Pour que vive la Rôtisserie !

Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede Pïérô » 25 Mar 2011, 01:39

la Rôtisserie, un lieu menacé.

AG le 8 Avril à partir de 19h30.

Pétition : http://larotisserie.org/IMG/pdf/petition.pdf

Image


Pour que vive la Rôtisserie !

Rachetée par un spéculateur immobilier (agent immobilier de son état), la Rôtisserie lutte depuis près de 5 ans pour garder ses locaux.

Nous ne laisserons pas faire !

Nous vous invitons donc

le 8 Avril à partir de 19h30

pour débattre et nous organiser !

• Espace Chateau Landon •31 rue de Château Landon 75010 Paris • M°Louis Blanc ou Stalingrad •

Face à l’embourgeoisement du quartier, il doit rester des espaces où la logique marchande n’a pas cours,

Pour que les associations puissent continuer à autofinancer leur projet,

Pour défendre les salariés,

il faut que la rôtisserie vive !

Le comité de mobilisation de la rôtisserie (issu de l’Ag des associations et riverains)

LA ROTISSERIE TIENT LE COUP ET LUTTE VAILLEMENT.

La Rôtisserie Sainte Marthe est un restaurant associatif, un lieu pas comme les autres.

Laura, Nico, Ahmed, Tidia et Fatou salariés, vous accueillent le midi. Chaque soir, différentes associations cuisinent pour financer leurs projets.

En parallèle de la procédure d’expulsion, la rôtisserie est ouverte et fonctionne normalement.


Historique

C’est à l’initiative d’habitants du quartier que la Rôtisserie a vu le jour il y a plus de 10 ans. Quand l’ancien gestionnaire du 4, rue Ste Marthe a décidé de mettre la clé sous la porte, ces derniers se sont mobilisés. De fil en aiguille un restaurant a vu le jour, puis une association éponyme en 1999. Aujourd’hui l’association ouvre les portes du restaurant à tous les projets collectifs et le mode de fonctionnement est simple : l’association paie une cotisation de 20 euros. Chaque fois qu’elle cuisine, elle verse une participation aux frais de fonctionnement de 70 euros. L’intégralité des bénéfices lui revient. Hormis le plafonnement des prix (les menus ne doivent pas dépasser 10 euros), l’association dispose d’une entière liberté quand elle investit les lieux. Les conseils d’administration et les assemblées générales de l’association « la Rôtisserie » sont constitués de délégués des associations utilisant le lieu.

Les grandes dates de la Rôtisserie

1994-95 - Reprise du local du 4, rue Ste Marthe par le GIE Destination (groupement d’intérêt économique) qui ouvre un restaurant associatif. Ce GIE est composé de 2 personnes et d’une association ADLA. Cette forme juridique permet l’achat du bail commercial.
. Le midi, le restaurant est une cantine de quartier gérée par des emplois aidés
. Le soir, des soirées sont organisées par des habitants ou des associations. Ils récoltent des fonds pour monter leurs projets (l’assiette folle, les 4 horizons,…). 1999 - Création de l’association « la rôtisserie Ste Marthe »
. Le midi le restaurant reste une cantine de quartier gérée par 2 salariés en emploi aidés
. Le soir, la Rôtisserie ouvre ses portes à des associations qui veulent financer leurs projets.
. L’association ADLA reste locataire du 4, rue Ste Marthe. 2002 - La rôtisserie fait des démarches auprès du propriétaire pour racheter le bail. La demande reste sans réponse. 2004 La Rôtisserie s’organise et se développe
. Développement de l’activité du midi qui connaissait quelques difficultés de gestion. Embauche de 5 salariés en emplois aidés, adhésion au FLES, organisme chargé de former les salariés dans des domaines désirés par les salariés.
. Obtention en décembre d’un emploi « adulte relais » financé par la Préfecture et la Ville. La personne recrutée à ce poste accompagne les salariés du midi et accueille les associations adhérentes.
. Des travaux importants de réorganisation de la cuisine sont fait par l’association.

2005 - La Rôtisserie est mise en vente à un prix modique.
. Brassage, une des associations adhérentes de la Rôtisserie, se propose de racheter le lieu.
. L’AG de la Rôtisserie soutient cette proposition
. Brassage lance des appels à contribution, organise des soirées de soutien pour récupérer tout l’argent nécessaire au rachat.
. Le local de la rôtisserie a été racheté par le propriétaire de l’agence immobilière qui avait la gestion du lieu, sans nous en informer. 2006 - Brassage et la Rôtisserie rencontrent l’agence immobilière et proposent au nouveau propriétaire de racheter le local.
. Après de longs mois de silence, le propriétaire refuse finalement l’offre de brassage et nous propose une augmentation conséquente du loyer.
. La rôtisserie et l’association ADLA fusionnent.
. Devant le refus de la Rôtisserie de se résigner au nouveau loyer (exorbitant et inacceptable pour la Rôtisserie), le propriétaire assigne le GIE Destination en justice. Mais, découvre que le GIE destination n’a jamais été officiellement déposé, et donc inscrit au registre du commerce
. Envoi en décembre d’un avis de congés sans indemnités pour fin juin 2007. Le motif de ce congé est l’absence d’inscription au registre du commerce.- 2007 - la Rôtisserie prend un avocat et entame les démarches pour contester le congés sans indemnités
. les associations adhérentes se mobilisent, un appel est lancé.



Comment ça fonctionne ?

Un outil d’autonomie financière pour les associations Sept jours sur sept, de seize heures à une heure du matin, une des 85 associations membres de la Rôtisserie prend en main la cuisine et le service. Menus, cuisiniers et serveurs changent chaque jour, mais tous sont bénévoles dans cette activité qui permet de financer leurs projets et de populariser leurs actions. Les associations qui sont membres de la Rôtisserie viennent de tous horizons. Certaines sont engagées dans la solidarité internationale, d’autres dans la culture, d’autres encore dans le militantisme politique. Si les bénéfices réalisés lors d’une soirée sont variables (ils dépendent du nombre de clients mais aussi des capacités de gestion des cuisiniers d’un jour), le nombre de projets menés à bien grâce à ces repas démontre l’utilité du lieu. Un lieu utile D’années en années, c’est un grand nombre de projets qui sont nés, grâce au financement de la Rôtisserie : certains étaient internationaux (financement d’une cantine scolaire au nord d’Agadez ou d’un centre de formation des femmes guatémaltèques, le soutien à une coopérative béninoise ou à l’achat de pompes à eau pour le Mali…), d’autres culturels (la production de petits livres de photographie ou l’impression de premiers albums de musiciens, le paiement des heures de location de studio de répétition et de salles pour les danseurs, l’acquisition d’un chapiteau associatif…), d’autres plus locaux (des sorties culturelles pour les enfants du quartier, l’aide à un projet de chantier-école au Sénégal pour les ados du quartier…).

Un espace ouvert aux habitants du quartier Le quartier Ste Marthe est à la frontière entre les quartiers à la mode du canal St Martin et des cités « difficiles » du Belleville Est. Cette rencontre ne se traduit que trop rarement par la mixité sociale et le brassage culturel. Le risque est de voir ce quartier, comme avant celui d’Oberkampf ou de Bastille, se vider de sa population d’origine, populaire et multi ethnique, est réel. Voilà pourquoi la Rôtisserie fait attention à rester accessible au plus grand nombre. Ainsi, elle impose aux associations participantes un plafonnement des prix (10 euros le menu maximum). Une préoccupation que les associations adhérentes respectent et défendent, certaines allant même jusqu’à proposer des prix libres à leurs clients.

…et leurs associations Plus largement, la Rôtisserie a créé de nombreux liens avec les associations et commerces locaux (Amap le samedi matin, Centre Social AIRES 10). Elle participe aux fêtes de quartier, accueille des associations de riverains, participe à la vie locale.



La prochaine réunion d’information aura lieu le samedi 2 avril à 11h 30.

http://larotisserie.org/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede bipbip » 23 Avr 2011, 10:27

Dans ARTICLE XI :

C’est une petite adresse parisienne sans prétention que l’on s’échange entre camarades, un lieu qui fait chaud au cœur et au militantisme. La Rôtisserie, restaurant associatif des environs de Belleville, existe depuis 1995 et s’adosse à une auto-gestion pratiquée de manière aussi exemplaire que réjouissante. Un exemple de reconquête du "droit à la ville" [1], aujourd’hui menacé. La fin des haricots ?

La Rôtisserie Sainte-Marthe toujours pas cuite !


Image

Rares sont les occasions de débattre politique des mets et victuailles autrement qu’en bavassant agriculture biologique et commerce équitable, papilles dans l’air mou du temps. Tropisme écolo-niais. Alors quand un lieu se propose de réconcilier militantisme agissant et plaisir gustatif, on s’y attache forcément. La lutte entamée par la Rôtisserie du 4 rue Sainte-Marthe, au limes distinguant Faubourg du Temple et Belleville dans le 10e arrondissement de Paris, est un baroud collectif de près de cinq ans, un exemple de résistance organisée à des maux qui minent le centre de nos cités – spéculation immobilière, aseptisation des relations humaines, mise au ban des pauvres. En un mot : embourgeoisement [2].

En 1995, cette ancienne rôtisserie, qui accueillit aux temps industriels les ouvriers bellevillois, est devenue un restaurant associatif autogéré, c’est-à-dire un local exigu de 30m2 dont les murs sont écartelés midi et soir afin de sustenter une multitude d’habitués, de voisins, de militants, de sympathisants associatifs et de quidams en goguette. Le fonctionnement et les règles d’usage sont simples [3]. S’il est inutile de s’y attarder outre-mesure, relevons quelques repères essentiels de la politique du lieu. Le midi, ce dernier est une cantine de quartier gérée par des salariés en emploi aidé [4] mitonnant des plats bradés entre trois et cinq euros ; le soir, c’est un restaurant où des associations adhérentes [5] viennent composer des menus pour (auto-)financer leurs projets. Afin que les repas soient accessibles à tous, particulièrement aux petites bourses, les prix sont plafonnés à dix euros. En 2010, la Rôtisserie a participé par ce biais au financement d’organisations politiques et syndicales - plutôt radicales et libertaires - et à près de 180 projets dans des secteurs aussi divers que la culture, la solidarité internationale, le travail social local, l’écologie, les luttes féministes, etc.

Devenue pour de nombreuses personnes LA Rôtisserie, cet établissement n’est pas une petite entreprise individuelle de restauration comme des milliers d’autres à Paris, mais une expérience unique d’autogestion collective et de recherche prospective du vivre et faire ensemble autrement. Est-ce à dire les prémices de la fin du sempiternel kebab-frites spongieux et de l’impersonnel BigMac de série ? Pas encore, malheureusement. Pourtant, l’aura du lieu et de son organisation dépasse largement son ancrage territorial : l’auteur de ces lignes en avait glané des échos laudatifs à Toulouse alors qu’il n’avait même jamais traversé la ligne de démarcation. « Monté » du Capitole à la capitale, ce fut d’ailleurs la destination d’une de ses premières soirées parisiennes. Plus qu’un restaurant de proximité, il découvrit, les papilles stimulées, des tablées d’une promiscuité conviviale.

Lieu de mémoire et force vive d’un quartier encore populaire [6], la Rôtisserie Sainte-Marthe n’en est pas moins en danger. Petit point juridique sur la situation. Entre 1994 et 1995, elle louait son bail commercial via un Groupement d’Intérêt Économique (GIE de deux personnes et d’une association, l’ADLA). L’activité de restauration autogérée se développant sans heurt les premières années, l’organisation s’est progressivement affinée. La Rôtisserie en tant qu’association fut créée en 1999, mais le GIE est resté locataire du bail. En 2002, des démarches furent entamées auprès du propriétaire pour racheter le bail, mais celui-ci resta coi. Trois années plus tard, la Rôtisserie fut mise en vente à un prix modique [7]. L’association Brassage, soutenue par l’Assemblée générale, se proposa d’acheter le local pour 58 000 euros. Sauf que... pour toutes les requêtes de transaction – bail commercial et achat –, le GIE et Brassage passaient par un intermédiaire, agent immobilier de son état, qui devient propriétaire à leur place au tarif discount de 31 000 euros...

Jusqu’au changement de propriétaire le loyer du bail était d’environ 900 euros par trimestre, somme minime au regard des coûts du scandaleux marché parisien de l’immobilier. Le nouveau logeur décida immédiatement de tripler le loyer ; la Rôtisserie refusant de s’acquitter, elle reçut fin juin 2007 un congé de départ sans indemnités. Le GIE n’avait jamais été déposé officiellement au registre du commerce... Depuis, la Rôtisserie se défend en s’appuyant sur un article du Code civil selon lequel l’intermédiaire, agent immobilier mandaté, n’avait pas le droit de se porter acquéreur. Aussi, lorsque celui-ci a acheté (avec un emprunt à 100 %), il a argué que le local était vide et que lui-même était un particulier. Mensonge éhonté dont le juge du tribunal de Commerce, amusé par l’exotique cohorte associative, n’a eu que faire, puisqu’il a donné raison au Picsou spéculateur en janvier 2011. Juridiquement, seule l’indivision lésée aurait pu avoir des possibilités de l’emporter. L’avis d’expulsion est attendu incessamment sous peu, le délogement peut advenir n’importe quand. Malgré le pessimisme latent des deux avocats de la défense, le GIE et Brassage, auxquels peut enfin se joindre l’association « La Rôtisserie Sainte-Marthe » en raison des risques encourus par les sept salariés, font appel du premier jugement.

Nonobstant cette défaite juridique, la Rôtisserie refuse de s’enfoncer sans lutter dans les miasmes d’une Justice peu soucieuse des alternatives et résistances sociales à la marchandisation du monde. Elle a hélé, rassemblé, mobilisé, embrigadé voisins et militants pour mener un combat politique élargi, celui de la défense d’un quartier encore populaire, malgré les assauts violents des magnats de l’immobilier et des petits bourgeois avides de rues aseptisées et d’immeubles consanguins. Dans un quartier où le prix du mètre carré avoisine les 7 000 euros [8], l’interpellation est radicalement politique. La Rôtisserie exhorte ainsi la mairie du 10e arrondissement à préempter les immeubles que va bientôt vendre la Société Immobilière de Normandie (SIN) dans la rue Sainte-Marthe et une autre, adjacente, notamment parce que certains bâtiments et locataires modestes ont bénéficié d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) entre 2005 et 2009, financée à 60 % par des politiques publiques.

Un comité de soutien existe depuis le début du procès, mais la Rôtisserie a surtout besoin de gourmets militants pour étendre la mobilisation et renverser le rapport de force. Lors d’une réunion publique le vendredi 8 avril, les idées pour une extension du domaine de lutte ont fusé en n’omettant aucune piste, de la résistance physique à l’expulsion et aux solutions de relogement à une ou deux rues près. Dans le pire des cas, la Rôtisserie souhaite être relogée dans un local de la SIN préempté, et non expédiée à une autre extrémité de l’arrondissement, ce qui mettrait à bât d’étroites relations locales nourries quotidiennement pendant quinze ans [9]. Jusqu’en juin, des démarches d’information auprès des riverains et des associations usagères sont envisagés. Le rapprochement avec la Coordination des Intermittents et Précaires d’Île-de-France [10] (CIP – IDF) et le squat le Bourdon à Bastille, tous deux en instance d’expulsion, est envisagé. Des actions sont à imaginer et à réaliser afin de maintenir la pression auprès des institutions publiques, particulièrement la mairie d’arrondissement, et une stratégie juridique combative doit être adoptée en appel. Comme l’a énoncé avec justesse un participant à la réunion : « Nous sommes tous engagés dans nos vies dans des luttes diverses bouchées. Là, c’est ouvert, il y a des horizons. »


--------------------------------------------------------------------------------

Pétition de soutien : elle si signe ICI : http://www.larotisserie.org/spip.php?article54

Agenda rôti : La prochaine réunion du comité de soutien se tiendra le mardi 26 avril à 19 h à la maison des associations du 10e arrondissement. Par ailleurs, le lieu reste ouvert et tournera à plein régime jusqu’au dénouement de l’affaire.



Notes

[1] Henri Lefebvre, Le Droit à la ville, 1968.

Par ailleurs, l’ami Jean-Pierre Garnier revient sur la notion de droit à la ville dans deux très beaux billets publiés sur le blog des éditions Agone. Soit ici : http://blog.agone.org/post/2011/03/25/D ... la-ville-1 et Là : http://blog.agone.org/post/2011/03/25/D ... la-ville-2.

[2] Avec plus de légèreté sémantique et « néologique », nous pourrions parler de gentrification ou de boboïsation.

[3] Le site, http://larotisserie.org/, offre toutes les informations nécessaires, dont un Guide de survie dans la Rôtisserie en .pdf fort utile pour les néophytes.

[4] Rappelons qu’à l’automne 2010 en France, politique d’austérité néolibérale oblige, une crise peu médiatisée a éclaté autour du non-renouvellement de milliers d’emplois aidés, affectant particulièrement le champ associatif.

[5] Celles-ci doivent théoriquement participer à l’Assemblée générale ; en réalité, ce n’est pas le cas de toutes. On distingue plus ou moins trois catégories d’associations : (1) celles qui viennent ponctuellement pour récolter quelques fonds et financer un projet ; (2) celles qui ont presque abandonné leurs projets au profit de la Rôtisserie ; (3) et celles qui se situent au mitan des deux premières catégories.

[6] Belleville a été délicieusement croqué récemment dans l’ouvrage Belleville Cafés de Anne Steiner (http://www.article11.info/spip/Anne-Ste ... convaincue ) publié aux libertaires éditions de L’échappée en 2010.

[7] Les murs sont à distinguer du bail commercial.

[8] En un peu plus de dix ans la valeur des murs de la Rôtisserie est passée de 31 000 à... 210 000 euros. CQFD.

[9] Comme la CIP-IDF en fait les frais aujourd’hui, les propositions de relogement de la mairie de Paris vont toujours à l’économie de moyens... et d’espace.

[10] Nous en parlions ici : http://www.article11.info/spip/Quai-de- ... P-IDF-tout


http://article11.info/spip/La-Rotisserie-Sainte-Marthe
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede bipbip » 16 Juin 2011, 13:00

Rencontre le dimanche 19 juin, et appel à nouveau rassemblement de soutien le samedi 25 juin :

Pour que vive la Rôtisserie !

Rachetée par un spéculateur immobilier (agent immobilier de son état), la Rôtisserie lutte depuis près de 5 ans pour garder ses locaux.

Nous ne laisserons pas faire !

Nous vous invitons donc le dimanche 19 juin 2011 toute la journée dans le cadre d'Ensemble nous sommes le 10ème sur les berges du Canal Saint Martin

Et à une manifestation le 25 juin à 11h. RDV devant la Rôtisserie.


Face à l'embourgeoisement du quartier, il doit rester des espaces où la logique marchande n'a pas cours,

Pour que les associations puissent continuer à autofinancer leur projet,

Pour défendre les salariés, il faut que la rôtisserie vive !

Le comité de mobilisation de la rôtisserie (issu de l'Ag des associations et riverains)

La rôtisserie tient le coup et lutte vaillement.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede (re)passant » 16 Juin 2011, 19:12

Tiens ça me fait penser au milieu de la godasse à Belleville-Ménilmontant dans mon enfance.... :cry:
Tout compte fait je ne suis plus anarchiste depuis 1977!
(re)passant
 
Messages: 25
Enregistré le: 26 Mai 2011, 13:25

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede bipbip » 28 Juin 2011, 00:51

l’explusion étant imminente, il est demandé a chacun de se tenir pret pour réagir et l’empecher.
La prochaine réunion d’information pour les associations et collectifs qui souhaitent rejoindre la Rôtisserie aura lieu le samedi 2 juillet 11h 30 à la Rôtisserie.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede bipbip » 11 Déc 2011, 11:36

Repas de soutien le Lundi 12 Décembre 2011 à partir de 19h, 4 Rue Sainte-Marthe, 75010 Paris (M° Belleville, Colonel Fabien)

Pour soutenir le restaurant associatif au triple A : Associatif, Alternatif, Autogéré !

Les associations de la Rôtisserie font à manger pour la Rôtisserie.


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede spleenlancien » 11 Déc 2011, 11:42

Image
spleenlancien
 
Messages: 272
Enregistré le: 07 Oct 2011, 21:17

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede anouchka » 10 Oct 2012, 23:21

---------- Message transféré ----------
De : larotisserie <larotisserie@yahoo.fr>
Date : 10 octobre 2012 21:56
Objet : [larotisserie_l] "LA ROTISSERIE" c'est fini !
À : liste rotisserie <larotisserie_l@samizdat.net>


Ca y est "LA ROTISSERIE" c'est fini !

Officiellement depuis lundi 8 octobre, le lieu est vide, le "proprio" a
récupéré les clefs et surtout toutes les procédures juridiques engagées
sont en voie d'extinction.

C'est une bien triste nouvelle mais la décision de fermer la Rôtisserie
avait été prise lors de la dernière AG extraordinaire du mois de mai
dernier à la suite de l'énumération de tout ce à quoi nous devions alors
faire face.
Notamment :
- des plaintes multiples de quelques voisins à la police, la préfecture,
l'hygiène, le bureau des nuisances pour bruit. Ces mêmes voisins qui
avaient clairement décidé de nous faire fermer parce que nous occasonions
des nuisances : *" des éclats de** voix**, des rires, des bruits **de
vaisselles, et d'eau dans l'évier" *et que, oh crime suprême, nous
utilisions les toilettes de la copropriété...
Les conséquences de leurs plaintes nous obligeaient à réaliser de gros
travaux en urgence d'un coût certain et surtout insensé étant donné la
menace d'expulsion.

- des problèmes variés avec plusieurs salariés

-l'attitude absolument consommatrice de certaines associations

- et surtout des nouveaux risques encourus juridiquement, le propriétaire
nous ayant de nouveau assigné en justice pour faire réévaluer une indemnité
d'occupation depuis 2007, date du début du congé que nous contestions. Les
sommes que nous aurions probablement dû payer dépassaient de plusieurs
dizaines de milliers d'euros nos capacités financières.

Pourtant, rien à regretter, la Rôtisserie a existé pendant plus de 15 ans !
Elle a aidé à faire vivre de nombreuses associations, collectifs et
projets, a été un lieu d'échanges, de partage, de rencontres. Elle a aidé
ponctuellement de nombreux salariés et pour certains cela a été
l'expérience d'un travail en autonomie où ils ont pu affirmer leurs
compétences et se former. Elle a tenté, en s'appuyant sur les collectifs
d'individus quelles que soient leurs formes, un fonctionnement autogéré,
anti autoritaire.
Dans un quartier où elle avait alors sa place. Aujourd'hui rien n'est moins
sûr...

La spéculation immobilière, le processus de gentrification bien entamé dans
le quartier Sainte Marthe ont eu raison de ce lieu alternatif qui a tenu
pendant 5 ans face à la menace concrète de l'expulsion.

Nous devons maintenant clore l'activité de l'Association, les derniers
contrats des salariés sont arrivés à leur terme et nous vous proposons une
AG le 24 novembre à 14h (lieu précisé ultérieurement) où nous vous
exposerons les derniers éléments financiers et proposerons la dissolution
de l'association.

Merci à toutes les associations qui ont encore des dettes à régler à la
Rôtisserie de le faire au plus vite.

A bientôt

Le bureau de la Rôtisserie (Cybèle, Emilie, Mathieu, Neil, Nicolas,
Pascale)
Avatar de l’utilisateur-trice
anouchka
 
Messages: 397
Enregistré le: 10 Déc 2011, 08:34

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede altersocial » 14 Oct 2012, 12:14

La Rôtisserie est morte, assassinée

Il y a quelques mois nous avions publié l'annonce de la mobilisation en soutien à la Rôtisserie sur ce site. A présent, nous publions cet article qui signe la fin d'une belle expérience que nous saluons.

Lundi 8 octobre 2012 la Rôtisserie Sainte-Marthe, le restaurant aux trois A (Alternatif, Autogéré et Associatif) a cessé d'exister après 15 ans d'activité continue. La décision, avait été prise en Assemblée Générale Extraordinaire en Mai dernier. Elle n'avait pas été rendue publique pour ne pas compliquer les négociations entamées par l'association. Ce lundi 8, sous le crachin d'un matin gris, nous avons remis les clefs de l'ancien restaurant.

La Rôtisserie est morte et ce n'est pas un suicide : elle a été assassinée.
Nous revenons sur les raisons de cette fin d'activité non pas parce que le crime ne devrait pas rester impuni – pour régler des comptes etc...- mais pour que les raisons de la fin de la Rôtisserie soient connues de tou-tes. Pour les voisin-es qui l'ont soutenue, pour les associations qui y participaient et pour que de futurs projets bénéficient de notre expérience.

Plusieurs crocs-en-jambe nous ont fait trébucher...
Nous avons chu face à la justice.
Cette justice qui n'a pas jugé les pratiques du spéculateur immobilier qui s'est arrangé avec la réalité, avec le droit et avec la loi pour acquérir le lieu. Une justice qui n'a pas évalué le préjudice pour des associations privées de cette source de financement. Qui n’a pas évoqué une seule fois, en 7 ans de procédure, l'avenir des 7 salariés de la Rôtisserie ; Qui ne s'est à aucun moment demandé si c'était moral, juste, éthique. Une justice qui s'est employée à garantir le caractère sacré de la propriété privée. Bref une justice politique, une justice de classe.
Une justice qui ne nous a pas donné justice et qui nous a en plus plombés financièrement.

La gentrification du voisinage aussi nous a fait trébucher.
La Rôtisserie était le fruit d'un quartier vivant, atypique, populaire, artistique et métissé. Elle a été pendant un temps une des âmes de ce quartier. Mais la ville change, le bas-belleville aussi et la Rôtisserie n'était plus en phase avec les nouveaux saint-marthois-es : plus blanc-hes que basané-es, plus Bonobo (BOurgeois NOn BOhème) que bobos, plus « créateurs de sens » qu'artisan-e, plus soucieux de faire fructifier leurs mètres carrés achetés au prix de la place de la République que de lutter contre la gentrification du quartier.

Et les croche-pieds d'une poignée de voisins
Ainsi de ces voisin-es de la Rôtisserie, en guerre avec elle depuis leur arrivée, nous faisant la misère pour une poubelle sortie trop tôt ou trop tard, pour une fenêtre trop ceci et des toilettes trop cela. Six charmant-es voisin-es qui ont pétitionné auprès du maire pour se plaindre des « éclats de voix, des rires et des bruits de vaisselle ». Car il y avait dans notre restaurant des rires et des bruits de vaisselle. Il fallait donc agir. Pas seulement écrire au maire, mais aussi au commissariat, à l'hygiène, à la préfecture, à la partie adverse de notre procédure en justice... Quel dommage que la Kommandantur ne reçoive plus de courrier ! 6 misérables pétitionnaires, tout content-es d'aller pousser la chansonnette dans de petits restaurants du coin, de griller leurs sardines dans la cour ou de savourer leur café en terrasse mais qui ne supportent pas l'idée que cette rue soit encore un espace public où la vie peut s'immiscer, même la vie des autres. Leur but n'était pas que nous aménagions le lieu pour qu'il leur sied mieux – nous n'avons pas cessé de le faire ces dernières années – ni que la Rôtisserie migre, mais qu'elle meurt. Ces 6 délateurs-rices peuvent être heureux-ses : leur travail de sape nous a démontré qu'il n'y avait plus de raison de batailler pour rester coûte que coûte dans ce quartier, que le voisinage ne nous méritait pas. Ils pourront demain pétitionner contre le restaurant suivant, contre la présence de jeunes dans le quartier, pour obtenir des grilles aux extrémités de la rue et, le temps d'une fête de quartier (s'ils tolèrent encore de tels désordres) ces taxidermistes du Paris populaire se diront désolé-es de voir leur quartier changer ainsi, lui qui était si vivant, si sympathique et bla bla bla. Ils pourront même évoquer la Rôtisserie, quand c'était bien, avant. Avant qu'ils ne passent toutes leurs nuits à calculer leur plus-value immobilière, à guetter l'instant propice au coup de téléphone au commissariat pour la moindre suspicion de tapage nocturne.

Nos auto-croque-en-jambes aussi
Et puis il y a aussi nos soucis internes qui nous ont usés. La poignée d'associations laissant le lieu comme une porcherie ou ne payant pas leur participation alors que les frais d'avocats, d'avoués et de huissiers nous mettaient à genoux. Merci à l'appel de la Foret, à SOS racisme, la Bibliothèque Libertad et d'autres qui se reconnaîtront…….pour leurs petites escroqueries.
Il y a le trop peu d'associations disponibles quand il nous fallait des bras, du soutien. Même si nous étions nombreux à répondre présents, ces absences racontaient aussi qu'une partie des associations voyaient la Rôtisserie comme un tiroir-caisse sans s'attacher au projet collectif associatif, alternatif et d'autogestion.
Il y a eu aussi le durcissement du marché du travail et de l'accès aux emplois aidés qui a poussé, ces dernières années des personnes à venir bosser à la Rôtisserie pour remplir leur gamelle sans le moindre intérêt pour notre fonctionnement en autonomie. Or on ne peut pas imposer l'autogestion. Et l'équilibre qui faisait le fonctionnement en autonomie des salariés le midi s'en est trouvé ébranlé. La menace permanente d'une expulsion immédiate nous a empêché de garantir à ces salariés qu'au moins, le temps de leur contrat, ils auraient la paix, un boulot et un salaire.

Ces coups nous ont affaiblis, fragilisés et la justice nous a achevé.
Pourtant, la Rôtisserie a existé
Mais ce qui meurt, ce n'est pas un avorton de projet ambitieux, une idée géniale restée sous forme d'ébauche, c'est une réalisation concrète, une aventure dont nous sommes fier-es.
En premier lieu nous sommes fier-es d'avoir résisté pendant 5 ans à cette expulsion imminente, fier-es de la couverture de notre lutte dans les médias alternatifs et les réseaux militants, de la mobilisation, de la solidarité qui s'est exprimée dans le tissu associatif et politique. Fier-es de nos manifs de soutiens, de notre large pétition, de l'occupation permanente jour et nuit que nous avons réussi à tenir, de la remise sur pied en 48h de la Rôtisserie après l'incendie criminel dont elle avait été victime.

Pendant 15 ans nous avons fait vivre ce projet.
Nous avons été ouverts tous les jours. Nous avons servis des plats frais aux prix les plus bas, sans subvention ni entourloupe. Nous avons été une cantine de quartier, ouverte, accueillante pour tout le monde sans exclusive, ne faisant payer que celles et ceux qui pouvaient payer.
Nous avons permis à des dizaines de personnes de gagner leur vie en s'organisant tel qu'elles l'entendaient pour faire tourner la Rôtisserie le midi, sans les contrôler, sans garde-chiourme ni pointeuses. Et ça a marché la plupart du temps. Pour nombre d'entre elles-eux ; le passage à la Rôtisserie a aussi été l'occasion de se former, de desserrer l’étau social, de reprendre leur marque.
Le soir, ce sont plusieurs centaines d'associations qui ont pu lever des fonds pour leurs projets. Ces dernières années, le budget de fonctionnement de la Rôtisserie tournait autour de 150 000 euros annuels et dégageait le même montant de bénéfices pour ses associations.
Et nous sommes fier-es des projets qui ont été soutenus et parfois même qui n'ont pu voir le jour que grâce à la Rôtisserie.
S'y sont croisés des associations, collectifs, syndicats, organisations politiques qui n'avaient à priori rien en commun. De scouts aux autonomes, de travailleurs sociaux à l'équipe du Belleville United ...
Fier-es des projets montés dans l'urgence que les règles administratives auraient empêchés ailleurs : des fonds levés pour Haïti moins d'une semaine après le tremblement de terre ou de l'argent pour les salariés de Mac Do en grève dès que les caisses de grève se sont retrouvées vides.
Il y a les maquettes de disques, les salles de répètes, les flyers de spectacles, les frais d'avocats, les nouveaux pots d'échappements qui ont été financés par un repas.
Il y a les spectacles qui se sont construits de soirées en soirées. Il y a ce bout de terrain arraché aux grandes propriétés agricoles guatémaltèques de la côte pacifique où les ouvriers agricoles ont pu faire leurs premières réunions syndicales en sécurité. Il y a eu ces potagers scolaires au Niger pour pousser les enfants à venir à l'école puisqu'on pouvait y manger ; il y a cette clinique de planning familial non discriminatoire au Tamil Nadu, ce cinéma itinérant au Bénin et la solidarité avec les indiens insurgés du Chiapas. Il y en a des centaines d'autres.

Des projets culturels, sociaux et politiques que la Rôtisserie a soutenus. Voilà notre fierté.
C'est aussi un fonctionnement interne transparent et collégial que nous assumons et revendiquons. Toutes les instances de la Rôtisserie ont toujours été ouvertes à toutes les associations. Toutes les décisions importantes ont toujours été prises en assemblée générale, presque toujours au consensus.

Cette expérience prouve qu'on peut financer des projets sans toujours s'en remettre aux aides de l'Etat ou des collectivités, que l'on peut croiser des projets, sensibilités et conceptions politiques totalement étrangères dans un même souci d'efficacité, d'ouverture, de convivialité et d'auto-organisation.
Nous avons revendiqué l'autogestion comme moyen, comme chemin et comme but et nous avons le plus souvent réussi à tenir cette orientation.
Les lendemains de la Rôtisserie

Plusieurs tentatives de créer d'autres Rôtisseries ont été tentées. Une Rôtisserie est née à Porto Alegre, dans le sud du Brésil, une autre dans le quartier populaire de Beyoglu, à Istanbul. Aujourd'hui des voisins imaginent un projet qui s'inspire du principe cantine de quartier de la Rôtisserie, des associations planchent sur un projet calqué sur le fonctionnement de la Rôtisserie le soir. Une piste existe pour ouvrir un nouveau restaurant associatif à 50 mètres des locaux de la Rôtisserie. Même si aucun de ces projets ne sera la Rôtisserie, nous les soutenons tous. Comme nous soutenons tous les autres projets qui pourraient venir de la Rôtisserie.

Inventez des spectacles plein de vie, des créations artistiques pleines de ruptures, faîtes des cantines associatives, des bars autogérés, organisez des collectes solidaires, créez des collectifs militants, lancez des médias alternatifs. Résistez, créez, agissez.

La Rôtisserie est morte assassinée, vivent les Rôtisseries !
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede anouchka » 16 Fév 2013, 20:20

reçu sur la liste IDF de soutien à NDDL, une bonne nouvelle:

Compte-rendu réunion Projet de migration
La Rôtisserie
Le 12 janvier 2013

Les associations « anciennement » membres de la Rôtisserie étaient appelées à se réunir le 12 janvier 2013 à 14h dans les locaux de Solidaires : 147 boulevard de La villette Paris 19e.
Les associations présentes 
CSPCL représentée par Cybèle David et Gregory Herfray
Ass. Fitima représentée par Bocan Kant
Fées Radicales et Queer Food + Love représentées par Vincent Nauwyck
Ass. Cassofar représentée par Lamine Coly
Marion Samuel
Ass. Medafra représentée par Maria Luarez
Les Alternatifs représenté par Henri Memmé
Cie Brouha Art représentée par Laureline Collavizza
CAE St Sébastien représentée par Sonia Ollivier
La Rôtisserie et Brassage représentées par Matthien Collogan
OGM-danger représentée par Aude Ferrand
MCV/Consart représentée par Julie Dupin et Patrice Simonnet
Comme vous Emoi représentée par Frédéric Benaza

1. Historique des AG et réunions
Il a été rappelé l’historique des AG et réunions depuis la décision de dissolution de la Rôtisserie :
la suite possible de migration de la rôtisserie à travers le projet SIEMP : local en bas de la rue Jean Moinon en construction (la date de livraison est encore indéfinie)
Le local qui est deux fois plus grand que la rôtisserie offre de nombreuses possibilités mais il nécessite des travaux de mises aux normes. Pour ces travaux, des subventions à l'installation peuvent être demandées à la Marie du 10ème.
Un pré-projet a été adressé à la Mairie du 10ème en 2011 (Cf. AG 24/12/12 et document ci-joint).
Il a été décidé qu’on peut s’appuyer sur ce pré-projet pour poursuivre les discussions avec la Mairie du X mais avec une nouvelle structure et de nouveaux interlocuteurs pour ne pas interférer avec la dissolution de la Rôtisserie en cours.
D’autre part une personne devra faire une formation en restauration pour que le restaurant puisse s’ouvrir.
Suite à l’annonce de la dissolution de la Rôtisserie, un groupe de travail s’est mis en place et s’est réuni plusieurs fois. Il a discuté du projet, du nom « Rotiss’bis » et aurait déposé des statuts à la préfecture. Néanmoins il n’y a pas de trace de cette création d’association et personne n’a ramené les statuts à la réunion.
D’autre part, il a été affirmé que pour rester en cohérence avec le ce qu'était le projet de la rôtisserie, et pour l'être avec les principes que les assos présentes et impliquées pour un nouveau projet, les réunions de travail, le groupe de travail resteront ouverts à tous ceux qui veulent s'y investir et s'y associer, et que l'information sur l'activité sera partagée avec tous ceux qui le souhaitent, via la liste de diffusion de l'ancienne rôtisserie, notamment.

2. Points à améliorer pour le nouveau projet de rôtisserie
Les difficultés soulevées par l’organisation actuelle de la rôtisserie sont les suivants :
Certaines associations ne sont pas du tout présentes dans la vie de l’association et n’offrent pas vraiment d’aide dans l’autogestion du lieu, pourtant ce sont parfois les mêmes associations qui ont les créneaux les plus avantageux alors que des associations plus impliquées se retrouvent sans créneaux.
Après discussion, le problème ne semble pas devoir être posé de cette manière, en termes de « mérite », mais plutôt de réfléchir à un moyen d’inscription le plus juste et équitable possible pour les associations, notamment concernant les samedis et vendredis, avec par exemple un système de roulement à imaginer (en dehors de toute appréciation sur l’implication). A rediscuter….
Il a été évoqué la rédaction d’un règlement intérieur en plus des statuts. A voir…
Il faut imaginer des appels à compétences auprès membres des associations de la rôtisserie pour des tâches spécifiques comme par exemple des questions juridiques pointues, les dossiers de subventions, les travaux, etc….
Il a été posé la question d’un employé relai qui aurait en charge la comptabilité et la coordination des associations.
La rôtisserie a fait l’expérience d’employer une personne « relai » à deux reprises pour coordonner à la fois le travail des employés et s’occuper de la comptabilité et à chaque fois il y a eu des difficultés car le poste n’était pas bien défini. Pistes de réflexion à ouvrir….
- Il a été soulevé le fait que des particuliers étaient présents et impliqués dans la rôtisserie. Ce sont souvent des voisins et des déjeuneurs du midi à la Rotiss. Actuellement ce sont des associations qui sont membres de la rôtisserie et pas des personnes. Est-ce que des personnes ne pourraient pas être également membres de la Rôtisserie ? Faut-il l’inscrire dans les statuts ? Comment le mettre en place ?
3. Suite
Plusieurs personnes se sont proposées pour faire partie d’un groupe de travail qui reste ouvert, être référents auprès de la Mairie et prendre en charge le travail du bureau : Gregory Herfray (qui s’occupe de la diffusion des informations), Julie Dupin, Sonia Ollivier, Bocan Kanté, Patrice Simonnet, Laureline Collavizza (référente auprès de la Mairie du X).
Il leur sera envoyé les statuts de la Rôtisserie pour travailler aux nouveaux.
Date de la prochaine réunion : 7 février à 19h aux Locaux de Solidaires : 147 boulevard de La villette Paris 19e

Le groupe de travail ouvert sur la migration
Avatar de l’utilisateur-trice
anouchka
 
Messages: 397
Enregistré le: 10 Déc 2011, 08:34

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede Pïérô » 23 Aoû 2013, 11:04

relance du projet
La nouvelle rotisserie

Journée de soutien le 8 septembre

Image



Journée en soutien à La Nouvelle Rôtisserie

Cet après-midi sera intégralement sous le signe du prix libre, dans le but de faire vivre une dynamique collective, d'organiser une journée conviviale (et éventuellement récolter quelques sous pour le projet de projet).

C'est pourquoi nous invitons toutes les associations, collectifs, sympathisantEs à venir participer, selon leurs possibilités à cette journée en soutien à la nouvelle Rôtisserie !

Nous souhaitons mettre en place plusieurs espaces :
• Un espace table de presse/stands, ou les intéressés pourront tenir un stand ou simplement laisser quelques documents pour présenter leur projet. L'idée est aussi d'expliquer un peu le rôle de l'ancienne Rôtisserie dans leur projet, ce qu'elle leur a apporté etc...
• Un espace projection
• Un espace ateliers danse/autre
• Un espace scène/musique/théâtre
• Un espace enfants
• Un bar, un stand petite restauration, et un espace pour le repas du soir.

Le programme est encore très largement en cours de construction. C'est pourquoi Merci de vous tenir informé ! et/ou de vous rapprocher de nous pour y participer : nouvellerotisserie@gmail.com.

Une des bonnes nouvelles : La Nouvelle Rôtisserie a signé une promesse de bail pour un local rue Jean Moinon, juste à côté de l'ancien local ! (livraison prévue mars 2014).
Sans compter que le financement de la réimplantation se consolide.

à très bientôt !!!
la lutte continue !!

http://www.demosphere.eu/rv/27454
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede Pïérô » 07 Mar 2014, 13:34

Dimanche 16 mars, soirée de soutien
à partir de 17h, CENTRE INTERNATIONAL DE CULTURE POPULAIRE
21 TER RUE VOLTAIRE, 75011 PARIS

Image

Image

http://collectifcontreculture.blogspot. ... endas.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede Nyark nyark » 07 Mar 2014, 19:54

youpeee

À ce propos, ce serait bien que les membres du forum qui sont en région parisienne, viennent faire un tour à cette soirée de soutien. Ce serait une occase de se rencontrer.
En plus, les groupes sont excellents et, pour une fois on fait à prix libre (profitez-en, c'est exceptionnel^^)
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 16:46
Localisation: Région parisienne

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede Pïérô » 18 Juin 2014, 06:04

Assemblée générale de La Nouvelle Rôtisserie le 21 juin à 15 heures

Bonjour, vous l’avez peut être lu, vu ou entendu : l’assemblée générale ordinaire de la Nouvelle Rôtisserie aura lieu

Le samedi 21 juin 2014/ /à 15H00 à la maison des Copains de la Villette 156 rue d’Aubervilliers 75019 PARIS

Après un peu plus d’un an de travail pour remettre sur pied un projet de restaurant alternatif, autogéré, associatif, beaucoup de choses ont été faites, d’actions menées, et le lieu devrait ouvrir dans un temps désormais pas si long.

Notre démarche entre donc dans le début d’une deuxième phase, à partir de laquelle nous allons pouvoir réfléchir de façon beaucoup plus concrète à la suite du projet, sur la question des travaux par exemple, mais aussi du futur fonctionnement. C’est pourquoi il nous semble important qu’un grand nombre de collectifs, d’associations adhérentes, sympathisantes, et qui veulent s’impliquer dans le projet soient présents et/ou représentés, (ré)adhèrent pour enrichir les discussions et les décisions qui seront prises à cette occasion (dans le cadre des statuts de l’association), Et impulsent la dynamique nouvelle à créer.

Si vous appartenez à un collectif, une association qui souhaite ainsi s’impliquer, vous pouvez nous contacter à lanouvellerotisserie[at]riseup.net

Pour obtenir les documents nécessaires à l’adhésion, réadhésion, pouvoir etc...

Veuillez noter que cette année l’adhésion se fait sur la base d’une
cotisation à PRIX LIBRE.

Vous trouverez au bout du lien ci-dessous les statuts tels qu’ils existent aujourd’hui et ont été déposés, ainsi que la charte de fonctionnement du projet tel qu’il est pensé jusqu’ici, dans l’état correspondant aux débats actuels.

http://dl.free.fr/nrx21On7i

A très bientôt

La Nouvelle Rôtisserie

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour que vive la Rôtisserie !

Messagede Pïérô » 14 Jan 2016, 20:16

Samedi 16 janvier 2016

Portes ouvertes à la Nouvelle Rôtisserie !

La Nouvelle Rôtisserie arrive dans le quartier Sainte-Marthe ! Elle a pris son temps, plus de 18 années d’histoire, mais bientôt elle sera fonctionnelle. D’ici là, La Nouvelle Rôtisserie vous ouvre chaleureusement ses portes.

Cela fait plus de trois ans que l’on en parle. Plusieurs fois déjà, nous avons cru pouvoir annoncer son ouverture prochaine, rapide. Mais maintenant, c’est sûr. Le gros des travaux est terminé. On peut le dire et l’affirmer.

La Nouvelle Rôtisserie arrive dans le quartier Sainte-Marthe !

La Rôtisserie, c’était un restau associatif rue Sainte-Marthe à Belleville, qui a permis pendant longtemps d’organiser des bouffes de soutien aux luttes en cours, de porter des solidarités internationales et de nombreux projets. En 2012, après plusieurs années de poursuites et procès menés par le propriétaire-gentrificateur des lieux, elle a fermé. Depuis, un collectif, désormais constitué en association, chercher à ouvrir un nouveau lieu, sur les mêmes principes.
Pour en savoir plus : La Rôtisserie est morte, assassinée

Venez-y boire un verre, discuter de son avenir & la découvrir !

https://paris-luttes.info/portes-ouvert ... velle-4702

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22405
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Divers, projets, lieux alternatifs ...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité