Exposition, un siècle d’autocollants politique en France

BD, dessin, graphisme, peinture, affiches, photos

Exposition, un siècle d’autocollants politique en France

Messagede bipbip » 20 Fév 2011, 13:06

Exposition, un siècle d’autocollants politique en France

Du 2 au 27 mars 2011, Confluences présente : La lutte des signes ! Une exposition présentée en partenariat avec Médiapart et les Editions Libertaires

Confluences : 190, boulevard de Charonne - 75020 Paris – M° : Philippe Auguste. Tel : 01 40 24 16 34. - http://www.confluences.net La galerie est ouverte du : lundi au vendredi de 10h à 18h, les soirs de représentations et sur rendez-vous.

Autocollant ? « Se dit d’une image qui adhère sans être humectée »

Ne croyez pas que l’autocollant -tel que nous le connaissons- marque les débuts de la propagande de rue. L’outil « autocollant » est récent, il est importé des USA dans les années 1960. Au milieu du XIXe siècle, son prédécesseur assuré est la vignette (ou papillon), généralement décrite comme un petit papier illustré au recto et gommé au verso, que l’on humidifiait avec la langue (ou une éponge) pour le coller.

A ses débuts, la vignette politique est la réplique du timbre-poste, sa différence provient de son émission privée et non de celle de l’Etat. En France, tous les événements historiques, sociaux et politiques feront l’objet d’une irruption de vignettes gommées à l’exception de Mai 1968 et ses affiches sérigraphiée.

La première apparition française du papillon auto-collant, se situe en 1968 à l’ORTF (occupée par les grévistes). Sa généralisation a lieu dans le climat post-soixante-huit avec l’avènement des nouvelles pratiques militantes, d’avancées technologiques (micro-ordinateurs, PAO et papier adapté) et de nouveaux thèmes : féminisme, écologie, antimilitarisme, luttes urbaines.

Il doit son succès à sa facilité de fabrication et de pose. L’affiche reste coincée dans le cadre étroit du rectangle, l’autocollant adopte -au contraire- les figures les plus variées. Il peut se porter comme signe de reconnaissance et se distribue comme un tract.

Pour connaître la situation sociale d’un quartier, d’une ville, d’un pays, il suffit, paraît-il, de regarder ce que racontent ses murs. Avec environ 600 « objets », nous vous proposons de vous restituer un siècle de vignettes, papillons, autocollants qui décorèrent les murs de nos villes et de nos campagnes.

Bienvenue dans le monde de la lutte… des signes

Zvonimir Novak / Wally Rosell
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Exposition, un siècle d’autocollants politique en France

Messagede bipbip » 27 Fév 2011, 01:04

La lutte des signes, un siècle d’autocollants politiques

En 2009, les éditions Libertaires publiaient un superbe livre de Zvonimir Novak consacré à 40 ans d’autocollants politiques. Avec la complicité de Wally Rosell, il a monté une exposition qui sera présentée du 2 au 27 mars à l’espace Confluences, à Paris.

Image

Zvonimir Novak, professeur d’arts appliqués, collectionne les vignettes militantes. Ce qu’on appelle aussi papillons ou, de manière plus moderne, autocollants. Parmi les plus anciens spécimens, on compte les vignettes anticléricales en papier gommé que les mécréants collaient par milliers à la Belle époque. Les journaux bouffeurs de curés, les anars, les syndicalistes révolutionnaires utilisaient ces timbres rebelles pour faire leur « réclame ». La propagande autocollante ne faisait que commencer.

Passée sur du papier plus épais puis sur film plastique, les coupons ronds, carrés, rectangulaires ou triangulaires ont ensuite pris d’assaut les carrosseries automobiles, le mobilier urbain, les murs ou les habits des manifestant-e-s. Luttes sociales, écologistes, antimilitaristes, politiques… ont emprunté les œuvres d’artistes comme Reiser, Cabu, Tardi… Dans son livre La Lutte des signes, Zvonimir Novak a réuni des centaines de stickers imprimés par les anarchistes, les différentes chapelles d’extrême gauche, les communistes, les socialistes ou les humoristes anonymes pour les comparer, les commenter d’un point de vue historique ou graphique.

L’exposition préparée par Zvonimir Novak et Wally Rosell rassemble près de 600 vignettes pour brosser un siècle de propagande politique. On dit que pour connaître la situation sociale d’un quartier, d’une ville, d’un pays, il suffit de regarder ce que racontent les murs… De qualité parfois inégale, mais jamais dénués d’intérêt, les « objets graphiques » présentés sont l’expression d’une culture populaire vivante et rebelle qui n’a pas dit son dernier mot.
Exposition La Lutte des signes, à voir à l'espace Confluences – Maison des Arts urbains, 190 boulevard de Charonne 75020 Paris (métro Alexandre-Dumas) du 2 au 27 mars 2011. Vernissage le 2 mars à 18h. La galerie est ouverte du lundi au vendredi de 10h à 18h et les soirs de représentation. Informations au 01 40 24 16 46 / résa@confluences.net


Plus d’infos sur le site : http://confluences.jimdo.com/

Lire sur Le Post : Quand l’autocollant colle à l’Histoire http://www.lepost.fr/article/2009/11/29/1815641_quand-l-autocollant-colle-a-l-histoire.html

http://www.lepost.fr/article/2011/02/26 ... iques.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05


Retourner vers Images

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité