 2015, 23:48

Image

"On l’a fait : on peut manifester malgré l’interdiction"

C’est un premier défi à l’interdiction des rassemblements par l’état d’urgence. La manif de soutien aux réfugié.e.s a été sportive, mais elle s’est tenue.

Malgré l’interdiction de la manifestation de soutien aux réfugié.e.s, des centaines de personnes se sont rassemblées place de la Bastille à Paris avec Solidaires, AL, la FA, la CGA, le NPA, l’UJFP, l’AFA et DAL.

Dix cars de gardes mobiles déployés en notre honneur. Une ligne de service d’ordre pour les tenir en respect.

Au bout de quarante minutes, une moitié des présent.e.s, à l’arrière du rassemblement, est partie en manif sauvage. Des escouades de militaires sont parties à la poursuite des manifestant.e.s : en vain ! Malgré plusieurs tentatives de faire barrage, quelques coups de bombes lacrymogènes, la tête de manif était motivée, et franchi les obstacles au pas de course ! Entre 400 et 500 personnes sont ainsi arrivées place de la République en scandant des slogans contre l’état d’urgence.

Il faut que cela fasse réfléchir les organisations qui avaient renoncé à venir à la manifestation pour se conformer l’interdiction.

On ne fera pas taire le mouvement social !


http://www.alternativelibertaire.org/?O ... manifester

https://francais.rt.com/france/10872-ma ... um=twitter
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1117
Enregistré le: 16 Sep 2011, 22:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede bipbip » 23 Nov 2015, 12:16

A Paris, une manifestation pro-migrants se transforme en défilé anti-état d’urgence
Devant la Bastille, en fin de journée, dimanche 22 novembre, il ne restait que quelques traces de ce qui aurait dû être un rassemblement. Des autocollants aux couleurs du Nouveau Parti anticapitaliste, quelques-uns du syndicat SUD ou de l’association Droit au logement (DAL), jonchaient le sol. La foule de 500 personnes, bravant les interdits de l’état d’urgence, avait rejoint en cortège la place de la République, en dépit de l’interdiction des forces de l’ordre de quitter la colonne de Juillet.
... http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/ ... 2FCowGz.99


Interdiction de manifester : 58 personnes signalées au parquet
Etat d'urgence.
58 personnes ayant bravé l'interdiction de manifester à Paris, dimanche, en défilant en soutien aux migrants et contre l'état d'urgence ont vu leur identité transmise au procureur de la République par la préfecture de police de Paris. Il est en effet interdit de manifester sur la voie publique dans la capitale jusqu'au 30 novembre, dans le cadre de l'état d'urgence décrété depuis les attentats du 13 novembre. Les 58 contrevenants s'exposent à une peine pouvant aller jusqu'à six mois de prison et une amende de 7 500 euros.
http://www.liberation.fr/direct/element ... uet_24284/


Meeting unitaire « Leurs guerres, nos morts », à Paris le 24 novembre


Après les attentats, une réaction unitaire se dessine à l’extrême gauche. A la peur légitime de nouveaux massacres, le gouvernement répond par l’ouverture d’un nouveau chapitre de la « guerre au terrorisme », à coup de bombardiers et de durcissement sécuritaire. Portons une autre voix pour sortir de l’engrenage sans fin guerre/terrorisme.

Trois jours après les attentats de Paris, le 16 novembre, Alternative libertaire avait invité, dans une réunion unitaire, toutes les organisations politiques, syndicales et associatives souhaitant réagir fortement au massacre, sans pour autant s’aligner derrière l’« union nationale » souhaitée par le gouvernement.

Avaient répondu présent le NPA, le NPA-Jeunes, la FA, la CGA, l’OCML-VP, Ensemble (Front de gauche), le PCOF, l’UJFP et la CNT. LO et l’Union syndicale Solidaires s’étaient excusées.

Outre un appel commun en cours de rédaction, plusieurs propositions ont fait consensus, comme le fait de renforcer la manifestation de soutien au migrant.e.s du dimanche 22 novembre, et celle de tenir un meeting unitaire le mardi 24 novembre.

Le NPA, qui avait précédemment réservé le gymnase de la Bidassoa (Paris 20e) pour un meeting sur Air France, a aimablement proposé d’élargir la tribune, et de transformer l’événement en un meeting unitaire « contre le terrorisme, l’état d’urgence et le racisme ».

Alternative libertaire, entre autres, y prendra la parole.

Venez nombreuses et nombreux !


MEETING UNITAIRE
« LEURS GUERRES, NOS MORTS »

mardi 24 novembre, 20 heures

Gymnase de la Bidassoa
25, rue de la Bidassoa, Paris 20e
métro Gambetta


http://www.alternativelibertaire.org/?M ... uerres-nos



Appel unitaire : « Leurs guerres, nos morts »

LEURS GUERRES, NOS MORTS

Dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre, une série d’attentats ont ensanglanté Paris et Saint-Denis faisant 130 morts. Nous condamnons ces attaques meurtrières et nos pensées vont tout d’abord aux blessé.es et aux proches des victimes, auxquel.les nous adressons tout notre soutien.

Ces attentats ont été commandités par Daech, une organisation politique et militaire réactionnaire d’inspiration salafiste, née dans le chaos de la répression du peuple syrien par Bachar al-Assad et des interventions militaires occidentales au Moyen-Orient. À la guerre menée depuis des années par les États-Unis et leurs alliés – dont la France – en Irak et en Syrie répondent aujourd’hui des actes terroristes, dont les exécutants sont aussi recrutés, en Europe même, dans une frange stigmatisée et souvent reléguée de la population. Et ce sont les populations civiles, ici comme là-bas, qui font les frais de cette mécanique guerrière. Leurs guerres, nos morts.

Dans ce contexte, l’État français prétend mener une guerre contre le terrorisme mais les bombardements en Syrie et en Irak, avec les dommages collatéraux qu’ils provoquent, viennent avant tout entretenir la spirale de la guerre et nourrir le mythe du « choc des civilisations ». D’autant que, dans le même temps, le gouvernement maintient des relations cordiales avec l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, premiers soutiens logistiques de Daech, et ne lève pas le petit doigt pour retirer le PKK (Parti des travailleurs kurdes) de la liste des organisations terroristes, alors que les révolutionnaires kurdes luttent en première ligne face à la sauvagerie organisée par Daech.

Les conséquences politiques de ces attentats apparaissent aujourd’hui clairement : tandis que les réactionnaires de tous poils vomissent leur haine raciste et se déchaînent contre les musulman-es, le gouvernement cherche à installer un climat d’union nationale pour légitimer une intensification des opérations militaires au Moyen-Orient et pour justifier la mise en place de nouvelles mesures sécuritaires.

Or non seulement ces mesures mettent en danger les libertés publiques mais en plus les restrictions des libertés n’ont jamais permis d’assurer la sécurité des populations. Elles ont par contre toujours été utilisées pour étouffer les contestations et les mobilisations sociales. En prolongeant l’état d’urgence, qui permet la suspension de nombreux droits démocratiques et la légalisation de mesures répressives de grande ampleur, mais aussi en proposant de modifier la Constitution pour y inscrire la possibilité de recourir à un « régime civil d’état de crise », le chef de l’État a clairement montré qu’il faisait le choix de renforcer les dispositifs liberticides. Et que dire du coût de ces mesures, à l’heure où les droits sociaux (éducation, santé, logement…) sont rognés sous prétexte de crise économique ?

Face à cela, nous pensons qu’il faut au contraire enrayer la surenchère va-t-en-guerre en mettant un terme aux interventions militaires tous azimuts qui n’ont jamais permis d’endiguer le djihadisme. Les politiques militaristes et impérialistes sont en partie responsables de la situation actuelle et poursuivre dans ce sens ne mènera qu’à une surenchère incontrôlable et dramatique, dont les premières victimes seront les populations civiles.

Sur le plan intérieur, nous opposons à la logique de l’escalade guerrière celle de la solidarité et nous appelons à ce que les mobilisations sociales se poursuivent. Nous nous opposons aux annulations de manifestations décrétées par les pouvoirs publics et nous appelons les organisations du mouvement social à maintenir leur calendrier de mobilisation.

L’ « union nationale » qu’on cherche à nous imposer est une manière de faire taire la lutte sociale, ce que nous refusons et dénonçons. L’extrémisme religieux doit être combattu, quelles qu’en soient les formes, mais cela ne peut se faire ni en rognant les libertés de toutes et tous, ni en stigmatisant une partie de la population en raison de ses origines ou de sa religion.

À ce titre, nous maintenons notre pleine solidarité avec les revendications des migrantes et migrants, qui vont continuer de subir les stigmatisations et la répression voire être confondus avec les tueurs de Daech alors qu’ils en sont pour certains les premières victimes : notre lutte sociale est internationaliste et antiraciste, ce ne sont pas les mesures liberticides qui l’étoufferont.

Cosignataires : Alternative libertaire, Coordination des groupes anarchistes, CNT-F, Front uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP), Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), OCML-Voie prolétarienne, Parti communiste des ouvriers de France.
. Lutte ouvrière ne cosigne pas, mais souhaite s’associer à la démarche.

http://www.alternativelibertaire.org/?A ... uerres-nos
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede Béatrice » 23 Nov 2015, 19:12

France. Voter l’état d’urgence, c’est légaliser l’arbitraire
http://alencontre.org/europe/france/fra ... raire.html

État d'urgence : l'État policier pour éluder tout bilan critique
https://www.laquadrature.net/fr/etat-ur ... t-policier

1 072 perquisitions et 253 assignations à résidence en France depuis le 13 novembre
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/art ... 55770.html

Les petites bavures de l’état d’urgence
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/art ... 55770.html

et celles à venir...

Etat d'urgence : le patron d'un restaurant raconte sa perquisition musclée
http://www.liberation.fr/france/2015/11 ... ee_1415498
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede bipbip » 25 Nov 2015, 09:44

Montpellier

Assemblée générale contre l'état d'urgence - Ne restons pas spectateurs

Les attentats du 13 novembre à Paris sont la répercussion du conflit en Syrie. Par ces actes barbares, Daech, veut susciter une guerre sans merci entre l’ « Occident » et l’ « Islam ». Leur objectif est de susciter une telle réaction autoritaire contre les travailleurs et travailleuses issus de pays musulmans, que la seule alternative leur restant serait le soutien au djihadisme.

Les réactions en Europe et aux États-Unis vont dans ce sens, tombant dans le piège de Daech. Aux US, désormais les réfugiés syriens ne seront plus accueillis par peur du terrorisme. De même en France, sous couvert de lutte contre le terrorisme, c’est un état de plus en plus autoritaire qui est mis en place, pour ne pas dire une dictature, avec l’assentiment de l’ensemble des partis parlementaires, du Front de gauche au Front National.

Le risque pour nous, révolutionnaires et progressistes, est d’assister en spectateurs impuissants des évènements qui s’annoncent, comme un passant qui voit un train dérailler au ralenti. Nous refusons cet état de fait. Face à la confiscation de nos libertés, face au déchainement prévisible de racisme, il faut agir :

Se battre pour nos libertés

Pour nous, plusieurs combats sont à mener. Tout d’abord, il faut préserver nos libertés publiques. L’état d’urgence, les assignations à résidence, les centres de déradicalisation, les perquisitions administratives, les interdictions de manifester ne servent à pas grand-chose face à des terroristes armés et déterminés. Par contre, elles sont bien pratiques pour soutenir un pouvoir injuste et impopulaire en muselant toute contestation. L’annulation des manifestations de la COP-21 sont bien pratiques pour le pouvoir, alors que les manifestations d’hommage, qui pourtant présentent autant voire plus de risques d’attentats sont maintenues. Pour nous il est essentiel d’agir pour préserver nos libertés : pétitions, manifestations, grèves, occupations ! Il faut construire un rapport de force et c’est maintenant ou jamais qu’il faut le faire.

Soutenir le peuple kurde, le seul à combattre Daech sur le terrain

Ne pas être spectateur de cet état des choses, c’est aussi se poser la question de savoir comment combattre Daech. Plutôt que serrer les rangs derrière des frappes aériennes dont on sait qu’elles ne seront pas efficaces, il faudrait plutôt soutenir les kurdes. En effet, les frappes américaines, avec beaucoup plus de moyens que les français, n’ont servi à rien depuis un an et demi. Au contraire, les kurdes des YPG ont infligé une défaite sanglante à l’Etat Islamique à Kobané. A l’heure d’aujourd’hui les kurdes sont les seules forces à combattre Daech sur le terrain (avec succès). Pourtant, le PKK et les YPG, sont considérés comme terroristes par l’UE, et les américains à la demande de la Turquie, dont les relations avec Daech sont bien troubles…. Il faut au contraire soutenir la lutte du peuple kurde contre Daech, en la popularisant, et en la soutenant politiquement et financièrement.

Pour ne pas rester spectateurs, nous invitons l’ensemble des personnes et organisations, groupes, associations qui sont contre l’état d’urgence à participer à une assemblée populaire :

Le jeudi 26 novembre à 19h30 au Barricade


http://al-montpellier.over-blog.com/201 ... teurs.html



Paris
Manifestation contre l’interdiction de manifester

Appel à une manifestation jeudi 26 novembre à 18h00 Place de la République pour protester contre l’atteinte aux droits imprescriptible de se rassembler et de manifester et pour exiger que soit mis fin à cette censure intolérable et nauséabonde.

CONTRE L’INTERDICTION DE MANIFESTER... MANIFESTONS !

À la suite des ignobles et cruels attentats du 13 novembre que nous condamnons sans réserve, le gouvernement a décidé dans le cadre de l’état d’urgence différentes mesures, parmi lesquelles l’interdiction de manifester, à Paris et dans de nombreuses autres villes.

Nous, mouvements sociaux, sommes interdits de nous rassembler et de manifester dans les rues, jusqu’à nouvel ordre. Plusieurs manifestations pacifiques, sans rapport avec les attentats ont déjà été interdites, sous menaces de sanctions pénales à l’encontre des organisateurs.

Les nombreuses initiatives de rue que nous avons prévues dans les prochaines semaines voire dans les prochains mois, pour faire entendre les injustices sociales économiques, écologiques, sociétales ... sont purement et simplement censurées.

Femmes, migrants, défenseurs du climat et de la planète, altermondialistes, mal logés, salariés menacés, chômeurs et précaires, défenseurs des droits ... sont visé(e)s, alors que sont autorisés les marchés de noël et autres initiatives commerciales à l’occasion des fêtes de fin d’année, tout comme les RDV sportifs ou culturels.

Cette interdiction ne vise donc pas à nous protéger, ni à économiser les forces de l’ordre, puisque les activités mercantiles sont autorisées. Il s’agit bien de nous bâillonner ! Cette censure remet en cause une liberté fondamentale : le droit de manifester pour faire entendre nos revendications.

C’est pourquoi, pour protester contre cette atteinte aux droits imprescriptible de nous rassembler et de manifester, pour exiger que soit mis fin à cette censure intolérable et nauséabonde, nous appelons à une

manifestation jeudi 26 novembre à 18h00 Place de la République.

Premiers signataires :
Droit Au Logement, Droits devant !!, UD CGT 75, COPAF, FTCR, APEIS, MNCP, Collectif des Sans-Papiers 75, Sortir du Colonialisme, CRLDHT, Ecologie Sociale...

http://www.droitsdevant.org/spip.php?article508
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede Béatrice » 25 Nov 2015, 22:10

La Quadrature du net a ouvert une page de son Wiki pour recenser collaborativement les éventuelles dérives permises par l'état d'urgence décrété et prorogé suite aux attentats de Paris du 13 novembre dernier.

À la suite des attentats du 13 novembre dernier à Paris, le gouvernement a promulgué le week-end dernier la loi prorogeant l’état d’urgence jusqu’à la fin du mois de février 2015. Le texte confie à l’autorité administrative des pouvoirs exceptionnels qui dérogent aux droits fondamentaux garantis en temps normal.


http://www.numerama.com/politique/13236 ... -abus.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Terrorisme

Messagede nemo3637 » 26 Nov 2015, 11:06

TERRORISME : DE GOLEMS EN SCILLA – Aux origines de la terreur et du chaos.
Un golem est une créature de la mythologie juive d’Europe centrale. Fait de terre, il était sensé s’animer pour défendre la communauté victime des exactions de ses ennemis. Quant à Scilla, vous le savez sans doute, c’est un rocher, qui, avec son comparse Charybde, se rapprochait pour écraser les navires de passage. Aujourd’hui d’autres golems sont nés mais ils ont échappé des mains de leurs créateurs pour mener leur vie fantasque et cruelle…

I. LES CAUSES DU TERRORISME
A. Le rôle des Etats-Unis, de la France et des pays du Golfe.
La création d’Al Quaida est étroitement liée à l’action des services de la CIA (1) dont son principal animateur, Ben Laden (2) faisait partie. Voilà un premier golem qui s’échappa pour vivre sa nouvelle vie terrifiante. Rappelons que le Moyen-Orient, qui est le théâtre principal de toutes ces manœuvres est une région où les conflits n’ont pas cessé depuis près de 70 ans
Daesh, l’état islamiste, s’est constitué avec l’appui des Américains (3). Et si l’on remonte un peu plus loin dans le passé on se rendrait compte que le Hamas, en Palestine, fut, au départ, un instrument d’Israêl pour diviser les Palestiniens (4). Aujourd’hui même, au Yémen, Al Quaïda bénéficie d’un clair appui de l’Arabie Saoudite, et, plus discret, celui de certaines puissances occidentales (5). Chaque fois, dans l’intérêt des états, des golems, s’échappent, paraissent s’affranchir de leurs auteurs pour semer sans limite la terreur.
Le printemps arabe de 2011 avait été considéré d’emblée avec une grande suspicion par les puissances occidentales (6). Si ouvertement on évoquait, pour la galerie, une « menace islamiste », dans les milieux d’affaires, on se méfiait surtout de réelles révolutions populaires, laïques et libertaires qui, elles, mettraient radicalement en question l’organisation économique et sociale. Entendez celle qui profite au business. Rapidement donc un appui venant d’états à caractère théocratique et totalitaire, comme l’Arabie Saoudite, se dessina, en faveur de groupes badigeonnés de vernis religieux mais à caractère surtout totalitaire et fascisant.
Ne valait-il pas mieux un pouvoir religieux plutôt qu’une démocratie laïque qui finirait par mettre en cause en toute logique, rationnellement, les fondements même du capitalisme ? Ne pourrait-on pas ensuite éliminer par exemple les Frères au pouvoir en Egypte pour les remplacer, le moment voulu par la dictature militaire habituelle ? L’ordre serait rétabli….
C’est le choix stratégique qui a pu être fait non seulement en Tunisie mais finalement aussi en Syrie. Les Kurdes et l’armée syrienne libre furent peu aidés et même peu à peu marginalisée au profit de groupes islamiques qui, eux, bénéficiaient d’une aide consistante issue desdits pays du Golfe.
N’oublions pas cependant le « classique » terrorisme d’Etat qui existe toujours. Que ce soit lors du bombardement sans pitié de la population de Gaza par l’armée israelienne, ou en Egypte, tombée sous l’arbitraire de la dictature militaire. Et plus près de nous, dans les années 1920-1940 le dérapage de l’Etat dans le fascisme aura été une des pages les plus sombres de l’histoire européenne.
Rappelons encore que le résultat de l’intervention militaire en Libye fut certes la mort opportune d’un tyran, mais sans autre perspective que l’ectoplasme du vieil ordre libéral où le business aurait pu continuer tranquillement. Comme on le sait et comme c’était prévisible, l’état se désintégra et une multitude de groupes islamistes militarisés put ainsi se former à quelques encablures du sud de L’Europe. La vérole ne faisait que s’étendre.
B. Un terreau favorable.
Pour que des groupes djihadistes se développent il fallait un terreau favorable. Certes au Moyen-Orient les maladresses nord-américaines avaient finalement fait basculer une grande partie de l’armée irakienne dans la dissidence contre un nouvel ordre où les Chiites et l’Iran dominaient à présent. Un nouvel état naissait dans cette zone dominée jadis par les Ottomans et charcutée ensuite par les puissances occidentales attirées principalement par les ressources pétrolières.
En Afrique subsaharienne des intérêts miniers étaient devenus l’objet de convoitises. Mais aussi, comme ailleurs, une injustice politique et sociale ressentie par des populations, amenait nombre d’individus à rejoindre lesdits groupes djihadistes. Thomas Sankara disait que « ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes qui exploitent l’Europe ». Le contentieux postcolonial avec la France, qui avait soutenu systématiquement tous les tyrans en place depuis la fin de l’ère coloniale proprement dite, favorisait aussi un ralliement à cette force qui prônait un ordre nouveau même si, dès le départ, son caractère inhumain et totalitaire était affirmé.
Car la crise qui frappe le système capitaliste de façon aigue, depuis 2008, a accéléré partout la marginalisation, en premier lieu de ceux qui étaient les moins adaptés aux changements économico-sociaux. En France une marginalisation des populations les plus démunis, souvent d’origine musulmane, s’est ainsi accentuée même si le processus d’intégration subsiste. Une partie non négligeable d’entre elles, quoiqu’on en dise, malgré les difficultés, réussit à s’intégrer à la société française ou européenne. Néanmoins qui osera dire que s’appeler Mohamed ne représente pas toujours un handicap quand on cherche du travail ?

II. CHARYBDE ET SCYLLA A L’HORIZON
A. Marginaux et petites frappes.
La crise et les tensions provoquées par les attentats représentent une aubaine pour des partis populistes cultivant le rejet et la haine. Dans une société perdant tout repère, abandonnant, séquelle de la crise, culture et mémoire, des jeunes sans perspective, deviennent dissidents, regardant les djihadistes avec les yeux du romantisme révolutionnaire, comme on pouvait, de la même façon, considérer les fascistes des années 1930. Des jeunes marginaux, pas forcément issus de milieux ou de familles musulmanes, se retrouvent donc attirés par ces mouvements à caractère religieux, qui prétendent lutter contre « la société occidentale corrompue » sans s’apercevoir réellement qu’ils tombent avant tout dans un piège à caractère fasciste. Par la provocation ils croient pouvoir s’affirmer, vivre une nouvelle morale, alors qu’ils sont les jouets d’une idéologie mortifère, faisant le jeu de puissants, où la religion n’est qu’un prétexte pour attirer des adhérents. Dans le Califat, ils auront peut-être l’honneur de vider les latrines, de jouer les joyeux fossoyeurs, de servir d’objets sexuels, et de finir, s’ils ont cette « chance », en hachis gràce à la ceinture explosive. La hiérarchie étant respectée, leurs maîtres, eux continueront à profiter de leur misérable vie. Voilà un creuset où peuvent se mêler naturellement petites frappes, dealers et tocards de tous ordres. Là encore on retrouve un parallèle avec les fascistes de la grande époque, recrutant dans les bas fonds pour constituer, par exemple, pendant l’Occupation nazie, la sinistre et grotesque gestapo française.
B. Extrème-droite et djihadistes, même combat.
On remarquera que les populistes, représentés en Europe par divers groupes d’extrême-droite, partagent en grande partie les valeurs affichées par les djihadistes. Rappelons-nous ainsi ces intégristes musulmans défilant côte à côte avec les identitaires buveurs de bière lors des manifestations contre le mariage gay. C’est la stratégie du chaos qui les réunit. Le désordre et la peur fait souvent le lit de l’extrême-droite. Et ses animateurs ont tout intérêt à ce qu’il se développe. Remarquons aussi au passage que le Front National français a toujours soutenu les pires dictatures, depuis Saddam Hussein en passant par Bachar El Assad. Et il reçoit, emprunte, de l’argent à la Russie du brave Poutine, ce grand démocrate en train de démembrer l’Ukraine…
Les fascistes djihadistes tablent sur une fracture de la société en deux camps s’affrontant. L’un serait celui des Blancs, des « Occidentaux », l’autre celui des peuples opprimés, maghrébins ou noirs. C’est la vision qui ressort des vomissures d’un Dieudonné, inspiré de Soral (7) ayant fait de Le Pen, vu comme le chef des Blancs, le parrain de son fils. Cet apartheid est revendiqué à la fois par les groupes d’extrême-droite comme les identitaires, et les djihadistes. Ces affrontements seraient aussi, au bout du compte, vus d’un œil favorable par les tenants du système capitaliste à l’agonie, quand, tout entier il sera encore plus clairement atteint. Renverser la table, jouer le chaos et la guerre telle sera la dernière carte des capitalistes en désarroi.
C. La religion
On voit que l’Islam n’est ici qu’un prétexte pour justifier un combat. Toute religion est religion de paix. C’est du moins comme cela qu’elle sait se présenter. Néanmoins toute référence religieuse dans la contre verse politique aboutit à l’irrationnel, au pouvoir d’une hierarchie qui manipule les croyances. La Religion, en effet, est liée à l’abandon de la Raison. En fait, il faut toujours s’en remettre à des maîtres infaillibles . Et bien sûr on nous dira aussi que ce ne sont pas des chefs mais des « guides bienveillants » qui se sacrifient pour la communauté… Même si les prises de position des religieux peuvent à un moment ou un autre paraître raisonnable, il ne s’exprime en réalité que la voix desdits maîtres et non celle d’un dieu inexistant, création de l’homme, de certains individus. Il suffit de jeter un regard sur L’Histoire pour voir les catastrophes engendrées par cet abandon de la Raison au profit de la Foi. Les divisions des peuples par les différentes religions sont causes de conflits souvent inextinguibles.
Vouloir se différencier, par provocation ou non, avec des valeurs rétrogrades en s’habillant autrement provoque des clivages inutiles. Sans même parler de terrorisme on ne peut accepter des signes qui évoquent une conception du rôle de la femme faisant d’elle un être inférieur à l’homme. C’est là une des valeurs fondamentales qui a émergé dans nos sociétés dès le XVIIIe siècle, fruit des luttes et des conquêtes du Peuple. A noter que les femmes musulmanes voici quelques années encore, ne se voilaient pas. Et dans des pays musulmans comme l’Algérie, les femmes paient au prix fort leur refus de s’accoutrer comme le veulent les intégristes. En Indonésie, le plus grand des pays musulmans, le voile est interdit dans nombre de lieux publics.
Se passer de Dieu ? Facile à dire, commentera t-on. Mais quand tout est perdu et que la mort va nous frapper sans rémission à qui s’en remettre ? Cependant, même quand tout espoir semble disparaitre, l’expérience montre que ce sont les individus qui se révoltent contre l’inéluctable, la fatalité, qui finalement survivent. Ecce Homo.
III. L’ECHEC DE L’OPTION MILITAIRE ET L’ESPOIR.
Jamais les bombardements (8) ne viendront à bout du terrorisme car son existence tient à des circonstances politiques et sociales. Rappelons que ce phénomène terroriste existait bien avant la création de Daesh et même d’Al Quaida. La réponse la plus efficace ne peut être que politique. Mais, comme nous le savons, dans le contexte actuel de crise économique, la guerre et le mépris des peuples sont la seule réponse mortifère des états.
Les attentats terroristes, qui depuis assez longtemps frappaient l’Afrique et l’Asie, peuvent faire naître une mobilisation basée sur certaines valeurs. Cette mobilisation est clairement celle du peuple et non pas des politiciens et élus surtout préoccupés par les prochaines élections et affairés à leurs misérables petits règlements de compte. L’affligeante attitude des parlementaires de droite français aboyant, conspuant de façon absurde des membres du gouvernement en place quelques heures seulement après l’assassinat de plus d’une centaine de personnes, est révélatrice de leur bassesse et de leur irresponsabilité. Certains, soupçonnés de fraudes et de corruption, et déjà sur la sellette depuis des mois, vont jusqu’à demander uns justice moins clémente pour les délinquants !
Comme ailleurs et sans surprise les anciens partis sociaux-démocrates ont basculé dans le libéralisme dominant. Et les médias ont favorisé l’extrême-droite en lui accordant un temps d’antenne record comparativement à ce que le Front de Gauche, par exemple, pouvait bénéficier. La gauche de la gauche, l’extrême-gauche, n’ont pas convaincu. Sclérosé par des stratégies électoralistes, par une vision poststalinienne éculée, un rabâchage de principes sans application concrète (9), cette extrème-gauche ne proposant rien d’autre qu’une vague politique néo-keynésienne, ne convainc personne.
Aujourd’hui l’armée est déployée et, faute d’autres alternatives de défense, dans un réflexe conservateur, on s’en satisfait. Mais à côté de cela, face à la mort aveugle qui peut frapper, dans la rue on fraternise. On veut vivre solidaires et unis. On affiche des valeurs de paix. On veut se défendre non seulement avec par des armes mais avec des postures en opposition avec celles des agresseurs. Dans ce vieux pays où l’athéisme a une histoire, l’hédonisme à lui seul serait insuffisant pour insuffler un nouvel élan social. Ce serait si bien de pouvoir régler tous les problèmes un verre à la main ! Mais c’est aller dans le bon sens. C’est en établissant des liens de solidarité, contre les discriminations, pour un meilleur civisme passant par le respect d’autrui, que l’on vaincra, que l’on finira par évoluer et changer cette société qui, rappelons le aussi, prône, selon la doctrine libéral, un individualisme de repli et la réussite en exploitant les autres. Le Peuple donnera t-il la réplique nécessaire pour balayer toutes les peurs, pour vivre et construire finalement le monde nouveau que nous attendons tous ?

(1) http://resistance71.wordpress.com/2011/ ... mericaine/
(2) http://www.businessinsider.com/1993-ind ... en-2013-12
(3) https://francais.rt.com/.../6718-selon- ... outien-d...
"Il faut dire que le wahhabisme prôné par l'Arabie saoudite se rapproche largement de l'idéologie ultra-rigoriste d'Al-Qaïda",www.lepoint.fr/.../comment-l-arabie-saoudite-renforce-al-qaida-au-Yémen..
(4)https://www.bakchich.info/.../pourquoi-israel-a-aide-le-hamas-a-se-devel...
(5) La France favoriserait-elle Al-Qaïda au Sud Yémen ? https://francais.rt.com/opinions/5234-f ... ilisations
(6 ) On se rappelle d’un certain ministre français, dont la famille était propriétaire en Tunisie, proposant d’envoyer du matériel au Président Ben Ali pour mieux réprimer le soulèvement populaire.
(7) « C’est dans mon intérêt de catholique blanc que la communauté musulmane soit puissante en France. Il faut un rééquilibrage communautaire pour faire poids contre la communauté (juive) » Soral cité par Erwan Manac’h in Politis n°1285, janvier 2014.
Soral, anti juif notoire, résume assez bien par ailleurs la pensée d’une certaine droite radicale, appuyant Poutine…et les groupes islamiques radicaux. Au nom de l’anti impérialisme nord-américain, bien sûr.
(8) Le bombardement de la Yougoslavie et de Belgrade dans les années 1990, s’ils finirent par mettre à bas le régime « socialiste » de Milosévic, contribuèrent très peu à la fin des massacres qui avaient lieu alors. Il résulta du chaos une zone de non droit, devenue, jusqu’à aujourd’hui le paradis des trafiquants d’armes.
(9)On pourrait mettre en exergue Syriza en Grèce et peut-être Podemos en Espagne. L’exercice du pouvoir, les pressions de l’extérieur ont semble t-il limité les ambitions de cette nouvelle gauche…
En France l’extrème-gauche s’est diluée dans l’électoralisme.
nemo3637
 
Messages: 32
Enregistré le: 04 Oct 2009, 21:48

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede altersocial » 26 Nov 2015, 13:40

La création d’Al Quaida est étroitement liée à l’action des services de la CIA (1)


Fantastique, là on touche le fond sur le topic avec en introduction une référence au site paranoïaque "Résistance71" et son admiration pour "l’initiative libertaire autogestionnaire de Kadhafi en 2009" (sic!!) :D ... entre autres délires complotistes, de la science bourgeoise géopolitique au confusionnisme politique ... :roll:
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede bipbip » 26 Nov 2015, 17:56

Lyon
Le préfet Delpuech interdit toutes les manifestations politiques ce week-end !
Ce mardi matin, le préfet Michel Delpuech a pris un arrêté n° DSCP-BRG 2015/11/24/124 d’interdiction de manifestation sur la voie publique du 28 au 30 novembre inclus :
(surtout pour les manifestations qui dérangent, ce qui n'est pas trop le cas pour manifestations sportives, etc...)
http://rebellyon.info/Le-prefet-Delpuec ... toutes-les


Observons l’état d’urgence
http://delinquance.blog.lemonde.fr/2015 ... -durgence/


L’état d’urgence face au terrorisme tourne à la répression des mouvements sociaux
Des militants écologistes qualifiés de « groupes et groupuscules appartenant à la mouvance contestataire radicale et violente » et interdits d’entrée en Eure-et-Loir. A Paris, une soixantaine de personnes ayant manifesté en solidarité avec les migrants viennent d’être convoquées au commissariat. Les autorités profitent de l’état d’urgence face à la menace terroriste pour réprimer les mouvements sociaux et écologistes.
... http://www.bastamag.net/Premieres-convo ... diction-de


État d’urgence : Le mouvement syndical et associatif s’alarme
Syndicats, groupes féministes, associations de chômeurs-précaires, antiracistes, communautaires, humanitaires, anticolonialistes, laïques... tous ont répondu à l’appel de la Ligue des droits de l’homme pour s’inquiéter publiquement de l’arsenal liberticide consacré au nom de la « guerre au terrorisme ». Alternative libertaire reproduit ci dessous leur déclaration commune.
... http://alternativelibertaire.org/?Etat- ... -mouvement


Etat d’urgence : 58 contestataires convoqué.e.s au commissariat
Suite à la manifestation sauvage du 22 novembre, 58 personnes ont été identifiées par la police et signalées au procureur. Elles ont été convoquées dès le mardi 24 au commissariat, et certaines ont été placées en garde à vue. Une assemblée générale, tenue dès le 24 novembre au soir au CICP, a rassemblée une centaine de personnes, dont une vingtaine de convoqué.e.s.
Le dimanche 22 novembre, nous nous sommes rassemblé/es à Bastille en solidarité avec les migrants/es.

Nous sommes partis/es en cortège jusqu’à la place de la République, encadrés/es par un dispositif policier censé nous empêcher de manifester. Dès lundi, la préfecture a annoncé avoir identifié 58 personnes. Mardi, plusieurs personnes ont reçu des convocations pour le jour même.

Nous ne sommes pas dupes que tout cela n’a qu’un but : empêcher les mobilisations prévues dans le cadre de la COP21 et les manifestations de soutien avec les migrants et migrantes à qui tous les gouvernements européens livrent une guerre sans merci.

Au-delà de savoir si les personnes convoquées répondront ou pas aux convocations, nous continuerons à exprimer notre solidarité avec celles et ceux qui chaque jour subissent la violence des flics, le racisme et la misère.

Prochains RDV dans la rue :
• Manifestations des lycéens et étudiants contre la COP21 : jeudi 26 novembre et vendredi 27 novembre à 11 heures, place de la Nation.
• Rassemblement pour le droit à manifester : jeudi 26 novembre à 18 heures, place de la République
• Manifestation contre la Cop21 : dimanche 29 novembre à 12 heure, place de la République
• Manifestation contre les frontières et pour la liberté de circulation : dimanche 6 décembre à 15 heures, place de la Bastille.

L’assemblée en solidarité avec les migrants/es et les convoqués/es

http://alternativelibertaire.org/?Etat- ... estataires
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede clateuf » 26 Nov 2015, 20:22

Communiqué du Collectif Libertaire Anti-Sexiste suite aux attentats du 13 novembre

http://clas.olympe.in/spip.php?article225

Vendredi 13 novembre, des terroristes de l’État Islamique ont assassiné 129 personnes à Paris et blessé 352 autres parce qu’elles avaient commis le "péché" d’écouter de la musique, de faire la fête, d’être vivantes. Après la sidération et la nausée, c’est de la révolte que nous éprouvons contre les individus qui ont détruit ces nombreuses vies.

Nous souhaitons aux rescapé-e-s et aux proches des victimes décédées de trouver du courage et de l’énergie pour reconstruire leurs existences.

Comme tous les intégristes religieux, les islamistes haïssent les femmes. Il ne s’agit pas d’une manifestation parmi d’autres de la haine morbide qu’ils éprouvent contre les personnes, les émotions, les expressions et toutes les manifestations de vie qui contredisent leur vision du monde, mais de son fondement même. Car de cette haine découle la volonté de réduire au statut d’objet, de détruire, d’annihiler tout ce qui pourrait exister hors d’un principe divin de domination masculine exclusive.

Daesh, dont la fortune est estimée à 2 200 milliards de dollars, a publiquement institutionnalisé les viols en série commis par ses membres contre des femmes et des petites filles Yazidies depuis août 2014, les réduisant à l’état d’esclaves sexuelles pour attirer de nouveaux candidats au djihad : le proxénétisme assumé comme outil de recrutement.

Les islamo-fascistes qui ont commis les attentats du 13 novembre ont entre autre pour objectif d’attaquer les quelques droits fondamentaux, souvent mal appliqués, que l’État français a cédé aux femmes au prix de longues luttes, vitales et existentielles. Ces luttes ne sont pas terminées, car si nos conditions de vie sont sans commune mesure avec celles des femmes qui survivent dans les territoires contrôlés par les milices et les armées islamistes, les violences et les discriminations faites aux femmes actuellement en France, avec la complicité de l’État et de ses institutions, sont encore massives. Mais ce n’est pas assez pour les terroristes de Daesh...

Cependant, tomber dans une haine et une violence en retour fondées sur la confusion et des amalgames entre les musulman-e-s modéré-e-s qui se positionnent en faveur de la laïcité et les prêcheurs obscurantistes dont le but est de convertir le monde entier, (par la manipulation, la force ou la terreur), serait nous abaisser à leur niveau.

Tant qu’elles ne commettent aucune violence, les personnes aliénées à la religion nous inspirent davantage de respect que les dieux auxquels elles se soumettent. L’islam n’a pas à être considéré ni traité comme une religion « à part » que ce soit pour alimenter une rhétorique raciste ou pour interdire le blasphème. Comme toutes les religions, l’islam doit être critiqué. Il faut également combattre l’amalgame qui empêche beaucoup de gens d’envisager qu’on puisse être d’origine, de culture ou de nationalité Africaine ou Orientale tout en étant athé-e, voir anti-théiste et ne pas avoir envie d’être qualifié-e de « musulman-e ».

L’extrême-droite occidentaliste (Front National, Bloc identitaire, Riposte « laïque », etc...) se nourrit de ces confusions qu’elle cultive pour répandre sa propagande raciste et antisémite. Pudiquement rebaptisé « anti-sioniste », voici une haine bien partagée avec l’extrême-droite orientaliste dont les organisations terroristes islamistes sont la branche armée.

Mais le point commun fondamental entre toutes les extrêmes-droites quelles que soient leurs inspirations culturelles et/ou religieuses est la défense de la suprématie masculine qui sert à justifier les violences extrêmes commises contre les femmes, les enfants et les homosexuel-le-s : mariages forcés, exécutions punitives, viols, crimes d’honneur, grossesses imposées, mutilations génitales, prostitution...

En dépit des prétentions affichées, l’État français participe lui aussi à la reproduction de ces violences patriarcales, en particulier envers les femmes, les enfants et les homosexuel-le-s demandeuses d’asile et sans-papiers qui fuient les persécutions et les lois patriarcales en vigueur dans leur pays d’origine (tels la charia ou le code de la famille de l’État algérien). Le fait est que les hommes bénéficient d’une plus grande marge de manœuvre, ne serait-ce que pour envisager l’exil.

Car ces personnes, femmes et enfants victimes de violences au sein de leur famille, de leur communauté, de leur pays, ne peuvent souvent même pas sérieusement envisager de s’échapper de leur village, voire du domicile du « chef de famille » où elles sont recluses.

Lorsqu’elles parviennent à s’enfuir, à leur arrivée en France au terme d’un chemin où elles meurent plus nombreuses que les hommes, risquant davantage le viol, ou la capture par des réseaux esclavagistes, les persécutions spécifiques subies par elles ne sont pas officiellement reconnues comme des raisons valables pour obtenir l’asile politique : elles sont criminalisées, soumises à des tests osseux, condamnées à des amendes, enfermées dans des camps de rétention, renvoyées à leurs bourreaux... Celles dont le titre de séjour dépend de leur situation maritale et qui subissent des violences conjugales sont piégées, condamnées à espérer qu’elles seront toujours en vie le jour où elles trouveront éventuellement une issue dans un système où tout est fait pour qu’elles rencontrent davantage d’obstacles et de portes closes que de mains tendues.

Les nations et leurs frontières servent à délimiter les territoires appartenant aux hommes, pour les hommes et par les hommes. La France ne fait pas exception à l’accord tacite et ancestral qui constitue l’un des piliers sur lesquels s’est construit le patriarcat.

L’escalade sécuritaire, avec sa multitude de dispositifs liberticides, ne nous protégera pas contre le terrorisme. Au contraire, elle vise en réalité, à donner les moyens à l’État de nous ficher et de nous surveiller davantage pour pouvoir nous interdire de manifester, de nous rassembler et d’organiser notre combat contre toutes les dominations.

Elle relève toujours du même virilisme cynique qui menace gravement nos libertés fondamentales, ces mêmes libertés que les islamistes rêvent d’anéantir.

Seule la constance des luttes, et particulièrement des luttes féministes, libertaires et émancipatrices, saura faire obstacle à cette escalade mortifère.
Avatar de l’utilisateur-trice
clateuf
 
Messages: 128
Enregistré le: 01 Mar 2015, 20:55

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede Denis » 26 Nov 2015, 20:31

Voici le texte que nous avons reçus hier midi:

"Salut à vous,
Ce matin à 9 heures les domiciles de compagnes et compagnons anarchistes de la région de Périgueux ont été perquisitionnés. Toutes les données informatiques ont été enregistrées et les domiciles photographiés.
Cette "opération" ordonnée par le préfet de la Dordogne s'inscrit dans le cadre de l'"état d'urgence" décrété par les actuels gérants de l'état, à la suite des récents assassinats tragiques."

Nous savons aussi par voie de presse que des maraîchers bio ont subis la même chose (cf post du dessous). Il va de soi que Alternative Libertaire Dordogne condamne d'ores et déjà ce genre de pratiques. Visiblement, le préfet de la Dordogne se veut un élève très très zélé des directives concernant l'Etat d'Urgence.
Alternative Libertaire Dordogne rappelle simplement que la liberté d'opinion, qu'elle soit syndicale, politique ou associative est un droit inaliénable, et n'est pas à confondre avec quelque fanatisme religieux.
Aucune raison fondamentale ne saurait justifier ce genre de perquisitions chez des individu.e.s, qu'ils et elles soient militantes et militants ou non, mais qui ont tous et toutes pour idéal la paix, la justice, la solidarité, la démocratie, l'égalité dans un monde débarrassé de ce système capitaliste outrageant.

Alternative Libertaire Dordogne, le 26 novembre 2015

https://www.facebook.com/AlternativeLib ... nref=story

Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

Le 24 novembre, le préfet de Dordogne a ordonné la perquisition d’une ferme du Périgord vert. À la recherche de « personnes, armes ou objets susceptibles d’être liés à des activités à caractère terroriste », les gendarmes ont fait chou blanc. Sur les 1 233 perquisitions administratives menées en France, les abus commencent à s’accumuler.

http://www.bastamag.net/Perquisition-ad ... ent-a-quoi

la chasse aux anars a commencé !
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1117
Enregistré le: 16 Sep 2011, 22:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede Berckman » 26 Nov 2015, 21:18

Le contenu idéologique actuel de ces luttes vient de l'université oui.

Bah c'est une vision idéaliste et fausse, qui provient juste de l'ignorance de l'histoire de ces luttes, qui ont débuté bien avant que des universitaires s'y intéressent...


précision: quand je dis colonialisme, j'entends "l'impérialisme culturel occidental", son hégémonie qui a répandu ses représentations du monde partout en même temps que des bouts de son système économique. Le siècle s'entend jusqu'à aujourd'hui, pas un siècle de colonisation au sens propre
.
Ce n'est pas une vision très sérieuse du colonialisme, qui est un rapport social raciste, et pas juste un "impérialisme culturel"(sic). Par ailleurs, parler "d'impérialisme culturel" pour parler de la diffusion des idéologies à l'échelles mondiales, est une manière complètement ethnodifférencialiste et antiuniversaliste d'aborder la question politique. C'est assez symptomatique d'ailleurs de constater que cette posture est commune à de nombreuses personnes qui se présentent frauduleusement (c'est mon avis) comme défenseur de "l'universalisme" reprennent une approche du politique fondée sur l'essentialisme civilisationnel et une version subtile de la théorie du choc des civilisations qui voit les ensembles civilisationnels comme des blocs étanches, aux dynamiques politiques totalement différenciées, quand ils ou elles ne considèrent pas -dans le pire des cas- que la politique s'arrêtent aux frontières de l'occident.
Je suis en total désaccord avec cette vision. Pour moi, l'histoire des idées est marquée par leur diffusion permanente à travers les frontière, et le fait qu'un corpus d'idées naisse quelque part ne signifie absolument pas qu'il ne puisse se diffuser ailleurs, avec quelques adaptations de formes qui ne remettent pas en cause le fond même de ce corpus.

Sur la définition de modernité, je comprends qu'on n'aboutisse pas aux mêmes conclusions. Perso j'utilise la définition vaguement canonique de science po: la modernité comme mode de pensée politique dans laquelle l'humain se dirige pour et par lui-même et non en se référent aux Dieux ou aux Anciens.

A mon avis tu confonds humanisme et modernité politique.


Toute théocratie est anti-moderne même si elle prend l'apparence d'une très vague démocratie (Iran par exemple). c'est en ça que pour moi le fascisme est moderne et l'islamisme anti-moderne, il nie l'autonomie de décision de l'humain pour lui-même alors que le fascisme ne prend pas la peine d'opérer ce retour en arrière. cette modernité est à la base issue de l'histoire récente de l'occident.

La pensée fasciste nie l'autonomie de décision de l'humain pour lui-même, puisqu'elle considère la société comme un organisme vivant (organicisme), l'individu ayant des devoir envers "la terre et les morts".
Quant à la qualification du régime iranien, par exemple, à mon avis ton approches passe à côté d'un fait essentiel il n'est pas un retour à une structure prémoderne du pouvoir, essentiellement héréditaire, de type féodal, comme l'est la pensée réactionnaire : l'Etat iranien est caractérisé par la domination des Pasdaran (milice fasciste) et des ayatollah (clergé), qui n'ont jamais exercé le pouvoir politique dans les empires ou féodalités musulmanes prémoderne (il disposaient d'un pouvoir idéologique comme tout clergé, mais pas d'un pouvoir politique direct).
Le modèle politique du takfirisme diffère également justement en ce qu'il reprend des éléments essentiel du vitalisme inspiré de la pensée d'Alexis Carrel, et cherche à donner une interprétation "révolutionnaire" (au sens nationaliste-révolutionnaire) et "socialiste" (au sens national-socialiste) de l'islam, qui s'oppose au légitimisme politique des conservateurs réactionnaires musulmans traditionnels (les salafisme quietistes, par exempe, s'ils partagent une vision réactionnaire des relations sociales avec les takfiris, n'adoptent pas cette dimension révolutionnaires, qu'ils combattent, considérant comme un devoir religieux le soutien du pouvoir en place, quel qu'il soit...)
Si on est matérialiste, on admet que le fascisme est né dans une époque donnée, avec un contexte social, politique particuliers. Tout comme le bolchevisme est apparu dans le contexte particulier de la Russie tsariste par exemple. Ton "fascisme" est une catégorie atemporelle, immatérielle dans laquelle on peut ranger tout système autoritaire de droite. Tu n'es pas loin du structuralisme en fait, ce qui est très peu matérialiste.

Le fait d'admettre que le fascisme est né dans un époque donnée, avec un contexte social, politique particulier (ce que je n'ai jamais nié) ne signifie pas considérer que ce corpus d'idée ne s'est pas diffusé en dehors de son lieu d'origine, au besoin en s'adaptant à des variations de contexte. En gros avec ta théorice tu considères que le bolchevisme ne peut exister en dehors de la Russie. L'histoire démontre le contraire.
La définition du fascisme que je donne est un corpus d'idée. Il n'est pas "atemporel" au sens ou il ne saurait s'appliquer aux régimes politiques pré-modernes, ni aux régimes féodaux.
Par contre ta notion "de droite", est, elle, complètement subjective, et atemporelle. On peut bien sur l'utiliser par convention, mais je remarque que cela ne te pose aucun problème de l'utiliser, ce qui est contradictoire avec tout ton raisonnement théorique qui précède...
t'inquiète Berckman, ce point n'est pas passé sous silence, le FN dénonce depuis déjà belle lurette cette alliance entre la France des pays finançant le terrorisme islamique

Ah la ptite pique qui va bien, histoire de suggérer qu'on se rapproche des fascistes. Heureusement qu'il n'y a pas que le FN qui dénonce cette alliance "depuis belle lurette". Par contre, à la différence du FN, nous ne choisissons pas, mes camarades et moi, un camp impérialiste (Russie-Iran) contre un autre (Etats-Unis/Arabie Saoudite/Qatar/Turquie) ni ne défendons l'impérialisme français ou l'une de ses perspectives d'Alliance, nous dénonçons le régime de Bachar (et ce pour ce qui me concerne, bien avant 2011...), alors que le FN le défend bec et ongles...


Fantastique, là on touche le fond sur le topic avec en introduction une référence au site paranoïaque "Résistance71" et son admiration pour "l’initiative libertaire autogestionnaire de Kadhafi en 2009" (sic!!) :D ... entre autres délires complotistes, de la science bourgeoise géopolitique au confusionnisme politique ...

Je suis d'accord avec Altersocial, ce site est un site confusioniste et complotiste qui diffuse le discours des fafs (tendance Egalité et reconciliation et Troisième voie) en mélant ça avec des articles repris de sites libertaires....
Modifié en dernier par Berckman le 27 Nov 2015, 13:38, modifié 1 fois.
Berckman
 
Messages: 25
Enregistré le: 21 Mar 2015, 11:55

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede digger » 27 Nov 2015, 09:11

Deux jours avant le début du sommet, un membre du conseil juridique de la coalition a appris qu'il devait pointer trois fois par jour au commissariat.

Les assignations à résidence ne concernent pas que les personnes soupçonnées de liens avec l’islam radical. Les militants qui voulaient se faire entendre pendant la COP21 viennent de l’apprendre.

Joël Domenjoud, qui participe à la «legal team» (le conseil juridique) de la Coalition climat (qui regroupe 130 organisations de la société civile), doit désormais pointer trois fois par jour au commissariat, a indiqué la Ligue des droits de l’homme dans un communiqué. Selon l’ONG, le ministère de l’Intérieur reproche à ce membre du collectif de soutien aux opposants à Notre-Dame-de-Landes de faire «partie de l’ultra-gauche parisienne qui veut remettre en cause la tenue de la COP».

Mediapart rapportait aujourd’hui que Joël Domenjoud était convoqué au commissariat jeudi en début d’après-midi. Son assignation dure jusqu'au 12 décembre, indique à Libération son avocate, Muriel Ruef, qui déposera dès demain un recours devant le tribunal administratif.

Cette assignation à résidence s’ajoute à d’autres mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence, à commencer par l’interdiction de toute manifestation hormis celles organisées dans des «espaces fermés et aisément sécurisables».

Plusieurs personnes ont déposé un recours contre l’interdiction de manifester. Joël Domenjoud était l’un des plaignants. Des intellectuels ont par ailleurs lancé un appel à braver l’état d’urgence en manifestant dimanche


http://www.liberation.fr/france/2015/11/26/cop21-un-militant-de-la-coalition-climat-assigne-a-residence_1416493

Image
digger
 
Messages: 2149
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede altersocial » 27 Nov 2015, 13:51

Quant à la qualification du régime iranien, par exemple, à mon avis ton approches passe à côté d'un fait essentiel il n'est pas un retour à une structure prémoderne du pouvoir, essentiellement héréditaire, de type féodal, comme l'est la pensée réactionnaire : l'Etat iranien est caractérisé par la domination des Pasdaran (milice fasciste) et des ayatollah (clergé), qui n'ont jamais exercé le pouvoir politique dans les empires ou féodalités musulmanes prémoderne (il disposaient d'un pouvoir idéologique comme tout clergé, mais pas d'un pouvoir politique direct).
Le modèle politique du takfirisme diffère également justement en ce qu'il reprend des éléments essentiel du vitalisme inspiré de la pensée d'Alexis Carrel, et cherche à donner une interprétation "révolutionnaire" (au sens nationaliste-révolutionnaire) et "socialiste" (au sens national-socialiste) de l'islam, qui s'oppose au légitimisme politique des conservateurs réactionnaires musulmans traditionnels (les salafisme quietistes, par exempe, s'ils partagent une vision réactionnaire des relations sociales avec les takfiris, n'adoptent pas cette dimension révolutionnaires, qu'ils combattent, considérant comme un devoir religieux le soutien du pouvoir en place, quel qu'il soit...)


Je suis d'accord avec toi sur la qualification fasciste du régime iranien, mais je nuancerai sur la fin. Je ne fais pas une fixation sur le terme "fasciste" mais son utilisation ne me gêne pas du tout pour caractériser des formes arriérées du capitalisme passant au stade de la modernisation de la production par une cohésion sociale coercitive. C'est là que réside principalement la définition du fascisme. Le pouvoir politique iranien a tout d'un pouvoir fasciste au sens large : cohésion sociale forcée, répression du mouvement ouvrier, interdiction des grèves, nationalisme et modernisation de l'appareil de production et bien entendu le squadrisme incarné dans les pasdaran). Il ne faut pas confondre en ce sens "modernisation" et "occidentalisation" (le régime du shah était "occidentalisé" mais la production archaïque). Le régime iranien est très préoccupé par la modernisation du pays d'où sa focalisation sur le nucléaire par exemple. Le régime iranien est très proche, pour faire une comparaison historique (avec toutes ses limites) du régime franquiste, je le comparerai donc moins avec les régimes fascistes allemands ou italiens. Cependant depuis vingt ans le processus de modernisation de l'économie est en panne. La dynamique interne au pouvoir est rouillée. Cela tient principalement à la composition sociale des initiateurs du régime : les officiers des Gardiens de la révolution, les rentiers et en particuliers les bazaris, et le clergé ; chacun se reposant sur la rente pétrolière et les échanges industriels classiques. Ces contradictions entre les nécessités de ces classes sociales et les besoins de l'économie générale entrent en contradiction et deux scénarios peuvent se produire : soit une partie de l'armée continue seule la modernisation face aux parasites bazaris et cléricaux soit il y aura un scénario de massacres internes (évité lors de la révolution de 79 "grâce" à la guerre Iran/iraq).
Là où je suis moins d'accord avec toi c'est lorsque tu considères l'EI sous son aspect idéologique seul, le takfirisme alors que le takfirisme 'nexiste pas réellement d'une façon autonome, il est inclus dans les rapports sociaux/économique de l'EI qui aussi bien dans sa structure sociale que dans son fonctionnement économique est avant tout la séparation entre l'économique et le politique, non pas comme en URSS la subordination du premier au second mais un rapport réciproque entre les deux. Désolé trop long à dévellopper je ne fais que passer en coup de vent ces derniers temps :wink: ...
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Attentats à Paris et « état d’urgence »

Messagede Béatrice » 28 Nov 2015, 11:15

Recensement au jour le jour, des articles de presse relatifs aux possibles abus et dérapages liés à l'état d'urgence :

https://wiki.laquadrature.net/%C3%89tat ... ecensement
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

PrécédenteSuivante

Retourner vers France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 7 invités