Comment vous avez fait pour militer, au début.

Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Merricat » 13 Avr 2016, 21:08

Comment vous avez fait pour militer, au début. C'est des rencontres ?
Ou vous avez cherché et contacté directement les groupes qui vous entourent ?
Ou vous avez fait des trucs dans votre coin, jusqu'à ce que ça vous amène à des gens qui avaient les mêmes préoccupations que vous ?


Ou vous avez fait quelque chose que je n'imagine même pas ?
Il y a une discussion où vous auriez parlé de ça ?
Merricat
 
Messages: 19
Enregistré le: 29 Mar 2016, 23:33

Re: Présentation

Messagede Pïérô » 13 Avr 2016, 21:22

Il n'y a pas de topic sur le sujet, ça pourrait s'ouvrir en "Discussion libres"...

Tôt, collège, révolte globale et une forme de culture familiale on va dire (gauche écolo), et rencontres avec des militant-es en rentrée en seconde dans un contexte de lutte (en 78 on s'est pris à penser qu'on pouvait pour marquer les dix ans refaire 68 comme papa et maman). Rencontres avec des autogestionnaires, des libertaires, des trotkos, etc... militantisme lycéen en constructions annuelles de coordinations lycéennes et diverses expérimentations subversives, et mouvement anti-nucléaire local (Civaux) et mouvement antinucléaire plus large en manifs chaudes avec les dernières comètes de l'autonomie proche OCL.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21658
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Présentation

Messagede Merricat » 22 Avr 2016, 21:54

Tu as commencé jeune !
Merci pour les précisions, l'histoire des personnes qui militent m'intéressent beaucoup.
Merricat
 
Messages: 19
Enregistré le: 29 Mar 2016, 23:33

Re: Présentation

Messagede digger » 05 Mai 2016, 08:08

Je reviens sur
Comment vous avez fait pour militer, au début. C'est des rencontres ?

Il y a une question avant cela. Comment arrive-t'on à l'anarchisme? Elle m'intéresse sur deux plans. Le plan personnel et le plan collectif, ou militant (comment faire partager, amener d'autres personnes à réfléchir à cette idée.)

Au départ, il y a certainement, pour l'anarchisme, une relation à l'autorité, des traits de caractère qui constituent un terreau favorable (en plus d'un environnement social et culturel). Une sorte d'anarchisme "intuitif". Pour moi, il couvre les années de l'adolescence et la jeunesse qui ont suivi 68, qui fut dans mon cas une révolution plus culturelle que politique, si il existe une différence entre les deux.

Et puis, il y a eu la vie quotidienne un travail (social) prenant, les enfants, ce qui a aussi coïncidé avec ce que j'appelle la contre-révolution ou réaction des années 80-90. (Qui continue mais avec la renaissance d'une résistance)

Et puis un retour vers la fin des années 90 aux idées libertaires avec une autre approche et dans un autre contexte. Et l'addition d'une cinquantaine d'années...

Je me suis mis a recollé les morceaux entre cet anarchisme intuitif et où j'en étais (je suis toujours à le faire) et pour moi, le politique et le personnel sont étroitement liés. En cela la "seconde vague" du féminisme "radical", US notamment m'a beaucoup apporté. Et dans les années 2000, l'arrivée à Notre Dame des Landes, pour ce qui est du "local", d'une nouvelle génération militante dont les racines ne sont pas très éloignées des miennes du début mais avec un côté pragmatique, pratique qui met en avant plus l'action que les théories.

Et en travaillant sur tout cela, je me suis rendu compte que ma trajectoire est relativement courante.
Elle a été exprimée le plus clairement par Philip Lamantia dans un autre domaine, celui du surréalisme

Ayant initialement trouvé la clé (l'ouverture de la route) ayant perdu la clé (la fermeture de la route) et ayant retrouvé la clé depuis (la réouverture de la route: ma solidarité avec le mouvement ... se réinvente sans la moindre ambiguïté.


Sans la moindre ambiguïté, mais certainement pas de façon simple parce qu'il n'existe pas de manière simple, selon moi d'aborder les idées anarchistes, sinon en les réduisant à un -isme comme les autres.
digger
 
Messages: 2060
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Présentation

Messagede Merricat » 08 Mai 2016, 13:39

Merci pour ton témoignage.

Du coup ça pose la question de savoir si, en ce qui vous concerne, vous venez à l'anarchisme par le militantisme ou si vous venez au militantisme par l'anarchisme ? Si je pose ces questions dans "Discussions libres", je déplace vos réponses, digger et Piérô ? Cela dit, j'ai un peu peur que mes questions soient maladroites, je ne sais pas. Ce n'est peut-être pas très prudent de demander des renseignements qui sont en fin de compte assez personnels sur un forum anarchiste, même si après chaque personne est libre d'estimer ce qu'il en est pour elle-même.

D'ailleurs digger, je voulais aussi te demander, quand tu dis "travail (social) prenant, les enfants", tu parles d'un travail social prenant avec les enfants ou de deux choses différentes (travail social prenant / les enfants) ? Je ne veux pas avoir l'air de te demander des précisions déplacées, c'est juste que j'essaie de passer le CRPE pour la deuxième fois et j'ai souvent l'impression de ne pas réussir à m'investir à fond dans le projet, parce que je n'aime pas trop "faire la classe" et c'est clairement un problème pour ce métier, même si le modèle transmissif tend à être moins dominant. Alors je réfléchis et si tu as travaillé avec les enfants, ça m'intéresse d'avoir des informations.

Le féminisme radical US toute fin 60s/70s, je pourrais passer des journées entières à chercher des références et des traces, et à m'intéresser aux luttes plus tardives ou contemporaines qui s'appuient sur ses découvertes. Ce qui pose tout de même une question terrible : est-ce que le savoir est toujours un facteur d'émancipation, sans considération de classe, ou est-ce qu'il est au contraire dangereux qu'un homme essaie d'accéder à des réflexions produites par la classe des femmes pour lutter contre la classe des hommes ?

Je ne sais pas pourquoi je pose plein de questions. J'espère que personne ne m'en voudra pour ça.
Merricat
 
Messages: 19
Enregistré le: 29 Mar 2016, 23:33

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Pïérô » 08 Mai 2016, 21:53

Sita a écrit: Du coup ça pose la question de savoir si, en ce qui vous concerne, vous venez à l'anarchisme par le militantisme ou si vous venez au militantisme par l'anarchisme ?

Il semble que la révolte, ou l'idée, anarchiste, écolo, antimilitariste, autogestionnaire, ait précédé l'action et l'engagement, mais, comme je l'ai dit pour moi ça s'est surtout concrétisé en arrivée en seconde et lors d'un mouvement, et les rencontres avec des militant-es qui m'ont fait en plus rencontrer plus large que le bahut.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21658
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Grouni.G » 13 Juin 2016, 11:25

Salut,

la question est intéressante.
Personnellement, je pense que j'ai toujours été anarchiste mais il m'a fallu du temps pour le comprendre.
Issue d'une famille bourgeoise et particulièrement aisée, depuis toute jeune j'ai été catégorisée comme une marginale par mes proches.
Mes parents me nommaient l'incomprise. J'ai toujours eu des valeurs humanistes et me suis très tôt questionnée sur comment mes parents pouvaient avoir autant de tune pendant que d'autres n'avaient rien et tenter de survivre chaque minute de leur vie. Je n'ai jamais mangé ni de viande ni de poisson, ne comprenant pas lorsque j'étais gamine que l'on pouvait tuer des animaux alors qu'il était interdit de tuer des Hommes. Alors que mes parents, ainsi que mes sœurs sont de grands et profonds carnassiers.
J'ai vu tout un tas de psy et ai fait un petit séjour à l'HP de st anne.
A 18 ans, mes parents m'ont mise dehors parce que j'avais couché avec une nana (j'me demande encore comment ils l'ont appris!). J'me suis mise à bosser et suis rentrée aux beaux arts de paris. Pendant ces années là, je passais mes nuits en compagnie de SDF et de ma tite rate. Période extrêmement riche de ma vie.
Après la troisième année aux beaux arts, j'ai arrêté. Le milieu de l'art ne me faisait pas fantasmer (trop de contraintes, de oui monsieur, oui madame, de "jaime ce que vous faites, très pertinent, très profond", alors que je n'aimais pas du tout. Mais comme nous l'avons appris en première année, tu ne dis jamais non à un artiste connu internationalement). Du coup j'ai bossé et me suis ben faite exploitée par Picard surgelé.
La, j'ai rencontré des gars de LCR. j'avais envie de militer depuis longtemps mais je ne savais pas où, comment, du coup, j'ai adhéré.
J'ai suivi le mouvement et la création NPA.
Pendant ce temps là, je reprenais mes études pour le diplôme d'éducatrice spécialisée. Pour mon stage long de 9 mois, j'ai intégré un club de prévention spécialisée. En comité NPA, je tentais de parler des problématiques que je rencontrais, de ce que les individus subissent au quotidien (sans donner de nom évidemment). Mais personne ne m'écoutait. Tout était tourné vers les enjeux de pouvoir. Je ne voyais pas l'intérêt de militer dans un salon où nous ne faisions que réfléchir sur les stratégies à mettre en place pour atteindre un pouvoir dont nous ne voulons pas!
Je suis partie et j'ai intégré la brigade activiste des clowns de paris.
J'y ai découvert l'éducation populaire politique, la désobéissance.
Puis je suis partie vivre à Lyon (mon mec, le père de nos enfants a été muté là bas).
Je suis tombée sur un tract de la CGA qui avait pour projet de monter un centre social autogéré. Ca m'a attiré. J'y suis allée et là, j'ai enfin trouvé des personnes avec qui je me sentais moi. A la brigade, j'y avais appris comment informer les individus de passage lors de nos actions, comment être capable de dire NON, comment désobéir à une loi ou une règle injuste. A la CGA, j'y ai appris comment habiter ce monde en toute conscience selon mes valeurs, selon mes choix.

La detoxification dont parle Malcom X est un long processus. On ne se désaliène pas d'un système du jour au lendemain. Pour moi, ce fut par l'éducation populaire politique c'est à dire par le partage de nos expériences, de nos savoirs personnels et professionnels que j'ai pu théoriser les enjeux sociétaux. Aujourd'hui, je suis en master 2 recherche sciences humaines et sociales et travaille sur la désobéissance comme processus permettant de rompre avec la société du spectacle à Paris 8. J'y suis à distance parce que depuis, je vis à Bastia.
Je me définis comme anarchiste désobéissante dans le sens où l'anarchie est bien plus qu'un concept politique, il est une façon de vivre. Dans le contexte actuel, je ne peux que être désobéissante dans le sens où je tente d'habiter ce monde selon mes valeurs. C'est un combat au quotidien mais un combat qui me fait vivre pleinement et en toute conscience.
Le savoir s'apprend dans la mise en commun de nos expériences. C'est lui qui nous permet de voir au delà de la caverne et de ne pas y retourner.
Je suis portée par une éthique de responsabilité dans le sens où je me sens responsable de toutes mes actions mais ne manque pas de convictions.

Voilà.
C'est un peu le résumer du résumer de mon parcours mais bon. J'espère que ça te suffira.
Alors, pourquoi toutes ces questions? Tu fais également une recherche?

Grouni
Grouni.G
 
Messages: 37
Enregistré le: 21 Oct 2014, 10:44

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Blackwater » 19 Juin 2016, 19:18

Salut :)
Je sais pas si ça va t'aider mais voici mon parcours personnel :

J'ai reçu depuis tout petit une éducation de gauche, à la fois gauche radicale mais aussi gauche réformiste d'illusions. Mes parents m'avaient inculqué le "c'est important de voter". Ma mère m'a inculqué tout ce qui est amour de son prochain, écologie et respect de la terre, ainsi que la solidarité avec les migrant.e.s. Mon père c'était plutôt le côté économie, haine des rapaces du grand patronat, des financiers et de l'Etat.
Lycéen, dès mes 14 ans je me retrouve dans les quelques mouvements qu'il y eut dans la petite ville d'Annonay dans le nord de l'Ardèche, où j'étais scolarisé. Quelques manifs de solidarité avec les migrant.e.s, contre les suppressions de postes de profs (2008-2009), et contre la réforme des retraites (2010). Je n'étais pas "militant", je me contentais de participer aux manifestations lorsque j'étais motivé. Politiquement, je lisais avec attention le site du NPA à cette époque. La lecture des articles du NPA m'a politisé. Plus ou moins dans le même temps, je me perdais à regarder des vidéos de Soral et ai vite arrêté quand j'ai compris ce qui n'allait pas.
(rajoutons qu'à 12 ans, collégien, à quelques dizaines de camarades de mon âge, on a tenté de faire un blocus du collège en 2006 dans le cadre du mouvement anti-CPE)
Ensuite je suis arrivé à l'université de Grenoble à 17 ans et je suis allé de moi-même au syndicat étudiant UNEF fin 2011 car j'étais motivé à militer pour les conditions de vie et d'étude des étudiant-e-s qui se dégradaient et défendre des idées "bien à gauche" (selon la représentation que j'avais à l'époque de la politique). J'ai participé à des "café-citoyens" du Front de Gauche car à l'époque j'avais quelques illusions réformistes. C'est alors que lors d'une manif anti-austérité où je défilais dans le cortège de mon syndicat, un militant de Lutte Ouvrière m'a convaincu de me réunir avec lui une fois par semaine pour "discuter". Je bénéficia ainsi de formation marxiste-trotskyste sur la lutte des classes, la révolution, l'internationalisme...
Dans le même temps les réunions de l'UNEF me soûlaient : ça parlait énormément des primaires du PS pour l'élection présidentielle de 2012... Chaque militant-e défendait son camp (Montebourg, Valls, Aubry, ...). Je partis de l'UNEF pour rejoindre la FSE, syndicat étudiant, se revendiquant de la lutte des classes avec des militant-e-s dont la plupart se revendiquaient ouvertement révolutionnaires. Politiquement des membres de la FSE étaient par ailleurs militant-e-s NPA, Alternative Libertaire ...).
Je finis par être militant LO pendant quelques mois jusqu'à l'été 2012, période où je lus des ouvrages anarchistes ("La mémoire des vaincus" de Michel Ragon et "Ni Dieu Ni Maître, anthologie de l'anarchisme" de Daniel Guérin) qui m'ont convaincu de quitter le milieu trotskyste-bolchévik pour devenir communiste libertaire.
Courant 2013, nationalement SUD étudiant et FSE fusionnèrent, pour devenir Solidaires Etudiant-e-s. Je militais donc à Solidaires Etudiant-e-s Grenoble, principalement contre la Loi Fioraso à l'époque. Dans le même temps, je me rapprochai volontairement des militant-e-s d'AL en adhérant aux "ami-e-s d'AL" et en les aidant à faire des collages. Puis je devins militant AL très vite.

Pour résumer, au niveau des réponses à tes questions :
-au lycée, des copains et copines organisaient des manifs et j'y participa volontairement
-formation politique personnelle via internet et bouquins
-étudiant, j'ai volontairement fait la démarche d'aller à l'unef, puis LO m'a convaincu de les rejoindre
-puis changement de cap par moi-même, ai rejoint de moi-même un syndicat de lutte des classes et je suis devenu libertaire et j'ai approché AL par moi-même, et j'y milite depuis environ 3 ans.
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 13:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Fred1 » 02 Juil 2016, 15:51

J'ai une trajectoire différente, c'est le net qui ma informé sur l’anarchie (blog, forum, site internet), enfin bref c'est l'informatique et sont contenue qui ma fait découvrir l'anarchie, et pas le militantisme organique.
Je me suis informé sur le communisme ('PCF), historiquement les mouvement de résistance de cette organisation était importante si on se cantonne a l’hexagone, puis adolescent ma mère nous avait emmené dans des réunion du PCF, ou la tradition de la soupe aux oignon clôture les réunion. En revanche j'ai moins apprécier les découverte sur les pratique despotique de se partie, j'ai était voir ailleurs donc. :goulag:

L’utopie étant pour moi naturel, c'est en découvrant les résistance Espagnole de 1936 que j'ai eu envie d'anarchie, la démocratie directe, l'abolition de l'argent, le collectivisme, les coopérative ouvrière me rapprochait de se mouvement, j'était informé, mais j'ai pas milité dans les différente organisation qui constitue se mouvement.

Je me suis pas organisé dans un organisme parce que malgré mets infinité avec les libertaire communisme, mon ego était une grande gueule susceptible, qui m'oblige a être toujours ailleurs, mais en bas au fond du couloir a gauche.
Mets collègues m'appel le communisme, je lâche rien pour l"instants, mais l'isolement dans laquelle je me suis plonger m'oblige parfois a une retraite d'idées plutôt qu'a une confrontation qui pourrait contrarié un future professionnel déjà précaire. Es que ça te va comme début?

Savoir encaisser c'est bien aussi.

J'était précaire et au RSA, mon isolement s"explique aussi par cette état humiliante..
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 129
Enregistré le: 14 Déc 2015, 17:04

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Merricat » 19 Déc 2016, 01:13

Merci tout le monde pour vos réponses. Merci beaucoup !

Grouni.G a écrit:Aujourd'hui, je suis en master 2 recherche sciences humaines et sociales et travaille sur la désobéissance comme processus permettant de rompre avec la société du spectacle à Paris 8. J'y suis à distance parce que depuis, je vis à Bastia.

Tu as l'air d'avoir un projet bien à toi, ça donne très envie d'en savoir plus. Sinon, sur Bastia, tu trouves des personnes avec qui échanger ? C'est chouette de savoir qu'il n'y a pas que des continentaux sur ce site. En ce qui me concerne, je suis plus au sud que toi.

Grouni.G a écrit:Alors, pourquoi toutes ces questions? Tu fais également une recherche?

Non, pas de recherche dans le sens universitaire du terme. C'est juste que comme tu le dis "le savoir s'apprend dans la mise en commun de nos expériences" et que je suis incapable de faire un pas vers un groupe ou une personne quelconque. Je ne sais pas comment on y arrive, alors si des fois vos parcours peuvent donner des pistes, qui sait ? À défaut de l'être, je peux au moins me rêver moins inerte...
Merricat
 
Messages: 19
Enregistré le: 29 Mar 2016, 23:33

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Grouni.G » 22 Aoû 2017, 21:53

Salut,

étonnamment je ne vois ta réponse que maintenant. J'espère que tu es toujours parmi nous afin de me lire. Effectivement, je fais actuellement de la recherche via les doctorats, à Barcelone et en France, toujours sur la désobéissance, rompre avec la société du spectacle. Ce qui n'est pas simple puisque je fais partie de l'objet de recherche, pratiquant moi-même cette forme de lutte, mais libertaire et non civile ou civique.
Pour te répondre brièvement, non je n'ai personne avec qui pratiquer cette forme de lutte à bastia. Mais j'ai tout de même trouver quelques potos afin de pouvoir continuer à débattre sur le politique et la politique. Tu es dans le sud me dis tu. De la Corse? POuvons nous nous rencontrer? Je suis en capacité de descendre. Pour tout te dire, n'ayant pas trouvé de libertaire en corse, dès que je rentre sur le continent, je suis comme une zombie en soif de débats, de partages et d'actions!!!! Et j'en profite un max!!!
Grouni.G
 
Messages: 37
Enregistré le: 21 Oct 2014, 10:44

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Grouni.G » 22 Aoû 2017, 21:55

Après je suis tout à fait en accord avec toi. Le commun nous permet d'avancer et de construire notre présent.
Grouni.G
 
Messages: 37
Enregistré le: 21 Oct 2014, 10:44

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Juan Arquista » 03 Oct 2017, 16:23

Saluton,

Des JOC aux libertaires en passant par:
JC
PCF
LO

:marteau: :marteau: :marteau:
Avatar de l’utilisateur-trice
Juan Arquista
 
Messages: 5
Enregistré le: 26 Jan 2016, 20:48

Re: Comment vous avez fait pour militer, au début.

Messagede Pïérô » 05 Oct 2017, 14:43

Au moins tu auras survécu, il y en a après une telle épreuve qui disparaissent dans la nature... :lol:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21658
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps


Retourner vers Discussions libres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité