Voyage.. Celine

Bouquins, politique, socio, Histoire(s), littérature...

Re: Voyage.. Celine

Messagede Koala » 13 Aoû 2014, 16:52

Pïérô a écrit:Cela fait partie du côté archives du premier forum, Alayn n’a jamais fait partie du Forum Anarchiste Révolutionnaire, il avait été exclu puis banni après des propos sexistes et homophobes à répétition sur le premier forum (forum anarchiste toujours existant mais putsché et spolié par des caricatures ambulantes, dont lui de retour en Lehning). Il ne pourra donc pas répondre ici. :wink:



Ah merci, décidément je patauge un peu dans la semoule, on dirait. Pas facile pour un koala, l'informatique, tu sais... :-D
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison."
"Ni Dieu ni Maître!"
Avatar de l’utilisateur-trice
Koala
 
Messages: 121
Enregistré le: 17 Juil 2014, 21:07

Re: Voyage.. Celine

Messagede Boehme » 27 Oct 2014, 12:34

Blum a écrit:--> Bagatelle pour un massacre est une horreur ! Je defends ici Voyage au bout de la nuit (et pas celine dans son ensemble)


Mais oui, nature ! Le Voyage, d'accord, mais Bagatelles, faut pas trop déconner non plus. Et tant pis pour le nom qui couronne les deux bouquins, le premier réédité en masse, le second quasiment introuvable. Et pour cause. On peut se permettre d'en dire n'importe quoi, quand bien trop peu l'ont lu en intégralité, et qu'ils font semblant d'ignorer le contexte historique qu'il vise.

Des lustres qu'ils jouissent des Bagatelles comme exutoire à la haine des antisémites, cette haine blanche des masses, consensuelle et consciencieuse. Cette haine qui s'agrippe au sarrau du Docteur Destouches, d'abord pour foutre la paix à Vichy et à ses suppôts, gisant en père-peinards au Panthéon, ensuite par pose mondaine, le temps d'un débat chez Taddeï, et pourquoi pas chez Ruquier. Pour la mare aux animateurs branchouilles et la populace qui s'y mire, ce qui compte, c'est d'en faire un fétiche, un peu à la manière de ce Satan empaillé qu'on caillasse à la Mecque aux grandes bouffes de la vermine. Pour les collectionneurs, ce qui compte, c'est la valeur de cette pourriture en or, la rareté de la chose, le papier glacé, la reliure or. Entre temps, le propos s'est volatilisé, foutu aux poubelles de l'Histoire. On n'en a rien à foutre du style ? Mais le style, c'est l'homme, mon vieux ! La dissociation du fond et de la forme, ce moratoire vieux comme la littérature de salon, il vous en fait du foin pour les ânes. La forme superbe, le fond antisémite ? Il n'en avait rien à secouer de l'antisémitisme et des Juifs cet égoïste, cet Unique, qui se pliait en quatre pour trouver un moyen d'éviter la guerre qu'il sentait venir du fin fond de son taudis de Clichy. Lui qui se prétendait infirme à 75 % et qui ne voulait plus revoir de boucherie. Lui qui a à peine touché quelques centimes de ce bouquin, pendant que l'usine Peugeot et le costumier Hugo Boss brassaient des millions en fricotant avec l'Allemagne, et ce avant même le début de la guerre.

Et qu'est-ce qu'on fait pour éviter la guerre quand on n'a qu'un stylo, du papier, des journaux et des yeux qui ont vu le massacre de 14 ? On dénonce. On dénonce ces grands groupes industriels et intellectuels dont on flaire le bellicisme à des kilomètres. On dénonce l'hystérie collective soulevée par le Front Populaire qui poussait la France à la guerre avec l'Allemagne. Et on prend parti pour l'Europe. C'était l'Allemagne de Hitler ou la Russie de Staline : il a choisi le mauvais camp. Qui le lui a bien rendu, par ailleurs, quand on sait que la Gestapo lui a fait quelques misères durant l'Occupe parce qu'elle le prenait pour un « dangereux anarchiste » (livres interdits en Allemagne, ostracisme, pendant que Sartre se plaignait des coupures d'électricité provoqués par les bombardements qui interrompaient ses Mouches). Et ça lui a collé au derche, depuis; comme aux Juifs la crucifixion du Christ. Et de la même manière que les Juifs ont fait la connerie de parier sur les mauvais prophètes, et qu'ils ont payé pour ça 2000 ans de sermons moralisants, les coups de bâtons et les progroms allant avec, cette sale caboche de Céline a dû aussi payer d'avoir entrevé ça. Comme si l'antisémitisme était une affaire de choix moral, alors qu'il s'est vicieusement enraciné dans la culture chrétienne. On n'a pas attendu la Shoah pour crever les Juifs en masse. Le Juif de Céline n'est pas un adversaire dangereux, mais un catalyseur de haine susceptible de déclencher la guerre en Europe. Une bagatelle parmi d'autres, pour un massacre d'une toujours plus grande envergure. Et c'est ce qu'il s'agissait de pointer en 1937 : que le Juif n'est qu'un être insignifiant, qui ne mériterait vraiment pas qu'on remette le couvert. Mais que les hommes ayant la passion de s'entretuer pour des clous, il s'agit moins du Juif que de chercher un prétexte à faire couler le sang. Voilà pour son antisémitisme supposé lorsqu'on prend la peine de lire son pavé et non quelques phrases pillées par-ci par-là. Voilà l'homme, resté le même du Voyage aux Bagatelles, croupissant maintenant dans une paix qu'il a toujours voulu.
« Je ne vole que ce qui m'appartient déjà. » (L'Unique)
Avatar de l’utilisateur-trice
Boehme
 
Messages: 17
Enregistré le: 26 Oct 2014, 18:58

Re: Voyage.. Celine

Messagede Pïérô » 06 Nov 2014, 13:01

C'est complètement relativiste comme positionnement, car notre pauvre Celine n'y serait qu'un produit d'une époque, d'une "athmosphère" collective. Il faut quand même avoir du culot pour relativiser l'antisémitisme puant qui émane d'un Celine de cette période. Alors faut-il réhabiliter "Bagatelles" ou jeter "Voyage au bout de la nuit" avec le reste, ou faire un distingo en terme de période chez Céline entre un avant et un après ?

Edit août 2015
Dans "Bagatelles pour un massacre", par exemple, son pamphlet antisémite le plus célèbre, publié en 1937: :« Les Juifs hybrides afro-asiatiques, quart, demi-nègres et proche-orientaux, fornicateurs déchaînés, n'ont rien à faire dans ce pays. Ils doivent foutre le camp. Ce sont nos parasites inassimilables, ruineux, désastreux, à tous égards, biologiquement, moralement, socialement, suçons pourrisseurs. Les Juifs sont ici pour notre malheur. Ils ne nous apporteront que du malheur […] Nous nous débarrasserons des Juifs, ou bien nous crèverons des Juifs, par guerres, hybridations burlesques, négrifications mortelles. Le problème racial domine, efface, oblitère tous les autres. ».

Il est vrai que le mot, dans le racisme biologique délirant de Céline désigne plus globalement ce dont le Juif est pour lui l'émanation la plus dangereuse, le métis: ainsi , dans un autre extrait, où il développe l'idée que le cinéma est totalement contrôlé par les Juifs, on trouve ce paragraphe, encore une fois typique de son obsession biologique, qui est aussi celle des nazis

« Zone Sud, zone peuplée de bâtards méditerranéens, dégénérés, de nervis, félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au-dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise infects métissages négrifiés. ».

http://www.memorial98.org/2015/08/houel ... sites.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Voyage.. Celine

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 17:27

Voyage au bout de l’abject
Patrick Lepetit remet en question Louis-Ferdinand Céline

Patrick Lepetit, qui s’intéresse depuis des décennies à l’auteur Céline, a beaucoup varié dans sa perception de l’écrivain. D’abord convaincu après la lecture du « Voyage au bout de la nuit », et de « Mort à crédit », il est devenu extrêmement critique en lisant les autres ouvrages.

Dans son dernier ouvrage, Voyage au bout de l’abject, Patrick Lepetit, effectue un sévère devoir d’inventaire. Pamphlet, instruction à charge, attaque en règle, le Monsois assume tous les qualificatifs. Pour lui, Céline a mis son talent au service de l’idéologie nazie. Il développe les mêmes thèmes, les mêmes obsessions, dans les Pamphlets d’avant-guerre et dans ses romans écrits après 1945. « À partir de cette date, certains sont revenus de leurs engagements au côté de l’Allemagne nazie. Céline, pas du tout ! Il n’a rien appris, rien compris ! Il a été l’un des premiers négationnistes ! »

La genèse du livre Voyage au bout de l’abject a pris quelques décennies. « J’avais récupéré, il y a plus de 30 ans, un vieil exemplaire de Bagatelle, le premier volet des Pamphlets ; puis, il y a 10 ans, les deux autres. Ces livres ont été retirés de la vente après-guerre, parce qu’ils tombaient sous le coup de la loi. Ils n’ont jamais été republiés… même dans la soi-disant « édition complète » de la Pléiade. Ils sont très rares, ce qui explique qu’ils soient restés dans l’ombre pour le grand public. »

Patrick Lepetit s’investit dans la lecture des Pamphlets. « Ils me sont littéralement tombés des mains, par leur violence. En étudiant le parcours de Céline, je me suis aussi aperçu que c’était un militant d’extrême droite, au premier rang dans les réunions de Doriot, incitant à la haine des juifs, des francs-maçons et des communistes, appelant à leur exclusion dans la fonction publique, justifiant les progroms. Alors, son génie littéraire serait, plutôt une circonstance aggravante. »

Patrick Lepetit ne défendra jamais Céline

Céline était aussi médecin. En poste à la Société des Nations, en 1925, il visite les usines Ford de Detroit. Dans sa communication à la Société de médecine de Paris, trois ans plus tard, il montre son admiration pour cette forme d’organisation du travail où l’ouvrier n’est qu’une marchandise. « Dans ses écrits littéraires comme dans ses rapports professionnels, Céline est égal à lui-même », commente Patrick Lepetit.

Aujourd’hui, la réhabilitation de l’écrivain est en route et la liste de ses défenseurs très longue. Mais Patrick Lepetit n’en fera jamais partie : « Mon livre est un acte militant… une volonté de faire la lumière sur une œuvre tout à fait particulière. »

Un « voyage au bout de l’abject »

Louis Ferdinand Céline (1894-1961) est probablement l’écrivain le plus controversé du XXe siècle. Reconnu pour la singularité de son œuvre littéraire, il est aussi violemment critiqué pour ses prises de position racistes, proches de l’idéologie nazie. Céline était issu de la petite bourgeoisie commerçante de province dont il partageait les préjugés. En 1912, il rejoint un régiment de cuirassiers. En 1914, lorsque la guerre éclate, il est sous-officier. Dès le début du conflit, on le retrouve en première ligne, notamment à la bataille de Charleroi qui fut une boucherie (27 000 soldats français tués dans la seule journée du 22 août). Grièvement blessé sur le front de la Flandre occidentale, Céline est réformé comme invalide de guerre. Son premier roman, Le Voyage au bout de la nuit, en 1932, est largement autobiographique. Il y décrit son expérience du front.

Auteur majeur du XXe siècle

L’écrivain apparaît violemment antimilitariste, anticapitaliste, presque anarchiste. Il qualifie même la guerre « d’abattoir international en folie ». Ce roman va d’emblée avoir un retentissement considérable. Sa lecture est un choc, par la violence du sujet mais aussi par son écriture novatrice. Le style, incisif, ciselé, empruntant volontiers à l’oral ainsi qu’à l’argot, va influencer nombre d’auteurs du milieu du XXe siècle.

Dans la période d’avant et d’après-guerre, Céline développe des idées très proches de celles d’Hitler. Collaborateur zélé du Reich, Louis- Ferdinand Céline s’enfuit vers l’Allemagne en 1944. Commence alors une longue épopée qui va le mener de Baden-Baden à Sigmaringen (où résidaient la plupart des dignitaires de Vichy) puis Copenhague, où il sera arrêté. Remarquablement défendu par ses avocats (notamment Tixier-Vignancour), l’écrivain échappera au pire.

Malgré une réputation sulfureuse, Céline va retrouver très vite des défenseurs dans la sphère culturelle. Ce qui n’entamera pas, pour autant, la vigilance de ses accusateurs. Plusieurs livres récents prouvent que le débat est loin d’être terminé. Voyage au bout de l’abject. 130 pages, Atelier de création libertaire 10 € par Patrick Lepetit. L’auteur a publié plusieurs livres de poésie, et des essais comme Surréalisme, parcours souterrain aux édition Dervy (2012).


http://www.atelierdecreationlibertaire. ... t,884.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Voyage.. Celine

Messagede bipbip » 05 Nov 2017, 20:44

Céline n’a pas fini de nous empoisonner

par Salomé Foehn

Vendredi 20 octobre 2017 a eu lieu à la librairie Publico, la rencontre-débat autour du livre, Voyage au bout de l’abject. Louis-Ferdinand Céline, anti-sémite et anti-maçon (Atelier de Création Libertaire, 2017) (1), en présence de l’auteur, Patrick Lepetit et du préfacier, Jehan Van Langhenhoven. Ce dernier rappelle qu’à l’occasion des deux émissions par lui animées sur Radio Libertaire, l’ouvrage de Patrick Lepetit, dès sa sortie (alors que depuis 2016 on célèbre la mort de Céline), a causé de nombreuses protestations : même parmi les libertaires, les réactions sont parfois très violemment pro-céliniennes.

Ce que démontre Patrick Lepetit dans Voyage au bout de l’abject, textes et surtout pamphlets à l’appui, c’est que Céline est un idéologue nazi et qu’il a été collaborateur non par opportunisme mais par conviction. Ses contemporains ne s’y sont pas trompé. À la fin de la guerre, Céline reçoit des petits cercueils dans sa boîte aux lettres, « alors », se dit-il, « je vais partir ». Il fuit le pays pour se réfugier au Danemark accompagné d’un SS. À son arrivée il se présente aux autorités allemandes. Il se cache sous le pseudonymes Louis Courtiel, jusqu’à ce qu’un journaliste français travaillant pour un journal allemand le dénonce. En 1945, Céline est condamné à mort pour haute-trahison ; il passe 555 jours « en prison », une partie à Copenhague, l’autre en hôpital psychiatrique : il a pu passer pour un déporté ! Pourtant, dans les années 50, en France, débute une entreprise de réhabilitation de l’homme et de son œuvre. Les gens qui ont défendu Céline étaient des hommes extrêmement talentueux et intelligents, comme Dominique de Roux et son La mort de L.-F. Céline ou encore Muret. Les deux Cahiers de L’Herne consacrés à son œuvre ont fait beaucoup pour redorer son blason. Un autre thème sur lequel a largement porté la discussion, c’est celui de l’antisémitisme. Sur les 6 ou 7 pamphlets, 2 ou 3 ont été publiés dans Je suis partout ou autres revues antisémites notoires. Avant d’écrire le premier pamphlet, Bagatelles pour un massacre, Céline s’est dit : « Il me manque encore un peu de haine. Je sens que ça vient ».

Avec Bagatelles, on est encore dans l’illusion de la fiction et de l’écriture romanesque. Les suivants sont des textes déjà très idéologiques avec de « l ’humour » malsain. Mea Culpa, qui fait 400 pages, n’a rien d’un pamphlet, une forme littéraire courte par définition. Pour Patrick Lepetit, on ne s’exprime pas violemment sur 400 pages : c’est vraiment que ce qui est écrit est récurrent et organique. La gauche française a accordé à Céline une place de choix. Monti, qui dirigeait à l’époque Le Monde Libertaire, a signé la pétition des années 50, « Faut-il juger Céline ? ». Georges Hénein disait : « Céline est la mauvaise conscience de la gauche ». En 1974, Céline est au programme de l’ENS. Aujourd’hui, on parle de la réédition des pamphlets avec appareil critique, peut-être chez Gallimard.

Voyage au bout de la nuit, pour beaucoup, reste un chef-d’œuvre. In fine, la question qui a divisé l’assistance lors du débat, c’est bien celle-là : faut-il séparer le fond de la forme ? Pour Patrick Lepetit et Jehan Van Langhenhoven, la réponse est clairement non. Il faut dénoncer l’imposteur et la crapule que fut Céline. C’est en ce sens que le livre est un acte politique.

Salomé Foehn
Auteure de la thèse universitaire Les Philosophes de l’exil républicain espagnol de 1939.

(1) Voyage au bout de l’abject. Louis-Ferdinand Céline, anti-sémite et anti-maçon (Atelier de Création Libertaire, 2017), 10 € - Disponible à la Librairie Publico, 145 rue Amelot 75011 Paris

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Voyage.. Celine

Messagede bipbip » 13 Jan 2018, 17:34

Polémique. Céline, écrivain jusqu’à l’ignominie
Le choix des éditions Gallimard de publier les écrits antisémites de l’auteur du Voyage au bout de la nuit suscite de vives réactions. Retour sur un parcours littéraire.
Peut-on, comme les éditions ­Gallimard ont décidé de le faire, publier les pamphlets antisémites de Céline, soit Bagatelles pour un massacre (1937), l’École des cadavres (1938) et les Beaux Draps (1941) ? La question peut paraître oiseuse. Les trois textes, comme Mein Kampf, comme les Décombres, de Lucien Rebatet, texte absolument collaborationniste, sont à la portée de deux clics sur Internet. Le choix de Gallimard n’en est pas moins discuté. La prestigieuse maison d’édition se prévaut de l’autorisation que lui aurait donnée Lucette Destouches, âgée aujourd’hui de 105 ans, veuve de l’écrivain dont il faut rappeler qu’il avait lui-même voulu, après-guerre, que ces textes ne soient pas réédités, une précaution plus qu’un repentir. Certes, mais on imagine bien que Gallimard a vu là un coup éditorial.
Une levée de boucliers d’intellectuels
L’affaire a été considérée comme suffisamment sérieuse, suscitant d’ailleurs une levée de boucliers d’intellectuels comme de personnalités telles Serge Klarsfeld, pour qu’Antoine Gallimard, accompagné par l’écrivain Pierre Assouline qui devrait préfacer les trois volumes, ait été convoqué le 19 décembre dernier par le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier. Il serait donc question aujourd’hui d’une publication avec « un appareil critique », offrant « toutes les garanties nécessaires » et à même « d’éclairer le contexte idéologique ». Gallimard, de son côté, en tenait pour une édition parue en 2012 au Québec (Éditions 8), sous le titre Écrits polémiques, avec l’éclairage d’un spécialiste de l’œuvre de Céline, Régis Tettamanzi, professeur à l’université de Nantes. Reste que la parution des textes, initialement prévue en mai, serait actuellement reportée à une date indéterminée.
... https://humanite.fr/polemique-celine-ec ... nie-648355

Gallimard annonce «suspendre» son projet de réédition des pamphlets antisémites de Céline
Edition.

La maison d'édition Gallimard «suspend» son projet de publication des pamphlets antisémites de Céline (photo AFP), annonce-t-elle après plusieurs semaines de polémique. Interpellé par le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, critiqué entre autres par Serge Klarsfeld et le député France insoumise Alexis Corbière, Gallimard avait jusqu'à maintenant maintenu son projet. Ce dernier doit réunir Bagatelles pour un massacre, L'Ecole des cadavres et Les Beaux Draps, tous trois écrits entre 1937 et 1941 et pas réédités depuis à la demande de Céline lui-même, une exigence jusqu'à maintenant respectée par sa veuve Lucette Destouches (qui est toujours en vie). Le volume doit aussi inclure l'éclairage de Régis Tettamanzi, professeur de littérature française à Nantes. Or, relevait Le Monde dans une enquête très complète parue la semaine dernière, ce travail d'éclairage peut être jugé nettement insuffisant vu la violence des textes dont il est question.
... http://www.liberation.fr/direct/element ... ine_76110/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Voyage.. Celine

Messagede Pïérô » 19 Jan 2018, 15:59

Pamphlets de Céline: Amazon poursuit le business antisémite

Alors même que Gallimard a dû "suspendre" son projet d'édition des pamphlets antisémites de Céline, en raison de nombreuses protestations, le géant Amazon continue à les promouvoir.

Le géant Amazon fait la promotion du premier de la série des trois ouvrages appelant au meurtre des Juifs « Bagatelles pour un massacre ». De plus Amazon le commercialise directement. L’édition date du 12 janvier 2018, soit le lendemain de l’annonce de la suspension du projet par Gallimard.

L’éditeur fournissant les exemplaires de « Bagatelles pour un massacre » à Amazon est Omnia Veritas Ltd, une entreprise basée en Irlande et administrée par un certain Henri Robert. En première page de son site, on retrouve un livre intitulé « Mon testament politique et privé », signé Adolf Hitler.

Omnia Veritas Ltd est également présente sur Twitter et reprend régulièrement des contenus complotistes ou visant les Juifs. Le compte retweete notamment des caricatures juives inspirées des dessins publiés dans les années 1930, ou encore des articles complotistes évoquant le rôle d’Israël dans les attentats du 11 septembre http://www.memorial98.org/2016/10/les-c ... tures.html

... https://blogs.mediapart.fr/albert-hersz ... antisemite
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Écrits

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité