Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede Pïérô » 13 Sep 2010, 01:08

Zone de gratuité à Montreuil (Seine-Saint-Denis (93)) le samedi 19 septembre :

Zone de gratuité !!!

Prenez une bonne dose de gratuité !

"On offre ce que l'on veut. On prend à notre guise. Ce n'est pas du troc. Ici on partage. Voilà tout !"

Une rue piétonne, des gens... des rencontre.
Des objets, des objets, des objets, des objets...
Des sourires, des trouvailles ?
Un espace de liberté ... ce que nous en ferons !
De la musique avec une scène ouverte
Un bar... gratuit ? Oui et apporte une bouteille !
Des services... Tu proposes quelques choses ?

samedi 19 septembre, 14h, Rue de Villiers, Montreuil (93), Métro Mairie-de-Montreuil


http://zonedegratuite.hautetfort.com


Image
Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Interview d'une activiste anar' du mouvement "free-market"

Messagede Flo » 28 Aoû 2012, 20:08

"Free-market" bien évidement pas au sens libéral mais au sens gratuit, égalitaire et autogérée.

Entretien avec une anarchiste de la ville de Perm sur le mouvement des « marchés absolument libres »

Perm est un grand centre industriel de Russie, de près d’un million d’habitantes et habitants, tout juste au pied des monts Oural qui marquent traditionnellement une limite naturelle entre l’Europe et l’Asie. Pouvez-vous premièrement nous dresser un bref portrait du milieu local anarchiste et antiautoritaire de Perm et ce (groupes, lieux, sous-cultures) autour de quoi il est concentré ?

- Perm est considéré plus libéral et libertaire que d’autres villes russes de province puisqu’il s’y trouve plusieurs activistes actifs et actives pour la défense des droits humains et plusieurs organisations sans but lucratif actives; les autorités locales sont plus ouvertes aux changements et à la coopération, une police plus « calme ». La communauté antiautoritaire active de Perm n’est pas très grande, elle est composée d’un noyau d’environ 10 à 15 personnes, et près de 30 personnes gravitent autour. Mais il est pas mal difficile de dire si nous sommes réellement anarchistes, puisque la plupart des gens qui prennent part à ces activités ne diront pas qu’ils ou elles le sont (certains et certaines sont communistes, apolitiques, antifascistes, hippies, etc.) mais elles sont actives et ils sont actifs et font plein de choses considérées anarchistes.

Un mouvement de « Freemarkets » (фримаркет) semble présentement s’étendre dans de nombreuses villes de Russie. Solnetchnogorsk, Kirov, Magnitogorsk, Perm, Tioumen, Tcheliabinsk, Nijni Novgorod, Saint-Pétersbourg, etc. Bourses d’échange et vide-greniers temporaires où les gens apportent des marchandises plus nécessaires et de la nourriture pour partager librement en une place commune et « prendre au tas », pour reprendre une expression de Kropotkine. C’est basé sur une forme d’économie du don qui présente pas mal de similitudes avec les Food not bombs. De quelle « graine » ce mouvement émerge t-il tant – est-ce plus ou moins connecté avec d’autres initiatives anarchistes ?


- Dans la plupart des villes, le mouvement « freemarket » fut vraiment initié par des groupes anarchistes. Dans d’autres endroits, il a été repris par de jeunes hipsters ou des communautés sous-culturelles comme une initiative populaire et amusante sans aucun sens d’anarchisme. Nous pensons fortement que le vrai succès que ce mouvement a, est dans ces dernières où les freemarkets ne sont pas promus et positionnés comme « véritables initiatives anarchistes » mais comme activités locales qui aident les gens ordinaires à avoir ce qu’ils et elles ont besoin et construire une communauté. Ça enseigne aux gens, par la pratique, comment l’anarchisme peut fonctionner. Par exemple, dans des villes comme Kirov, où l’activité est positionnée comme anarchiste, seuls des groupes de jeunes des milieux sous-culturels visitent leur freemarket et ça prend des apparences de drôle de fête pour les gens étranges. Nous tentons de le rendre aussi utile et facile à comprendre pour les gens que possible, ainsi nous le nommons même ici, en russe, « Marché absolument libre » (Абсолютно бесплатная ярмарка) à la place du mot anglais « Freemarket ».

La gratuité apparait en quelque sorte comme une subversion des procès économiques capitalistes, particulièrement apparente quand les gens sont pris d’étonnement de ne pas payer aux points de distribution. La société inculque dès le jeune âge : « travaille, consomme et ferme ta gueule » à ses futur-e-s travailleurs et travailleuses. Crois-tu que les « Marchés absolument libres » ont un potentiel d’émancipation pour les individus et les communautés ?

- Ça permet surement d’amener les gens à croire que les choses peuvent être faites sans payer. Nous sentons qu’aujourd’hui quelqu’un obtient quelque chose qu’il ou elle a besoin au freemarket, et demain il ou elle sera davantage capable de faire ce genre de choses gratuitement. Beaucoup de gens n’ont pas cru que nous faisions cela sans aucun bénéfice, mais après qu’ils et elles aient vu le tout par eux et elles-mêmes, ils et elles changent d’opinion. Malheureusement, nous avons toujours quelques personnes qui tentent de tirer bénéfice de la gratuité, alors ils et elles passent tout leur temps au freemarket en tentant de prendre autant de « bonnes » choses que possible, en ne prenant pas part aux autres activités autour d’eux et d’elles. C’est notre problème toujours irrésolu. Nous tentons de leur parler, mais nous avons toujours le même problème. Nous tentons de persuader les gens de faire des freemarkets par eux et elles-mêmes dans leurs quartiers, leurs maisons, leurs bureaux, leurs communautés (ou simplement de faire des étagères de livres gratuits ou des « boîtes de gratuité »), et parfois nous obtenons des réponses.

Les menaces et provocations de la droite radicale et fasciste et de l’arbitraire policier sont des réalités auxquels beaucoup d’activistes sont confronté-e-s en Russie et à l’étranger. Quel défi est-ce que ça représente pour les freemarkets des différentes villes ?

- Les fascistes et la police sont problématiques, mais pas pour les freemarkets. Étant positionnés comme quelque chose de populaire, et ils voient que ce l’est, c’est pourquoi je crois que tout est ok. Juste parce que s’ils provoquaient la fermeture d’activités si paisibles et si charitables, cela attirerait beaucoup d’attention et aurait beaucoup d’échos.

Quels sont les impacts locaux de la répression « antiextrémiste » vécue par les activistes antifascistes et la contestation radicale contre Russie Unie ?

- Dans notre région, nous n’avons pas de problèmes avec les répressions antiextrémistes, mais dans la province voisine, Tioumen, notre ami Andrey Kutuzov, a de sérieux problèmes en raison de ses opinions. Je crois que c’est aussi en raison de l’environnement plus libéral ici.

Dans le travail domestique, une certaine économie du don se vit souvent par les femmes dans le cadre de rôles de genre et de distributions des tâches fortement inégales, exploitant leur force de travail à coût nul. Comment évalues-tu le niveau de conscience quant aux rapports de genre et au patriarcat dans les freemarkets ?

- La majorité des gens qui visitent les freemarkets sont des femmes, puisqu’elles sont plus intéressées dans les vêtements et les différents items utiles à la maison, qui sont les choses les plus souvent échangés dans les freemarkets. Dans la génération plus jeune autour de mon âge (17-25), une partie des hommes et des femmes ont des rapports égalitaires.

Et finalement, comment évalues-tu l’impact, puis la diffusion rapide de groupes radicaux d’artistes contestataires comme Война (Voina) et Pussy Riot ?

- Je crois qu’ils et elles sont cool et ont un fort impact. Elles et ils nous permettent de sentir que nous pouvons faire des choses très fortes et très étranges dès maintenant et simplement. Elles et ils poussent pour que les gens se réveillent. Je suis vraiment fâchée que les filles soient emprisonnées.

http://ucl-saguenay.blogspot.ca/
"La société à venir n'a pas d'autre choix que de reprendre et de développer les projets d'autogestion qui ont fondé sur l'autonomie des individus une quête d'harmonie où le bonheur de tous serait solidaire du bonheur de chacun". R. Vaneigem
Avatar de l’utilisateur-trice
Flo
 
Messages: 347
Enregistré le: 28 Mai 2012, 00:43

Magasins gratuits, zones de gratuité

Messagede bipbip » 31 Aoû 2013, 09:41

Voilà une bonne idée

Magasin gratuit à Bruxelles
Magasin gratuit à l'Armada

Il y a déjà quelques mois s’est ouvert un magasin gratuit. [Voir photos de l’ouverture : http://visualbrussels.blogspot.be/2013/ ... manda.html] Le principe est simple : vous amenez ce que vous voulez et vous emportez ce que vous voulez. Pour le moment, amenez plutôt autre chose que des vêtements parce qu’il y en a pléthore. Le magasin a pas mal de succès, allez-y donc régulièrement parce que le stock se renouvelle sans cesse.

Le magasin est ouvert les jeudi et dimanche de 14h à 18h30

Adresse : 195, chaussée de Forest à Saint-Gilles


http://bxl.indymedia.org/spip.php?article1778

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Magasins gratuits, zones de gratuité

Messagede bipbip » 20 Sep 2013, 12:55

Marché gratuit aux fruits et légumes - Transfo

A quoi ça peut bien servir de s'organiser???
A manger toutes les semaines des fruits et légumes gratuits avec tous ses potes!

Tous les samedis de 12h à 16h,
le PETIT MARCHé s'installe dans la rue, devant le transfo,
pour partager les légumes et fruits bios donnés par les commerçants de Rungis
c'est gratuit !

La société de consommation produit un nombre de déchets incalculable, profitons-en!!

Toutes les semaines, une équipe de 3 personnes part avec le camion collectif
voir des commerçants que nous avons démarchés, nous mettent toutes les semaines
les légumes invendus de côté, que nous récupérons. Nous gardons une partie pour
manger toute la semaine, une autres pour faire la cuisine lors d'évènements,
et une autre est redistribué TOUS LES SAMEDIS, de 13h à 16h devant le transfo!

Viens on s'organise pour ne plus perdre notre vie a la gagner!!!!!
http://www.demosphere.eu/rv/27608
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Magasins gratuits, zones de gratuité

Messagede bipbip » 17 Oct 2013, 18:45

Bruxelles, samedi 19 octobre 2013 à 14h, Flagey

Venez avec ce dont vous n’avez plus besoin, ou les mains vides,
Repartez avec ce qui vous sera utile.

Un marché pas comme les autres puisqu’il s’agit de faire le tri et de proposer ce qui nous encombre aux autres. Une initiative citoyenne.
Assemblée à 15h.

http://bxl.indymedia.org/spip.php?article2211
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Magasins gratuits, zones de gratuité

Messagede bipbip » 09 Mar 2014, 02:01

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Magasins gratuits, zones de gratuité

Messagede bipbip » 28 Mar 2014, 12:54

Zone de gratuité de Rangueil, Toulouse

Un blog : http://zonedegratuite.rangueil.net/

Prochaine date
Samedi 29 Mars, entre 11h et 19h
à la sortie de l’ascenceur du métro Rangueil
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Magasins gratuits, zones de gratuité

Messagede bipbip » 16 Avr 2014, 01:28

Carcassonne, samedi 19 avril, à partir de 18h

Cantine Populaire dans la rue - Infokiosque, Musique et Zone de Gratuité

Au menu:
• Repas végétarien /Participation libre
• Infokiosque (revues, brochures anarchistes, alternatives, anti-sexistes et anti-autoritaires à prix libre)
• Musique accoustique (sous réserve)
• Zone de gratuité

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede bipbip » 13 Juin 2014, 13:20

Dimanche 15 juin Gratiferia à Sannerville (14)

Image

http://gratiferiacaen.wordpress.com/



Dimanche 29 juin Gratiféria dans l'Ariège à Brie

GRATIFERIA marché gratuit
Gratiféria 09 organise sa prochaine gratiféria à Brie dimanche 29 juin 2014 de 10h à 17h.

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede bipbip » 20 Juin 2014, 07:16

28 juin, Gratiféria en pays de Lorient

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

It’s free because it’s yours

Messagede digger » 21 Juin 2014, 15:01

Les Diggers de San Fransisco furent sans doute, avec les Motherfuckers dans un autre genre, une des initiatives les plus intéressantes de la contre-culture US des années 60, une des plus proches de la pensée libertaire aussi, même si aucun-e d’entre elles/eux ne se sont déclarés anarchistes.

Issus pour la plupart de la San Fransisco Mime Troupe de R.G Davis, qui jouait gratuitement dans les parcs publics, la plupart du temps, sur le modèle de la comedia dell arte italienne , ils avaient jugé à l’automne 1966 que le théâtre, même dans les parcs, était trop étroit et que la meilleure scène était la rue.

Outre le "life acting", la mise en scène de la vie, comme l’appelait Peter Coyote, les Diggers avaient pour principe la gratuité, "C’est gratuit parce que c’est à toi", qu’ils mettaient en pratique dans le Golden Gate Park et dans des "free stores", les magasins gratuits, ou chacun-e venait se servir.

J’ai traduit, il y a quelques années, de nombreux documents diggers dont certains sont encore accessibles sans que je sache pourquoi sur le net alors que le site, Freakence Sixties à l’origine hébergé au Québec, n’existe plus.

La plupart n’ont probablement pas leur place sur un forum anarchiste révolutionnaire, mais je reproduis ici une traduction de Trip Without A Ticket, écrit par Peter Berg, qui donne un aperçu de la gratuité vue par les diggers, entre autres choses.

Voyage sans ticket


Nos équilibres mentaux autorisés sont de si nombreux Nembutals. Les citoyens "normaux" avec de faux sourires se tiennent à l'écart les uns des autres comme des capsules entassées dans une bouteile. Malades mentaux perpétuels. Des boulots mortellement stériles en camisoles de force, l'amour récuré en une insipide "relation personnelle fonctionnelle" et l'Art comme fantasme pacificateur. Chacun est gardé à l'intérieur alors que l'extérieur est montré à travers des fenêtres: informations publicitaires et manucurées. Et nous savons tous cela.

Combien d'émissions spéciales faudraient-ils pour mettre en place une révolution au Guatémala? Combien de semaines faudraient-il à une agence de pub pour relifter l'image du Viet Cong? Lentement, très lentement, nous sommes conduits nulle part. Les cirques de la consommation sont organisés quotidiennement dans la cellule. Les critiques sont tolérées en tant que nouveautés explosives. On nous dira quels asiatiques en flammes prendre au sérieux. Lentement. Plus tard.

Mais il y a un réel danger à réveiller brutalement un somnambule. Et nous le savons tous.

Que se passe-t'il s'il est surpris hors de la fenêtre?

Personne ne peut contrôler le simple moment de rupture qui transforme le jeu en réalité critique. Si la vitre est cassée, si la distance soigneusement protégée avec les médias est supprimée, les patients ne pourraient bien ne plus jamais être normaux à nouveau. Ils deviendront des acteurs de la vie.

Le théâtre est territoire. Un espace d'existence en dehors des murs capitonnés. Dresser une scène, c'est déclarer un pardon universel à l'imagination. Mais ce qui arrive ensuite doit représenter plus qu'un sanctuaire ou une réserve. Comment de vrais gardiens réagiraient-ils devant des acteurs de la vie dans des zones libérées ? Comment la liberté intrinsèque du théâtre peut-elle illuminer les murs et montrer les points de faiblesse où pourrait subvenir la rupture ?

Le théâtre guérilla a l'intention d'amener les publics dans des territoires libérés pour créer des acteurs de la vie. Il reste lumière et exploitant de formes pour les mêmes raisons qu'il veut rester libre. Il recherche des publics qui sont créés par des problèmes. Il créée une caste d'êtres libres. Il deviendra lui-même une délivrance

C'est le théâtre d'un underground qui veut émerger. Son but est de libérer le territoire tenu par les gardiens consuméristes et d'établir un territoire sans murs. Ses représentations sont des briseuses de vitres pour les fenêtres de l'empire.

Magasin gratuit/propriété du possédé

Les Diggers sont hip quant à la propriété. Tout est gratuit, fais ton truc. Les êtres humains sont les moyens d'échange. La nourriture, les machines, les vêtements, les matériaux, les logements et autres accessoires sont simplement là. Des choses. Un distributeur parfait serait un Automate gratuit dans la rue. Les serrures sont des comsommatrices de temps. Les combinaisons sont des horloges.
Alors un magasin de produit, ou une clinique ou un restaurant gratuit devient une forme d'art social Un théâtre sans ticket. En dehors de l'argent et du contrôle.
"D'abord tu dois neutraliser ce qui cloche en Occident. La défiance envers la nature humaone qui signifie la défiance envers la Nature. La défiance envers la violence en elle-même signifie littéralement la défiance envers l'état sauvage." --Gary Snyder

Les Diggers tiennent des magasins gratuits pour libérer la nature humaine. D'abord libérer l'espace, les biens et les services. Les théories économiques doivent suivre les réalités sociales. Une fois qu'un magasin gratuit est ouvert, le vouloir et le don, le besoin et le prendre, propres à l' humain deviennent grands ouverts à improvisation.
Un symbole: Si Quelqu'un Demande à Voir le Responsable, Dites-lui que le Responsable, c'est Lui.

Quelqu'un demande combien coûte un livre. Combien pense-t'il qu'il vaut ? 75 cents. L'argent est pris et offert à quelqu'un. "Qui veut 75 cents?" Une fille qui venait juste d'entrer s'approcha et le prit.
Un panier où est inscrit Argent Gratuit.
Pas de propriétaire, pas de Responsable; pas d'employés et pas de caisse enregistreuse. Un vendeur dans un magasin gratuit est un acteur de la vie. N'importe qui qui proposera une réponsa à une question ou qui acceptera un problème comme un moyen de se brancher.
Question (murmurée): "Qui paie le loyer?"
Réponse (à voix haute): "Puis-je vous aider?"
Qui est prêt à faire face aux implications d'un magasin gratuit ? Des mères aisées empilent des sacs emplis de vêtements pendant quelques jours et reviennent pour prendre des robes. Des gamins fouillent l'endroit en se demandant comment s'arranger.

Des casques de pompiers, des pantalons de cheval, des rideaux de douche, des blouses chirurgicales et des bottes militaires de la Première Guerre Mondiale sont des parties de déguisement. Des bonnets de nuit, des mallettes d'échantillons, des pipes à eau, des faux pistolets et des ballons météorologiques sont pris comme accessoires. Quand les choses sont gratuites, l'imagination devient monnaie courante pour l'esprit.
D'où viennent ces trucs ? Des gens, des personnes, des humains. N'est-il pas évident que les objets ne sont seulement que des sujets fugaces des valeurs humaines. Un objet libéré des valeurs d'une personne doit être détruit, abandonné ou rendu disponible pour d'autres personnes. C'est au choix de chacun.

La question d'un magasin gratuit est seulement: qu'auras-tu ?

Fête de rue -- naissance de Haight/funérailles du $ maintenant

Le Pop Art a reflété la peau du corps social. Les happenings en ont passé les os aux rayons-X. Les fêtes de rues sont un acide social ouvrant la conscience sur ce qui est réel dans la rue. Développer la vision jusqu à ce que les faits soient déterminés par l' action.
Le Jour des Morts mexicain est célébré dans les cimetières. Des fleurs jaunes qui tombent, pétale après pétale, sur les tombes. Au clair de lune. Les chansons favorites du mort et tout le monde s'enivre. Les enfants sucent des glaces en forme de têtes-de- morts avec leur nom gravé dessus.

Une fête digger. Des fleurs, des miroirs, des pipeaux, des filles déguisées en elles-mêmes, des Hell's Angels, des gens de la rue, la Mime Troupe.

Les Angels descendent Haight en moto avec des filles tenant un écriteau avec inscrit dessus Maintenant! Des fleurs et des pipeaux sont distribués à tout le monde..Un choeur des deux côtés de la rue chante Uhh!--Ahh!--Shh soit cool! Des miroirs sont tendus pour refléter le visage des passants. .

La procession funéraire. Trois messagers enveloppés dans un linceul noir tiennent des bâtons surmontés de symboles du dollar Un coureur qui balance une lanterne rouge. Quatre employés des pompes funèbres, à tête d'animaux, portent un cercueil empli de faux dollars en argent.Un choeur chante Get Out Of My Life Why Don't You Babe et la Marche Funèbre de Chopin. les participants à la procession distribuent des pièces d'argent et des bougies.

Il n'y a plus de réalité. Quelqu'un saute d'une voiture et annonce que deux Angels ont été arrêtés. La foule, le cortège funéraire et les amis des Angels emplissent la rue pour marcher vers le poste de police du Park. Les flics font face à 400 humains libres : un poète qui grogne avec un luth, des esprits animaux en noir, des filles avec des bougies allumées chantant Silent Night. Une collecte pour la caution emplit un casque d' Angel. La marche revient dans Haight et danse dans la rue .

Les fêtes de rues sont des rituels de libération. La réclamation d'un territoire (le crépuscule, la circulation, la joie du publics) par l'esprit. Possession. Nouvelle Perception.
Pas théâtre de rue, la rue est le théâtre. Les parades, les attaques de banques, les incendies et les explosions sonores focalisent l'attention de la rue. La foule est l'assistance de l'évènement. La libération de l'esprit de la foule peut accomplir des réalités sociales. Les émeutes sont une réaction au théâtre de la police. Les jets de bouteilles et les voitures renversées sont les réponses à un spectacle monotone, brutal mécanique, mortel. Les gens envahissent les rues pour exprimer des sentiments publics particuliers et être en communion entre humains. Pour demander "Qu'est-ce qui se passe?"
L'alternative à la mort est des funérailles joyeuses en compagnie des vivants.

Qui Paie Pour Ton voyage?

L'industrialisation fut un combat contre l'écologie du 19ème siècle pour gagner son pain au prix de la pollution et de la folie. Les guerres contre l'écologie sont suicidaires. Le niveau de vie US est une couche pour bébé bourgeois pour des cadres qui crient dans leur sommeil. Aucun marécage du Pléistocène ne peut concurrencer l'horreur pestilentielle du dépotoir urbain moderne. Aucun enfant du Progrès Occidental Blanc n'échappera à la corvée de traîner leurs possessions obscènes.

Mais les outils( ce que sont toutes les usines) restent innocents et l'éthique de l'avidité n'est pas nécessaire. Les ordinateurs rendent obsolète le principe du travail salarié en l'incorporant. Nous somme libérés de la conscience mécanique . Nous pourrions évacuer nos usines, les confier à des androîdes, nettoyer notre pollution. les Nords Américains pourraient abandonner leur autosatisfaction pour développer leur être.
Notre conflit est avec les chefs au boulot et les gardiens de la consommation d'une poubelle-folle permissive. Propriété, crédit, intérêt, assurance, paiements, profit sont des concepts stupides. Des millions de non-possédants et de marginaux aux États-Unis vivent sur un débordement de graisse produit par la technologie. Ils ne combattent pas l'écologie, ils y réagissent. Les salons des classes moyennes sont des salons funéraires et seuls des fossoyeurs peuvent y vivre. Notre combat est contre ceux qui qui nous tueront par des boulots débiles, des guerres imbéciles et une moralité de l'argent insipide.

Abandonnez le travail puisque les ordinateurs peuvent le faire! Toute occupation humaine peut être réalisée gratuitement. Peut-on y renoncer?

Les révolutions en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud sont en faveur d'une industrialisation humaniste. les ressources technologiques d'Amérique du Nord peuvent être utilisées dans le monde entier. Gratis. Pas un cadeau paternaliste, partagées

Notre conflit commence avec les salaires et les prix Le voyage a été payé grâce à un coût incroyable en terme de morts, d'esclavage et de psychoses.

Une fête pour les principaux quartiers des affaires dans toutes les villes U.S. Infiltrez-vous dans les bureaux des plus grandes sociétés avec des acteurs de la vie déguisés en secrétaires nymphomanes, réparateurs maladroits, cadres fous furieux, vigiles débraillés, réceptionnistes avec des animaux dans leurs vêtements. Profil bas jusqu'à la première pause-café et puis on y va franco.

Les secrétaires déboutonnent leur blouse et coincent les employés timides contre le mur. Les réparateurs font tomber les machines à écrire et renversent les rafraichisseurs d'eau. Les cadres font irruption dans les bureaux privés et font état de leur degré d'ancienneté; les vigiles exhibent des bouteilles de pinard et bloquent les portes des ascenseurs. Les réceptionnistes sortent des poissons rouges, des lapins, des pigeons, des chats en laisse, des chiens en liberté.

A midi, 1 000 humains libres chantant et dansant surgissent dehors pour pour persuader les employer de prendre leur journée . Des banderoles descendent des fenêtres des bureaux pour annoncer la libération. Des complices en costume-cravate sortent en courant de l'immeuble, se déshabillent et plongent dans la fontaine. Les ascenseurs sont saturés d'encens et une bataille de tartes à la crème éclate dans la caféteria. Le théâtre est un fait/ une action

Abandonnez le boulot. Soyez avec les gens. Défendez-vous contre la propriété.
digger
 
Messages: 2147
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede Pïérô » 24 Aoû 2014, 14:35

Une zone de gratuité à Chambéry

« L'association Savoie Récup, à Chambéry, récupère tout type d’objets du quotidien réutilisables : vaisselle, bibelots, livres, vélos, linge, habits, décorations, jeux, jouets, petits meubles pour les redonner gratuitement. Nous avons ouvert au centre-ville de Chambéry (109, rue des Ecoles) une zone de gratuité où il vous est possible de nous rencontrer, de prendre et de déposer des objets.

L'association fait également la promotion des bibliothèques libres : nous installons des étagères avec des livres à libre disposition des habitants pour faire la promotion de la lecture partout, tout le temps et avec n’importe qui. Nous proposons également de cueillir les fruits et légumes des jardins délaissés et faisons la promotion du compostage

Après cinq jours incertains, début août, sur l’avenir du garage de gratuité, qui a été l’occasion de réunir près de 200 signatures de soutien et un nombre incalculable de messages en faveur de notre projet, l’avenir nous sourit à nouveau. La Zone de gratuité du 109 rue des Écoles est ainsi maintenue jusqu’au transfert de l’association vers un nouveau local, plus adapté à l’accueil du public. La procédure pour être transférer dans un local est en cours et nous devrions déménager à la fin de l’année pour un local plus grand, aux normes, accueillant et accessible. Nous resterons aux abords du centre-ville chambérien et surtout accessibles à tous à vélo. (...) »

http://utoplib.blogspot.fr/2014/08/une- ... mbery.html

Savoie Récup : http://www.savoie-recup.fr/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede bipbip » 12 Sep 2014, 01:38

Lyon, samedi 13 septembre

Repas de quartier et zone de gratuitée Tiens Bon La Pente

Salut tout le monde !!

Tiens bon la pente est sur la place Colbert (Lyon 1er), après les mois chaud de juillet et d’août, nous revoilà en septembre

le Samedi 13 septembre de 11H30h à 16h pour un repas de quartier et un espace de gratuité !

*Comme à votre (excellente) habitude, apportez un ou plusieurs plats à partager, quelques liquides pour trinquer, quelques assiettes et couverts (pour plus de convivialité) . N’oubliez pas votre bonne humeur et vos envies de rencontres

*Apportez, emportez, partagez ce qui vous plaît sur l’espace de gratuité (les bennes sont sur la place rambaud , donc seulement les vêtements)

On vous attend nombreux ! A samedi

https://rebellyon.info/Repas-de-quartie ... uitee.html




Uzès (30), dimanche 14 septembre

Gratiféria, marché gratuit ouvert à tous

Né dans la capitale argentine, le concept fait fureur et a déjà conquis de nombreuses villes. L’idée est simple, il s’agit de donner le superflu sans rien attendre en retour, pour que plaisir d’offrir ne rime pas avec consommation effrénée.

Son créateur, Ariel Bosio, en avait marre de tout trimbaler lors de ses déménagements. Il donna alors toutes ses affaires superflues à ses amis puis créa le concept de gratiféria.

Un marché gratuit (ou gratiféria) est organisé dans un lieu public, ouvert à tous, aucun droit d’entrée n’étant exigé.
Avec un message simple :

« Amenez ce que vous voulez, ou rien du tout. Repartez avec ce qui vous plaît ».

http://gratiferiagard.blogspot.fr/p/ne- ... ne-le.html

Elle se tiendra à Uzès qui nous fait la gentillesse d’ accueillir l’évènement.

Elle aura lieu le dimanche 14 septembre 2014 de 14h à 18h.
Un goûter partagé aura lieu à 17 h avec ce que chacun amènera.
En cas de mauvais temps, la Gratiféria sera remise à une date ultérieure.

http://gratiferiagard.blogspot.fr/p/gra ... -uzes.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede bipbip » 25 Sep 2014, 07:59

Dimanche 28 septembre à Montreuil

Zone de gratuité & Disco Soupe

Pour la 5ème édition de la Zone de Gratuité de Montreuil, on garde la même recette et on rajoute de la couleur : dépose ce que tu veux et prend ce qui te fait envie !

Encore une scène ouverte pour les musiciens de passage et les poètes d'un jour.

Toujours un Bar gratuit avec vos jus de fruits et vos boissons qui pétillent...

La nouveauté cette année ? Une Disco Soupe pour finir la journée autour d'un repas en musique préparé avec des légumes récupérés

à partir de 14h, Rue de Villiers, Montreuil (93)
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Zones de gratuité, magasins gratuits ...

Messagede bipbip » 19 Oct 2014, 03:15

Nancy,
Chaque dernier dimanche du mois: Zone d'échange, de convivialité, et de gratuité
15h, Centre Culturel Autogéré de Nancy, 69 rue de Mon-Désert, Nancy
Prochaine date, le 26 octobre.

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Divers, projets, lieux alternatifs ...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité